En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
EDITORIAL
Quand la campagne électorale anesthésie les vrais débats sur la sortie de crise
Publié le 10 mars 2012
La campagne électorale monte en puissance d’une étrange manière. Elle s’est amorcée sous le signe de l’invective, comme si l’injure devait suppléer la carence du débat.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La campagne électorale monte en puissance d’une étrange manière. Elle s’est amorcée sous le signe de l’invective, comme si l’injure devait suppléer la carence du débat.

Étrange comportement des différents acteurs de la campagne avec d’interminables palabres sur le mode d’abattage des animaux et les rites de consommation de la viande, ou des controverses sur le nombre de travailleurs étrangers clandestins. On envisage les problèmes par le petit bout de la lorgnette avec un haro sur les très riches comme si une petite minorité de contribuables pouvait à elle seule suffire à éviter à la majorité de la population la hausse des impôts qui les attend après les élections, comme si l’austérité annoncée depuis le début de la crise pouvait permettre de continuer à vivre comme avant, sans que rien ne bouge pour la grande majorité de la population.

Derrière le tintamarre médiatique sur des questions de société qui ne devraient pas être au premier plan, règne un étonnant silence sur les problèmes de fond de l’heure, comme si soudain une vague de chloroforme s’était répandue sur le pays. Il est vrai qu’une certaine détente se fait jour dans l’environnement qui incite à temporiser après les violentes tensions des derniers mois. Tout y contribue : la banque centrale européenne vient d’inonder le marché avec mille milliards d’euros de prêts dont les banques se sont gavées à un pour cent d’intérêt alors qu’elles vont reprêter cet argent à 3 ou 4%. Parallèlement les entreprises du CAC 40 ont engrangé l’an dernier des bénéfices à peine inférieurs à ceux de l’année précédente, en donnant ainsi l’impression que la machine économique continue de tourner avec profit. Les bourses ont pratiquement effacé le dernier choc de la crise de l’été dernier en retrouvant des niveaux inconnus depuis un an.

Tout cela a tendance à reléguer au second plan les problèmes essentiels, en considérant qu’on peut gagner du temps en évitant de parler des sujets qui fâchent tel que le déficit abyssal du commerce extérieur, malgré une nouvelle menace d’aggravation due à l’envolée des cours du pétrole. Quant à la dette, sa simple évocation fait figure de mot grossier que les candidats à l’élection évitent de prononcer. Au cours du quinquennat, le Parlement a voté 264 lois dont 140 textes fiscaux et quinze collectifs budgétaires et pourtant l’impression prévaut que rien ne bouge fondamentalement sur les réformes que d’innombrables rapports continuent de préconiser au fil des ans et que l’on consulte régulièrement sans prétendre les sortir de leur placard.

La France n’est pas pour autant perçue comme un repoussoir si l’on en juge par le dernier baromètre de la chambre de commerce américaine en France. Son attractivité aurait même augmenté de dix points en un an à 56%. Certes l’enquête énonce des faiblesses comme le coût de la main d’œuvre et la difficulté de licencier, mais celles-ci sont plus que compensées par la qualité de vie et des infrastructures, la situation géographique privilégiée.  

Et le cadeau que l’Europe vient de faire à Athènes en effaçant une grande partie de sa dette sans contrepartie pourrait inciter bon nombre de nos compatriotes à clamer : « Nous sommes tous des Grecs ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
L’économie française, bouée de sauvetage de la zone euro ?
07.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
06.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Harmaggedon
- 11/03/2012 - 03:24
des vrais loups... !
Ils veulent tous le POUVOIR et... les places qui vont avec !
Sans arguments massues, tels des loups prédateurs, ils chassent en meute.
Ils sont TOUS conscients que le modèle français, économie de la demande, empilement de statuts particuliers, de privilèges catégoriaux, mille-feuille administratif, n'est viable qu'avec une croissance de l'ordre de 7 ou 8% que nous ne sommes pas près de retrouver.
Sans croissance, dans leur fuite en avant, pour maintenir les privilèges des uns, les dirigeants seront tous obligés de reprendre à d'autres, qui tels des loups, eux aussi, défendront les morceaux arrachés à la meute...
La seule différence entre les candidats résidera donc dans le choix des cibles... car qui oserait, comme pourtant il faudrait le faire, remettre tout à plat, revenir sur les avantages de chacun, et donc mécontenter tout le monde ?
Pour des raisons électoralistes et leurs propres privilèges, les politiques ont dévoyé le système et la solidarité. Aujourd'hui, ils en font les frais, et cela les rend agressifs.