En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité

03.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

04.

Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission

05.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

06.

Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel

07.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 7 heures 51 min
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 9 heures 33 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 12 heures 31 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 13 heures 33 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 18 heures 17 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 19 heures 54 min
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 8 heures 50 min
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 10 heures 52 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 13 heures 3 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 14 heures 8 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 20 heures 7 min
© AFP
© AFP
Entretien politique

Alexis Corbière : "Il ne faut pas se laisser abuser par le résultat des élections présidentielles"

Publié le 22 mai 2017
Campagne législative, situation actuelle du Parti socialiste et de l'extrême-gauche, rapports avec le Parti communiste, l'élection d'Emmanuel Macron... Porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière revient pour Atlantico sur tous les sujets brûlants pour la France Insoumise.
Alexis Corbière est porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. Il est également l'auteur de l'ouvrage Le piège des primaires (éditions du Cerf, septembre 2016).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Corbière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Corbière est porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. Il est également l'auteur de l'ouvrage Le piège des primaires (éditions du Cerf, septembre 2016).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Campagne législative, situation actuelle du Parti socialiste et de l'extrême-gauche, rapports avec le Parti communiste, l'élection d'Emmanuel Macron... Porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière revient pour Atlantico sur tous les sujets brûlants pour la France Insoumise.

Atlantico : Quels sont les premiers enseignements que vous tirez de la composition du nouveau gouvernement ? Finalement, cette recomposition n'est-elle pas pour vous une bonne nouvelle, permettant de clarifier une ambiguïté que vous dénoncez depuis plusieurs années à gauche de l'échiquier politique ?

Aléxis Corbière : D’abord, ce n'est pas une bonne nouvelle pour la France. Il s'agit très clairement d'un gouvernement d'aspiration libérale qui se met à l'œuvre avec à sa tête M. Edouard Philippe un homme connu pour ses convictions d'homme de droite, il y a également un libéral économique assumé, en la personne de M. Bruno Le Maire qui prend la tête de Bercy, et un sarkozyste avec M. Darmanin aux Comptes publics… La  voie économique que ce gouvernement va prendre est donc claire, nette et ne souffre d'aucune ambigüité. Pour notre population il n'y a rien de bon à attendre de la part de cette équipe sur le terrain social. Les mêmes politiques vont être continuées et même aggravées.

Cela doit donc attirer l'attention de tout le monde sur l'importance des élections législatives qui viennent. Elles doivent être une façon démocratique de stopper cette équipe et leurs projets. Je suis convaincu qu’ils n’ont pas une majorité politique pour agir.

Nous avons assisté à un second tour de rejet de Madame Le Pen, mais certainement pas d'adhésion au programme de Monsieur Macron. Et pourtant, c'est ce gouvernement  de choc sur le terrain social et économique qui se met au travail, qui va assurément aggraver des inégalités, alors que les Français veulent les résoudre. D’ici le mois de juin, il va sans doute dissimuler ses attaques, mais aucune confiance naïve ne doit lui être accordée.

Donc les élections législatives qui viennent peuvent être l'occasion de porter une majorité sur une autre orientation à l’Assemblée Nationale. Et donc par conséquent, un autre gouvernement en sortirait. C'est ce que nous proposons avec Jean-Luc Mélenchon et tous les candidats de La France Insoumise. Un vieux monde politique s'est effondré le 23 avril, en raison des choix économiques qu’il avait porté ces dix dernières années et en même temps un nouveau monde émerge dont La France Insoumise.

Il est frappant d’observer que l’on retrouve beaucoup du personnel du vieux monde dans ce gouvernement placé aux postes essentiels et même les visages nouveaux sont en réalité porteurs des orientations passées, à l’exception notable de Nicolas Hulot. Mais je prends les paris qu’il ne durera pas dans ce gouvernement, ou alors au prix de renoncement, ce qui serait bien triste.

La France Insoumise n'est pas parvenue à obtenir des accords nationaux avec les autres mouvements de gauche. S'agit-il d'une volonté de votre part ?

Non. Nous avons cherché, sincèrement avec le PCF, à trouver un accord. Il y a eu plus de 6 réunions pendant plusieurs mois, beaucoup d’heures de discussions et d'échanges. Mais la direction actuelle du PCF n’a pas compris ce qu'était La France Insoumise qui n'a rien à voir avec ce qui a pu exister précédemment.

