En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 9 min 15 sec
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 1 heure 36 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 11 heures 9 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 16 heures 6 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 17 heures 44 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 20 heures 31 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 22 heures 42 sec
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 23 heures 40 sec
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 23 heures 51 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 1 heure 11 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 10 heures 35 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 11 heures 51 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 13 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 16 heures 15 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 18 heures 25 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 21 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 22 heures 24 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 23 heures 19 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 1 jour 8 min
© Valery HACHE / AFP
© Valery HACHE / AFP
Entretien politique

David Lisnard : "La droite doit dire qu'elle est la voix des classes moyennes"

Publié le 19 mai 2017
A moins d'un mois du 1er tour des législatives, le porte-parole de François Fillon durant la campagne présidentielle, David Lisnard, précise, dans cet entretien, ce que que devra être la stratégie des Républicains afin de remporter une majorité à l'Assemblée nationale.
Porte-parole de François Fillon durant la campagne présidentielle 2017, David Lisnard est maire de Cannes depuis le 5 avril 2014. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Lisnard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Porte-parole de François Fillon durant la campagne présidentielle 2017, David Lisnard est maire de Cannes depuis le 5 avril 2014. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A moins d'un mois du 1er tour des législatives, le porte-parole de François Fillon durant la campagne présidentielle, David Lisnard, précise, dans cet entretien, ce que que devra être la stratégie des Républicains afin de remporter une majorité à l'Assemblée nationale.

Atlantico : Quel pensez-vous de l'édulcoration du programme de François Fillon pour les législatives ? Cette stratégie pourrait-elle s'avérer payante selon vous ? 

Le terme "édulcoration" est connoté. Je ne pense pas que l’on peut dire que ce projet ait été édulcoré. Il a été reformaté pour les élections législatives, afin de ressouder le centre et la droite. Ce projet est cohérent, global, fédérateur des différentes familles de pensée que l’on trouve à droite et au centre. Par ailleurs, il correspond, pour l’essentiel, au projet de François Fillon : nous sommes sur des projets de même nature. Il s’agit d’un projet de redressement de la compétitivité du pays, des comptes publics et de la modernisation de l’Etat par une réduction de la sphère publique ; d’un retour de l’autorité de l’Etat avec des dispositions qui sont les mêmes, aussi bien dans la lutte contre la délinquance que dans la lutte contre le terrorisme. Ce projet vise également à accroître la liberté économique, grâce à l’assainissement des comptes publics et à la modernisation de l’Etat. Ce que le projet n’oublie pas non plus, c’est la nécessité de renforcer le sentiment d’appartenance par l’école, à travers notamment les savoirs fondamentaux, et avec également une ambition sociale et culturelle.

Le projet de François Fillon avait été bâti de façon très personnelle, sur une longue durée. C’est un projet que je juge très opérationnel pour redresser le pays –ce qui est la vocation d’un projet politique– et pour fédérer des citoyens qui partagent nos valeurs. 

Les fillonistes souhaitent faire perdurer le projet du candidat LR à la présidentielle à travers des structures comme Force républicaine ou le Conseil national de la société civile présidé par Pierre Danon. Comment envisagez-vous l'avenir du fillonisme au sein de la droite ? Quel rôle pourrait-il jouer dans la recomposition de cette famille politique ? 

Il faut que les choses soient claires : l’enjeu n’est pas le fillonisme, mais des convictions et une démarche extrêmement forte, notamment sur le plan économique. Je crois qu’il y a une nécessité de l’intérêt général dans le contexte actuel, dans un pays qui est surfiscalisé  –prélèvement obligatoire de 46% entre les impôts et les charges –, surendetté, et en situation de sur-chômage. Le point fort dans le projet que portait François Fillon résidait dans l’énoncé suivant : la base, c’est la prospérité. Cette dernière passe par un renversement de la façon dont on a appréhendé la sphère publique depuis des années, et selon laquelle celle-ci règle tous les problèmes. Il s’agissait vraiment de sortir de ce que Michel Crozier appelait la "société bloquée". On sent bien qu’il y a une énergie créatrice forte en France, que le pays possède une culture, des infrastructures. Seuls François Fillon et Emmanuel Macron ont senti cela durant la présidentielle. Ainsi, il ne s’agit pas de s’attacher à des personnes ou à des affinités humaines, mais de porter dans le débat des convictions qui sont très fortes et qui ne sont pas, à mon avis, limitées au fillonisme. 

