En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
info atlantico
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Mondialisation
Le sondage qui pourrait bien façonner le quinquennat d’Emmanuel Macron : 46% des Français estiment qu’ils font partie des perdants et des victimes de la mondialisation (contre 21% qui pensent qu’ils font partie des gagnants et des bénéficiaires)
Publié le 21 mai 2017
Avec une proportion de 46% de Français qui s'estiment être des perdants de la mondialisation, ce qui est le plus mauvais score après l'Italie (53%), la France semble bien plus fragile sur cette question que l'élection d'Emmanuel Macron ne pouvait le laisser supposer.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une proportion de 46% de Français qui s'estiment être des perdants de la mondialisation, ce qui est le plus mauvais score après l'Italie (53%), la France semble bien plus fragile sur cette question que l'élection d'Emmanuel Macron ne pouvait le laisser supposer.

Atlantico : Quels sont les principaux enseignements que l'on peut tirer de cette étude ? 

Jérôme Foourquet : On a eu toute une série de scrutin le Brexit en Grande Bretagne, l'élection de Trump aux Etats-Unis , la présidentielle en France par l'affirmation et la montée d'un clivage autour de la thématique des gagnants et des perdants de la mondialisation. Du côté de l'offre de la politique, des offres qui prennent acte de la mondialisation qui l'accompagne et qui l'accepte et d'autres qui portent un regard beaucoup plus critique sur ce processus qui essayent d'élaborer ou de proposer des protections un encadrement et des limites à cette mondialisation.

Notre idée était de voir dans différents pays quels étaient le rapport de force au sein des populations de chacun des états et si d'autres part elles se reconnaissent bien dans ce nouveau clivage. Les résultats assez intéressants;

Le premier enseignement  c'est que on a une part non négligeable de la population, qui en Europe, se définie ou et capable de se situer dans ce rapport à la mondialisation. En France, en Allemagne ou en Italie, il n'y a  que un tiers des sondés qui se définissent ni comme bénéficiaires ni comme perdants. Et à l'inverse, ce clivage apparaît peut-être un peu moins opérant en Grande Bretagne et aux Etats-Unis, en tout ils ont du mal à se reconnaitre et à se situer dans ce nouveau clivage; Donc un clivage qui est ressenti ou validé dans des proportions différentes entre l'Europe continentale et les anglo-saxons.

Deuxièmement, on a des différences assez marqués au sein de chacun de ces pays, avec une majorité relative voir absolue avec des Français et des Italiens qui se définissent plutôt comme des perdants avec un rapport de force déséquilibré en faveur de perdants en Italie (63 contre 14). Le rapport de force est nettement en faveur des perdants en France également mais dans de proportions un peu moins importantes (46 contre 21). Ce qui est intéressant, c'est que l'on a une inversion totale du point de vue de l'opinion publique allemande qui se définie à 41% comme étant du côté des bénéficiaires de cette mondialisation.

Donc une part significative de la population chacun de ces pays à une conscience assez nette de la position qu'occupe son pays dans la hiérarchie économique mondiale. Les Français et les Italiens se pensent en queue de plotons et une majorité d'Allemands comme étant du côté des bénéficiaires.

Aux Etats-Unis, on a un rapport de force équilibré, et en Grande Bretagne on est sur un rapport de un à deux entre gagnants et perdants avec un rapport au libre-échange et à l'ouverture qui est historiquement plus présent et ancré qu'en Europe continentale ou en Europe latine.

Donc un clivage qui est approprié par une part non négligeable des citoyens de différents pays sont dés mais pas dans les mêmes proportions ainsi, qu'une capacité à se définir comme perdants ou gagnants qui va variés d'un pays à un autre en lien avec la situation objective du pays;

Quand on regarde dans le détail, il est intéressant de voir qu'il y a un clivage qui fonctionne et qu'on retrouve dans tous les pays, c'est celui du niveau de diplôme. On peut prendre l'Allemagne ou les perdants sont moins nombreux qu'ailleurs, l'Italie… Partout, on est sur des publiques qui quand ils sont peu diplômés sont plus enclins à se définir comme perdants. Plus on est diplômés, plus on se considère comme gagnant.

Tout cela n'est pas nouveau. On a vu au moment du Brexit ou de l'élection présidentielle américaine, le niveau de diplôme est aujourd'hui une variable totalement structurante avec dans tous ces pays les publiques les moins diplômés qui ont le plus massivement soutenu les candidatures dites populistes. Il y a un lien tout à fait clair entre le niveau indicatif et le capital culturel d'un individu et son rapport à la mondialisation. C'est la variable la plus déterminante en matière d'influence sur la définition que l'on se fait sur cette mondialisation et la position qu'on occupe dans ce nouveau paysage. 

Au regard du programme d'Emmanuel Macron, des intentions affichées par son gouvernement, de la composition de celui-ci, comment Emmanuel Macron peut il intégrer l'état d'esprit des français, et ce, sans se renier ?

Jérôme Fourquet : C'est toute la question, je pense qu'il est conscient de cette situation. Quand on affronte Marine Le Pen au second tour qui a obtenu 33% des voix, quand on analyse les résultats et la carte électorale (notamment dans sa région natale en Picardie) on est conscient qu'une part de la population se sent délaissé et victime de l'évolution du cours des choses.

Je pense qu'Emmanuel Macron est conscient de tout cela. Sa réponse c'est  – dans une logique libérale - de déverrouiller le marché du travail, de créer plus de fluidité et de lever un certain nombre de blocages pour rendre l'économie française plus compétitive. Donc faire en sorte qu'il y ait des retombés positives pour toute une partie de la population qui aujourd'hui se sent fragilisée ou exclue des mutations économiques et sociales; Un sacré pari qu'il n'est pas évident de gagner. Faire en sorte que ce camp de perdants voit ses effectifs diminuer de manière sensible. 

Quels sont les dangers encourus par le nouveau Président, et le gouvernement qui l'accompagne, de ne pas prendre en compte la réalité d'une France qui se sent exclue du processus de la mondialisation ? Quelle est cette France "perdante" de la mondialisation (46%), qui semble largement majoritaire en comparaison de celle des gagnants (21%)?

Jérôme Fourquet : Une conséquence interne, être battu lors des échéances électorales. Soit aux élections intermédiaires soit en fin de quinquennat. Et puis une conséquence plus immédiate, ce serait de devoir faire face à des mouvements sociaux importants, à des situations de blocages de l'économie et du pays; Il ne vous a pas échappé qu'au lendemain de sa victoire, un certain nombre de syndicats ont appelé à la manifestation au nom de la "manifestation préventive". On voit bien une des pierres angulaire de son programme, la libéralisation du marché du travail, va sans doute se heurter à une opposition populaire importante et le risque serait s'il y a un défaut de diagnostic avéré, se retrouver confronté à un mouvement social d'ampleur et un blocage de la société.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
07.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 25/05/2017 - 17:00
Macron toujours sans majorité
Mais il a déjà 4 fois changé d'avis sur le programme pour lequel il s'est fait élire. Ce type n'est pas plus fiable que son grand ami Hollande qui par ailleurs l'a fait élire. Surtout ne pas voter pour ses candidats internet qui ne connaîtront rien et écouteront vilement celui à qui ils doivent tout. Il faut absolument pas qu'il puisse faire ce qu'il veut si il a une majorité. En particulier sur l'immigration qu'il veut faciliter avec déjà 13,5 millions de musulmans qui nous imposent déjà une bonne partie de leur " civilisation" et font reculer la notre
Letard
- 22/05/2017 - 14:40
une fois encore là n'est pas tout le problème!
Cet article, au demeurant bourré de fautes d'accord et de § remarquables par le charabia (4 fois "avec" en deux lignes!), ne cible pas l'ensemble du sujet des perdants de la mondialisation. Il n'y a pas en effet que l'économie au sens stricte du marché du travail et de la liberté donnée aux entreprises; mais bien la liber et donc non contrôlée de la circulation des individus avec la libre installation qui pose problème! Personne, parce que cela sent le "racisme" ,n'endosse, à part Le Pen avec l'incapacité crasse qui est la sienne, la responsabilité de le traiter et donc de proposer des choses en ce domaine. Macron peut réussir économiquement, s'il ne traite pas cela ,il aura échoué et 2002 sera terrible..
lafronde
- 22/05/2017 - 07:13
les français victimes de leur propre gouvernement !
nos derniers gouvernement au bilan positif remontent à De Gaulle et Pompidou ! 1958-1973 quinze ans d'age d'or ! budget et commerce extérieur à l'équilibre, beaucoup moins d'impôts et de dépenses publiques, aucun chômage, aucun assistanat à l'immigration (sauf logement hlm et alloc familiales), l'immigrant d'alors devait travailler pour subsister, respecter la loi et les français (que de chemin parcouru depuis, mais dans le mauvais sens !). Au moment où ils ouvraient les frontières de la concurrence généralisée nos gouvernants ont alourdi la charge fiscale sur les producteurs français (artisan, entreprise, entrepreneur, investisseur, salarié). Les français ont été focalisés sur la seule lutte des classes patron-employé. Il en existe d'autres : politiciens contres producteurs nationaux. Les nations se concurrences aussi entre elles aux plans commercial, fiscal, juridique. Au plan identitaire aussi : sont gagnantes les nations qui n'ont pas un boulet migratoire réfractaire aux lois civiles. Combien nous coûte le laxisme pénal, qui est idéologique ? Moins elles est assurée, plus la Sûreté coûte cher.