En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 min 35 sec
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 1 heure 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 3 heures 39 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 4 heures 21 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 6 heures 6 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 7 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 11 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 1 heure 5 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 2 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 3 heures 55 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 5 heures 40 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 7 heures 10 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 8 heures 3 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 9 heures 49 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 11 heures 38 min
© AFP
© AFP
Bonnes feuilles

C'était impossible et pourtant...Comment François Fillon a réalisé "l'exploit" de perdre la bataille pour la présidentielle

Publié le 14 mai 2017
Durant une année, les auteurs ont infiltré les états-majors, recueillant confidences inédites. Jusqu'au 7 mai, ils ont été les témoins privilégiés des alliances, des trahisons et de tous les coups de théâtre. Ils révèlent comment se sont joués le shakespearien renoncement de Hollande, puis les descentes aux enfers de Juppé, Sarkozy et Valls. Extrait de "L'irrésistible ascension. Les dessous d'une présidentielle insensée" de Soazig Quéméner et Alexandre Duyck, aux Editions Flammarion (2/2).
Soazig Quéméner a 36 ans. Entrée au Journal du dimanche en 1999, elle y a suivi les dossiers « Environnement » et « Religion » avant d’entrer au service politique en 2010.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Duyck est journaliste et écrivain. Il a été grand reporter au Journal du Dimanche jusqu'en janvier 2015 et collabore à l'émission L'Effet Papillon sur Canal +.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Soazig Quéméner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Soazig Quéméner a 36 ans. Entrée au Journal du dimanche en 1999, elle y a suivi les dossiers « Environnement » et « Religion » avant d’entrer au service politique en 2010.
Voir la bio
Alexandre Duyck
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Duyck est journaliste et écrivain. Il a été grand reporter au Journal du Dimanche jusqu'en janvier 2015 et collabore à l'émission L'Effet Papillon sur Canal +.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Durant une année, les auteurs ont infiltré les états-majors, recueillant confidences inédites. Jusqu'au 7 mai, ils ont été les témoins privilégiés des alliances, des trahisons et de tous les coups de théâtre. Ils révèlent comment se sont joués le shakespearien renoncement de Hollande, puis les descentes aux enfers de Juppé, Sarkozy et Valls. Extrait de "L'irrésistible ascension. Les dessous d'une présidentielle insensée" de Soazig Quéméner et Alexandre Duyck, aux Editions Flammarion (2/2).

C’est dans ce contexte troublé que François Fillon ouvre enfin, le jeudi 10 janvier, les portes de son nouveau QG rue Firmin-Gillot dans le 15e arrondissement de Paris. Dans une immense salle, en partie vitrée, parlementaires et journalistes ont été mêlés pour entendre la bonne parole du candidat à la présidentielle à l’occasion de ses voeux. Et l’auditoire va très vite comprendre que le ténor de la droite n’a aucune intention de se plier aux demandes des uns ou aux exigences des autres. François Fillon s’adresse aux représentants de la presse : « Nous allons vivre ensemble des jours importants pour notre pays. Je serai au front et vous serez  vous, journalistes, sur la brèche, au service de l’information des Français. Je ne doute pas que notre relation sortira renforcée de ce compagnonnage, même si je sais que je ne suis pas pour vous un “client” facile, les nargue-t-il. Vous devrez faire avec ma réserve et mes sourcils broussailleux. Dur travail ! »

Au passage, il se permet de leur faire la leçon : « Méfiez-vous des scénarios écrits à l’avance. Les grilles de lecture du microcosme ne sont plus celles de cette France silencieuse et fiévreuse que j’ai parcourue de long en large. Bienvenue dans l’insondable et dans les entrailles d’un pays à cran qui cherche des solutions à ses difficultés. »

Après avoir achevé son discours, François Fillon fend la foule et s’installe devant le buffet, un verre de vin rouge à la main. Pressé de questions, il se confie enfin et, visiblement détendu, livre le fond de sa pensée. Le miraculé de la primaire se croit invincible. « Il est inébranlable », ajoute l’une de ses fidèles. Qui d’autre pourrait de toute manière remporter la présidentielle ? « S’ils sont trois en face à gauche, je ne vois pas comment ils peuvent être au second tour », observe Fillon, admettant qu’il ne « s’attendait pas » au retrait de François Hollande. « Ma victoire n’a sans doute pas été étrangère à ce choix », poursuit-il. Avant de l’assurer : il ne s’inquiète pas de l’envol d’Emmanuel Macron. « C’est un problème pour la gauche, pas pour la droite, répète-t-il souvent. N’oubliez pas que, pendant deux ans, on m’a dit que Juppé allait remporter la primaire. »

Preuve qu’il prend tout de même cette menace en considération, il revient du CES de Las Vegas, le salon du high-tech, où il s’est montré en compagnie de Nathalie Kosciusko- Morizet, histoire de concurrencer le leader d’En Marche sur le créneau des nouvelles technologies. « Macron, c’est le renouveau, Bruno Le Maire en moins raté. Mais il a tout de même un logiciel de caste », souffle l’une de ses proches.

