En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 39 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 41 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 12 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 36 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 10 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 58 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 43 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 19 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 1 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 59 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 42 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 47 min
Mensonges et trahisons

Pourquoi certains créanciers de la Grèce pourraient préférer une faillite du pays au plan de sauvetage européen

Publié le 09 mars 2012
Les créanciers de la dette grecque doivent décider ce jeudi s'ils acceptent de renoncer à leur mise de départ en échange de créances garanties par l'Union Européenne. Un arrangement moins alléchant qu'un défaut de paiement du pays.
Olivier Berruyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Berruyer est actuaire, profession de référence en termes de gestion du risque dans la finance et l'assurance. Il est l'auteur de Stop ! Tirons les leçons de la crise, paru aux éditions Yves Michel, et animateur du blog www.les-crises.fr
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les créanciers de la dette grecque doivent décider ce jeudi s'ils acceptent de renoncer à leur mise de départ en échange de créances garanties par l'Union Européenne. Un arrangement moins alléchant qu'un défaut de paiement du pays.

C'est le jour J pour la Grèce... Son avenir financier est désormais entre les mains des créanciers privés détenteurs de sa dette. Ils devront au plus tard ce soir à 21 heures se prononcer sur un élément clé pour le sauvetage du pays : l'effacement de 105 milliards d'euros de dette sur un montant total de 355 milliards d'euros.

Concrètement, les gouvernements européens ont demandé au secteur privé de renoncer à 53,5 % de ses créances grecques en échange de nouvelles obligations à très long terme et d’obligations du FESF (Fonds européen de stabilité financière) pour les 46,5 % restants, avec une part de garantie européenne.

Quels sont les détenteurs de la dette grecque ?

Rappelons quels sont à ce jour les possesseurs des 355 milliards d'euros de la dette grecque :

  • environ 155 milliards d'euros sont détenus par le “secteur public international”, et ne seront pas décotés ;
  • environ 200 milliards d'euros sont détenus par des investisseurs privés, à qui on propose une décote.
 
Ces 200 milliards d'euros détenus par des privés se décomposent ainsi :

  • 50 milliards d'euros pour des banques et des assureurs internationaux ;
  • 80 milliards d'euros pour les banques et fonds de pensions grecs ;
  • 70 milliards d'euros pour des fonds d’investissements internationaux.

 

Quels sont les impacts de la restructuration de la dette ?

En réalité, ces nouvelles obligations proposées aux créanciers privés ont un taux si faible que cela revient pour eux à une perte finale d’environ 70 % (et non 50% comme tout le monde semble le laisser entendre).

 La vérité est que le ballon d’oxygène pour la Grèce est fort limité. En effet, dans un premier temps, la participation est censée être « volontaire ». On peut donc estimer que 100 % des banques grecques et 90 % des banques internationales participeront - car les gouvernements ont "tordu le bras" de leurs banques.
 

Certains détenteurs privés de la dette grecque n'ont aucun intérêt à accepter le plan de sauvetage européen

La question porte donc sur les 70 milliards d'euros détenus par des fonds d’investissements. Les fonds d'investissement ont en fait racheté ces derniers mois cette dette sur le marché secondaire à des banques bien heureuses de s’en débarrasser, même avec des pertes. Beaucoup de ces fonds font le pari suivant : ils ne se porteront pas volontaires, et du coup, la Grèce, utilisant les fonds européens, les remboursera à 100 %.  En fait, la plupart possèdent des CDS (contrats d'assurance) grecs, qui les protègeront en cas de défaut.
 
Ces derniers investisseurs n’ont donc aucun intérêt à être volontaires - ils ont même un fort intérêt au défaut grec... 40 % de participation serait donc un bon résultat, ce qui ferait autour de 77% de participation totale, soit une réduction colossale de 105 milliards d'euros.


L'objectif de la Grèce...

Le but de la Grèce est d'atteindre au moins 66 % de participation totale. En dessous, elle a déclaré qu'elle ne lancerait pas l'opération d'échange - on rentrerait alors dans un défaut brutal.
 
Au delà de 75 % de participation, elle a déclaré qu'elle pourrait appliquer des clauses d'actions collectives, ce qui revient à dire qu'elle forcera les non-volontaires à appliquer, et décottera donc 100 % de sa dette.
 
Nous avons vu que le taux de 75 % semble atteignable sous les hypothèses retenues. Toutefois, des rumeurs font état d'une participation à ce jour de 40 à 50 % de créanciers privés favorables à un effacement volontaire partiel de la dette.
 

Nous connaîtrons dans la nuit le résultat final de l'opération.

 

Tout ça pour ça...

Malheureusement, l'opération ne soldera pas par un effacement final de 105 Md€.
 
En effet, la participation des banques grecques entraînera leur faillite. Au moment de la restructuration, l’Union européenne va donc re-prêter de l’argent pour recapitaliser ces banques : environ 40 milliards d'euros de dette nouvelle, plus 23 milliards d'euros de prêts nouveaux du FESF pour aider le pays.
 
On aboutirait ainsi à un effacement de 42 milliards d'euros (= - 105 + 40 + 23), auquel il faut rajouter les 20 milliards d'euros de déficit public 2012.
 
Le bilan de toute cette opération sera au final un allègement de la dette d'environ 20 milliards d'euros au 31 décembre 2012, ne faisant passer le ration Dette / PIB que de 161 % à 159 % - le pays étant en plus en récession... En revanche, la part des prêts publics internationaux (et donc du risque) passera en un an de 155 à 242 milliards d'euros…


Attention au véritable montant des contrats d'assurance !

Ainsi, si la participation atteint 75 %, la Grèce obligera les non-volontaires à participer.

Dès lors, il y aura un vrai défaut qui déclenchera les fameux CDS. On essaie de faire croire que les montants sont limités - on parle de 3 milliards d'euros en net - mais le souci est qu’il convient de ne pas perdre les montants bruts, qui semblent avoisiner les 50 milliards d'euros et qui ne se compenseront peut-être pas facilement entre banques mises en difficulté....
 
Comme souvent - marchés boursiers, produits dérivés, bilans bancaires, bilan BCE (Banque centrale européenne), engagements hors-bilan -, l’opacité règne en maître, ce qui n’est jamais la meilleure façon de sortir d'une situation dangereuse…


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
letroll
- 09/03/2012 - 13:30
c'est passé près !encore une fois
bon, ben c'est passé encore cette fois, mais pour combien de temps ?
on ne saura sans doute jamais quelles infâmes tractations il y a eu derrière tout ça, on va bien finir par savoir combien ça va nous coûter
mais combien de temps cela va-t-il encore tenir ??
Equilibre
- 08/03/2012 - 17:08
Je ne savais pas que vous officiez sur Atlantico.
Je vous ai fait de la pub aujourd'hui-même sur cet article.
http://www.atlantico.fr/decryptage/chiffres-emploi-etats-unis-tendance-economique-encourageante-mais-reprise-fragile-inna-mufteeva-304955.html
Un petit défaut, ça ira pas forcément mieux pour eux, encore moins pour nous, mais il serait temps que toutes ces épées qui planent au-dessus de nos têtes commencent à tomber, histoire d'achever la bête européenne. Les sauvetages pourris tous les 3 mois, qui sont pires à terme que le défaut, ça commence à bien faire.
kronfi
- 08/03/2012 - 16:33
encore une analyse excellente
de la situation réelle mais qui ne passera pas au 20h...

le 20 mars sera tres tres interessant a vivre....