En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© REUTERS/Benoit Tessier
Circulez
La moralisation pour tous, sauf pour La République en Marche ? Les éléments commencent à s'accumuler...
Publié le 31 mai 2017
Et désormais une enquête sur des emplois fictifs au Parlement qui concerneraient Marielle de Sarnez. La moralisation de la vie politique, premier chantier du candidat Macron ?
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et désormais une enquête sur des emplois fictifs au Parlement qui concerneraient Marielle de Sarnez. La moralisation de la vie politique, premier chantier du candidat Macron ?

Atlantico : L'affaire Richard Ferrand, les indemnités de frais de mandat à des fins personnelles pour le député Alain Tourret, les accusations d’emploi fictif au modem… Comment expliquer que ce nouveau gouvernement subisse autant d'accusations alors qu'Emmanuel Macron faisait de la moralisation de la vie politique le fer de lance de sa campagne présidentielle ? 

Éric Verhaeghe : Peut-être parce qu'il est difficile de faire du neuf avec des gens anciens. Tourret est tout de même maire de sa commune depuis plus de 35 ans. Ne parlons pas de l'ancienneté de Bayrou, ni des sinuosités de Ferrand. On voit bien que tous ces anciens ont des réflexes, des habitudes, des références, qui ne sont pas celles du renouvellement de la vie politique. On n'est d'ailleurs probablement pas au bout de ce qui va apparaître au grand jour. Toute la question est de savoir si les Français vont en prendre leur parti, comme avec Jacques Chirac et son entourage, ou pas. Rétrospectivement, on peut analyser l'ère Chirac comme celle du "retournement" massif de l'opinion qui a commencé à assimiler la classe politique à la filouterie, même si elle a paru s'y accoutumer. On peut donc penser qu'il faut toujours se méfier de l'eau qui dort. Rien n'exclut qu'Emmanuel Macron ne vive une situation de rejet complique même si, en apparence, la "maison est tenue". 

Dans quelle mesure Emmanuel Macron risque-t-il de démontrer que la moralisation c’est bon pour les autres ? 

S'agissant de Macron, il existe tout de même un sujet structurel qui pourrait un jour revenir en boomerang, ce sont les questions que sa gestion patrimoniale a soulevées, et qu'une forme d'intimidation insidieuse a étouffé dans l'oeuf. Mais enfin, Emmanuel Macron a quand même empoché plusieurs millions d'euros lorsqu'il était chez Rotschild et ces millions ont disparu. Pour l'instant, les Français ont accepté de fermer les yeux sur ce dossier délicat en faisant le crédit au jeune candidat des explications qu'il a données. Mais à forcer de donner des coups de canif dans la confiance des Français (avec l'affaire Ferrand par exemple), rien n'exclut que la situation se retourne et Emmanuel Macron aurait intérêt à y prêter attention. Dans la durée, l'opinion publique pourrait arriver à la conclusion que l'équipe du Président comme le Président lui-même ont une relation opaque à l'argent, très différente de la moralisation annoncée. 

Quelles sont les risques encourus pour les élections législatives de voir apparaître autant d'affaire dans ce nouveau gouvernement ? 

Il sont encore difficiles à mesurer selon moi. Pour l'instant, on voit mal quelle est "l'élasticité" de l'opinion publique à ces questions. Il faut dire que les médias parisiens retransmettent en boucle une sorte de discours très favorable au Président, où ses moindres faits et gestes sont commentés de façon quasi-épique. Tout cela recouvre le débat public d'une épaisse couche de brouillard qu'on a du mal à percer. Par prudence, il me paraît donc difficile de tirer des conclusions hâtives de cette situation. Néanmoins, je pense que le Président serait bien inspiré de se poser la question. On n'interprétera pas différemment la position d'Edouard Philippe, qui a appelé les électeurs à jouer les juges de paix dans ce dossier. Certains pourraient y voir la marque d'une duplicité. D'une certaine façon, une défaite d'En Marche aux législatives ne serait pas forcément une mauvaise affaire pour lui ou pour les Républicains. Rien n'exclut donc une surprise le 11 mai. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
04.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
sauvegarde
- 08/06/2017 - 05:38
fillon ferrand et les autres
pourquoi ne parle t'on pas de lemaire qui avait sa femme comme parlementaire à + de 3000 euros par mois (petit protégé)
langue de pivert
- 31/05/2017 - 17:17
La pelle du 18 juin ! Pour enterrer la France ?
M. Verhaeghe a une haute estime de l'électorat Français ! Espérons : ses analyses sont souvent très pertinentes ! Franchement donner une majorité à ce type c'est vraiment n'importe quoi ! Si il a une majorité en juin je ne mettrais plus les pieds dans un bureau de vote. Je suis propriétaire, je ne cherche pas de travail, je n'ai pas de dette, j'ai de quoi voir venir ! Si ce type a une majorité à l'A.N. plus de solidarité nationale, chacun pour soi !
mymi
- 31/05/2017 - 12:13
recrutement des investitures sur le net
objectif : garder la mainmise sur une population de jeunes investis sans expérience, et à l'égo déjà surdimensionné croyant désormais faire partie de l'élite. Pour Macron et ses sbires, c'est tout benef, car ils sont manipulables à souhait....