En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
Route barrée
Immigration au Royaume-Uni en chute depuis le Brexit : quand la volonté politique agit sur les flux migratoires
Publié le 02 juin 2017
L'adoption du Brexit a été un signal fort envoyé à l'Europe. Les Britanniques ont fait comprendre qu'ils ne voulaient pas de l'Europe telle qu'elle fonctionne. Ce climat de défiance a pu être être adressé aux migrants également. Le nombre de personnes entrées sur le territoire en 2016 a reculé de près de 80 000 personnes par rapport à 2015.
Philippe Moreau Defarges est professeur à l'Institut d'études politiques de Paris. Spécialiste des questions internationales et de géopolitique, il est l'auteur de très nombreux livres dont Introduction à la géopolitique (Points, 2009) ou 25...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Moreau Defarges
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Moreau Defarges est professeur à l'Institut d'études politiques de Paris. Spécialiste des questions internationales et de géopolitique, il est l'auteur de très nombreux livres dont Introduction à la géopolitique (Points, 2009) ou 25...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'adoption du Brexit a été un signal fort envoyé à l'Europe. Les Britanniques ont fait comprendre qu'ils ne voulaient pas de l'Europe telle qu'elle fonctionne. Ce climat de défiance a pu être être adressé aux migrants également. Le nombre de personnes entrées sur le territoire en 2016 a reculé de près de 80 000 personnes par rapport à 2015.

Atlantico : Le bureau des statistiques nationales britannique a publié des chiffres sur l'immigration au Royaume-Uni. En 2016, l'immigration nette enregistrée était de 248.000 personnes qui sont entrées au Royaume-Uni. Cela représente une baisse de 84 000 personnes par rapport à l'année 2015. Est-ce que pour parvenir à cette baisse, le signal envoyé aux autres pays par le Brexit a été plus dissuasif que les politiques d'immigration, qui consistent à remettre les contrôles aux frontières par exemple ? 

Philippe Moreau-Defarges : Le Brexit, vote en faveur de la sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne est l'un des éléments parmi d'autres qui peuvent permettre de comprendre la baisse de l'arrivée de migrants au Royaume-Uni. De nombreux autres facteurs entrent en jeu comme la situation économique toujours en proie à la crise par exemple. Les migrants sont informés et savent que les britannique ne veulent pas d'eux. La vision politique du Brexit envoie d'autres signaux impactant sur leur arrivée et leur venue. Le rejet des migrants et très fort. C'est un symbole qui résume la situation à l'encontre des migrants entre autre. Le rejet des migrants est très fort là-bas et ceux même si le Brexit n'avait pas été voté. Le Brexit représente une partie émergée des causes qui expliquent que les migrants soient moins nombreux cette année dans le recensement réalisé par le Bureau des Statistiques Nationales. 

Le Brexit est en plus du rejet des migrants, un rejet de l'Europe. Cette baisse s'explique par les incertitudes économiques. J'en parlais précédemment. Les migrants veulent trouver un travail au Royaume-Uni, or, l'économie est encore en crise. La politique intérieure de la Grande-Bretagne au travers des contrôles a changé d'attitude. Elle est beaucoup plus stricte et beaucoup plus restrictive. Le contexte de la société britannique a changé enfin. Il y a encore dix ans, les Britanniques étaient très favorables à la libre circulation des personnes mais les différentes crises, économiques, migratoires ont eu raison de cet enthousiasme d'alors. Il s'agit donc encore une fois d'un tout, un ensemble de raisons qui vont avec le Brexit. Nous avons changé d'époque. Nous sommes entrés dans une époque de fermeture, ou la circulation est davantage restreinte. Le Brexit exprime cette fermeture. La situation est similaire aux Etats-Unis avec le cas du mur à la frontière mexicaine et elle a failli se produire en France. 

Est-ce que la vision politique l'emporte sur l'action dans la lutte contre l'immigration ? 

Les migrants veulent se sortir d'affaire dans les pays où ils vivent. Les migrants savent que le Brexit a été voté. Chacun des migrants, mis à part se considèrent comme des cas à part parce qu'ils avancent le fait qu'ils ont de la famille au Royaume-Uni pour rester. Les migrants issus des pays d'Europe Centrale sont arrivés il y a moins de dix ans. Les zone ou le vote contre le Brexit a été le plus fort sont les zones ou les populations d'Europe Centrale ont progressé le plus fortement durant cette période. Certaines villes se transforment. La nature de certaines populations immigrées transforme les villes ou ils sont résidants. Certaines villes ont une population polonaise, hongroise ou même roumaines prend le dessus sur les villes anglaises classiques. La capacité des migrants à trouver leur place dans la société pose question sur les britanniques. La libre circulation a rendue plus simple les flux migratoires en provenance d'Europe centrale. 

Est-ce qu'on a pu voir ce phénomène se reproduire ailleurs ? Est-ce qu'un cas similaire a pu fonctionner ? 

Les migrants finissent pas intégrer le fait que les européens ne veulent pas d'eux. C'est un fait qui se vérifie en Europe Occidentale avec les mouvements populistes qui jouent sur les peurs et diffusent un climat de scepticisme à leur égard. Les migrants qui sont au sein de l'Union Européenne communiquent intensément avec les migrants qui sont au dehors. Après il faut bien admettre le fait que les migrants venants de la Méditerranée viennent quand même malgré les réticences occidentales. Ils n'ont pas le choix et savent que les conditions de vie ne seront pas pires que celles connues dans leurs pays d'origine. Les motivations des migrants ne sont pas les mêmes quand ils viennent d'Europe Centrale ou d'Afrique et de Lybie et il faut bien les distinguer. 

Après, le Royaume-Uni est une terre assez éloignée par rapport à l'Europe Centrale. Il est beaucoup plus compliqué de venir, beaucoup de pièges, les trafics d'êtres humains, la violence et la faim qui démotivent les candidats à l'immigration.

 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
04.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
05.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
06.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
07.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 27/05/2017 - 20:01
Migrants
" Les migrants veulent trouver un travail au Royaume-Uni, or, l'économie est encore en crise" Et donc ils ne viennent pas... C'est tout simple. La France est encore plus en crise et ils viennent en France, cherchez l'erreur.
Frangipanier123Paris
- 27/05/2017 - 16:44
"ajm" a tout compris:
CITATION
Mélange hétéroclite dans le propos.

L'article traité de la même façon les différentes sortes de migrants qui vont du trader, chirurgien ou chef de cuisine français, les artisans ,plombiers et autres polonais, les informaticiens hongrois , les commerçants pakistanais ou indiens et la masse énorme qui vient du Moyen-Orient et d'Afrique, musulmane à 90% qui pose évidemment des problèmes spécifiques que ce soit en coût d' intégration, en qualifications utiles et en risques sécuritaires
FIN DE CITATION
Aucun politichien français, je dis bien "AUCUN", n'a encore expliqué cela à nos concitoyens de manière aussi claire et transparente ... C'est pourtant assez facile à comprendre, point n'est même besoin d'avoir le 'brevet des collèges' !
ajm
- 27/05/2017 - 13:22
Mélange hétéroclite dans le propos.
L'article traité de la même façon les différentes sortes de migrants qui vont du trader, chirurgien ou chef de cuisine français, les artisans ,plombiers et autres polonais, les informaticiens hongrois , les commerçants pakistanais ou indiens et la masse énorme qui vient du Moyen-Orient et d'Afrique, musulmane à 90% qui pose évidemment des problèmes spécifiques que ce soit en coût d' intégration, en qualifications utiles et en risques sécuritaires.