En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

04.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

05.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

06.

Emmanuel Macron s'en prend à Olivier Véran

07.

Le frelon asiatique envahit la Bretagne

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

04.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 2 heures 8 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 9 heures 35 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 12 heures 15 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 16 heures 25 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 2 heures 27 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 10 heures 1 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 14 heures 26 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 14 heures 39 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 15 heures 58 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 16 heures 15 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 16 heures 42 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 17 heures 33 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Malgré Alain Juppé

Epreuve de vérité : le Juppéisme revu et visité à l'aune de l'arrivée d'Edouard Philippe à Matignon

Publié le 19 mai 2017
Alain Juppé aurait déconseillé à Edouard Philippe d'accepter d'aller à Matignon. Ce ralliement se serait donc fait sans son assentiment.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Juppé aurait déconseillé à Edouard Philippe d'accepter d'aller à Matignon. Ce ralliement se serait donc fait sans son assentiment.

Atlantico : Comment analyser le choix fait par Edouard Philippe, ainsi que par d'autres personnalités de droite proches d'Alain Juppé, de rejoindre Emmanuel Macron. Que révèle ce choix de ce qu'était le juppéisme de cette campagne électorale 2017 ?

 

Edouard Husson : Une première hypothèse est celle de l'opportunisme. La défaite des Républicains à la présidentielle de 2017, inattendue, improbable, est un véritable séisme pour toute une génération, celle de Bruno Le Maire et du nouveau Premier Ministre. La perspective est d'être écarté pour dix ans du pouvoir. Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, François Fillon se retirent de la vie politique. Voilà une génération orpheline. Je crois cependant que l'explication ne suffit pas. Une explication plus subtile consisterait à insister sur l'effet générationnel. Bruno Le Maire avait fait le pari, lorsqu'il s'est lancé dans la primaire de la droite, que les Français porteraient au pouvoir en 2017 une personnalité neuve. Bien vu - même si c'est un autre que lui qui a confirmé le pronostic. Il y a deux ou trois ans, Le Maire expliquait que son modèle était Matteo Renzi et il le justifiait par le désir de sa génération de faire de la politique autrement, de façon plus directe, plus rapide, moins guindée, en utilisant les réseaux sociaux et leur logique de nivellement des hiérarchies. En même temps, la référence à Matteo Renzi en révèle beaucoup. Renzi est un homme du centre gauche; il a conquis et maintenu au pouvoir une gauche italienne qu'il avait l'intention de moderniser. Et sur le fond, la nomination d'un Edouard Philippe, la probable promotion de Le Maire, la possibilité de voir revenir au gouvernement Bayrou et Raffarin signifient simplement que je juppéisme, le bayrouisme sont comme des macronisme des incarnations d'une politique de centre-gauche, qui, au moment de choisir, préfère sur beaucoup de points, la gauche social-démocrate à la droite conservatrice.

 

Que peut-on en conclure des différences entre Juppéisme et Macronisme ? Quels sont les points programmatiques, ou "philosophiques" qui peuvent justifier un tel rapprochement ? Et quels sont les points qui ont pu être "délaissé" par les juppéistes dans leur rapprochement avec Emmanuel Macron ? Quels sont les "bagages" de droite qui ont été laissés de côté, jugés donc comme non essentiels, par ces personnalités ?

Macron est en quelque sorte la réalisation du rêve de Valéry Giscard d'Estaing de voir la France gouvernée au centre et selon une majorité rassemblant "deux Français sur trois". Bien entendu ses 66% du second tour ne représentent que 40% des inscrits ; malgré tout l'effet facial est celui de la réalisation d'un consensus "libéral, centriste et européen" tel que VGE l'avait envisagé le premier. Après l'échec du septennat giscardien, le giscardisme a progressivement conquis la plus grande partie de la classe politique. Au bout de ce processus, une génération plus tard, Macron vient d'être porté au pouvoir selon une équation parfaitement giscardienne, avec une vraie majorité centriste. C'est la raison pour laquelle je ne pense pas qu'il y ait autre chose que des nuances à mettre en avant si l'on voulait faire la différence entre "juppéistes", "bayrouistes" et "macroniens". Le fond des choses, c'est que la vision de l'Europe, la vision de l'organisation du monde et la vision des enjeux dits sociétaux est largement partagée. Pour identifier les étapes entre la pratique giscardienne du pouvoir avant 1981 et l'élection d'Emmanuel Macron une génération plus tard, il y a les deux référendums sur l'Europe, celui sur le traité de Maastricht en 1992 et celui sur la constitution européenne en 2005. Au fond, ces deux votes dégagent un "parti du centre", majoritaire en 1992 et minoritaire en 2005. La carte du premier tour en 2017 consacre l'opposition entre une France de l'Ouest, terre de "l'identité heureuse" chère à Alain Juppé, qui a voté en faveur d'Emmanuel Macron, et une France à l'est de la ligne historique "Le Havre/Marseille", la plus durement touchée par la mondialisation depuis une trentaine d'année, où le vote Front National a été souvent au-dessus de la moyenne nationale. Le macronisme, en gros, c'est la capacité à traduire en termes de majorité présidentielle la majorité d'opinion du référendum de Maastricht. 

