En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 59 min 6 sec
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Politique
Présidentielle américaine

Retrait de Bernie Sanders : les failles idéologiques de l’idole des jeunes n’auront pas résisté au coronavirus

il y a 3 heures 29 sec
décryptage > Société
Contrepoids

Pourquoi les fantasmes de nouveau monde de Frédéric Lordon et des anti-capitalistes ne sont que les mêmes et (vieilles) lunes dangereuses

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Santé
Restrictions

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

il y a 4 heures 29 min
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 13 heures 41 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 14 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 15 heures 59 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 16 heures 50 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 19 heures 27 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Economie
Nouveau symptôme du coronavirus

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Société
Du grand soir au petit matin

Et si la seule chose que nous ayons vraiment besoin de réapprendre à gérer post-Coronavirus était le temps

il y a 4 heures 47 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 14 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 15 heures 34 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 16 heures 20 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 19 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 19 heures 52 min
© ERIC FEFERBERG / AFP
© ERIC FEFERBERG / AFP
Prévision des législatives 2017

Un vote LREM majoritaire entre intérêt général et moindre mal

Publié le 03 juin 2017
Selon le modèle ElectionScope, le résultat des législatives devrait confirmer celui de l'élection présidentielle. Selon les projections, LREM devrait rafler 331 sièges. Derrière l'alliance UDI, LR DVD devrait gagner 182 places sur les bancs de l'Assemblée nationale.
Bruno Jérôme est économiste, maître de conférences à Paris II Panthéon-Assas.Il est le co-fondateur du site de prévisions et d'analyses politico-économiques Electionscope.Son dernier ouvrage, La victoire électorale ne se décrète pas!, est paru en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Véronique Jérôme est maître de conférences en sciences de gestion à l'Université de Paris-Sud Saclay, Docteur HDR en sciences économiques de l'Université Paris-I, lauréate de la Bourse Louis Forest de la chancellerie des Universités de Paris et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jérôme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jérôme est économiste, maître de conférences à Paris II Panthéon-Assas.Il est le co-fondateur du site de prévisions et d'analyses politico-économiques Electionscope.Son dernier ouvrage, La victoire électorale ne se décrète pas!, est paru en...
Voir la bio
Véronique Jérôme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Véronique Jérôme est maître de conférences en sciences de gestion à l'Université de Paris-Sud Saclay, Docteur HDR en sciences économiques de l'Université Paris-I, lauréate de la Bourse Louis Forest de la chancellerie des Universités de Paris et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le modèle ElectionScope, le résultat des législatives devrait confirmer celui de l'élection présidentielle. Selon les projections, LREM devrait rafler 331 sièges. Derrière l'alliance UDI, LR DVD devrait gagner 182 places sur les bancs de l'Assemblée nationale.

La prévision de notre modèle ElectionScope montre que le résultat des législatives devrait confirmer celui de la présidentielle. Cependant, rien n’interdit de souligner le caractère singulier du scrutin. Il s’explique par l’offre politique « augmentée » de la troisième voie proposée par LREM (La République En Marche). Elle a pour effet direct une disparition (dont on ne sait pas encore si elle sera durable) du clivage habituel opposition/ challenger au profit d’une logique de refonte des partis. De là naît la confusion chez l’électeur, il n’a plus pour alternative  que de motiver son vote par le souci prioritaire de l’intérêt général qui paradoxalement fait défaut à nombres de politiciens égarés, pas clairs sur leur étiquette, ou affiliation présente et future. 

Pour établir une projection sur ce que serait l’issue des législatives si le scrutin avait lieu aujourd’hui, nous avons emprunté comme à l’habitude une démarche économétrique. Nous l’avons néanmoins adaptée au contexte singulier de 2017, car la disparition du clivage qui permettait d’analyser les voix pour le sortant en donnant par défaut celles du challenger, a fait place à la logique de la refonte des partis. 

