En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 3 heures 42 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 4 heures 19 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 11 heures 59 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 13 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 4 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 6 heures 4 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 8 heures 58 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 11 heures 41 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 11 heures 56 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 12 heures 11 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 12 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 13 heures 3 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 13 heures 7 min
EDITORIAL

Quand la campagne électorale anesthésie les vrais débats sur la sortie de crise

Publié le 10 mars 2012
La campagne électorale monte en puissance d’une étrange manière. Elle s’est amorcée sous le signe de l’invective, comme si l’injure devait suppléer la carence du débat.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La campagne électorale monte en puissance d’une étrange manière. Elle s’est amorcée sous le signe de l’invective, comme si l’injure devait suppléer la carence du débat.

Étrange comportement des différents acteurs de la campagne avec d’interminables palabres sur le mode d’abattage des animaux et les rites de consommation de la viande, ou des controverses sur le nombre de travailleurs étrangers clandestins. On envisage les problèmes par le petit bout de la lorgnette avec un haro sur les très riches comme si une petite minorité de contribuables pouvait à elle seule suffire à éviter à la majorité de la population la hausse des impôts qui les attend après les élections, comme si l’austérité annoncée depuis le début de la crise pouvait permettre de continuer à vivre comme avant, sans que rien ne bouge pour la grande majorité de la population.

Derrière le tintamarre médiatique sur des questions de société qui ne devraient pas être au premier plan, règne un étonnant silence sur les problèmes de fond de l’heure, comme si soudain une vague de chloroforme s’était répandue sur le pays. Il est vrai qu’une certaine détente se fait jour dans l’environnement qui incite à temporiser après les violentes tensions des derniers mois. Tout y contribue : la banque centrale européenne vient d’inonder le marché avec mille milliards d’euros de prêts dont les banques se sont gavées à un pour cent d’intérêt alors qu’elles vont reprêter cet argent à 3 ou 4%. Parallèlement les entreprises du CAC 40 ont engrangé l’an dernier des bénéfices à peine inférieurs à ceux de l’année précédente, en donnant ainsi l’impression que la machine économique continue de tourner avec profit. Les bourses ont pratiquement effacé le dernier choc de la crise de l’été dernier en retrouvant des niveaux inconnus depuis un an.

Tout cela a tendance à reléguer au second plan les problèmes essentiels, en considérant qu’on peut gagner du temps en évitant de parler des sujets qui fâchent tel que le déficit abyssal du commerce extérieur, malgré une nouvelle menace d’aggravation due à l’envolée des cours du pétrole. Quant à la dette, sa simple évocation fait figure de mot grossier que les candidats à l’élection évitent de prononcer. Au cours du quinquennat, le Parlement a voté 264 lois dont 140 textes fiscaux et quinze collectifs budgétaires et pourtant l’impression prévaut que rien ne bouge fondamentalement sur les réformes que d’innombrables rapports continuent de préconiser au fil des ans et que l’on consulte régulièrement sans prétendre les sortir de leur placard.

La France n’est pas pour autant perçue comme un repoussoir si l’on en juge par le dernier baromètre de la chambre de commerce américaine en France. Son attractivité aurait même augmenté de dix points en un an à 56%. Certes l’enquête énonce des faiblesses comme le coût de la main d’œuvre et la difficulté de licencier, mais celles-ci sont plus que compensées par la qualité de vie et des infrastructures, la situation géographique privilégiée.  

Et le cadeau que l’Europe vient de faire à Athènes en effaçant une grande partie de sa dette sans contrepartie pourrait inciter bon nombre de nos compatriotes à clamer : « Nous sommes tous des Grecs ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Harmaggedon
- 11/03/2012 - 03:24
des vrais loups... !
Ils veulent tous le POUVOIR et... les places qui vont avec !
Sans arguments massues, tels des loups prédateurs, ils chassent en meute.
Ils sont TOUS conscients que le modèle français, économie de la demande, empilement de statuts particuliers, de privilèges catégoriaux, mille-feuille administratif, n'est viable qu'avec une croissance de l'ordre de 7 ou 8% que nous ne sommes pas près de retrouver.
Sans croissance, dans leur fuite en avant, pour maintenir les privilèges des uns, les dirigeants seront tous obligés de reprendre à d'autres, qui tels des loups, eux aussi, défendront les morceaux arrachés à la meute...
La seule différence entre les candidats résidera donc dans le choix des cibles... car qui oserait, comme pourtant il faudrait le faire, remettre tout à plat, revenir sur les avantages de chacun, et donc mécontenter tout le monde ?
Pour des raisons électoralistes et leurs propres privilèges, les politiques ont dévoyé le système et la solidarité. Aujourd'hui, ils en font les frais, et cela les rend agressifs.