En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
info atlantico
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Who's that Boy ?
Qui est-ce ? 57% des Français considèrent ne pas connaître assez Edouard Philippe pour savoir si sa nomination est une bonne ou une mauvaise chose (contre 32% qui pensent que c'en est une bonne)
Publié le 19 mai 2017
Selon un sondage exclusif Harris Interactive pour Atlantico et RMC, "La République en Marche" va sortir renforcée suite à cette nomination, au contraire de toutes les autres formations politiques.
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage exclusif Harris Interactive pour Atlantico et RMC, "La République en Marche" va sortir renforcée suite à cette nomination, au contraire de toutes les autres formations politiques.

Quel est l'enseignement principal de ce sondage ?

Jean-Daniel Lévy : L'enseignement principal est que même si Edouard Philippe n'est pas une personnalité extrêmement connue des Français, ceux qui porte un jugement sur lui accueillent favorablement son arrivée à Matignon (32%). On se posait justement la question si une sorte de traîtrise serait perçue derrière l'arrivée de Edouard Philippe à Matignon, ou si cela paraîtrait seulement comme une aventure personnelle. Mais on voit qu'au final, les électeurs de droite approuvent assez fortement cette nomination (28%). 

Pour 51% des Français, cette nomination bénéficie à En marche, et affaiblirait les autres partis. Cette nomination est-elle favorable dans la perspective des législatives ?

C'est encore un peu difficile de le savoir pour le moment. En revanche, ce qui est certain, c'est qu'on face à des électeurs qui, globalement, disent que même leurs formations politiques de références seraient impactées négativement par cette nomination. C'est le cas pour tous les partis à part En Marche. Toutes ne vont pas tirer de cette situation, notamment le parti socialiste. Là, on est face à des Français qui de manière globale, se comportent comme des observateurs, et non des acteurs. Mais ils considèrent que ces éléments vont créer une certaine tension dans le climat politique. 

Comment interpréter le paradoxe entre faible notoriété d'Edouard Philippe et l'a priori favorable des Français à l'intégration de personnalités de droite et de gauche dans le gouvernement ?

Les Français ont regardé un peu qui était Edouard Philippe. Ils en ont entendu parlé dans le cadre des médias. Ils considèrent, d'une manière générale, qu'il faut participer à un gouvernement qui donne, à leurs yeux, des zones d'ouverture. Avec Edouard Philippe, qui a affirmé faire partie de la droite, cette arrivée est perçue comme une bonne chose. 

Quel peut être l'enseignement de voir les sympathisants socialistes plus ouverts (50%) à l'entrée de personnalités de droite dans le gouvernement, que les sympathisants LR (33%) pour les personnalités de gauche ?

C'est une réaction normale ; Edouard Philippe a indiqué qu'il était de droite. Globalement, 91% des sympathisants de gauche sont pour que des ministres de leur bord puissent être présents au gouvernement. Donc on est face à un gouvernement "d'ouverture" qui, une fois de plus, est apprécié par les électeurs.

 
Si 57% des Français peinent à se prononcer sur la nomination d’Edouard Philippe au poste de Premier Ministre, les personnes répondant accueillent favorablement (32%) l’arrivée du Maire du Havre à Matignon. C’est notamment le fait – on pouvait s’y attendre – des proches de « La République en Marche » (73%) mais également – et tel devait être l’objectif du Président – des proches des Républicains (47%). De leur côté, les proches du Parti Socialiste, plus que les autres (62%), ne se prononcent pas.

Invités à se positionner en tant qu’observateurs, les Français estiment qu’une formation politique va sortir renforcée suite à cette nomination : « La République en Marche ». Toutes les autres, aux yeux d’une majorité relative de Français, devraient être affaiblies. Lorsque l’on regarde selon la proximité politique, les proches du Parti Socialiste entrevoient des effets négatifs déjà pour Les Républicains (43%), devant le Parti Socialiste (39%) ; les sympathisants « La République en Marche » envisagent un affaiblissement en premier lieu du Front National. Du côté des proches des Républicains les conséquences négatives sont en premier lieu anticipées pour le Parti Socialiste (55%) devant le FN (42%) et leur formation de référence (37%).

71% des Français souhaitent que des personnalités du Centre intègrent le gouvernement d’Edouard Philippe, 63% pensent de même pour des personnalités de Droite et 62% de Gauche. Dans le détail, 91% des proches du PS verraient positivement l’arrivée de personnalités de Gauche, 88% des Républicains de responsables venant de la Droite les proches de la République en Marche étant nettement favorables à l’arrivée d’hommes et femmes politiques de tous bords.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 18/05/2017 - 14:44
Ils ne regretteront rien
Les politicards français ne se contentent que de l'immédiateté, un moins que rien craignant toujours de quoi sera fait l'avenir.
Anguerrand
- 17/05/2017 - 06:20
L'emballement des politiques à rejoindre Macron
aux premiers échecs ou quand il faudra rentrer dans le " dur", je veux dire les économies, on verra si ceux qui ont abandonné leur parti ne le regretterons pas. La plupart des élus EM sont sans expériences et il semblerait qu'ils doivent faire allégeance à Macron. C'est bien pour ça qu'il lui faut une opposition solide al'Assemblee. Un homme ne peut pas décider de tout sans la moindre opposition et cette opposition ne peut venir que des LR.
vangog
- 16/05/2017 - 23:16
Une fusacq avec le parti socialiste...
et une OPA sur les LR...Macron-Rothschild est au sommet de son art! Cela ne m'étonne pas que la ménagère de cinquante ans soit en extase électorale...