En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Renault en plein chaos post Ghosn

04.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 5 heures 47 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 7 heures 38 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 9 heures 50 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 11 heures 21 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 13 heures 53 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 15 heures 3 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 16 heures 39 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 7 heures 19 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 8 heures 7 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 10 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 12 heures 1 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 15 heures 4 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 15 heures 7 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 16 heures 23 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 jour 5 heures
© wikipédia
© wikipédia
Délinquance

"Jeunes des quartiers" et violences en série : la France face à une génération incapable de respecter la moindre autorité

Publié le 02 juin 2017
La multiplication des a.tes de violence allant des incivilités aux crimes chez les jeunes est préoccupant, mais est surtout le marqueur d'une génération qui n'a pas connu d'autorité et ne conçoit toujours pas de s'y soumettre.
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La multiplication des a.tes de violence allant des incivilités aux crimes chez les jeunes est préoccupant, mais est surtout le marqueur d'une génération qui n'a pas connu d'autorité et ne conçoit toujours pas de s'y soumettre.

Atlantico : Guet-apens, razzia dans les supermarchés, attaques en groupe dans les trains, antifas, élèves rebelles. Est-ce que la jeune génération est plus sujette qu'une autre aux comportements violents, déviants ?  Quels ressorts sociologues et psychologiques pourraient permettre d'expliquer ce phénomène de violence ?

Eric Deschavannes : On ne peut évoquer que des tendances, et il faut en outre distinguer plusieurs jeunesses. Sur un plan sociologique général, on observe une tendance lourde, séculaire, à la pacification des moeurs au sein des sociétés démocratiques. Cela se traduit stattistiquement par la diminution des crimes de sang. En conséquence de quoi nombre de sociologues vous répondraient que la jeunesse n'est pas plus violente qu'auparavant et que le sentiment général d'assister à une dégradation s'explique par une plus grande sensibilité à la violence. Il y a une part de vérité dans ce discours mais il est pourtant indéniable qu'il se passe quelque chose au niveau des nouvelles générations et qu'il existe une tendance à l'augmentation des incivilités et des violences; cette tendance est circonscrite dans le temps et dans l'espace, mais elle est bien réelle.
Comment l'expliquer ? Il y a des facteurs évidents, classiquement évoqués : l'adolescence comme âge dangereux, l'âge des "conduites à risque" et, surtout, la constitution de quartiers "ghettos" où se développe une culture de la violence  - en raison du chômage de masse, de la multiplication des trafics et de la concentration d'une population d'origine immigrée, "ethniquement" différente du reste de la population. Plus en profondeur, le mode de socialisation "individualiste"qui caractérise nos sociétés a pour effet ce qu'on a longtemps appelé "la crise de l'autorité". L'individualisme est l'expression d'une société qui cultive la liberté et l'égalité: l'individu est sacralisé et la communauté est à son service, ce qui implique la valorisation de la bienveillance en matière d'éducation. C'est une excellente chose si la prime éducation parvient encore à transmettre le rapport à la loi. Il n'existe pas, fort heureusement, d'impossibilité structurelle, mais force est de constater qu'il peut y avoir des ratés, dans la mesure où la transcendance et la verticalité de la loi n'ont plus un caractère d'évidence naturelle. L'enfant en faisait naguère l'épreuve à  travers la figure du chef de famille, relai au sein de la communauté familiale de l'autorité de la loi de la communauté politique ou de la loi de Dieu. C'est ce que les psychanalystes nommaient "la figure du Père". Aujourd'hui, il faut construire l'autorité et la transmission de la loi de manière consciente et volontaire car l'amour et le culte de l'indépendance individuelle tendent à se substituer, au sein de la famille démocratique, à l'emprise communautaire, à l'obéissance quasi-automatique aux règles et conventions sociales. Le risque est de produire des "enfants-rois" et des ados ingérables.
L'école est à cet égard souvent à côté de la plaque, dans la mesure où on croit à tort que l'on peut lutter contre les "incivilités" par l'éducation morale et civique. Or, le principe du respect de l'autre est connu de tous, et les bons sentiments sont unanimement valorisés. Ce qui fait le plus souvent défaut et qui ne s'acquiert pas sous la forme d'un enseignement didactique, c'est la maîtrise de soi : celle-ci suppose l'appropriation subjective de la transcendance de la loi, laquelle vient limiter de l'intérieur l'expression spontanée de soi, et notammant celle des pulsions. Dans un bain culturel qui valorise l'expression authentique de l'individu, la censure et l'autocensure des désirs, pensées et sentiments ne font pas l'objet d'une ardente promotion. Le problème concerne du reste tous les âges et tous les milieux sociaux, il suffit d'une promenade sur les réseaux sociaux pour s'en rendre compte.

Quelle est l'ampleur du phénomène ? Est-ce qu'il y a des territoires plus marqués que d'autres ?

Dans toutes les enquêtes sur les "conduites à risque" de la jeunesse, parmi lesquelles il faut compter bien entendu la délinquance et la violence, on retrouve à peu près toujours la même proportion de jeunes porteurs de problèmes : cela concerne grosso modo un cinquième de la jeunesse. Il faut toutefois discriminer sociologiquement : les comportements déviants se concentrent dans certains quartiers qui vivent dans une véritable contre-culture, en rupture avec les normes de la société globale. Au sein de l'éducation nationale, on sait par exemple que les "incivilités" en augmentation ont principalement lieu dans 10% des établissements scolaires. Après 40 ans de chômage de masse et de tolérance des trafics, une culture de la transgression et de la violence s'est par endroits durablement installée.

Quelles pourraient être les solutions pour lutter contre cette banalisation de la violence ?

Sur le papier, j'en vois deux : la tolérance zéro pour mettre un terme à l'impunité; l'éducation à la parentalité pour tenter le pallier les carences de l'éducation familiale. Mais c'est évidemment plus facile à dire qu'à faire. Je crains que nous ne soyons condamnés à subir durablement les effets de cette évolution avant de parvenir à concevoir quelques mesures susceptibles de la contrarier. Dans l'attente, il importe de sortir du déni des réalités et de travailler à établir le bon diagnostic. 

Peut-on dire qu'il y a une jeunesse qui n'a plus du tout la peur du gendarme ou de l'autorité ou la situation est-elle plus nuancée ? Est-ce qu'il y a un contraste très marqué au sein de la même génération selon vous ?

Il existe une tendance générale à la diffusion d'une culture de tolérance à l'égard de la violence et de la déviance (de la triche, du vol, des conduites sans permis, de la consommation de drogue, etc., jusqu'aux affrontements avec la police) mais elle se traduit différemment selon les contextes sociaux. Elle peut être euphémisée, objet de consommation culturelle à caractère cathartique, ou bien se traduire dans les actes. Il est intéressant de noter, par exemple, que la moitié des lycéens justifie le blocage des lycées – ce qui constitue pourtant à l'évidence une incivilité -, parce que la culture de protestation, politiquement valorisée, permet de justifier plus facilement ce type d'actes, tous milieux sociaux confondus. On peut observer, à l'occasion des manifestations lycéennes, à quel point l'affrontement avec la police s'est aujourd'hui banalisée: il s'agit presque d'un rite, d'une norme socialement acceptée - la société faisant quasiment obligation aux policiers de consentir stoïquement aux crachats. Pour la majorité de la jeunesse bien intégrée, de tels comportements ne sont toutefois que des embardées sporadiques, une forme de transgression de portée limitée. D'où le sentiment général que tout cela n'est pas si grave. Mais pour une partie de la jeunesse qui échappe aux radars de la médiatisation et que la sociologie universitaire ne veut pas voir telle qu'elle est, les conduites transgressives sont devenues un ordinaire en même temps qu'une source durable et structurelle d'exclusion.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Renault en plein chaos post Ghosn

04.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 31/05/2017 - 10:16
Education, famille et communauté
L'éducation est d'abord le fait et la responsabilité des parents. Mais dans toute communauté, il y a des familles fragilisés, parfois défaillantes. Certaines familles peuvent compter sur l'aide des proches, d'autres n'ont pas cette possibilité. Tout l'intérêt d'un vraie communauté locale et solidaire et que celle-ci peut pallier l'éventuelle défaillance familiale. C'était le cas de la Société rurale et provinciale occidentale depuis la révolution agricole du XVIIIe siècle jusqu'à l'exode rural d'après guerre. Dans les metropoles, les classes sociales vivaient chacune entre-soi, mais la Société fut solide jusqu'en 1968. Les années 1970 ont vu outre la crise économique (en fait celle des Etat-Providence, mais les politiciens l'ont tu) et le chômage de masse, mais aussi la déconstruction de l'Ecole, de la Famille, de la Patrie. Une Société individualisée d'enfants-rois. Déléguant (se délestant ! de) ses solidarité à l'Etat. Dans cette Société sans autorité, sans solidarité, fit irruption la famille immigré musulmane, construite sur des bases ancestrales, et que les politiciens ont victimisée tout en culpabilisant la Société d'accueil ! Pire politique eut été difficile à trouver !
vangog
- 30/05/2017 - 22:04
Autorité et exemplarité...
sont les deux vecteurs de la transmission des savoirs et de la morale. Les professeurs, juges, journaleux, nommés par le pouvoir gauchiste (sens large: Ripoublicains confondus, en marche ou à l'arrêt...) n'ont ni l'exemplarité, ni l'autorité, déniée par les commissaires politiques qui les encadrent avec...autorité! Dans cette configuration d'avant-mur, impossible de transmette ni la morale, ni le savoir aux jeunes...n'évoquons même pas le patriotisme...(Oooooh, le gros mot!...condamné à être exposé en place de grève pour avoir prononcé le mot interdit...et n'y revenez pas
Ouligan
- 30/05/2017 - 18:36
Quelle autorité?
Pour qu'une autorité soit respectée,encore faut il qu'il y en ait une et que lorsque elle existe ceux qui la décident et la mettent en oeuvre soient eux mémes respectables et légitimes.Nous en sommes loin.car lorsque cet autorité existe,cela arrive de temps en temps, elle est appliquée a géométrie variable,Nos institutions a bien des égards non démocratiques sont un ferment de délégitimation et donc un facteur de transgression .Cela n'excuse en rien le comportement des "jeunes de quartiers" de plus en plus mus par d'autres motivations que l'on ne veut surtout pas evoquer.,car alors la double appellation douceureuse "jeunes" et de "quartiers",l' ingénuité et le social comme excuse préalables ,tomberait comme un fruit mur