Plus largement, quels sont aujourd'hui les enjeux essentiels pour Les Républicains dans le cadre de la recomposition politique opérée depuis l'élection d'Emmanuel Macron ? 

Je crois que l’enjeu, c’est d’arriver à être audible, à montrer que notre démarche n’est pas celle d’une sauvegarde d’intérêts électoraux, mais bien une démarche de bien commun, de ce que nous pensons être bon par le pays. Cela passe par la capacité à faire entendre notre cohérence et nos propositions, y compris de faire en sorte à ce qu’elles soient entendues par une majorité de Français. Il s’agit d’échapper à l’enfermement dans des cases – ce qui est dû au traitement médiatique actuel, mais aussi peut-être à la manière dont le projet a pu être défendu– afin qu’un retraité, mais aussi un jeune diplômé, un expatrié, un jeune de quartier difficile, un fils d’immigré maghrébin, un chômeur, un commerçant, un artisan, un agriculteur croit en notre projet. Ceci passe par une pédagogie renforcée, de la clarté, par une démarche politique cohérente.

L’enjeu pour le pays, c’est d’être une grande démocratie et d’avoir de vraies alternances possibles autour de projets à la fois forts et raisonnables. Un nouveau président de la République vient d’être légitimement élu. Notre enjeu n’est ni de freiner son action, ni d’aller chercher des postes auprès de lui, mais de porter nos valeurs et nos convictions. 

Ce qui a pu se passer avec François Bayrou ne devrait-il pas mettre en garde Les Républicains envisageant de sa rallier à Emmanuel Macron ? 

Il ne faut pas confondre modernité et cosmétique. Il n’y a rien de moins moderne que de penser que le renouveau et la modernité ne se feraient qu’avec des visages neufs quand la pratique nous ramènerait à la IVe République. En politique, on est bien dans sa peau quand on est bien dans ses convictions –à condition d’en avoir. Si l’on cherche des postes qui dépendent des autres, on construit son propre malheur et son propre échec politique. Il est donc nécessaire pour ces Républicains de défendre des convictions avec lesquelles ils se sentent bien. 

Quel rôle souhaitez-vous que la droite occupe face à Emmanuel Macron au cours du prochain quinquennat ? 

Nous sommes à un mois de l’élection du gouvernement qui va déterminer la politique de la France pour les cinq prochaines années. Dans ces conditions, il convient de ne pas se préoccuper d’Emmanuel Macron mais de nous-mêmes et du pays, de ce que nous apportons. Si nous gagnons ces élections législatives, nous serons alors en coexistence avec ce jeune président de la République. Nous apporterons un projet politique qui est celui de la droite et du centre. Nous évoluons ainsi dans le cadre du respect des institutions. La place que j’envisage, c’est celle de gouverner le pays, non pas par des arrangements – ce qui est catastrophique – mais par une victoire claire autour de François Baroin et du projet que nous portons.

Dans ces conditions, comment parvenir à "ne pas se préoccuper d’Emmanuel Macron" comme vous dites, alors que celui-ci pourrait nommer un Premier ministre de droite, le nom d’Edouard Philippe circulant depuis quelques jours ? 

Peut-être qu’il y aura des débauchages. En tout cas, à l’heure où je vous réponds, le constat que l’on peut faire, c’est que nous sommes très solides. On annonçait l’explosion de la droite le soir du 1er tour de la présidentielle, après les résultats du 2d tour, avant la nomination du Premier ministre, et pourtant il n’en est rien. En dépit de certains éléments de l’ordre du débat, la cohérence politique est affichée ; l’accord des Républicains avec l’UDI a tenu ; aucune personnalité des Républicains n’a été investie par En Marche ! contrairement à ce qu’ont pu annoncer les commentateurs. Nous pourrons toujours discuter après le second tour des législatives afin de débattre de la genèse de l’échec de la présidentielle, voir comment se recompose la vie politique, etc. La meilleure façon pour qu’Emmanuel Macron ait un vrai Premier ministre de droite, c’est que nous gagnons les législatives. Cette conviction doit être martelée. 

Ne pensez-vous pas que le départ de certaines personnalités à droite chez Emmanuel Macron pourrait participer à la régénérescence intellectuelle de la droite ?

Je ne pense pas que cela soit le cas, même s’il est nécessaire qu’une régénérescence intellectuelle de la droite – et de la gauche aussi – ait lieu. Il faut qu’il y ait, en permanence dans une démocratie, une effervescence pour qu’il puisse y avoir une régénérescence. Ce qui doit participer de cette effervescence et de cette régénérescence, ce ne sont pas des ralliements individuels à un projet ambigu et contradictoire, qui est celui d’Emmanuel Macron, mais l’analyse de la situation et de l’état du pays afin de proposer des solutions concrètes et adéquates. Nous n’avons pas, pour le moment, trouvé mieux afin de faire valoir le bien commun.

L’élection d’un président de 39 ans incarne la nécessité d’un renouvellement des générations mais celui-ci n’est pas un vrai renouvellement s’il ne se fait pas sur un débat politique et philosophique intense, qui part des constats de la réalité et des propositions avancées pour faire avancer les choses. S’il y avait un agglomérat d’envies ou d’ambitions autour d’Emmanuel Macron, de gauche et de droite, sans vertèbre politique, ni alternative possible, on risquerait d’avoir une sorte d’agglomérat au pouvoir avec des politiques contradictoires, cantonnant ainsi les oppositions aux extrémités, avec un pôle autour de Jean-Luc Mélenchon et un autre autour de Marine Le Pen. Si nous ne gagnons pas les législatives, il faut que nous parvenions à construire une offre politique régénérée, très en phase avec la société du XXIe siècle, et que nous ne tombions pas dans le piège d’avoir un agrégat mou au pouvoir et des alternatives uniquement portées par les extrêmes. 

Dans une interview accordée au Figaro ce vendredi, Xavier Bertrand précise les "importantes différences de fond" qui existent entre la droite et Emmanuel Macron, parmi lesquelles notamment la position à adopter face au terrorisme et à la menace islamiste, la prise en compte de "la France populaire, des oubliés de la mondialisation, des villages, de la ruralité", ou encore l'augmentation du pouvoir d'achat des Français. Partagez-vous son analyse ? Que pourrait-il être possible de reconstruire à droite à partir de ces différences ? 

La voix de Xavier Bertrand est importante car c’est une personnalité modérée, qui ne peut pas être considérée comme celle d’une opposition systématique. Pourtant, son approche est très claire.

Nous devons réussir à rendre intelligible, crédible, audible notre projet pour montrer qu’il est possible d’aborder la mondialisation de façon gagnante et équitable. Entre le mondialisme béat de certains et l’isolationnisme suicidaire que l’on retrouve à l’extrême droite – et parfois à l’extrême gauche – il existe une autre voie, celle qui dit que la mondialisation n’est ni gentille, ni méchante, mais un fait structurel, avec ses retours de balancier ; structurellement, il y a une liberté d’échanges, avec des flux de biens, de services, mais aussi culturels, philosophiques. Il s’agit de faire de la singularité française non pas un instrument démagogique de repli sur soi, mais un instrument de prospérité et de conquête. C’est pour cela qu’il faut gagner en compétitivité, qu’il faut faire entendre la voix de la France dans le cadre des négociations internationales pour qu’il puisse y avoir réciprocité dans les échanges. Il est impératif de régénérer la construction européenne, d’en modifier le logiciel afin de la sauver. C’est ce débat-là que nous devons avoir, de façon dense, à droite. 

