En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 7 heures 42 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 8 heures 19 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 2 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 59 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 16 heures 21 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 4 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 11 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 58 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 15 heures 41 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 16 heures 11 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 16 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 3 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 7 min
© Capture d'écran / ONPC France 2
© Capture d'écran / ONPC France 2
Sur un plateau

Quand Najat Vallaud-Belkacem utilise l'accusation de fake news comme un écran de fumée pour masquer la philosophie de son action à l'Education nationale

Publié le 22 mai 2017
L'escarmouche entre Vanessa Burgraff et Najat Vallaud-Belkacem sur le plateau d'ONPC a été l'occasion pour la journaliste d'offrir à la Ministre une façon inespérée de défendre son bilan. Elle peut maintenant jouer à la victime alors qu'on aurait pu lui reprocher bien des choses dans son action ministérielle...
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'escarmouche entre Vanessa Burgraff et Najat Vallaud-Belkacem sur le plateau d'ONPC a été l'occasion pour la journaliste d'offrir à la Ministre une façon inespérée de défendre son bilan. Elle peut maintenant jouer à la victime alors qu'on aurait pu lui reprocher bien des choses dans son action ministérielle...

Atlantico : La réforme de l'orthographe a été décidée en 1990 mais le ministère de l'Education nationale aurait pu choisir de ne pas la mettre en œuvre ou de revenir dessus, cela n'a pas été le cas. Au-delà de l'évidente faute de la chroniqueuse, n'y a-t-il pas aussi eu une certaine mauvaise foi de la part de Mme Vallaud-Belkacem ?

Jean-Paul Brighelli : Les manuels scolaires répandant la bonne parole de la réforme générale (premier et second cycles) de Mme Vallaud-Belkacem ont été menacés de boycott par le ministère s'ils n'appliquaient pas à la lettre cette réforme — ce qu'ils ont fait avec un zèle exemplaire… Bien sûr que le ministre a appuyé la mise en place de la réforme orthographique, qui participait de la même veine que sa réforme globale : obliger les enseignants à des changements définitifs, avec impossibilité de revenir en arrière. Oui, le ministre (et non "la" ministre comme disent les lèche-bottes et les ignorants) a souhaité laisser une trace indélébile de son passage rue de Grenelle !

Quant à Mme Burgraff… J'aurais aimé que les journalistes fussent tous aussi insolents — avec plus de perspicacité, toutefois — à l'époque où Mme Vallaud-Belkacem était ministre. Ils tirent à présent sur une ambulance en panne — c'est très courageux. Et tant qu'à faire, ils pourraient bosser un peu avant de se lancer dans une interview agressive. Mme Vallaud-Belkacem n'a jamais accepté, trois ans durant, d'être confrontée à un vrai spécialiste des questions scolaires, et a exigé systématiquement d'être seule interviewée. Elle n'a plus le pouvoir d'y prétendre, mais on ne l'a pas encore confrontée à quelqu'un capable d'autopsier en détail son action. Dommage, il est trop tard, et quand elle aura été battu à Villeurbanne, elle ne sera plus qu'une note de bas de page dans l'histoire des cataclysmes qui ont frappé l'Education depuis trente ans.

La philosophie développée par Najat Vallaud-Belkacem en tant que ministre de l'Education nationale n'est-elle pas la continuité logique de cette réforme ?

Le maître-mot des réformes de Mme Vallaud-Belkacem, c'est à la fois l'égalitarisme (descendons le niveau, tout le monde sera content) et les économies budgétaires. La réforme de l'orthographe correspondait au premier champ. Mais la réforme du collège, globalement, correspond au second. Les deux sont en interaction. Moins on en donne aux élèves, moins on est en mesure de leur en réclamer. Non seulement l'orthographe d'usage a été réformée, mais on a appris par diverses instructions sur le terrain qu'il était désormais possible aux élèves de négocier l'orthographe grammaticale, et qu'écrire "il les plantes" portait la marque du sentiment du pluriel…

Jean-Michel Blanquer succède à Mme Vallaud-Belkacem au ministère de l'Education nationale. Quels sont selon vous les grands chantiers sur lesquels le ministre doit s'affairer de toute urgence ?

Franchement, je crois qu'il est pour lui urgent d'attendre — le résultat des législatives, par exemple. Puis de se lancer dans un toilettage des dernières réformes — les enseignants en ont par dessus la tête des programmes qui changent du tout au tout tous les quatre matins. On peut par exemple modifier en souplesse les programmes d'Histoire en revenant en douceur à ceux de 2008, qui n'étaient pas mauvais. Et améliorer les cours de français en remettant l'accent sur la bonne méthode d'apprentissage de la lecture — l'alpha-syllabique que Mr de Robien, avec qui a travaillé Jean-Michel Blanquer, avait tenté d'imposer à des pédagos convaincus que les méthodes qui ne marchaient pas avaient un avenir. La promesse de diviser par deux les effectifs de CP dans les milieux les plus déshérités est une bonne idée dont je m'étais fait moi-même le propagandiste, mais cela demande des ajustements techniques complexes, qui ne se feront pas d'un claquement de doigt. La réforme du bac est plus simple à réaliser — et puis on a un an pour le faire.

Plus profondément, il faut rééquilibrer savoirs et compétences. Les enseignants sont là pour transmettre des savoirs, et pour évaluer des compétences à travers la maîtrise des savoirs — et tous ceux qui s'opposent à cette idée le font parce qu'ils n'ont guère de savoirs disponibles.

Enfin, il faut absolument repenser la formation des maîtres, en réorientant l'action des ESPE, aujourd'hui bastions du pédagogisme le plus abscons, et en rééquilibrant dans les concours de recrutement le poids de la pure pédagogie — un peu anecdotique, convenons-en, c'est sur le terrain qu'on apprend à enseignenr — au profit des savoirs disciplinaires.

Enfin, je serais personnellement favorable à l'extension de l'expérience des "internats d'excellence", lancée par Mr Blanquer (et pilotés par son actuel directeur de cabinet, Christophe Kerrero) lorsqu'il dirigeait la DGESCO, sous le ministère Chatel. Les réultats peuvent y être remarquables — et ce n'est peut-être pas "égalitariste", mais c'est de l'égallité réelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Winter
- 22/05/2017 - 15:12
La véritable image des fachos.
Burgraff ne sait que hurler avec les loups. On lui a sans doute demandé de préparer la route et d'aplanir le parcours accidenté pour le nouveau ministre de l'EN de Chouchou. Et avec sa finesse habituelle, son ouverture d'esprit, sa diponibilité et sa tolérance elle a foncé avec son bulldozer sur NVB qui elle, aurait sa place en Corée du Nord. C'est le seul endroit qui corresponde à son profil de compétences. De plus elle y serait protégée de toutes ces fake news que véhiculent les fachos réactionnaires. Car NVB a bien essayé de faire passer cette réforme dont personne ne voulait.
Winter
- 22/05/2017 - 15:12
La véritable image des fachos.
Burgraff ne sait que hurler avec les loups. On lui a sans doute demandé de préparer la route et d'aplanir le parcours accidenté pour le nouveau ministre de l'EN de Chouchou. Et avec sa finesse habituelle, son ouverture d'esprit, sa diponibilité et sa tolérance elle a foncé avec son bulldozer sur NVB qui elle, aurait sa place en Corée du Nord. C'est le seul endroit qui corresponde à son profil de compétences. De plus elle y serait protégée de toutes ces fake news que véhiculent les fachos réactionnaires. Car NVB a bien essayé de faire passer cette réforme dont personne ne voulait.
Anguerrand
- 22/05/2017 - 11:58
Ben kassine trop pédante et fière
pour reconnaître ses conneries, sa médiocrité plutôt mentir que d'accepter ses erreurs et ses insuffisances. S'il ne s'agissait pas de nos enfants, ses mensonges seraient risibles, mais durant 5 ans nos enfants n'ont pas eu droit à une éducation de d'apprendre normalement l'orthographe, l'écriture, le calcul . Durant cette période la France a de nouveau reculé dans les classements internationnaux. alors au lieu de se pavaner, elle ferait mieux de se faire toute petite, avec son gros salaire.