 

En mars dernier, Alain Juppé évoquait des militants de droite "radicalisés". La réponse de personnalités de droite à la politique de la main tendue, menée par Emmanuel Macron, correspond-elle à une forme de profonde rupture ?

La rupture, les deux ruptures en fait, ne portent pas sur l'économie. Fillon et Juppé n'avaient que des nuances en terme d'analyse économique Le premier vrai clivage, porte sur l'enjeu de la souveraineté : reste-t-elle située d'abord dans la nation? François Fillon comme Nicolas Sarkozy n'ont jamais osé rompre avec l'idée qu'il restait une forme de souveraineté française. Et d'ailleurs Marine Le Pen a pu reprendre un morceau entier d'un discours de Fillon sur la culture française. Les 34% d'électeurs qui ont voté pour Marine Le Pen sont convaincus que la souveraineté ne peut résider que dans la nation. Macron a attiré une majorité de gauche, de centre-gauche et de centre-droit, qui ne croit plus que la souveraineté de la nation soit autre chose que la capacité des citoyens français à exercer leurs droits politiques dans une démocratie européenne ou universelle. La France, dans ce schéma, est avant tout un territoire qui doit adapter et s'adapter à des décisions prises dans des processus transnationaux. Le second clivage majeur concerne la famille et l'émancipation de l'individu en matière de mœurs. Là aussi, il y a forte continuité depuis les années 1970 avec le giscardisme: Le libéralisme, au sens des droits de l'individu, a  défendu et fait imposer dans les années 1970 le droit à l'avortement; aujourd'hui, les enjeux, ce sont le "mariage pour tous" ou la GPA. Les juppéeistes comme les bayrouistes et les macroniens sont d’accord pour défendre sans concession le mariage gay mais rester prudents en ce qui concerne la GPA. Autant la question de la souveraineté correspond largement à un clivage social entre "France d'en haut", insérée dans la mondialisation, et "France d'en bas" en attente de protection ; autant les débats sur la question du mariage homosexuel ont créé un clivage au sein des classes moyennes et supérieures. La sociologie de la manif pour tous est très identifiable ; elle s'explique largement par la reconquête identitaire d'une partie des classes moyennes supérieures par l'Eglise catholique depuis Jean-Paul II.  Les juppéistes qui se rallient à Macron entérinent donc une double rupture : sur la question de la souveraineté nationale (qui correspond à un vrai clivage social) et sur la question de la représentation conservatrice de la famille (à laquelle s'est ralliée une partie des classes moyennes et supérieures libérales mais non libertaires). . 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 17/05/2017 - 13:58
Les 2 sur 3 de VGE...
Arrêtons un peu les symboles, SVP. Macron n'a pas l'adhésion de deux Français sur trois. C'est Le Pen qui a le rejet de deux Français sur trois. Morelle n'a pas tort quand il dit que la majorité des Français ne pense pas comme Macron.
clint
- 17/05/2017 - 13:44
Je n'apprécie pas Philippe, mais si retour de la Manif pour tous
Entre 2 maux je choisirai le "moins pire" pour moi, donc pas la Manif pour tous ni Sens Commun, ni chrétiens radicalisés !
moneo
- 17/05/2017 - 10:20
que pensez vous de cet article sur notre Premier Ministre?
http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article330

vrai ? faux?
En tous cas donner la direction la France à un ex Areva :c'est osé .. de l'audace toujours de l'audace .je suis curieux de voir comment va fonctionner le tandem entre un petit Napoléon directif ,surexcité et bosseur avec un lobbyiste pas très productif au niveau de l'assemblée nationale
Il accepté de jouer dans la cour des grands ;va falloir changer de braquet