En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Taux d'épargne

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

il y a 11 min 24 sec
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 16 heures 6 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 17 heures 15 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 18 heures 23 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 21 heures 29 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 21 heures 52 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 22 heures 36 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 23 heures 1 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 23 heures 2 min
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 15 heures 21 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 16 heures 41 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 17 heures 56 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 18 heures 33 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 20 heures 51 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 22 heures 20 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 23 heures 50 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 23 heures 2 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 23 heures 3 min
Puissants en goguette

Pourquoi il n'y a rien à redouter de la réunion du groupe Bilderberg mais tout à craindre de l'incapacité de ceux qui pensent autrement à s'organiser efficacement

Publié le 02 juin 2017
En l'état, aucune force politique n'apparaît capable de changer en profondeur le système qui caractérise nos sociétés occidentales, reposant sur l'économie de marché et le capitalisme.
Gilles Lipovetsky est philosophe et sociologue. Il enseigne à l'université de Grenoble. Il a notamment publié L'ère du vide (1983), L'empire de l'éphémère (1987), Le crépuscule du devoir (1992), La troisième femme (1997) et Le bonheur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Lipovetsky
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Lipovetsky est philosophe et sociologue. Il enseigne à l'université de Grenoble. Il a notamment publié L'ère du vide (1983), L'empire de l'éphémère (1987), Le crépuscule du devoir (1992), La troisième femme (1997) et Le bonheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En l'état, aucune force politique n'apparaît capable de changer en profondeur le système qui caractérise nos sociétés occidentales, reposant sur l'économie de marché et le capitalisme.

Atlantico : Ce jeudi a eu lieu aux Etats-Unis la réunion annuelle du groupe Bilderberg, un club à caractère confidentiel réunissant environ 130 personnalités du monde politique, des affaires ou encore des médias. L'occasion pour elles de parler notamment de Donald Trump vis-à-vis duquel certaines ont affiché leur opposition comme Eric Schmidt, le président d'Alphabet. Que penser de cette démarche visant à discuter, entre puissants, d'un président démocratiquement élu et de la politique qu'il mène ?

Gilles Lipovetsky : Ce qui caractérise le phénomène consistant en la réunion des élites entre elles dans le cadre d'un groupe formel ou informel, c'est la nouvelle puissance qu'ont acquis le marché et les technologies dans l'organisation de notre monde. D'une certaine manière, cela consacre la suprématie de la pensée efficace, celle s'inscrivant dans l'ordre techno-marchand et démocratique, sous l'impulsion des élites. Ces dernières ne sont plus celles de l'ordre ancien, provenant de la naissance ou de la fortune ; désormais, elles se déploient sans visée alternative, radicale.

Il y a toujours eu des élites en accord avec une majorité, d'autres en désaccord. Il n'y a rien qui dérange le schéma d'ensemble à ce qu'un groupe d'individus, en l'occurrence des élites, se réunissent pour discuter du pouvoir exécutif. Cela me paraît même une nécessité dans une démocratie pour qu'il y ait une alternance ; cette dernière est d'ailleurs inscrite dans les gènes de la démocratie.

Donald Trump a effectivement fait sauter des verrous, surtout sur le plan du langage. Ce qui le caractérise également, c'est son caractère imprévisible ; et cela, les élites économiques n'apprécient pas vraiment. 

Donald Trump se veut l'incarnation de l'anti-esthablishment, de l'anticonformisme. Quels risques y aurait-il à ce qu'une alternative politique à l'ordre établi n'existe plus ? Devrions-nous craindre, en réponse, la recrudescence de groupes violents, à l'instar des Brigades Rouges ?

Ce qui caractérise l'hypermodernité, c'est un monde sans projection d'un autre monde, sans visée globale alternative. Ceci est un fait nouveau. Depuis la Révolution française, il y a une opposition interne majeure entre les conservateurs, les réactionnaires, la droite, la gauche, les anarchistes et les révolutionnaires. À partir des années 1960, un certain nombre de penseurs ont développé l'idée selon laquelle le capitalisme avait gagné, et avait généré ce qu'Herbert Marcuse a appelé "l'homme unidimensionnel" : hormis quelques protestations, les règles du jeu sont, dans l'ensemble, respectées, chacun recherchant le bien-être. Cette idée a été revitalisée avec l'analyse de Fukuyama sur la "fin de l'Histoire" : un monde sans modèle radicalement divergent, identique d'un jour à l'autre, sans remise en cause de ses principes de fond incarnés, dans les sociétés occidentales, par le capitalisme et la démocratie.

Ce nouvel état de société, joint avec d'autres facteurs, a conduit à l'effondrement des partis incarnant l'alternative radicale : les partis d'extrême gauche, ceux à caractère nationaliste qui, même s'ils demeurent, n'engendrent pas de changement majeur à l'instar du fascisme ou du nazisme. Plusieurs facteurs convergent vers l'étouffement des mouvements radicaux comme la banqueroute des grandes idéologies messianiques ou eschatologiques. Comme il n'y a plus d'encadrement collectif par les idéologies, les partis politiques, les Églises et les familles, tout ceci participe à la déliaison. La majorité des gens ne souhaite pas des sauts dans l'inconnu ; toutefois, cela sécrète des minorités qui recherchent le salut par une autre manière.

