En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 13 heures 36 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 16 heures 7 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 20 heures 35 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 20 heures 40 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 14 heures 3 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 19 heures 29 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 19 heures 49 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 20 heures 1 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 20 heures 34 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 20 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Bien avant l'affaire Penelope, comment "l'irrespectueux" François Fillon s'était mis à dos toute la "Sarkozie"

Publié le 13 mai 2017
François Fillon pensait déjouer les pronostics et l’emporter lors du sprint final. Mais éliminé dès le premier tour de la présidentielle, il précipite dans sa chute tous ceux qui, dans son camp, l’ont soutenu bon gré mal gré. Extrait de "François Fillon, les coulisses d'une défaite", de Mathieu Goar et Alexandre Lemarié aux Editions de l'Archipel (1/2).
Matthieu Goar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matthieu Goar est journaliste politique au quotidien Le Monde.
Voir la bio
Alexandre Lemarié
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Lemarié est journaliste au service politique du quotidien Le Monde.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Fillon pensait déjouer les pronostics et l’emporter lors du sprint final. Mais éliminé dès le premier tour de la présidentielle, il précipite dans sa chute tous ceux qui, dans son camp, l’ont soutenu bon gré mal gré. Extrait de "François Fillon, les coulisses d'une défaite", de Mathieu Goar et Alexandre Lemarié aux Editions de l'Archipel (1/2).

Nicolas Sarkozy est parfois vulgaire. Certains s’en souviennent encore. Il reste pourtant un homme très attaché aux convenances. Il tique lorsqu’on ne lui donne pas du « monsieur le président ». Et observe toujours très attentivement les vêtements de son interlocuteur, sans se priver de moqueries lorsqu’ils lui semblent négligés.

En cette fin d’année, Nicolas Sarkozy considère que François Fillon lui manque de respect. Après sa défaite, il a « offert » une consigne de vote sans tergiverser et apporté ses troupes sur un plateau à son ancien « collaborateur ». François Fillon l’a bien appelé. Mais il a tardé à aller le remercier en personne. Un rendez-vous, d’abord prévu en décembre, a été reporté plusieurs fois. Un détail d’agenda pour les fillonistes. Un crime de lèse-majesté pour les sarkozystes. De sa retraite, Nicolas Sarkozy fulmine. Après des vacances en Thaïlande, il se plaint devant son entourage du manque de considération de François Fillon. Il aimerait aussi que certains de ses anciens proches soient mieux traités.

Les langues commencent à se délier au cours des déjeuners avec les fidèles de l’ancien chef de l’État. « Pour une armée en déroute, nous sommes plus nombreux que l’armée officielle », prévient Pierre Charon, éternel porte-flingue de l’ex-président. Les proches de Nicolas Sarkozy se focalisent sur quelques cas concrets : leur patron n’a pas apprécié de voir Frédéric Péchenard, l’ancien patron de la police, écarté du poste de directeur général du parti. Le licenciement prévu de son ancien collaborateur, Éric Schahl, l’irrite également.

Une autre bataille se joue dans la Sarkozie en ruines : qui brandira l’héritage politique du vaincu de la primaire ? Fin décembre, Laurent Wauquiez s’affi rme de plus en plus. Vexé d’avoir été mis au placard par Fillon, il met ses pas dans ceux de l’ancien chef de l’État : « Sur l’énergie et les valeurs, j’assume quelque part d’être le premier héritier de Nicolas Sarkozy. Sa force était de pouvoir parler aux classes moyennes, aux catégories populaires, aux ouvriers et aux petits retraités sans se laisser enfermer dans la droite conservatrice. Moi non plus, je ne veux pas d’une droite des élites. » Avant de mettre en garde François Fillon : « Si la droite perd sa fibre populaire, elle ne peut pas gagner, je veillerai personnellement à ce que cette flamme ne s’éteigne pas. Je ne laisserai pas la droite se rétrécir, c’est un des écueils de cette campagne».

Gérald Darmanin s’oppose à cette captation : « Parmi les héritiers de Sarkozy, il y a ceux qui veulent incarner une droite populaire en poursuivant le clivage sur l’identité. C’est une erreur. Il faut le faire en analysant la situation d’un point de vue social. » Même s’ils s’avancent divisés, les sarkozystes se rejoignent sur un point : ils méprisent Fillon, cet ancien homme de l’ombre devenu chef. Malgré sa nette victoire à la primaire, ils le considèrent comme un homme sans troupes, incapable de mener un combat présidentiel. Pendant l’hiver, ils seront les premiers à critiquer le programme : trop austère, trop rigoriste, pas assez généreux à l’égard des travailleurs et des classes populaires. Leurs critiques vont commencer à fissurer l’unité de la droite, avant même que l’affaire Penelope ne vienne tout fracasser.

Les prémices de cette fronde sont déjà à l’oeuvre en cette fin d’année. Il suffit d’écouter Brice Hortefeux : « François Fillon a su incarner le bon sens et la droite des valeurs lors de cette primaire. Mais il lui manque la dimension populaire. Il lui appartiendra de la conquérir, notamment sur la sécurité et sur l’immigration, s’il veut aller plus loin1. » Jour après jour, le sarkozysme survit, il ne se dilue pas dans le fillonisme. Dans son coin, Christian Estrosi tâche d’organiser un petit-déjeuner des sarkozystes. Il est débranché au dernier moment par Hortefeux, qui ne veut pas se faire dépouiller du rôle de gardien du temple par le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Mais le rendez-vous n’est que remis à plus tard.

Le plus remarquable dans cette bataille larvée est que François Fillon ne voit rien venir. Un peu avant Noël, il prend enfin rendez-vous avec Nicolas Sarkozy, qu’il a laissé ruminer sans raison valable. Comme pour mieux savourer sa revanche. L’ancien Premier ministre est un orgueilleux. Distant et secret dans son rapport aux autres, il peut être très maladroit dans la gestion psychologique des ego, une donnée à prendre en compte pour mener une campagne présidentielle jusqu’à l’Élysée. À cette occasion, certains commencent à réactiver un reproche qui a accompagné François Fillon pendant toute sa carrière politique : il n’a pas de sens politique, il est malhabile et ne sait pas faire fructifier ses victoires. « J’attends qu’il soit un peu plus dans la merde pour nous appeler », confie Pierre Charon, qui ne croit pas si bien dire.

Extrait de "François Fillon, les coulisses d'une défaite", de Mathieu Goar et Alexandre Lemarié aux Editions de l'Archipel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Frangipanier123Tours
- 16/05/2017 - 10:27
Je seconde le propos de "Nemrod07"
Par Nemrod07 - 13/05/2017 - 18:12 - Signaler un abus
Bizarre, bizarre !!!

J'ai soutenu Fillon mais je ne lui pardonne pas d'avoir appelé à voter pour Macron à 20 h et 5 minutes. Ma droite n'existe plus, j'ai voté MLP par vengeance du coup monté contre Fillon mais j'appelle de mes vœux le retour d'une vraie droite sans quoi nous serons nombreux à rejoindre définitivement le FN. C'est pas moi qui ai changé c'est la droite qui s'est centrisee. Les LR doivent mettre la barre à droite et vite.
lafronde
- 15/05/2017 - 07:52
Revenir au calendier électoral parlementaire d'avant 2002 !
Puisque cette élection présidentielle a été manipulée, les élections Législatives doivent la remplacer comme élection politique de référence, et advenir en premier lors de la fin du quinquennat. Personne ne peut manipuler à grande échelle l'élection Législative où l'élu est proche de l'électeur. La prochaine Assemblée Nationale peut très bien prendre par elle-même cette initiative, il suffit qu'il y ait une Majorité parlementaire conservatrice. Pour l'élection présidentielle échue, il y a eu trois dysfonctionnements : la Presse, notamment audiovisuelle a pris parti contre un candidat et pour un autre. Le président sortant n'a pas garanti les Institutions ni les Libertés publiques. Le CSA a laissé faire une campagne partisane par les Rédactions. Le PNF a trouvé opportun de poursuivre le candidat d'opposition durant la campagne. La première chose que pourrait faire une Majorité LR est de dissoudre le CSA, et d'organiser la Presse audiovisuelle selon l'Art. 34 de notre Constitution : liberté, pluralisme et indépendance des medias. MM les parlementaires LR, sur quelle fréquence puis-je recevoir une chaine TV ou Radio Conservatrice ou Libérale ?
lafronde
- 15/05/2017 - 07:38
Une hirondelle primaire ne fait pas le printemps républicain.
La critique sarkozyste d'un programme Fillon élitiste est la même que la critique antisociale colportée par la Presse progressiste. Fillon avait un programme le plus social qui soit, mais PAR le TRAVAIL ! Donc l'Entreprise et une fiscalité compétitive et non confiscatoire. Fillon a fait 20%, comme Chirac en 2002. L'UMP a eu une décennie (comme Mitterrand) pour marquer la politique française, et lui rendre sa Liberté. Elle ne l'a pas fait : lé régime est resté social-démocrate et la Presse, progressiste. C'est faute de chaine et de Rédaction conservatrice et libérale dans la Presse audiovisuele que l'opposition de Droite a été inaudible durant le quinquennat échu, campagne électorale LR comprise. Maintenant que le FN dépasse 20%, il n'est pas certain que le Centre droit qu'est LR puisse jamais le dépasser. LR doit donc se muer de parti présidentiel perdant en parti parlementaire gagnant ! Et c'est possible ! LR pourrait devenir le parti de la Liberté, de la subsidiarité, et de la Tradition. Pour cela laisser aller tous les progressistes, qu'ils soient de l'UDI ou de chez LR vers Macron, à qui l'on doit cette clarification idéologique, finalement salutaire.