En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 4 min 59 sec
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Politique
Illusion ?

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

il y a 4 heures 34 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 18 heures 10 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 18 heures 57 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 20 heures 12 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 1 jour 12 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 10 min 53 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Société
Insécurité

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 4 heures 11 min
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 17 heures 46 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 18 heures 34 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 19 heures 20 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 20 heures 47 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 21 heures 6 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 1 jour 31 min
© BORIS HORVAT / AFP
© BORIS HORVAT / AFP
Post traumatisme

L'électorat FN est-il braquable ?

Publié le 12 mai 2017
Entre la défaite de Florian Philippot d'arriver à ancrer la sortie de l'euro au parti, la défaite de Marine Le Pen de dé diaboliser le FN, le départ de Marion Maréchal Le Pen, et Gilbert Collard qui déclare qu'il faut arrêter avec la sortie de l'euro, le Front National apparaît affaibli en cette fin d’élection présidentielle.
Journaliste politique au Figaro, Emmanuel Galiero suit les partis souverainistes, le Modem, mais aussi la politique à Paris et à l'échelon de la région Ile-de-France. Emmanuel Galiero est le co-auteur notamment de Grandir à Marseille dans les années...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Galiero
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste politique au Figaro, Emmanuel Galiero suit les partis souverainistes, le Modem, mais aussi la politique à Paris et à l'échelon de la région Ile-de-France. Emmanuel Galiero est le co-auteur notamment de Grandir à Marseille dans les années...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre la défaite de Florian Philippot d'arriver à ancrer la sortie de l'euro au parti, la défaite de Marine Le Pen de dé diaboliser le FN, le départ de Marion Maréchal Le Pen, et Gilbert Collard qui déclare qu'il faut arrêter avec la sortie de l'euro, le Front National apparaît affaibli en cette fin d’élection présidentielle.

Quel est le niveau de vulnérabilité du Fn actuellement ?

Emmanuel Galiero : Tout d'abord, il y a plusieurs mauvaises nouvelles pour le parti. L'échec à la présidentielle notamment. Beaucoup d'espoir étaient nourris par Marine Le Pen qui s'appuyait sur une ligne définie et soutenue. Mais la présidente élue avait décidé de ne pas poursuivre cette ligne et en fin de campagne elle a essayé de faire un virage et de donner une présentation différente de son programme, notamment  sur l'euro et sur l'économie. Elle avait compris que certaines choses pouvaient rebuter son électorat qui pouvait l'aider à progresser. Notamment l'électorat de droite (celui orphelin de François Fillon dans l'entre deux tour) qui était sur le marché et qu'il fallait aller chercher.

Il est vrai qu'on a beaucoup critiqué sa campagne mais je trouve finalement qu'elle n'est pas si mauvaise. La catastrophe en fait est arrivée lors du débat qui a beaucoup été critiqué même au sein du Front National. 

Ensuite il faut bien prendre en compte que deux lignes s'affrontent en interne. La ligne Philippot contre celle de Marion Maréchal Le Pen. Donc une ligne plutôt étatiste face à une plutôt libérale. Marine Le Pen a essayé de concilier les deux lignes et sa nièce pensait que Florian Philippot pesait trop fortement dans les choix de la candidate qui s'appuyait trop sur lui. Résultat, certains au sein du parti disaient que selon l'échéance du second tour, Florian Philippot aurait du souci à se faire. Il est vrai qu'il ne dispose pas d'un soutien militant très important, il n'a pas la culture du parti. Il a tissé une relation particulière et personnelle avec Marine Le Pen et il a toujours été étroitement associé à la stratégie. Il s'est donc beaucoup exposé et du coup il est dans une situation délicate aujourd'hui. 

Est-il susceptible de se faire dépasser par une formation de la même manière que ce qu'En Marche est en train de faire subir au PS ? Qui sont ceux qui pourraient faire un tel holdup ?

Le Front National a un électorat très encré, c'est même l'une des leçons que nous avons pu tirer de la présidentielle. Très tôt d'ailleurs, elle avait été donnée comme finaliste de l'élection et tous les sondages le disaient. Il y a donc un électorat fort et stable qui se mobilise. Il ne faut pas oublier que le FN a presque doublé son nombre de voix depuis 2011. C'est colossal. Les 33% sont en dessous de ce qui été espéré (ils pensaient surement atteindre les 40%) mais malgré tout, ils restent mobilisés. 

On sait bien que le FN a un électorat populaire, fort chez les jeunes et les ouvriers. Même s'il y a une porosité avec l'électorat de Jean-Luc Mélenchon, ils n'ont récupéré que 7% de ses électeurs pour le second tour. En réalité l'électorat naturel est de droite et provient avant tout de la France périphérique. Ces gens-là, ces oubliés, comment von-ils se comporter, c'est une vraie question. Je ne suis pas convaincu qu'ils se dirigent vers Emmanuel Macron ou vers la droite. 