Sur les hésitations de sa propre campagne, François Fillon se refuse au moindre mea culpa. Il reste droit dans ses bottes. « Pendant la primaire, je vous avais dit que cela se cristallisait trois semaines avant. Vous ne m’avez pas cru. La présidentielle, cela commence cinq semaines avant. Tout le reste c’est du cinéma ! » Fermez le ban ! Il est aussi interrogé sur son rapport à la Russie, à son « cher Vladimir » comme il l’a un jour qualifié. « La politique française à l’égard du conflit syrien est un échec total, lâche-t-il. Même Angela Merkel sur Poutine est beaucoup plus pragmatique que vous ne le pensez. Le plus gros client pour le gaz de Russie, c’est l’Allemagne. Elle a des contraintes politiques beaucoup plus fortes que les nôtres. » Avant de se pâmer devant sa future fonction. « Elle m’avait dit un jour qu’elle rêverait d’être présidente de la République française », s’amuse-t-il. Sur son petit nuage, Fillon disserte déjà des grands de ce monde et ne semble décidément pas pressé d’accélérer le rythme de sa campagne. Ce jour-là, il s’éclipse, un petit sourire aux lèvres.

Si François Fillon semble vouloir se tenir au-dessus de toutes les petites contingences politiciennes, c’est qu’il lui paraît impossible de ne pas figurer au second tour de la présidentielle. Il y a un tel désir d’alternance dans le pays après le désolant quinquennat Hollande, une telle envie de droite que, mécaniquement, le vainqueur de la compétition interne de la droite devrait être le prochain président de la République. Alors pourquoi s’inquiéter, pourquoi s’alarmer ? Porte-parole du candidat, Florence Portelli résume alors le sentiment général du petit cercle filloniste : « Ce serait un exploit de perdre ! », avant de reconnaître, plus modeste : « Enfin, un exploit est toujours possible. »

Après la santé, les 39 heures et la politique « chrétienne », une autre pomme de discorde va pourtant vite faire son apparition dans la campagne de François Fillon. Selon les sarkozystes, le candidat ne s’adresse pas assez aux catégories populaires qui ont boudé la primaire de la droite et du centre. Un sondage Ifop le prouve alors. En cas de candidature Bayrou, Marine Le Pen devancerait le champion de la droite au premier tour de l’élection présidentielle. Et, surtout, François Fillon a baissé de 8 points chez les employés et les ouvriers depuis son élection. « Il ne veut pas comprendre que sa base électorale, celle de la primaire, ce sont les sénateurs, qui se font élire eux-mêmes par des élus, des relais de l’establishment. Ce corps électoral est limité, il renvoie à un suffrage censitaire. Là, maintenant, l’enjeu, c’est le suffrage universel ! », déplore une ancienne ministre sarkozyste. 

Extrait de L'irrésistible ascension. Les dessous d'une présidentielle insensée de Soazig Quéméner et Alexandre Duyck, aux Editions Flammarion

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
von straffenberg
- 15/05/2017 - 23:28
manipulation générale
Cette élection ne fut pas démocratique sur le fond . Macron en perfusion constante dans le médias . Fillon n'a pas réalisé l'hostilité de nombreux cadres LR , il n'aurait pas du rallier Macron . Bref le mal est fait .Inutile de se lamenter .Mon souhait le plus vif est que le pays se réconcilie et que nous rebattissions vite cette démocratie bafouée. Beaucoup de choses sont à recadrer notamment la justice....
lafronde
- 15/05/2017 - 07:04
L'élection présidentielle est trop manipulable.
Trop manipulable par la Presse, voire par le Ministère public, l'élection présidentielle est aussi moins démocratique, centralisée, donc réductrice. Ont été recalés, faute de signatures suffisantes, les régionalistes, les libéraux (libértariens pour être précis). Absente aussi la Société civile (celle qui n'est pas subventionnée), mais milite depuis des années (Bleu blanc zèbre, Nous citoyens, Contribuables associés). Je dénonce la nomination des candidats En Marche par une procédure hiérarchique une fois leur candidat élu président, et non démocratique par les militants locaux. Nous aurons des députes "marcheurs" godillots. Si le citoyen français tient à ses libertés publiques, il a intérêt à réagir vite, en envoyant une Majorité de Droite à l'Assemblée. Car ce n'es pas le Peuple français qui a fait cette élection, mais la Presse qui a choisit son camp à sa place. Les Rédactions ont oublié leur Charte des journalistes. Chaque citoyen doit savoir que la Presse audiovisuelle n'est pas libre, pluraliste et indépendante, mais qu'il y a une instance politique qui nomme des directions partisane et interdit à une Presse d'Opposition l'accès à l'antenne. Quelle fréquence pour la Droite ?
nemeton
- 14/05/2017 - 22:28
un raté
que dire d'autre ?