En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

06.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 26 min 36 sec
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 57 min 12 sec
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 3 heures 5 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 16 heures 42 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 16 heures 47 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 17 heures 43 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 19 heures 44 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 21 heures 14 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 27 min 14 sec
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 2 heures 5 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 2 heures 28 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 15 heures 36 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 17 heures 1 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 19 heures 11 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 19 heures 56 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 21 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
Les petites oubliées

Réforme du marché du travail : pourquoi les TPE et les PME pourraient encore être les grandes oubliées

Publié le 24 mai 2017
Alors que le président de la République reçoit ce mardi, à l'Elysée, les représentants des grands syndicats de France, Emmanuel Macron va devoir apprendre à gérer à la fois les revendications salariales et patronales sur la réforme du code du travail. Il y a un risque de voir les PME et les TPE passer à la trappe.
Hervé Lambel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Lambel est candidat à la présidence du Medef et co-fondateur du CERF (Créateurs d'emplois et de richesse en France). D’une lignée d’entrepreneurs, il est diplômé de l’EPSCI (Essec). Il entre en 2000 à la CGPME, puis fonde en 2003 le CERF, dont...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le président de la République reçoit ce mardi, à l'Elysée, les représentants des grands syndicats de France, Emmanuel Macron va devoir apprendre à gérer à la fois les revendications salariales et patronales sur la réforme du code du travail. Il y a un risque de voir les PME et les TPE passer à la trappe.

Atlantico : Alors que le président de la République reçoit ce mardi, à l'Elysée, les représentants des grands syndicats de France, Emmanuel Macron va devoir apprendre à gérer à la fois les revendications salariales et patronales sur la réforme du code du travail. Mais quels sont les risques, aujourd'hui, de voir les PME et TPE, dont les enjeux et problématiques diffèrent souvent des plus grandes sociétés souvent ciblés par les réformes, passer à la trappe? 

Hervé Lambel : Le premier des risques relève d'un sujet qui n'est pas véritablement abordé dans le cadre de la réforme, celui de la représentativité des organisations qui sont amenés à parler dé ces entreprises. On a aujourd'hui un vrai problème de représentativité, confirmé par la mesure récente pour évaluer le poids réel de nos organisations, et on s'aperçoit que le nombre d'entreprises adhérentes à des syndicats patronaux est assez faible. 

Personne n'est donc véritablement représentatif pour parler des TPE et des PME. Pour autant tout le monde est maintenant d'accord pour enfin faire des TPE un sujet majeur. Sur les PME on est moins inquiet, mais sur les TPE on se rend compte d'une méconnaissance majeure de nos entreprises tant sur le plan social que sur le plan économique. 

Ça pose la question de l'efficience des corps intermédiaires. Le président va rencontrer les organisations et ensuite on va travailler par ordonnance, mais l'ordonnance à vocation à être votée par le Parlement. La question se pose de la connaissance des parlementaires de ces petites entreprises. Il y a au sein de l'Assemblée un déficit de représentations de ces petites entreprises. On en revient à leurs interlocuteurs, il y a deux types. 

Ceux que croisent les députés en se déplaçant dans leurs circonscriptions. Le risque est de ne pas avoir de vision d'ensemble mais un effet loupe sur certains problèmes.

Dans le même temps les autres interlocuteurs que vont avoir les députés ce sont les partenaires sociaux, ceux-là mêmes qui connaissent mal les petites entreprises. Il y a donc un problème de connaissance, d'accès à des données suffisamment éclairantes. 

On a un vrai problème de défaillance des corps intermédiaires pour représenter ces petites entreprises et ensuite trouver des moyens de formuler des solutions auprès du politique (exécutif ou législateur)  qui prennent en compte l'intérêt général.

Dans ce que souhaite mettre en place le Président de la République, un sujet majeur et qui va dans le sens des petites entreprises est l'inversion des normes. Cela avait été abordé et entamé par la loi El Khomri. Aujourd'hui comme on a ce déficit de représentativité des organisations patronales, il n'est pas normal de laisser la négociation à ces organisations patronales en lieu et place des entreprises elles-mêmes avec leurs salariés. Donc jusqu’à maintenant la loi qui était édictée par des organisations non représentatives s'appliquait à toutes les entreprises de façon uniforme. On a quand même un code civil qui parle de l'importance du contrat. Et c'est justement ce qui doit régir les relations de travail,le contrat. Il y a des gardes fous aujourd'hui pour encadrer les dérives, on se rend compte que les choses ont été rééquilibrés (les salariés disposent de moyens importants pour faire valoir leur droit et se défendre) alors  que l'entreprise elle-même à des moyens limités, surtout dans les petites entreprises. 

Donc l'inversion des normes est un point important pour avancer. Cela nécessitera que les employeurs comme les employés se tournent vers des organisations capables de leur apporter des conseils. 

Parmi les mesures demandées par le Medef figure le plafonnement des indemnités prud'homales. Quel peut-être le danger pour les PME et les TPE?

C'est l'application d'une règle uniforme qui deviendra force de loi et qui sera finalement non pas l'indemnité prud'homale mais l'indemnité de licenciement. Côté salarié se pose la question qui est la réparation du préjudice. Il est clair que face à un même problème, le préjudice n'est pas nécessairement le même. Est-ce que le code du travail et le barème d'indemnisation seront en capacité de le prendre en considération ? Visiblement non. Bien évidement on cherche à répondre à un problème qui est celui de la visibilité. La réflexion est juste mais est-ce que la solution est la bonne ? je ne le crois pas. car elle revient in fine à une augmentation du coût du travail pour les petites entreprises. or, toute augmentation du coût du travail produit des défaillances d'entreprises que l'on ne prend pas suffisamment en compte pour évaluer la situation de l'économie française.

Si l'on analyse ce qui se passe en conseil des prud'hommes, on se rend compte que bien souvent le montant de ce qui est octroyé au salarié en cas de condamnation de l'employeur ne correspond pas -ou très rarement- à ce qu'il demandait. Donc il y a une différence entre la demande et ce qui est obtenu. Si on institutionnalise un barème et que cela devient la base de la négociation de la rupture de contrat de travail, on commence à étendre à tous ce qui auparavant ne relevait que du risque judicaire et qui n'était pas nécessairement appliqué à tous. 

Quelles seraient les solutions pour une réforme du marché du travail capable de favoriser les PME et TPE, sans pour autant pénaliser les plus grandes entreprises ?

L'inversion des normes est incontestablement une bonne chose. Il faut poursuivre dans l'idée de la notion du contrat. C'est le contrat qui doit faire loi. 

Pour les TPE cela veut dire qu'elles ne sont plus soumises à des décisions qui sont celles des organisations non représentatives qui, chaque fois qu'elles vont négocier, sont obligées d'accepter de lâcher quelque chose en contrepartie d'autre chose. Revenir au contrat permet à l'entreprise de mieux moduler, de mieux gérer les points sur lesquels elle est en capacité ou non de s'adapter. Cette flexibilité-là donnera une flexibilité à l'entreprise pour mieux développer son activité. Le but n'est pas de flexibiliser le salarié, mais bien de donner à l'entreprise qui est le lieu où le capital et le travail vont se rencontrer pour produire une richesse partagé par tous, sous forme de service, de produit, de salaire ou de dividendes. On a tous un intérêt à ce que l'entreprise puisse délivrer au mieux ce service. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
totor101
- 25/05/2017 - 10:59
TPE PME ?
Leur existence même est un problème pour les grosses boites !
- meilleure réactivité
- couts de gestion moins élevés
- direction plus proche du personnel (donc mieux suivie)
- et surtout concurrence ....
- etc...
ALORS depuis GISCARD, l'état s'ingénie à les casser !
Pourtant, qui crée des emplois ?