Comment la droite pourrait-elle s'adresser précisément à cette France oubliée par le programme d'Emmanuel Macron ?   

Il ne faut pas s’arrêter aux modalités, mais bien expliquer les finalités. Quand on dit que l’on veut faire baisser les charges sociales – de 40 milliards d’euros dans le projet de François Fillon, 28 milliards dans le projet des Républicains pour les législatives, ce qui est énorme – il faut bien insister sur la finalité qui consiste à créer de la mobilité sociale, de l’emploi, à sortir de cette "société bloquée", de territoires enkystés dans la pauvreté ; il s’agit de récréer des flux de création de richesses, d’emplois, de mobilité, etc. Parallèlement, il s’agit aussi de dire que nous sommes la voix des classes moyennes.

Ce qui parle à tout le monde, quelle que soit sa condition sociale, c’est qu’il y ait un ordre républicain assumé, qu’il n’y ait pas d’impunité, que les moyens soient redonnés à la Justice, etc. Sur la forme, il faut investir tous les modes du langage : être présent dans les médias, mais aussi sur le terrain, et avoir pour cela une vraie présence organisée structurellement, sans oublier les réseaux sociaux et Internet plus généralement. 

Ce dimanche a lieu la passation de pouvoir entre Emmanuel Macron et François Hollande. Que retiendrez-vous du quinquennat de ce dernier ? 

Pour diriger la France, il ne suffit pas d’être intelligent, habile ou drôle ; il faut avoir une colonne vertébrale idéologique, savoir être cohérent dans le temps et l’adversité, être courageux, avoir de l’autorité. A l’international, la France a été très présente sur le terrain des opérations militaires, peut-être comme rarement dans son histoire, et avec des succès malgré le manque de moyens. Pourtant, parallèlement, la France n’a jamais été aussi peu présente dans les règlements diplomatiques. François Hollande a oublié beaucoup de fondamentaux, notamment celui légué par Clausewitz qui est que la guerre est la continuation de la paix par d’autres moyens. Notre pays a perdu en souveraineté, en cohérence ; nous avons souvent fait de la politique extérieure guidée par l’émotion alors qu’il convient de faire de la realpolitik. Cela s’applique également en politique intérieure.

Ce quinquennat se traduit objectivement par un taux de pauvreté extrêmement élevé (9 millions de personnes sous le seuil de pauvreté), un nombre de chômeurs record, un déficit abyssal, des mesures contradictoires. Il s’agit donc – hélas pour le pays – d’un quinquennat d’échec comme en témoigne le fait que François Hollande ne se soit pas représenté, ce qui n’était pas prévu. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
KOUTOUBIA56
- 14/05/2017 - 22:10
la droite des faux cul.
la droite des faux cul. Edouard Philippe juppéiste passé à l'ump mais qui le lendemain de son échec va baver à "Libération"!!!!!!!!!!!! parlez moi d'un mec de droite qui a adhérer au parti socialiste !!!!!!!!!!!!!! un peu comme chirac de droite mais qui a 20 ans vendait l'humanité!!!!!!!!!!!! tous ces gros c.......... sont à virer. ensuite il sera temps de créer un véritable parti de droite.
assougoudrel
- 14/05/2017 - 19:52
@ clint
Je ne veux pas savoir qui vous êtes. Passons à autre chose. Désolé si je me suis emporté. Cordialement.
clint
- 14/05/2017 - 19:25
@ assougoudrel : si je vous disais qui je suis ....
.... vous diriez "ça ne m'étonne pas" !