Sept millions de personnes se sont retrouvées sur la candidature de Jean-Luc Mélenchon, sur son programme. Nous avons remobilisé des gens qui s'abstenaient (c'est l'une de nos fiertés), nous avons fait reculer l'abstention dans beaucoup de quartiers populaires de certaines villes,  nous arrivons en tête dans la jeunesse, chez les chômeurs…tout cela est à mettre à notre actif. Ce mouvement, notre responsabilité, c'est d'en maintenir toute la cohérence et toute la dynamique en permettant qu'il reste rassemblé. Je crois qu'il est normal que les candidats que nous présentons soient en continuité avec la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Les gens n'ont pas voté pour un homme, Jean-Luc Mélenchon, mais bien pour un programme de 357 propositions qui se nomme "L'avenir en commun".

Certains ont considéré que malgré le fait qu'ils étaient restés à l’écart de la campagne de La France Insoumise et de la logique de la candidature de Jean-Luc Mélenchon, ils devaient avoir une représentation très importante des candidats que nous allions soutenir aux législatives. Nous avons cherché à trouver les conditions d'un accord mais la gourmandise obstinée de certains a empêché que cet accord puisse aboutir. Dommage. Je le regrette.

Mais, nous sommes des gens responsables et nous restons rassembleurs, nous soutiendrons les députés communistes sortants qui ont parrainé la candidature de Jean-Luc Mélenchon et nous ne présenterons pas de candidats contre eux. Qui fait mieux ?  De manière plus générale, nous soutenons beaucoup de candidats anciennement EELV, militants associatifs, des personnalités comme François Ruffin, Juan Branco, etc… Nous avons tendu la main à d’autres, mais certains ont fait d'autres choix. C'est regrettable mais la dynamique de la FI reste claire et forte sur le terrain. Que tous ceux qui ont voté Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle soient rassurés, il y aura dans la totalité des circonscriptions des candidats et des candidates qui porteront le programme de Jean-Luc Mélenchon. Ils pourront donc renouveler leur vote.

Du côté du Parti socialiste, je crois que la tambouille épicée des cuisines de Solférino continue de faire sentir ses odeurs peu engageantes. En juin, on ne sait plus vraiment sur quel programme le PS se présente. Il varie selon les circonscriptions. C'est assez incohérent. J'ai entendu M. Hamon sur France 2 taper très rudement sur le Parti socialiste, à tel point que l'on s'interroge s'il appelle à voter ou pas pour les candidats du PS. Tout cela est assez confus. Et à l'inverse il y a beaucoup d'endroits ou des candidats socialistes annoncent clairement qu'ils soutiennent d'ores et déjà le gouvernement d'Emmanuel Macron. Puis d'autres n'osent pas le dire mais le pensent très fort. Tout cela fait partie de cette décomposition du vieux monde politique et de ses appareils, c’est assez dangereux, et nous y répondons par l'émergence d'un nouveau mouvement avec La France Insoumise. 

Faites-vous le pari d'un effondrement du Parti communiste et du PS, qui vous permettrait de devenir la première force d'opposition, de gauche, à une majorité qui se profile ?

Votre question est mal posée. Je ne mets pas le PCF et le PS sur le même plan. En politique, il n'y a jamais rien de mécanique qui se produit sans forces agissantes et il faut créer des dynamiques. Moi, j'invite au rassemblement à ceux qui sont d'accord avec notre programme. Tout le monde est le bienvenu quel que soit ses engagements passés. Je verrai d’ailleurs d'un œil intéressant qu'il y ait des ruptures au sein du PS pour que des gens nous rejoignent pour qu'ensemble nous travaillions à quelque chose de nouveau. Je pense notamment à M. Montebourg.

La difficulté que nous avons, c'est que bien souvent, après le premier tour de la présidentielle,  des gens du Parti socialiste auraient souhaité être soutenu par La France Insoumise mais ne voulaient pas rompre avec le PS pour autant. Ce qui rendait les choses plutôt incompréhensibles et irréalisables. Je laisse chacun pour l’instant face à ses contradictions et nous avançons. Et nous verrons quelle sera la physionomie de ce nouveau monde qui émergera en juin. Nous travaillerons avec tous ceux qui partageront nos objectifs essentiels qui sont de mettre la question sociale, la question démocratique et la question écologique au cœur de la vie politique.

Notre peuple veut des réponses précises à ses problèmes et non des carabistouilles de partis qui parlent  abstraitement « d’unité » mais ont souvent pour seul objectif de maintenir des  gens à leurs postes coûte que coûte. Ce que nous recherchons, c'est d'abord et avant tout l'application de notre programme « L’avenir en commun » et non repeindre des anciens pro-Hollande en insoumis de circonstances, qui changeront d’opinion demain. 

Le nouveau Président a pu confirmer sa volonté de réformer le droit du travail par ordonnances, et en fait une priorité. Par quels moyens comptez-vous vous opposer à cette volonté du chef de l'Etat ? 

Si nous sommes le 18 juin majoritaires à l'Assemblée Nationale l'affaire est entendue, nous dirigerons le pays et rien de tout cela n’aura lieu. Mais dans votre question, il y a deux aspects : le fond et la forme.  

Sur le fond, je dis danger ! Le nouveau gouvernement veut réformer le Code du travail pour aller dans le sens d'une loi "El Khomri +++" ( c’est-à-dire approfondir l'inversion de la hiérarchie des normes, faciliter les licenciements, précariser les gens…) et en quelque sorte « ubériser » les conditions de travail de millions de femmes et d'hommes. Je ne suis pas d'accord et je pense que nous sommes très majoritaires à ne pas l'être.

Sur la forme, je m'élève contre l'utilisation annoncée de la procédure d'ordonnance qui consiste à ce que le Parlement abdique sa responsabilité et ne délibère pas de ce qui doit être modifié du Code du travail. Il s'agit de s'en remettre à la décision du président qui lui seul arbitrera ce qui doit être fait et il sera demandé, in fine, par un vote de valider ou non sa seule décision.

Je trouve cette méthode autoritaire, contournant la représentation nationale et le rôle des parlementaires. Je trouverais d'ailleurs assez indigne de la part de parlementaires  prochainement élus de voter cette procédure. Moi, je suis attaché à la souveraineté du peuple, impossible dans le cadre de la Ve République et c’est pourquoi je défends le passage en VIe République, où des droits nouveaux, comme celui de pouvoir révoquer les élus, la prise en compte du vote blanc, etc. devrait exister.

Je n'oublie pas qu'au premier tour M. Macron n'a obtenu seulement 18% des électeurs inscrits, que beaucoup d'études montrent que 41% des gens qui ont voté pour lui au premier tour ne l'ont pas fait par adhésion à son projet. Au second tour, c'est un vote de rejet de Mme. Le Pen qui le porte au pouvoir et 66% de ceux qui ont voté Macron au second tour ne l'ont, encore une fois, toujours  pas fait par adhésion. Donc, nul part il n'a été démontré que les Français souhaitent cette casse du Code du travail par ordonnance. C'est une question sensible qui nous concerne tous. Quel que soit notre activité, nous sommes tous protégés par le Code du travail. Et qu'il soit volumineux est dû à la jurisprudence qui précise les choses pour que chacun soit bien protégé, car les métiers ont évolués.

Je ne suis donc pas pour utiliser les ordonnances, je suis républicain dans la société et jusque dans l'entreprise où je pense que la loi doit toujours défendre la justice, la sécurité et l'égalité.

Donc, tant sur le fond que sur la forme, il y a un danger. Mais par le bulletin de vote du mois de juin nous pouvons régler démocratiquement et rapidement cette affaire en donnant une majorité à ceux qui disent non à cela, et disent oui à un projet humaniste et écologiste. C'est le cas de La France Insoumise. 

Selon un sondage IFOP pour Atlantico, 46% des Français se considèrent comme des victimes de la mondialisation alors que seuls 21% d'entre eux se considèrent en être les gagnants. Alors que ce thème est largement défendu par le France insoumise, et qu'Emmanuel Macron est régulièrement présenté comme le candidat des gagnants, comment expliquer vous le résultat du suffrage ?

A nouveau, c'est la Ve république pourrissante qui permet cela. C'est un scrutin qui déforme l’expression du peuple. Au premier tour, porté par des médias qui le présentaient comme la quintessence de la modernité, comme le seul  barrage contre le FN, et paré de toutes les vertus, M. Macron est arrrivé en tête. Mais de peu de points finalement. Tout cela c'est joué à 600 000 voix sur un corps électoral de 47 millions de personnes. Cette cinquième république attribut ensuite énormément de pouvoirs au vainqueur qui devient pour cinq années une sorte de monarque élu. C’est infantilisant. On a vu d'ailleurs que cette déformation était patente dans l'ancienne représentation nationale. J'ai été frappé de voir que le 23 avril, quand on additionne le PS et Les Républicains on obtient seulement moins de 20% du corps électoral alors que jusque-là ils détenaient 85% de la représentation nationale.

Sur la mondialisation de toute façon, je crois que tout le monde est favorable à des échanges entre les êtres humains du monde entier. Depuis que le monde est monde, les êtres humains et les peuples échangent entre eux. Mais quand on parle aujourd'hui de mondialisation, on parle de Traités de libre-échange qui souvent favorisent les économies dominantes et pillent et exploitent les autres. C'est ce déséquilibre dans les relations qui est insupportable. Beaucoup de concitoyens ont compris que c'est un modèle dangereux pour la planète et pour les êtres humains, qui ne vise qu'à se généraliser. Je crois qu'il y a une majorité contre cela et il ne faut pas se laisser abuser par le résultat des élections présidentielles.

Je continu à penser que nous avons un président faible sur le plan de sa base sociale, mais hélas devenu fort institutionnellement. Nous vivons dans une démocratie de faible intensité.

Marine Le Pen a reconnu avoir fait un mauvais débat d'entre deux tours, et le FN pourrait enregistrer une érosion de son électorat en vue des législatives. Que dites-vous à cet électorat qui a voté Marine Le Pen au second tour de la Présidentielle ?

Que le FN a démontré clairement qu'il est un très mauvais opposant face à des libéraux comme M. Macron. C'est le meilleur service que l'on pouvait rendre à Emmanuel Macron que de l'opposer au Front national et à Marine Le Pen. Le vrai adversaire efficace face au projet de M. Macron, c'est Jean-Luc Mélenchon et La France Insoumise.

On en a eu la démonstration entre les deux tours, M. Macron ne pouvait gagner que contre Marine le Pen. Premièrement, parce que c'est un programme xénophobe et que ce pays n'est pas xénophobe et ne souhaite pas montrer du doigt nos concitoyens - notamment de confession musulmanes - comme responsable du chômage, de la pauvreté ou même de l'insécurité. Il y en a assez de ces simplifications.

On voit aussi qu'elle parle fort mal le discours prétendument social et anti-libéral. Elle vient d'une famille politique d'extrême droite ou l'on se fiche comme d'une guigne des droits des salariés dans une entreprise. C'est d'ailleurs bien ce qui avait de marquant, face à Emmanuel Macron, elle n'avait rien à lui dire puisqu'elle n'a jamais proposé des droits nouveaux pour nos concitoyens tant dans la cité que dans l'entreprise. Alors que nos concitoyens ont soif de justice d'égalité et c'est ça qui peut être majoritaire. Donc le bulletin de vote efficace contre M. Macron, c'est Jean-Luc Mélenchon et ses 560 candidats de La France Insoumise.

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité

03.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

04.

Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission

05.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

06.

Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel

07.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
alam
- 21/05/2017 - 22:26
Commentaire d ' un frustré barbare et ignorant
M. Pierre PFIS, nous n ' avons visiblement pas la même appréhension de la réalité de notre pays. Comment pouvez-vous accorder un tant soit peu de crédit à un nostalgique du stalinisme ? Notre pays crève sous le poids des dépenses publiques, de la protection insensée accordée aux fonctionnaires. Avant de " redistribuer", il faut gagner l ' argent cela signifie être compétitif dans le monde libéral et globalisé actuel.
Ganesha
- 21/05/2017 - 17:50
Pavlov
Ivan Pavlov est un savant russe qui a recu le prix Nobel pour s'être s'être interessé à nos amis les chiens. Il y a sur Atlantico beaucoup de gentils toutous qui sont magnifiquement ''conditionnés'' ! Vous leur dites le mot ''Socialiste'' et aussitôt, leur poil se hérrisse, la bave leur coule des lèvres, et ils aboient ! Mais il ne faut pas se laisser impressionner : vous leur jettez un morceau de sucre, ils le croquent en remuant leur petite queue ridicule et dérisoire, et ils se calment !
Pierre PFIS
- 21/05/2017 - 17:42
Commentaires injurieux
Beaucoup de commentaires injurieux et partisans, méprisants et haineux contre les propos de Alexis Corbières et de la France Insoumise...
... Pour un article d'atlantico et une interview assez brillants et de remarquable pertinence, perspicacité et hauteur de vue, comme c'est assez souvent le cas sur ce site, il faut le reconnaître.
Par contre, le niveau des commentaires est, malheureusement, très souvent, à l'opposé, celui le plus proche du caniveau, et c'est bien dommage....
Car dépasser ses passions partisanes et ses a-priori pour pouvoir écouter des points de vue divers et opposés ne semble pas à la portée de tous : serait-ce la mode de l'utilisation des commentaires sur ce site, parfois trop réservés au défoulement de quelques frustrés barbares ou ignorants ?
Je rêve de commentaires enrichissants qui atteignent le niveau du travail souvent méritant et remarquable des journalistes et de leurs hotes, ou le respect des faits objectifs et des analyses scientifiques, même controversés et polemiques, aient toute leur place, dans le respect de chacun...
... Loin du trollisme pauvre érigé en sport.
Fraternellement et respectueusement.