En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles
Comment l'Etat islamique a repris à son compte les techniques de communication du printemps arabe
Publié le 26 mai 2017
Parmi les ouvrages sur l'État islamique, voici le premier à décrypter l'incroyable pouvoir de persuasion qui amène des milliers d'hommes à tuer ou à mourir pour un califat mythique. Implanté sur sa terre sacrée, il attire des "foreignfighters" du monde entier et souvent leur famille. (Extrait de "Daesh : L'arme de la communication dévoilée" de François-Bernard Huyghe, publié aux Editions VA Press 2/2)
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parmi les ouvrages sur l'État islamique, voici le premier à décrypter l'incroyable pouvoir de persuasion qui amène des milliers d'hommes à tuer ou à mourir pour un califat mythique. Implanté sur sa terre sacrée, il attire des "foreignfighters" du monde entier et souvent leur famille. (Extrait de "Daesh : L'arme de la communication dévoilée" de François-Bernard Huyghe, publié aux Editions VA Press 2/2)

Le paradoxe est que nous nous indignons aujourd'hui de ce que nous avons célébré hier. Tout ce qui inquiète dans la maîtrise des médias sociaux par Daech - ils se moquent des frontières, on ne peut pas les censurer, ils s'adressent à un public jeune, en ligne, qui ne croit plus un mot de ce que raconte les médias mainstream, ils font tout ce qu'ils veulent dans le Dark Web, etc. - fut admiré lors du printemps arabe. À l'époque, on annonçait les Google ou Twitter révolutions ou les révoltes 2.0 et on opposait volontiers le monde des "vieux" médias, journaux, radios, télévisions que les dictateurs contrôlaient à l'univers chaleureux et libertaire du 2.0. Le Web allait donner le pouvoir aux sans pouvoir, aux "foules intelligentes" et surtout aux démocrates que plus personne ne pourrait empêcher de s'exprimer dans le monde virtuel et d'agir dans le monde réel. Il y avait les blogs des cyberdissidents arabes, généralement jeunes, en T-shirt, anglophones ou francophones ou les vidéos en ligne qui révélaient des scandales politiques (Mme ben Ali allant faire ses courses chez Hermès en jet présidentiel), des drames (Ouazizi s'immolant par le feu en Tunisie, Khaled Saïd battu à mort par la police en Égypte), des images sur le vif de la répression. Mais il y avait aussi les pages Facebook qui permettaient à une jeunesse que l'on avait dite dépolitisée de communier dans la même indignation ou de se donner rendez-vous pour une manifestation "dans la vraie vie". Il y avait Twitter, si commode pour répandre des slogans ou partager des instructions et avertissements, une fois les gens descendus dans la rue. Il y avait la vitesse des réseaux sociaux qui donnaient toujours un temps d'avance aux protestataires sur la police. Il y avait les ONG occidentales qui donnaient des conseils (crypter ses communications, s'anonymiser, c'est-à-dire faire en sorte de pouvoir naviguer sans que l'on sache où vous allez sur la Toile, organiser une manifestation non violente). Il y avait les grands du Web qui fournissaient des solutions de secours quand les dictateurs essayaient de couper Internet ou de fermer une plate-forme. Il y avait des cours techniques, des geeks et des Anonymous qui donnaient un coup de main en piratant de l'extérieur. Il y avait les manifestants qui, fort astucieusement, développaient le thème : merci Facebook, nous nous faisons la révolution avec de réseaux sociaux et pas avec des couteaux et des Kalachnikov.

Les révoltes de demain seraient menées sans idéologies, sans organisations ni structures, sans chefs, presque spontanément mais surtout en ligne et pacifiquement... Bien entendu ce bel élan (à relativiser dans ses effets d'ailleurs : des médias "classiques" comme al-Jazeera n'étaient pas pour rien dans les révoltes arabes) finit par retomber. Les élections ne donnaient pas les mêmes résultats que les clics sur la Toile. Les régimes autoritaires revenaient, et certains, en vertu de la "courbe d'apprentissage des dictatures" apprenaient comment mieux manier la souris, pour s'infiltrer dans les communautés, mobiliser leurs propres hackers, voire leurs trolls avec des comptes tenus par des individus payés pour cela, ou simulés par des algorithmes, et qui interviennent pour pourrir les discussions subversives et répandre leur propagande Bref, la numérisation du monde n'était pas intrinsèquement démocratique et la prolifération des écrans - dont ceux des téléphones portables si commodes pour communiques pendant les manifestations - ne donnait aucune garantie d'un mouvement général d'occidentalisation politique. La technique 2.0 n'était pas déterminante en dernière instance et, dans tous les cas (voir la Libye), ne permettait pas forcément des sauter la case guerre civile et lutte armée. Mais surtout, il fallut bien admettre que les gentilles technologies conviviales pouvaient servir aux méchants.

Extrait de "Daesh : L'arme de la communication dévoilée" de François-Bernard Huyghe, publié aux Editions VA Press

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires