En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

04.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

07.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

01.

Un concours de sosie de William et Kate Middleton

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > High-tech
Apple Pay
2020 : 99 % des cartes françaises seront compatibles Apple Pay
il y a 12 heures 25 min
pépite vidéo > Media
Un bad buzz
Rognée d'une photo officielle : Vanessa Nakate dénonce un acte raciste
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dépendances" : une pièce de théâtre où la fratrie est mise en avant

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Là où chantent les écrevisses" : un roman qui a déjà conquis 4 millions de lecteurs

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Santé
Un nouveau débat ?

Fongicides : ces lanceurs d’alerte qui plombent les débats scientifiques

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Santé
Septicémies

Alerte à l’empoisonnement du sang : une mort sur 5 dans le monde causée par les sepsis

il y a 20 heures 58 min
décryptage > High-tech
Adieu l'intimité !

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Economie
Attention !

Alerte au Coronavirus sur l’économie mondiale : une panique planétaire couve sur les marchés

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Politique
Un parti à bout de souffle ?

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

il y a 22 heures 25 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Coronavirus : l'OMS fait évoluer son évaluation de la menace en la qualifiant "d'élevée" à l'international
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Politique
Et après ?
Brexit : Quelles sont les démarches que les Français devront effectuer pour se rendre en Grande-Bretagne ?
il y a 13 heures 13 min
pépites > Santé
Conoravirus
Coronavirus : comment les Français atteints du virus sont-ils pris en charge sur le territoire ?
il y a 15 heures 58 min
décryptage > Politique
C'est grave docteur ?

Et Benjamin Griveaux dérailla gravement à la gare de l'Est…

il y a 18 heures 17 min
décryptage > Politique
Nouvelle technologie

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Politique
Lendemains qui déchantent

L’Europe face à une gueule de bois post Brexit

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Santé
Le fugitif

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Société
Inquiiétude

De l’inquiétant au dramatique : ces réalités diverses qui se cachent derrière le chiffre global de la hausse des actes racistes et xénophobes

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit à J-4 : Boris Johnson doit tout changer pour que rien ne bouge

il y a 21 heures 58 min
pépite vidéo > Social
Aucune réponse du gouvernement
Eric Drouet se confie sur sa décision de se retirer du mouvement des Gilets jaunes
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Politique
Officialisation
Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, s’engage dans la campagne des municipales et sera tête de liste à Tourcoing
il y a 1 jour 10 heures
Boom!

Entre Paris et Madrid, ETA cherche désespérément des interlocuteurs

Publié le 10 mars 2012
Vendredi, ETA a interpellé le gouvernement français sur sa volonté d'imposer un dialogue ouvert pour régler la question du Pays Basque. En effet, l'organisation ne dispose plus que de ce moyen pour faire entendre ses idées. C'est sans compter sur la surdité de Paris et Madrid, pas encore décidées à aborder la question.
Jean Chalvidant est le spécialiste français de l’Espagne contemporaine et de l’organisation terroriste ETA. Le 20 mars 2012 sort son nouveau livre Secrets d’ETA, aux Éditions Jean Picollec.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Chalvidant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Chalvidant est le spécialiste français de l’Espagne contemporaine et de l’organisation terroriste ETA. Le 20 mars 2012 sort son nouveau livre Secrets d’ETA, aux Éditions Jean Picollec.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vendredi, ETA a interpellé le gouvernement français sur sa volonté d'imposer un dialogue ouvert pour régler la question du Pays Basque. En effet, l'organisation ne dispose plus que de ce moyen pour faire entendre ses idées. C'est sans compter sur la surdité de Paris et Madrid, pas encore décidées à aborder la question.

Vouloir impliquer le gouvernement français dans le conflit basque, ou plutôt dans le conflit opposant ETA à Madrid, n’a rien de nouveau. Cela fait plus de cinquante ans que l’organisation séparatiste revendique l’indépendance d’un territoire formé des trois provinces basques espagnoles (Guipúzcoa, Alava et Biscaye), de la Navarre… ainsi que de trois territoires formant le Pays basque français, la Soule, le Labour et la Basse-Navarre. Cela afin de constituer un Pays basque unique et souverain, Euskal Herria.

Les résultats de la lutte clandestine n’ont guère été convaincants. Après avoir causé 859 morts, ETA, de plus en plus acculée par les services espagnols et français, a dû faire son examen de conscience et constater qu’elle n’avait rien obtenu par la violence et le crime. C’est la raison pour laquelle elle a décrété le 20 octobre2011 la « fin de son activité armée », confortée depuis par les résultats des législatives de novembre, avec le score surprise du parti Amaiur, ouvertement séparatiste, qui obtient 333.628 suffrages, envoyant au Congrès de Madrid 7 députés et 3 sénateurs. Un vrai raz-de-marée politique, qui marginalise et invalide la lutte armée.

