En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 15 min 33 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 1 heure 1 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 1 heure 30 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 16 heures 36 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 17 heures 45 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 19 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 20 heures 55 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 22 heures 31 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 1 jour 13 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 1 jour 53 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 28 min 52 sec
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 1 heure 14 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 16 heures 7 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 17 heures 15 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 20 heures 49 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 21 heures 46 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 23 heures 8 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 jour 19 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 jour 3 heures
© BORIS ROESSLER / DPA / AFP
© BORIS ROESSLER / DPA / AFP
Quantitative easing

Comment le revirement de position de la BCE sur son soutien à l’économie pourrait sérieusement déstabiliser l’agenda européen du nouveau couple Merkel-Macron

Publié le 19 mai 2017
Le gouverneur français de la BCE, Benoît Coeuré, a indiqué que l’institution monétaire ne devrait pas tarder à retirer son soutien à l'économie de la zone euro, notamment lorsque la situation de l'inflation sera normalisée. Un revirement qui apporte son lot de conséquences sur l'agenda européen du couple franco-allemand.
Frederik Ducrozet est économiste senior chez Pictet Wealth Management, en charge de l'Europe, depuis septembre 2015. Auparavant, il était économiste chez Credit Agricole CIB entre 2005 et 2015. Spécialiste de l'économie européenne, et de la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frederik Ducrozet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frederik Ducrozet est économiste senior chez Pictet Wealth Management, en charge de l'Europe, depuis septembre 2015. Auparavant, il était économiste chez Credit Agricole CIB entre 2005 et 2015. Spécialiste de l'économie européenne, et de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouverneur français de la BCE, Benoît Coeuré, a indiqué que l’institution monétaire ne devrait pas tarder à retirer son soutien à l'économie de la zone euro, notamment lorsque la situation de l'inflation sera normalisée. Un revirement qui apporte son lot de conséquences sur l'agenda européen du couple franco-allemand.

Atlantico : A terme, quelles seront les conséquences d'une telle action sur l'économie européenne ?

Frederik Ducrozet : Dans l’immédiat, la BCE va s’engager dans un exercice délicat de rééquilibrage de sa communication. Ce n’est que la première étape d’un processus de normalisation de la politique monétaire qui s’annonce long et périlleux. Le nouveau cycle de politique monétaire qui s’ouvre après une décennie de crise représente un point d’inflexion crucial pour les marchés, mais les effets sur la croissance européenne ne se feront pas nécessairement sentir à court terme, ne serait-ce que parce qu’on observe en général un délai de transmission de la politique monétaire à l’économie réelle de plusieurs trimestres.

A terme, un changement radical d’orientation de la politique monétaire, s’il se confirme, peut toutefois produire des effets réels très importants, même si la BCE reste prudente dans ses ajustements – en clair, même si elle réduit son programme de rachats d’actifs (QE) très progressivement en 2018 et si elle retarde au maximum la hausse de ses taux directeurs. Le principal canal de transmission est financier : si les marchés réagissent de façon excessive initialement, comme on a pu l’observer aux Etats-Unis en 2013 ou au cours d’autres phases de retournement de cycles, des tensions peuvent apparaître. Le risque principal est celui d’un retournement radical des anticipations de taux et de change, qui entraînerait un durcissement des conditions monétaires de nature à fragiliser la croissance, le crédit, l’emploi. La BCE a conscience de ces risques, mais sa crédibilité dépend également de sa capacité à ajuster sa communication et son réglage monétaire à la réalité des conditions économiques. C’est en substance ce qu’ont redit le chef économiste de la BCE, Peter Praet, et Benoît Coeurécette semaine, même si ce dernier a effectivement tenu des propos plus « hawksih » en évoquant la possibilité de changements dans le choix des instruments monétaires et leur séquence, y compris une possible hausse des taux avant la fin du QE.

Alors que Emmanuel Macron vient d'être élu Président, que change cette annonce à son programme économique et à ses ambitions européennes ? La BCE aura-t-elle un impact sur sa réussite, ou sur son échec ?

