En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 9 heures 44 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 14 heures 21 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 15 heures 10 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 15 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 16 heures 25 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 17 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 17 heures 31 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 18 heures 12 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 18 heures 58 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 12 heures 42 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 14 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 15 heures 32 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 16 heures 4 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 16 heures 39 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 18 heures 29 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 18 heures 38 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 19 heures 29 sec
© Reuters
© Reuters
Le Monde selon Garp

La droite selon Xavier Bertrand : ce qu’il est possible de reconstruire à partir de sa décision de ne pas rallier Emmanuel Macron

Publié le 14 mai 2017
Xavier Bertrand a livré son analyse dans les colonnes du "Figaro" sur les différences entre la droite et le parti LREM d'Emmanuel Macron.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Bertrand a livré son analyse dans les colonnes du "Figaro" sur les différences entre la droite et le parti LREM d'Emmanuel Macron.

Atlantico : Dans son interview parue dans Le Figaro, Xavier Bertrand définit son idée de la droite par opposition à En Marche !, et soulève les différences notamment en matière de terrorisme où il juge Emmanuel Macron comme n'étant pas assez "ferme". Et d'ajouter qu'il ne prend pas assez en compte la "France populaire". Selon vous, Xavier Bertrand livre-t-il là une bonne analyse de ce qu'est censée être la droite ?

Maxime Tandonnet : Il me semble évidemment prématuré de juger Emmanuel Macron sur son action dans le domaine régalien (sécurité, immigration, terrorisme, justice, etc.). Peut-être que dans l’exercice du pouvoir, il fera le travail nécessaire. Toutefois, il est clair que son discours donne plutôt la priorité aux questions économiques qu’aux sujets régaliens. Et son image s’attache avant tout à la modernité en matière économique. Or il est vraisemblable qu’aux yeux des Français, les sujets régaliens sont aussi importants que l’économie. La cohésion, l’unité nationale contre le repli identitaire et le communautarisme sont des sujets essentiels pour l’avenir du pays. L’autorité de l’Etat, la sécurité, la maîtrise des frontières représentent des questions vitales pour les citoyens et les habitants du pays, quelle que soit leur origine bien sûr. La France est un pays qui a été ensanglanté par le terrorisme en 2015 et 2016 et reste sous la menace. Cet enjeu représente une priorité absolue pour les Français. Ces sujets, insuffisamment traités depuis des décennies, ont fait le lit du FN. Aujourd’hui, celui-ci se voit affaibli par le déroulement des élections présidentielles. Il est crucial pour les Républicains d’apporter des réponses à ces sujets. Leur avenir en dépend. 

En quoi les positions aujourdhui définies par Xavier Bertand ont-elles pu "manquer" à la droite lors de la campagne ?

Les Républicains avaient un boulevard devant eux à la fin de l’année dernière. Ils ont fait une campagne catastrophique, il faut bien le dire. Ils ont mis l’accent sur les questions économiques avec des propositions qui ont inquiété les Français et ils ont négligé les sujets régaliens sur lesquels les Français les attendaient. Les primaires et l’échec de Nicolas Sarkozy, qui mettait beaucoup en avant les sujets régaliens, l’immigration et les frontières, expliquent en partie cette évolution. Elle s’est révélée désastreuse. Le scandale autour de François Fillon s’est greffé sur une campagne qui semblait déjà mal partie sur le fond. Les Républicains se sont fait voler la modernité en matière économique par Emmanuel Macron et ils ont abandonné les sujets régaliens et de souveraineté au FN. Dès lors affaiblis, dépouillés de leur substance, ils marchaient à la catastrophe. 

Que peut-il manquer à la droite pour se positionner face à l'émergence d'un nouveau parti comme La République en Marche ? Quels sont les "ajustements" nécessaires  ?

Les Républicains sont à la croisée des chemins. Leur mission est de répondre à l’attente d’une immense majorité de Français qui souffrent et sont inquiets pour leur avenir. Ils doivent construire une image, une politique qui répondent à cette attente en évitant les dérives et les excès du FN. Ils doivent refonder leur identité et leurs idées sur la réforme profonde de l’Europe que les Français et les Européens attendent, pour la rendre plus proche des préoccupations des citoyens, sur l’unité nationale, la lutte contre la désintégration de la Nation, le danger terroriste, une meilleure maîtrise de l’immigration et les politiques d’intégration des populations d’origine étrangère.

Les Français n’attendent sûrement pas d’eux une attitude d’opposition systématique et haineuse à la politique que mettra en œuvre le président Macron et son éventuelle majorité. Les Républicains ont tout intérêt à jouer le jeu de la démocratie et à ne pas s’opposer à des réformes positives sur le plan économique du nouveau pouvoir qui se met en place. Mais ils doivent aussi "devenir ce qu’ils sont " et affirmer leurs convictions dans le domaine régalien et en matière de réforme nécessaire de l’Europe. S’ils ne parviennent pas à opérer cette transformation intérieure, ils ouvriront la voie à une nouvelle poussée du FN et de nouveaux échecs en 2022. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Wortstein
- 14/05/2017 - 22:43
Deneziere
+1 Les LR doivent repenser leur positionnement en vidant le FN de sa supposé substance sur le régalien et remettre de la liberté dans l'économie comme le préconisait Fillon mais avec un angle d'attaque qui ne néglige pas les classes moyennes moins et populaires. C'est possible. Tout est une question de priorisation.
Carol Langloy
- 14/05/2017 - 20:38
l'économique d'abord, pour "pour faire du régalien"
Eh oui, quand le bâtiment va, tout va. Il faut d'abord que l'économie fonctionne bien, et le régalien suivra. Les pauvres du Rwanda ne se préoccupent pas beaucoup du régalien, mais plutôt de manger demain...
Faites-nous de la bonne économie, et nous ferons de la bonne politique.
2bout
- 14/05/2017 - 13:25
Quand sont réunies les conditions suivantes,
d'une part un taux de chômage de 5 points supérieur à la moyenne nationale et d'autre part un territoire abandonné par les pouvoirs publics au profit d'autres plus emblématiques, médiatiques ou d'une vitrine régionale, les républicains seront certains de laisser à d'autres l'exercice de la députation. Donc, il s'agit de privilégier le travail à la consommation, d'augmenter la TVA et alléger les contraintes liées aux droits et charges du travail. Il s'agit également de veiller à doter chaque citoyen des mêmes droits en matière de santé ou d'éducation. Avec 2600 lycées environ, statistiquement il y a en France un lycée pour 23 000 français. Dans la seule circonscription (de 106 000 habitants) où est élu un député affilié au FN, il n'y a aucun hôpital, aucun lycée, un réseau de transport en commun très peu développé, et des taxes locales supérieures à celles d'un parisien, par exemple.