Pourtant, ETA est bel et bien installée en France, qui n’est plus depuis longtemps une terre d’asile. La preuve, une arrestation sur trois s’y est faite en moyenne, dont les plus significatives : Pakito, Txelis, Fitipaldi, Iñaki de Rentería, Txapote, Kantauri, Kadhafi, Mobutu, Esparza Luri, Susper, Mikel Antza, Anboto, Thierry, ou Txeroki. Sans compter les anonymes et les comparses. Dans les prisons de l'Hexagone, 140 étarres attendent d'être jugés ou y purgent leur peine, avant d'être extradés vers l'Espagne, où les attend un second jugement, et généralement une condamnation beaucoup plus lourde. Et quelle que soit la couleur du gouvernement à Matignon, la ligne reste la même : pas de pitié pour ETA.

Pourquoi donc ETA n’a jamais porté son combat en France ? Sans doute faute de combattants (une cinquantaine véritablement prêts à en découdre aujourd’hui, quatre fois plus il y a dix ans). On ne dénombre que 11 affrontements armés depuis 1988 entre gendarmerie et étarres, le plus célèbre étant celui de Dammarie-les-Lys, où le brigadier Jean-Serge Nérin perdit la vie. Et plus certainement parce que le séparatisme est une idée peu partagée dans notre pays : il n’y a qu’à voir les résultats électoraux des listes indépendantistes, tant au Pays basque qu’en Corse, pour s’en convaincre. Des résultats anecdotiques et peu significatifs.

 

 

Constatant qu’elle n’obtenait rien de Madrid, ETA a depuis quelques années entrepris de « mondialiser » sa communication. Alors que ses communiqués étaient délivrés à la presse amie, type le quotidien « Gara », elle les fait désormais transiter par la BBC. De même a-t-elle demandé à un aréopage de personnalités internationales de « parrainer » le cessez-le-feu : l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, Bertie Ahern (ex-Premier ministre irlandais lorsque l’IRA annonça l’arrêt de ses activités), Pierre Joxe (ex-ministre français de l’Intérieur sous François Mitterrand), Gro Harlem Bruntland (ex-Première ministre de Norvège) et Jonathan Powell (fils d’un militaire assassiné par l’IRA, ex-chef de cabinet de Tony Blair) et l’ancien leader du Sinn Fein, Gerry Adams. Conséquence induite : le conflit basque cesse ipso facto d’être localisé au seul Pays basque espagnol et s’étend au territoire français… Bien joué.

Naturellement, Paris n’est pas dupe. Jusqu’à présent, la notion dans l’Hexagone de « Pays basque » est réservée au folklore, à la gastronomie ou au tourisme, et surtout pas au politique ou à l’administratif, qui pourrait donner des idées d’indépendance à certains. Cela aboutit à des situations ubuesques : ainsi la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques est-elle installée à Pau, à 120 kilomètres de Bayonne… Ainsi officiellement, le problème basque est circonstancié à l’Espagne, et sa résolution appartient exclusivement au gouvernement de Madrid. Ce qui constitue une attitude bien commode, car sur notre territoire sont incarcérés quelques 140 étarres, disséminés dans une dizaine de maisons d’arrêt. Que faire d’eux en cas de cessez-le-feu définitif, alors qu’en Espagne, Mariano Rajoy renverra certainement le tiers des 704 détenus dans leurs foyers, à titre d’apaisement ? C’est une question que devra se poser notre futur président, encore que la parole appartiendra davantage aux pénalistes et aux lobbys. En attendant, la première mesure devrait consister à les rapprocher du Pays basque, par exemple en les regroupant dans les Landes, au nouveau centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan, inauguré en 2008. Un premier geste, avant l’apaisement et l’oubli, si cela est possible.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

04.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

07.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

01.

Un concours de sosie de William et Kate Middleton

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Septentrionale
- 11/03/2012 - 18:39
ETA
c'est l'extrêmisme qui répondait à l'extrêmisme
la guérilla et le terrorisme a été leur seule raison d'exister
en démocratie ils sont dans la perversité, dans des actes immoraux
s'ils ont quelque chose à revendiquer ils doivent se soumettre aux règles républicaines et démocratiques dans un parti éligible
ricouti
- 10/03/2012 - 15:49
L' ETA s'est construite au
L' ETA s'est construite au départ sur la résistance au régime fasciste de Franco. Ses actions violentes ont perdu un certain soutien de l'opinion à partir du moment où l'Espagne est devenue un pays démocratique.
Les basques espagnols peuvent défendre leur cause lors des élections libres.

L'ETA est donc devenue une organisation criminelle et on ne voit pas au nom de quoi elle serait un interlocuteur pour les gouvernements démocratiques.

L'auteur nous parle d'un "problème basque" en France, sans jamais le définir.
Est on sûr que ce problème est différent de celui de la Lozère, des Hautes Alpes ou de la Creuse ?
Qu'est ce qui empêche les militants basques français de se présenter aux élections ?