La structure du modèle repose sur l’analyse du comportement de vote de l’électeur

Nous avons construit cinq équations simultanées (une pour chaque famille politique : EXG, FG-PC, PS-EELV-DVG, LR-UDI-DVD, FN) où le vote est expliqué par l’économie (telle que la variation annuelle du taux de chômage) et la politique (comme les voix à la présidentielle passée). Les voix pour LREM sont calculées par défaut. Une fonction dite de transfert (swing ratio) nous permet ensuite d’estimer les sièges que chaque formation est susceptible de recevoir, étant donné une hypothèse d’abstention de 40%, le tout reposant sur un historique de 9 élections (1978-2012).

Les principaux enseignements de la prévision du modèle

Ce qu’il « voit », ce qu’il ne « peut voir » 

Il apparait qu’une embellie économique se confirme (baisse de 0,4 point du taux de chômage sur un an), ce qui joue plutôt en défaveur de la droite et du FN. Ceci peut aussi expliquer qu’en dépit de son faible score (11,6% ; 23 sièges) le PS (+EELV) évite la disparition sans pouvoir toutefois empêcher que le FG agrégé ici au PC ne le dépasse (14,4% ; 38 sièges), ces derniers s’établissant comme la force dominante à gauche. La droite LR-UDI devrait rester la première force d’opposition (24,6% ; 182 sièges). Elle bénéficierait d’un socle de soutien politique propice à une recomposition, à condition de ne pas se « balkaniser ». Quant au FN, en dépit d’un score attendu élevé pour des législatives de 15,9%, il paraît incapable de capitaliser sur son exploit de présence au second tour de la présidentielle, ne récoltant que 3 sièges. Cela tient à la fois au mode de scrutin majoritaire, à l’amélioration sur le front du chômage (son « fond de commerce »), et au fait qu’en raison des désistements républicains annoncés  par la droite et par LREM le nombre de triangulaires (terreau du « pouvoir de nuisance » du FN) devrait être limité.

Ainsi, LREM (+ MoDem) serait en mesure d’obtenir une majorité absolue avec 331 sièges (26,2% des voix). Contrairement à la droite dans le contexte similaire de 2002, Emmanuel Macron n’obtiendrait pas une majorité écrasante. Ceci est le signe d’une victoire en partie « par défaut », s’appuyant sur la faiblesse des autres partis et sur le comportement plutôt rationnel et légitimiste des électeurs. 

 

Commentaires et mise en perspective des résultats 

Election de confirmation en l’absence de cygnes noirs

Ces élections s’établissent dans un contexte particulier et assez nouveau, il convient donc d’être prudent. Cependant, il apparaît que certains phénomènes sont à l’œuvre. Le modèle est ainsi en mesure de révéler le caractère d’élection de confirmation de la présidentielle comme le sont – à des degrés divers - toutes les législatives depuis l’inversion du calendrier électoral. La confirmation actée,  son ampleur peut être affectée par des évènements connus aujourd’hui, comme la mise en cause du comportement passé de certains ministres qui peut déboucher sur une réelle nuisance électorale. Enfin, échappent au modèle de possibles épisodes dits « cygnes noirs » dont on ne sait qu’une chose, c’est qu’ils sont très déstabilisants quand ils se produisent, mais on reste impuissants pour anticiper correctement leur apparition. A titre d’exemple, en 2007, la tva sociale fut un véritable choc privant la majorité de 30 à 40 sièges.

L’offre politique en mutation

Notre prévision confirme qu’en ouvrant une troisième voie, LREM a aussi participé à « siphonner » une partie des électeurs du PS, tout en attirant des électeurs de la droite « tendance Juppéiste » et du centre tendance UDI ou MoDem, tandis que la France Insoumise (FI) et le FN réalisaient leurs meilleurs scores lors d’une présidentielle.

On n’a délaissé l’électeur…pour sauver son siège plutôt que le pays

La situation qui apparaît aujourd’hui comme la résultante inévitable de la Présidentielle impose de faire le constat d’un électeur perturbé par le flou entretenu de l’offre politique. Les politiciens -entendez la fraction des politiques qui ne jouent pas le jeu et bafouent l’éthique d’un engagement moral et idéologique- sèment le trouble en jouant sur plusieurs tableaux : une investiture PS et des affiches Majorité Présidentielle ou encore une investiture LR et un discours de soutien à LREM. De sorte que nombre d’électeurs en arrivent à se demander si ces politiciens ne chercheraient pas prioritairement à sauver leur siège avant de sauver, plus précisément, de redresser le pays.