Avant même que le nouveau président français ne prenne ses premières décisions, la BCE lui aura grandement facilité la tâche. Pendant toute la période d’après-crise, la politique monétaire ultra-accommodante de la BCE a largement bénéficié à la France, qui n’était pourtant pas le pays membre qui en avait le plus besoin, ni celui qui en a le plus profité. Quoi qu’il en soit, avec du retard, la France bénéfice à plein des taux bas, notamment pour le secteur immobilier et l’investissement des entreprises.

Dans les mois à venir, la situation pourrait changer, mais probablement pas au point de contrarier les projets du gouvernement. Une normalisation de la politique monétaire pourrait certes entraîner une hausse des taux français, mais à 0,80% sur une OAT à 10 ans, le seuil de douleur est encore très éloigné. Il est probable que la croissance française soit davantage influencée par les développements extérieurs, aux Etats-Unis ou en Asie notamment, surtout si une forme de rééquilibrage se produit en faveur des exportations.

En revanche, à l’horizon de l’année prochaine et au-delà, un durcissement de la politique monétaire de la BCE peut changer la donne pour la politique européenne, donc française, à plusieurs niveaux. En termes de politique budgétaire d’abord, au-delà des premières déclarations officielles venues de Berlin, il est indiscutable qu’on assiste déjà à une inflexion en Europe qui pourrait se concrétiser après l’élection allemande. En clair, un moindre soutien monétaire nécessiterait une plus grande flexibilité budgétaire qui pourrait être tolérée par l’Allemagne une fois que la France aura fait la preuve de sa bonne volonté en matière de réformes. C’est la doctrine du donnant-donnant qui n’avait pas fonctionné sous les présidences de Sarkozy et de Hollande. Si c’est le cas sous Macron, c’est une bonne nouvelle pour la France.

A plus long terme, la viabilité de l’union monétaire dépend de l’efficacité et de la légitimité démocratique de ses institutions. L’espoir généré par ce nouveau couple franco-allemand, c’est celui de pouvoir renforcer l’intégration européenne au moment où le Royaume-Uni la quitte, non pas dans une énième crise, mais de façon préventive, avec une vraie stratégie réaliste à long terme.

Je ne crois pas que la BCE prenne le risque de forcer ce type d’initiatives pour des considérations de court terme, encore moins pour faire plaisir aux « faucons » allemands, mais il est clair que la banque centrale a accumulé une grande frustration à devoir pallier les manquements des dirigeants européens au cours de la décennie écoulée. Sur ce plan aussi, la France aurait tout à gagner à la mise en œuvre des mesures proposées son nouveau président : fonds européen d’investissement, budget pour la zone euro, etc.

De manière plus générale, comment expliquer que la BCE puisse commencer à penser à arrêter son soutien à l'économie alors que le taux de chômage européen reste exceptionnellement élevé ? L'absence d'un objectif de plein emploi dans le mandat de la BCE est il la cause de ce qui pourrait apparaître comme "prématuré" au regard de la situation du chômage de la zone euro ?

La question du mandat de la BCE a été tranchée lors de sa création, et seul un changement de traité pourrait rouvrir ce débat, il faut être clair sur ce point. On peut être en désaccord avec ce mandat, mais il a le mérite de la clarté : la BCE a pour responsabilité la stabilité des prix en zone euro. «Sans préjudice de cet objectif central de stabilité des prix », la BCE doit également contribuer aux objectifs de l’Union, y compris le plein emploi, le progrèssocial ou la compétitivité. Il est donc inexact de dire que l’emploi est absent du mandat de la BCE.

En pratique, l’évolution de l’emploi est un facteur essentiel, sinon le principal, dans la détermination des salaires et des prix, si l’on en croit la courbe de Phillips. La BCE surveille donc de très près les conditions sur le marché du travail, d’autant plus depuis que le taux de chômage a explosé il y a dix ans. C’est d’ailleurs un sujet d’étude central pour la BCE en ce moment, qui tente de comprendre pourquoi la reprise économique en Europe ne s’est pas accompagnée de hausses de salaires plus marquées (en termes économiques, pourquoi la courbe de Phillips est aussi « plate »). Une note récente de la BCE indique qu’un facteur explicatif important tient à la sous-utilisation de la main d’œuvre lorsqu’on la mesure avec des indicateurs plus larges que le seul taux de chômage (« Assessing labour marketslack », mai 2017).

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires