En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

04.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

05.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

06.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

07.

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 3 heures 56 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 6 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 8 heures 7 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 8 heures 45 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 10 heures 40 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 11 heures 58 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 14 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 14 heures 36 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 16 heures 6 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 4 heures 11 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 8 heures 22 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 9 heures 49 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 11 heures 19 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 12 heures 38 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 14 heures 21 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 14 heures 51 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 15 heures 37 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 16 heures 29 min
$$$

Pourquoi laisse-t-on les banques américaines verser autant de dividendes à leurs actionnaires ?

Publié le 17 mars 2012
Malgré plusieurs avertissements, la Réserve Fédérale américaine n'a écouté personne : elle a laissé les banques verser des milliards à leurs actionnaires. Pourtant, elles sont toujours en situation de faiblesse.
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré plusieurs avertissements, la Réserve Fédérale américaine n'a écouté personne : elle a laissé les banques verser des milliards à leurs actionnaires. Pourtant, elles sont toujours en situation de faiblesse.

Comme l'eplique Jesse Eisinger sur ProPublica, la Fed (Réserve fédérale américaine) commença à se demander au début de novembre 2010 si les plus puissants établissements financiers du pays étaient en assez bonne santé pour verser des dividendes à leurs actionnaires. Un des régulateurs prévint : il ne fallait pas les laisser faire.

"Nous sommes toujours inquiets sur leur capacité de résister à un environnement économique incertain", écrivit Sheila Blair, patronne de la Federal Deposit Insurance Corp, une agence fédérale dont la responsabilité est de garantir les dépôts bancaires. Son courrier, qui avant l'article de ProPublica n'avait pas été rendu public, arriva alors que la Fed lançait un stress test pour savoir si les plus grandes banques américaines pouvaient payer des dividendes et racheter leurs actions. "Nous encourageons fortement" la Fed "à remettre à plus tard toute augmentation de dividendes", jusqu'à ce que les banques puissent montrer que leurs revenus sont aussi solides que leurs actifs, préconisait Sheila Blair. Compte tenu de l'incertitude persistante pesant sur les marchés, "nous ne croyons pas que ce soit le bon moment d'autoriser des transactions qui vont affaiblir leur capital et leurs liquidités", poursuivait-elleQuatre mois plus tard, la Fed fit l'exact opposé de ses recommandations.

Fuite de liquidités

En mars 2011, la Réserve Fédérale a donné son feu vert à la plupart des 19 institutions financières les  plus importantes pour qu'elles versent des dizaines de milliards de dollars à leurs actionnaires, y compris à beaucoup de leurs grands patrons. Elles ont donc sorti 33 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2011, en dividendes et en réalisation de stock-options.

Ces 33 milliards, c'est de l'argent que les banques n'auront pas pour se protéger - elles-même, mais aussi l'ensemble du système financier - si la crise de la zone euro provoque une nouvelle récession, si les tensions avec l'Iran se transforment en guerre et perturbent l'approvisionnement en pétrole, ou si une autre crise émerge. 

C'est la première fois que l'on découvre en détail comment la Fed a pris cette décision, et les batailles internes que cela a provoqué ; même si la Réserve fédérale affirme qu'elle a évalué la santé des banques de manière rigoureuse et pris les bonnes décisions.

De 2006 à 2008, les 19 plus grandes banques américaines ont versé 131 milliards de dollars en dividendes à leurs actionnaires, selon SNL Financial. Lorsque la crise financière a frappé, elles étaient affaiblies, principalement parce qu'elles n'avaient plus cet argent. En conséquence, à l'automne 2008, le gouvernement a dû leur injecter environ 160 milliards de dollars.

Aujourd'hui, la crise économique européenne et bancaire, qui était imminente lorsque la Fed a pris sa décision, continue de menacer l'économie. Le taux de chômage aux États-Unis reste durablement élevé et le marché immobilier a chuté de près de 5% l'an dernier, selon CoreLogic.

 

Les banques américaines souffrent encore des métastases générées par la crise des saisies de maisons à crédit impayés. Un récent accord avec les procureurs de presque tous les États n'a permis qu'une couverture partielle de ces coûts, laissant les banques continuer à se saigner en perdant du cash pour faire face aux conséquences du scandale des prêts accordés de manière automatique et aux problèmes de cette crise immobilière.

Quand les banques commencent à verser des dividendes, il est délicat pour un organisme de réglementation de les inciter à arrêter sans paniquer les investisseurs. Ainsi, regagner leur confiance était l'une des raisons qui ont poussé la Fed à autoriser le versement de ces dividendes. Mais cette stratégie a échoué : en novembre dernier, l'agence de notation Standard & Poor's a déclassé la plupart des grandes banques américaines et les valeurs financières de l'indice S & P 500 ont chuté de plus de 18% en 2011, même si elles ont depuis un peu rebondi. 

De nombreuses banques se négocient en dessous de leur "valeur comptable", ce qui signifie leur valeur est inférieure à l'estimation faite de la valeur de leurs actifs. Cela fait particulièrement réfléchir, car ça veut dire que les investisseurs n'ont pas confiance dans la comptabilité des banques et sont sceptiques quant à leur rentabilité future.

Finalement, les banques devront lever des capitaux pour se conformer aux nouvelles normes internationales, qui deviendront totalement effectives en 2019.

"Les contribuables devraient se sentir concernés lorsque les banques  versent des dividendes tout en restant faiblement capitalisées", a prévenu Anat Admati, professeur d'économie à l'Université Stanford, en février 2011, dans une lettre au Financial Times signée par 15 autres économistes issus de tout le spectre politique, "car ce sont les contribuables qui finiront par payer pour les banques en cas de crise".

La Réserve fédérale procède à nouveau à des stress tests des plus grandes banques : elle teste les banques avec des scénarios plus catastrophiques qu'elle ne l'a fait il y a un an, ce qui pour certains analystes est un aveu implicite que les tests précédents n'étaient pas assez durs.

La Fed semble s'être elle-même engagée dans une impasse. Soit les banques ne passent pas les tests, ce qui pourrait doucher l'optimisme des investisseurs et donc la reprise économique fragile ; soit elles les réussissent, au risque de mettre en cause a crédibilité de la Fed s'il y a une autre crise.

Traduction partielle de l'article de Jesse Eisinger pour ProPublica

Note de l'auteur : Jesse Elsinger peut être rassuré. Pour l'instant, la situation n'empire pas. On commence même à parler de légère reprise et les banques américaines semblent capables de résister à de nouveaux problèmes, du moins officiellement. La Fed a, en effet, procédé à de nouveaux stress tests : parmi les dix-neuf plus grandes banques américaines, seules quatre (Metlife, Citigroup, Ally et SunTrust) ont échoué, comme l'indique le communiqué de la FED daté du 13 mars.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
letroll
- 18/03/2012 - 12:52
devinez à qui appartient la Fed !!
la Fed n'est pas une structure étatique, c'est un "organisme" privé dont les actionnaires sont les grandes banques américaine :-)))
ça suffit comme explication à ce scandale ?? :-))
cqoiqéqon
- 18/03/2012 - 09:59
ce papier est absolument
ce papier est absolument creux,
la réponse à la question est simple, évidente et banale (mais il n'y ai pas fait la moindre allusion).
ça s'appel la privatisation de création monétaire.