En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© BERTRAND GUAY / POOL / AFP
Au piquet !
Derniers chiffres du chômage du quinquennat Hollande : la fin médiocre d'un mandat raté
Publié le 25 mai 2017
Les nouveaux chiffres affichés ne sont pas si positifs...
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les nouveaux chiffres affichés ne sont pas si positifs...

Atlantico : Quel est le principal enseignement que nous pouvons tirer de ces derniers chiffres du chômage ?

Pierre François Gouiffès : Le dernier mois du mandat du quinquennat Hollande est un mois positif en ce qui concerne les demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A, -37 700) mais aussi un mois négatif si l’on prend en compte les demandeurs d’emploi sans activité ou avec activité réduite (ABC, +30 900). Les quatre premiers mois de l’année sont surtout marqués par la stabilisation du chômage à un niveau élevé, voire une dégradation de la tendance par rapport à 2016 : stabilité pour la catégorie A contre une baisse de 116 000 en 2016 sur cette catégorie.

Le commentaire mensuel des chiffres du chômage constitue un important rituel médiatique de la République, rituel que la nouvelle ministre Muriel Pénicaud semble avoir décidé de remettre en cause, ce qui peut se comprendre car effectivement seule la tendance de moyen terme compte.

Hollande semble donc terminer son quinquennat sur une note positive concernant les chiffres du chômage. Pour autant en observant la tendance, quel bilan tirer de ce quinquennat ? Est-ce si positif que cela et quel peut être le sens cacher de ces chiffres ?

Le quinquennat de François Hollande a été quelque peu pollué par son engagement de ne pas se représenter s’il ne pouvait pas mettre en avant une baisse significative du chômage. Essayons donc de voir le poids de la situation de l’emploi sur sa décision de décembre de ne pas concourir à l’élection.

De fait le chômage a significativement progressé durant le quinquennat même si c’est de façon moindre que sous Nicolas Sarkozy qui lui a l’excuse d’une violente récession : +18 % pour la catégorie A (3,7 millions de personnes dont près de 600 000 en plus) depuis mai 2012, +26 % pour les ABC (5,8 millions, +1,2 millions supplémentaires). La seule catégorie pour laquelle le chômage a baissé sur le quinquennat est constituée par les jeunes (-5 %) mais il y a eu une véritable explosion du chômage des plus de cinquante ans qui a augmenté de moitié.

La France demeure donc installée dans un certain nombre de difficultés structurelles : déficits jumeaux, faible croissance, taux de chômage élevé par rapport à nos grands voisins ou en baisse moins rapide que les pays qui ont pris plus brutalement le choc de 2008. Donc beaucoup de travail pour la nouvelle équipe !

Quels résultats aurait-on pu avoir avec la conduite d'une autre politique économique ?

Je pense que la politique économique initiale du quinquennat, qui rappelons le commence alors que la crise de la zone euro était encore vive, est notamment marquée par la méthode française de réduction des déficits : on essaie de revenir à un semblant d’équilibre par une forte hausse des prélèvements obligatoires. Fait aggravant dans le cas de Francois Hollande, la très forte hausse des prélèvements opérée en 2012-2013 ne faisait en outre que renforcer celle décidée par Nicolas Sarkozy en 2011-2012. Il est très probable que la violence du choc fiscal a pesé sur la croissance et donc le chômage conjoncturel : François Hollande n’a ainsi qu’une croissance poussive les trois premières années de son mandat (0,2 % en 2012, 0,6 % en 2013, 0,3 % en 2014) et une reprise plus que modeste ensuite.

Il y a ensuite l’enjeu des réformes structurelles. François Hollande a montré des velléités en la matière (CICE, loi Macron, loi El Khomri) mais plutôt dans la seconde moitié de son mandat et dans un contexte d’opposition interne particulièrement fort. D’où des résultats tardifs et mitigés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Djib
- 26/05/2017 - 07:22
La cinétique du boomerang
Pépère avait décidé d'enfumer Merkel avec quelques efforts pour réduire la dette abyssale française sans dégraisser le mamouth mais en matraquant fiscalement les classes sociales qui n'avaient pas voté pour lui. Pour le chômage, il suffisait d'attendre le retour d'un cycle favorable, là aussi en appliquant la bonne sentence du père Queuille, "il n'y a pas de problème qu'une absence totale de décision ne finisse pas un jour par résoudre". Patatras, le boomerang lui est revenu dans la figure quand les prélèvements massifs ont asséché la demande.
vangog
- 25/05/2017 - 23:35
1,2 million de chômeurs ABC supplémentaires...
depuis 2012! Et l'autre inversé présidentiel qui pensait avoir laissé la France dans un meilleur état que celui dans lequel il l'avait trouvé...pauvre tarte, va!