Le vote LREM : un second best mais au service de l’intérêt général

La solution, en particulier pour ces électeurs socialistes modérés ou ceux qui, à droite, avaient voté F. Fillon le 23 avril, consiste à adopter une rationalité limitée. L’électeur n’ayant ni le temps ni les moyens d’user d’une rationalité totale, va –pour limiter les coûts d’opportunité- déterminer son vote en vertu d’une logique de satisfaction et non de maximisation.

De multiples contraintes pèsent sur le choix de l’électeur : Président fraîchement élu, urgence d’agir pour redresser le pays, choix d’un projet, réformes brutales versus compromis. Certains électeurs –pas tous- pourront être convaincus de la nécessité d’une action rapide via des politiques économiques cohérentes, durables et gage d’une efficacité tant économique (obtenir des résultats) que politique (crédibilité). Ils seront ainsi amenés à désigner l’intérêt général comme motif prioritaire de leur vote LREM au détriment parfois de leurs préférences partisanes.

Nombreux sont ceux qui ont déjà voté Emmanuel Macron, une « première » qui eût lieu le 7 mai (lors du second tour). A l’exception des électeurs de la gauche dure, frontiste ou de FI, voter à nouveau LREM ne devrait pas poser problème. Les électeurs seront dans une logique dite de moindre mal (second best). Un bon quart d’entre eux ayant souhaité la réforme radicale de F. Fillon pourra aisément se rabattre sur un projet LREM, ce qui leur semble préférable à pas de projet du tout. Car dans ce contexte si particulier, voter pour « son candidat préféré de droite » reviendrait selon eux à prendre le risque de participer à construire une Assemblée sans majorité claire incapable au final de voter la moindre réforme.

J’aime mon pays mais je crains mon gouvernement

Mais attention, comme le souligne notre prévision, les électeurs ne donnent pas un blanc-seing à Emmanuel Macron puisqu’il semblerait qu’il ne puisse obtenir une Chambre introuvable (Expression attribuée à Louis XVIII qui ne pouvait pas rêver d’une majorité aussi écrasante les 14 et 22 août 1815 avec 350 députés ultra-royalistes sur 400 (soit pas loin de 90% des sièges). .

Finalement cela résonne comme l’avertissement des électeurs disant en substance  j’aime mon pays mais je crains mon gouvernement.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Michèle Plahiers
- 03/06/2017 - 14:47
Paradoxe
Je n'ai toujours pas compris pourquoi la droite chrétienne se bat contre la GPA, la PMA alors que ce soi-disant progrès émane clairement du christianisme. N'est-ce pas celui-ci qui prône l'égalité pour tous, la non différence entre les hommes et les femmes, les derniers sont les premiers, "tu abandonneras ta famille pour me suivre (dixit le "Christ"). Dieux ne fait aucune différence entre les "normaux et les "pervers". Pour aller au paradis, il suffit de se confesser. Il n'y a pas plus anti-famille que le christianisme. Marie accouche par l'opération du Saint-Esprit. Le père? Késako.... Et j'en passe...
clint
- 03/06/2017 - 13:52
Macron n'est ni pour GPA et PMA !
Oui il est pour le mariage civil pour tous. Et comme Fillon a relancé la polémique je me suis rappelé que le député LR-UDI de ma circonscription est farouchement anti mariage pour tous. Il n'aura pas ma voix. Je précise que je ne suis ni pour la GPA, y compris pour les couples de sexes différents, ni pour la PMA. Il y a suffisamment de pauvres bébés et enfants à travers le monde pour pouvoir en adopter si on veut leur venir en aide !
Michèle Plahiers
- 03/06/2017 - 12:54
Excepté le mariage homo, le GPA et la PMA...
Le programme de Macron est le meilleur.