Nous sommes entrés dans une période postrévolutionnaire, où les révolutions ne permettent plus de changer le monde. Cela ne veut pas dire que les mouvements de violence se tarissent. À cause de la déliaison précédemment citée, rien n'empêche des individus ne trouvant pas de place dans ce monde-là, de chercher le salut par d'autres voies. On le remarque à travers la multiplication des sectes, le djihadisme, les mouvements révolutionnaires armées des années 1960 comme les Bridages rouges ou la bande à Bader. Le monde dans lequel nous sommes à pacifier les antagonismes sociaux et politiques à l'exception de petites minorités qui remettent en scelle la violence, sans pour autant emporter avec elles la société. Ceci amène à parler de ce que j'appelle les "minorités dangereuses", qui terrorisent les populations, ont la capacité de limiter les libertés individuelles (cf. l'État d'urgence) sans que cela ne modifie la donne. Je suis convaincu qu'à l'avenir, nous aurons des sociétés stables, respectant les règles du jeu économiques et démocratiques, mais que demeurera une violence hors de ce schéma sans pour autant qu'elle soit porteuse d'un avenir autre, contrairement aux décennies précédentes. Cette violence proviendra soit de groupes constitués, soit d'individualités, qui sont l'expression d'un monde de désencadrement. Ce qui est surprenant, c'est qu'en dépit de ce désencadrement, nos sociétés sont plus pacifiées que jamais ; mais ce désencadrement permet cette violence exprimée par ces "minorités dangereuses".

Tout ceci ne signifie pas la fin de l'Histoire, mais la fin d'une histoire, celle qui pensait que l'État avait un rôle majeur dans le changement du monde. Aujourd'hui, les ambitions de l'État sont à la baisse ; il montre partout sa faiblesse pour changer le monde, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de changement. Le politique n'est plus porteur de ce changement, incarné à l'heure actuelle par les entreprises, la technique et le marché. La vie change et il n'y a plus de projet de changement. 

Le fait qu'une personnalité politique comme Donald Trump – qui apparaît comme une personnalité radicale par certains aspects –  existe et ait été élue ne pourrait-il pas prévenir l'expression d'une certaine violence comme réponse à l'absence d'alternative politique ? 

Donald Trump incarne plus une rupture de ton que de fond. Il ne remet aucunement en question le système capitaliste, mais quelques aspects de la mondialisation. Jusqu'à présent, et par rapport aux propos tenus lors de la campagne, on ne voit pas la rupture radicale avec les fondements de notre système. Il ne faut pas oublier que les États-Unis sont un pays où la foi dans le capitalisme et les technologies est immense. Je ne vois pas en quoi Donald Trump pourrait faire rêver à un monde fondamentalement différent. On voit d'ailleurs qu'il a procédé, depuis son arrivée à la Maison Blanche, à des rétropédalages, notamment sur l'Europe, l'interventionnisme américain au Moyen-Orient, ou encore la relation avec la Russie de Poutine. Il a incarné, indéniablement pendant sa campagne, une rupture de ton, s'inscrivant ainsi dans la mouvance populiste. Mais pour le moment, les populismes n'ont pas montré qu'ils étaient en mesure de changer véritablement les choses. Je n'entends pas, dans leur discours, une rupture radicale avec l'ordre marchand. Ils souhaitent davantage de règles, mais est-ce que cela est une rupture ? Je pense que Donald Trump va finir par mettre de l'eau dans son vin, faisant ainsi vivre le crédo "business as usual". Prenons, en France, l'exemple de Mitterrand : il est arrivé au pouvoir avec son slogan "Changer la vie", a entrepris une grande vague de nationalisations, etc. Deux ans après, nous assistions à une marche-arrière toute : le fonctionnement européen, le serpent monétaire, la reconnaissance de l'entreprise, etc. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 03/06/2017 - 08:18
Minorités !
Que de ''bla-bla'' pour nier, par exemple, la simple réalité que les USA ont vécu sous le régime de ''l'apartheid'', et qu'à force de luttes, ils en sortent progressivement !
Gordion
- 03/06/2017 - 03:16
Les effets des causes sont bien connus..
"Le monde dans lequel nous sommes à pacifier les antagonismes sociaux et politiques à l'exception de petites minorités qui remettent en scelle la violence, sans pour autant emporter avec elles la société."

La fameuse défense des minorités née dans les années 60 aux Etats-Unis et théorisée par les gauchistes américains (les "liberals"), et exportée en Europe, reprise par Sartre, Foucault, Bourdieu et autres pourritures, c'est la cause des effets que vous dénoncez. Tant que l'idéologie bien-pensante et la victimisation supposée des minorités sera reprise ne boucle par l'oligarchie médiatique, politique, judiciaire, et soutenue par les les institutions financières et mercantiles, rien ne changera.
Les agissements des minorités violentes paralysent les "décisionnaires soit-disant représentants des peuples, qui préfèrent fermer les yeux de peur d'être accusés de fascisme, colonialiste.
Tant que des gestionnaires de l'UE et des représentants de l'ordre sorosien seront élus, les minorités qu'elles soient islamistes, anarchistes, écolo-gauchistes ont de beaux jours devant elles.
Ganesha
- 03/06/2017 - 01:55
Très surpris par les commentaires ci-dessus !
Très surpris par les commentaires ci-dessus ! Bien sûr que le monde change ! Pas de façon linéaire : il y a des ''retours en arrière'', des échecs, parfois, il faut un ou deux siècles pour qu'un nouveau concept finisse par s'imposer ! Désolé pour les partisans de la monarchie absolue... ainsi que pour les papys Atlantico pour qui Karl Marx et son copain Engels constituent des incarnations de Lucifer ! Globalement, dans les 20 derniers siècles, le monde occidental a toujours fini par faire ''le bon choix'', avec une évolution positive ! Et bien sûr, il y a toujours des ''hommes-clefs'' qui interviennent au ''moment décisif''. La prochaine fois, ce sera peut-être une femme ?