En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Non inversion des courbes

Derrière les chiffres encourageants de créations d'emploi en France, la baisse alarmante de notre taux d'emploi

Publié le 31 mai 2017
Un article de Bloomberg du 25 mai évoque les différents problèmes auxquels la France doit faire face pour relancer son économie et le marché du travail, notamment sur les questions relatives à un marché du travail trop rigide, une faible concurrence au sein de l'économie, trop de taxes sur les entreprises et sur le travail. Mais l'analysé évoque également une double problématique moins "connue", ayant pour effet de voir baisser le ratio de personnes ayant un emploi par rapport à la population totale.
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un article de Bloomberg du 25 mai évoque les différents problèmes auxquels la France doit faire face pour relancer son économie et le marché du travail, notamment sur les questions relatives à un marché du travail trop rigide, une faible concurrence au sein de l'économie, trop de taxes sur les entreprises et sur le travail. Mais l'analysé évoque également une double problématique moins "connue", ayant pour effet de voir baisser le ratio de personnes ayant un emploi par rapport à la population totale.

Atlantico : Entre une inadéquation d'une population immigrée à cette rigidité du marché du travail français, et un grand nombre de départs de personnes éduquées vers des destinations plus "désirables" comme Londres. Comment expliquer ce double phénomène, quelles en sont les causes et les conséquences ? 

 

Gilles Saint-Paul : Un marché du travail rigide favorise les « insiders », ceux qui ont déjà un travail, ce qui rend naturellement la vie plus difficile aux nouveaux entrants sur le marché du travail : jeunes, seniors, femmes, précaires, et immigrés. Par ailleurs, l’immigration de travail est sévèrement contrôlée et outre les clandestins, le gros de l’immigration est aujourd’hui constitué par le « regroupement familial ». Le marché du travail n’est pas la caractéristique française la plus attrayante pour ces personnes ; à l’inverse, la générosité de l’aide sociale constitue un appel d’air pour les personnes peu employables, ce qui est l’opposé de ce que l’on observe au Royaume-Uni ou au Canada, qui tentent de privilégier une immigration de qualité susceptible de s’intégrer au marché du travail local. En ce qui concerne le « brain drain », mon opinion est qu’il concerne avant tout des personnes superqualifiées :  innovateurs, chercheurs, entrepreneurs, etc, ce qui signifie qu’il est difficile de mesurer son impact, parce qu’il existe aussi un flux inverse de travailleurs qui, sur le papier et donc dans les statistiques, ont des qualifications équivalentes, alors qu’en réalité ils ne sont pas comparables aux sortants. L’accélération du brain drain est le prix que l’économie française paye pour l’accumulation de réglementations qui pourrissent la vie des entrepreneurs  ainsi que pour l’alourdissement de la fiscalité sur les classes moyennes et notamment les classes éduquées (ces dernières étant plus à même de s’expatrier), à travers la hausse insidieuse des charges sociales (qui compense en partie les allégements sur les bas salaires mis en place depuis les années 90) et l’érosion d’avantages fiscaux sur les revenus du capital, le quotient familial, l’assurance-vie, etc. 

Un manager du secteur de la recherche-développement me confiait que du simple fait des charges sociales, il pouvait réduire ses coûts salariaux de 35% en s’installant au Canada tout en garantissant le même niveau de vie à ses employés. 

 

Quels sont les enjeux relatifs aux migrants pour le marché du travail français, une problématique qui a pour conséquence de voir un écart record au sein de l'Europe entre le taux d'emploi des personnes nées à l'étranger et celle nées en France ? Comment adapter ce marché du travail efficacement à cette problématique ?

 

Il y a une contradiction entre avoir d’une part un marché du travail rigide qui décourage l’embauche, avec un taux de chômage élevé et d’autre part prétendre accueillir des « migrants » (dont la plupart, en ce qui concerne les vagues les plus récentes, sont entrés illégalement sur le territoire) aux qualifications fort faibles et dont beaucoup ne parlent pas français. Une flexibilisation accrue du marché du travail résoudrait partiellement cette contradiction mais cela signifierait que les salaires, notamment ceux des plus modestes, devraient s’ajuster à la baisse pour absorber les flux de migrants. Tant que ces réalités économiques ne seront pas reconnues, le débat sur les migrants ne sortira pas des mensonges humanitaires qui le caractérisent. 

 

Avec le Brexit notamment, Londres risque bien de mettre en difficultés les ressortissants français. De la même manière, les Etats-Unis sont devenus moins accueillants. N'est-ce pas une opportunité pour la France ? Dans ce contexte, n'y-a-t-il pas une carte  à jouer en inversant la fuite des cerveaux ? 

 

Dans mon secteur d’activité qui est celui de la recherche, nous avons entendu moultes professions de foi de collègues d’outre-Atlantique s’engageant à quitter les Etats-Unis en cas de victoire de Trump. En réalité, les chercheurs étant bien mieux payés là-bas qu’ici, nous n’avons observé aucune candidature spontanée d’économistes américains, ni même d’Européens installés là-bas, désireux de fuir leur pays désormais « en proie à l’extrême-droite » pour travailler au CNRS ou à l’Université. Et il en va de même des soi-disants déçus de la décision britannique de quitter l’UE. Si l’on observe un jour une inversion des flux de brain drain, ce sera parce que les USA auront mis en place une forme de préférence nationale, ou bien parce qu’ils consacreront une part plus faible de leurs ressources à la recherche et aux hautes technologies. Même si cela devait s’avérer le cas, il n’en reste pas moins que les travailleurs hautement qualifiés sont dans un marché mondial, et compareront les opportunités que leur offre la France avec la concurrence : Suisse, Singapour, Allemagne, Pays-Bas, Japon, Chine, Dubaï, etc. Du fait de la mondialisation, les modes de vies tendent à s’uniformiser et les cultures vernaculaires sont moins prégnantes ; en conséquence, tabler sur le « mal du pays » de certains pour inverser le brain drain relève de plus en plus du vœu pieux. Donc, pour inverser la fuite des cerveaux il faut offrir des conditions de vie et de travail au moins égales à celles de la concurrence. Pour l’instant, je ne crois pas que nous en prenions le chemin, du fait de la détérioration de la qualité de la vie et de celle du système éducatif (voir les résultats récents du classement PISA), et du fait qu’à terme la fiscalité sur les classes moyennes est appelée à s’alourdir parce qu’aucune réduction durable des dépenses publiques, malgré leur niveau exceptionnellement élevé, ne semble se profiler. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

05.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

06.

Quand les documents officiels sur le SNU montrent que l’occasion de restaurer l’autorité a été manquée

07.

Pourquoi l’Europe ne s’est jamais complètement remise de l’échec de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires