En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles
Au PS, les intellos ne sont plus à la page
Publié le 04 juin 2017
Le costume cintré et le verbe ciselé, ils se ressemblent presque tous. À mille lieues de la vraie vie, ils n’ont, pour la plupart, jamais posé un orteil dans une entreprise ou une administration. Contrairement à leurs aînés, ils n’ont pas fait leurs classes à l’ENA, mais auprès d’un chef de parti ou d’un député-maire. Des «apparatchiks» comme on dit, qui excellent dans les coups de billard à trois bandes et l’art du placement. De François de Rugy (En Marche !) à David Rachline (FN) en passant par Razzy Hammadi (PS) et Guillaume Peltier (LR), les professionnels de la profession squattent tous les bancs. Or certains d’entre eux multiplient les dérapages incontrôlés et précipitent la mort des partis traditionnels : salaires en or, emplois fictifs, business trouble... Extrait de "La République des Apparatchiks" de Jean-Baptiste Forray aux Editions Fayard (1/2).
Adepte du petit théâtre politique et fin connaisseur du monde des élus locaux, Jean-Baptiste Forray est journaliste depuis 2001. Il écrit pour la presse spécialisée.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Forray
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adepte du petit théâtre politique et fin connaisseur du monde des élus locaux, Jean-Baptiste Forray est journaliste depuis 2001. Il écrit pour la presse spécialisée.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le costume cintré et le verbe ciselé, ils se ressemblent presque tous. À mille lieues de la vraie vie, ils n’ont, pour la plupart, jamais posé un orteil dans une entreprise ou une administration. Contrairement à leurs aînés, ils n’ont pas fait leurs classes à l’ENA, mais auprès d’un chef de parti ou d’un député-maire. Des «apparatchiks» comme on dit, qui excellent dans les coups de billard à trois bandes et l’art du placement. De François de Rugy (En Marche !) à David Rachline (FN) en passant par Razzy Hammadi (PS) et Guillaume Peltier (LR), les professionnels de la profession squattent tous les bancs. Or certains d’entre eux multiplient les dérapages incontrôlés et précipitent la mort des partis traditionnels : salaires en or, emplois fictifs, business trouble... Extrait de "La République des Apparatchiks" de Jean-Baptiste Forray aux Editions Fayard (1/2).

Désert intellectuel

Le PS n’échappe pas à cette dévitalisation. « La génération des Jospin, Rocard, Fabius, tout énarques furent-ils, s’intéressait au monde des idées. Aujourd’hui, les grands élus socialistes lisent, au mieux, la revue de presse de leurs collaborateurs épurées des tribunes de fond », s’alarme le politologue Rémi Lefebvre1.

Bien sûr, le PS attire encore quelques intellos : Matthias Fekl, Emmanuel Maurel et Guillaume Bachelay chez les quadras. « Mais beaucoup de dirigeants singent le capital culturel pour donner le change. L’appauvrissement est terrible », déplore Rémi Lefebvre. La phrase de Jaurès : « Le courage, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel », reste un tube de congrès. Mais qui, chez les solfériniens, lit encore le père de la pensée socialiste ? Qui maîtrise la complexité de son œuvre ? Qui ose se plonger dans les sinuosités de Marx ? Le parti de Jaurès, Blum et Mitterrand traverse une éclipse intellectuelle.

Dans l’appareil, les intellos ne sont plus à la page. Pierre Moscovici l’a bien saisi, qui, en 2008, soigne avant tout son profil d’apparatchik. «On essaie de me présenter comme un intellectuel aristocratique, ce n’est pas mon cas, assure sans rire l’énarque diplômé de philosophie, fils du père fondateur de la psychologie sociale, Serge Moscovici2. Je suis le plus ancien membre du secrétariat national du PS. J’ai été trésorier du parti, ce qui, en termes d’appareil, représente quelque chose. »

« L’Ours, l’Office universitaire de recherche socialiste, abat un travail de titan, mais il est totalement méprisé », se désespère Rémi Lefebvre. Dans les couloirs de la rue de Solférino, on ne trouve plus guère de Michel Rocard apte à résumer la controverse idéologique entre Lénine et le pape de la social-démocratie, Karl Kautsky. Dans son dernier entretien accordé au Point, le père de la deuxième garde se montrait particulièrement incisif avec ses jeunes camarades.

« Ils n’ont pas eu la chance de connaître le socialisme des origines, qui avait une dimension internationale et portait un modèle de société. Jeune socialiste, je suis allé chez les partis suédois, néerlandais et allemand, pour voir comment ça marchait. Le pauvre Macron est ignorant de tout cela. La conscience de porter une histoire collective a disparu, or elle était notre ciment. Macron comme Valls ont été formés dans un parti amputé. Ils sont loin de l’histoire, pestait Michel Rocard. »

Nombrilisme au PS

« Les cadres du PS n’ont plus besoin de lire, ils savent. C’est une bulle. Cela va leur péter à la tronche. Ils ne vont plus pouvoir expliquer longtemps que les bac + 8 sont des salauds et les bac - 2 des minables », fulmine le politologue Gaël Brustier. Ce spécialiste des mouvements à la marge des partis était encarté au PS. Il n’aurait pas dédaigné quelque responsabilité. De guerre lasse, il s’en est allé.

« Le PS a toujours eu l’impression d’être le nombril du monde et que la Terre tourne autour de lui, mais là, cela prend des proportions pathologiques », convient le premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis3. « La Rochelle, c’était ça : un parti où les élus et les collaborateurs d’élus prennent des proportions écrasantes. Le festival de Cannes de la social-médiocratie », raille Gaël Brustier.

Qu’elle est loin, la gauche joyeuse des années 1970 ! La rue de Solférino ressemble alors à une ruche bourdonnante, à des lieues de la politique professionnelle. Les commissions d’études et de réflexion carburent à plein régime. « Au sein du “groupe des experts”, il y avait des profs de droit, des économistes, des profs de sciences, des intellectuels, des avocats, détaille Pierre Joxe. Ils étaient précieux et honorés d’être là. Aujourd’hui, c’est le désert… La commission internationale, l’appel aux spécialistes des sciences sociales, tout cela a été abandonné. L’expertise majeure aujourd’hui, c’est la “com’”, comme disent… comiquement les “communicants”. »

Durant les dix glorieuses qui mènent au 10 mai 1981, le PS infuse dans la société. Plus de 200 sections d’entreprise et 800 groupes socialistes d’entreprise sont recensés. La moyenne d’âge, au secrétariat national, ne dépasse pas les 40 ans.

Pour reconstruire la gauche, François Mitterrand s’entoure de ses « sabras ». Un quatuor de technocrates ultra-politisés, composé de Laurent Fabius, du Conseil d’État et de Normale Sup ; Lionel Jospin, du Quai d’Orsay ; Paul Quilès, de Polytechnique ; et Pierre Joxe, de la Cour des comptes. Uniquement de gros calibres. Rien de tel durant les années Hollande.

Extrait de "La République des Apparatchiks" de Jean-Baptiste Forray aux Editions Fayard

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
01.
Procès Chirac
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 04/06/2017 - 11:11
ah oui
Fort bien: faudrait peut être commencer par Fillon qui était assistant parlementaire de Le Theule!!! mais l'emploi n'était pas fictif!
Quant au PS, à la primaire, je crois que Montebourg était le seul à avoir bossé!
On a ce quel'on mérite et cela ne va pas s'arranger