Qui pourrait prendre leurs électeurs ? Il faudra attendre un peu pour voir quelle ligne sera exploitée et attendre la stratégie qui sera dévoilée pour les législatives. Le FN optera certainement pour des thèmes classiques. On entendra surement peu parler de l'euro pendant ces élections. On reproche d'ailleurs à Marine Le Pen de s'être trop attardée sur ce sujet  qui n'est pas une priorité absolue des français. Elle a eu des difficultés à imposer ce thème. 

Le plus gros danger pour le moment c'est que l'électorat frontiste déçus par Marine Le Pen hésite à aller voter. Mais il ne faut pas oublier la tendance de ce parti qui continu de progresse

Imaginons qu'à droite quelqu'un monte son propre mouvement, disons la droite hors les murs. La ce serait possible qu'il y est une alternative au FN pour les électeurs.

Mais cela servirait le FN tout de même car sa stratégie (et surtout celle de Marine Le Pen) est de constituer une alliance avec cette droite. Par exemple prenons la femme de Robert Ménard, Emmanuelle Ménard, qui est candidate dans l'Hérault. Elle va être soutenue par plusieurs partis, le CNIT le FN et aussi debout la France. Donc c'est l'exemple d'une candidate qui se présente sous l'étiquette "soutenue par". Quelque part elle incarne un peu une alliance que l'on peut appeler pour le moment "l'alliance des patriotes". C'est justement ce que veut faire Marine Le Pen à l'Assemblée. Elle veut créer une force politique de grand rassemblement qui ne serait pas forcément FN mais plus élargie, dont le nom n'est pas encore défini. Tous les gens y compris à droite qui pourrait se retrouver plus dans cette ligne là que dans celle de Baroin s'y rendront.

Le problème c'est qu'il faut des soutiens et une implication locale. Ce n'est pas évident. Il ne faut pas oublier que les députés déjà implantés ont un avantage incontestable. Pour tous ceux qui ne le sont pas, la porte est ouverte. 

Je pense que le FN parie plus sur l'éclatement à droite que sur le risque de se voir voler ces électeurs. Il y a deux tours dans une législative, au second il y aura surement un appel à se rassembler. 

Comment le FN pourrait réagir, à moyen terme, contre les échecs de cette élection, des départs, et du flou de la ligne politique actuelle ?

C'est tout l'enjeu de la transformation du Front National avancée par Marine Le Pen le soir de sa défaite. Beaucoup de questions vont être posées lors du prochain congrès. Il faut une grande réflexion en interne, c'est indispensable. Au-delà du marketing (du changement de nom, l'organisation nouvelle des équipes etc…) c'est un chantier immense et très important pour Marine Le Pen. Cela va prendre du temps. Le congrès sera capital. 

Il faut trouver le juste milieu entre le changement et le fait de ne pas bouleverser le programme et les acquis du parti. A qui s'adressent-ils ? Ou sont leurs électeurs ? Et comment faire pour incarner la nouvelle force de droite ? Ce sont toutes les questions qui doivent être posées. Le FN a beaucoup de travail devant lui.  

On approche d'un grand virage historique pour le parti. Il va falloir maintenir la cohésion du parti pendant les législatives. Tout le monde attend du changement mais tout le monde n'est pas d'accord sur la nature de celui-ci. 

Notons quand même que la question du leadership de l'ex-candidate n'est pas contestée. Il n'y a pas de candidat pour la concurrencer pour le moment. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 13/05/2017 - 13:02
@Semper Fi
Finalement l'irruption de Macron éclaircit le paysage politique. je partage votre analyse de la nécessaire cohérence idéologique des partis politiques. Macron revendique son libéralisme pour l'économie et le libre- échange et son progressisme pour la Société (pas de culture ni d'identité françaises stables, le Peuple français n'étant que l'ensemble des citoyens, et l'Etat distribue la nationalité aux migrants). Ces options macroniennes appellent des oppositions. Soit le contraire exact qui est incarné par Marine le Pen, mais que l'électorat n'a pas choisi. Soit une dissidence tout aussi progressiste sur la Société, mais étatiste. Or n'est-ce pas l'étatisme qui anémie notre économie ? Parmi les offre cohérentes restait l'offre Fillon, grande gagnante de la Primaire. Alliant libéralisme en économie, et conservatisme pour la Société civile. La Presse a dézinguée son hérault, choisissant en lieu et place du citoyen ! Il demeure aussi des offres hybrides comme PS et LR, qui sont plus des cartel électoraux que des partis. Aucune solidarité chez eux en cas de revers. Quant au FN, sa base est libérale-identitaire dans le Sud-Est, et social-protectionniste dans le Nord-Est !
gerint
- 13/05/2017 - 09:19
@Denezière
Être contre l'UE n'est pas nécessairement être anti-européen car il y a d'autres visions possibles très différentes sans fédérateur extérieur notamment et chaque peuple doit pouvoir déterminer sa dose de libéralisme et d'étatisme. Il est normal que le programme économique d'un pays diffère de celui du voisin et chaque pays doit conserver ses leviers économiques même s'il faut des accords internationaux dans un certain nombre de domaines et je constate que disposer de sa monnaie comme La GB est un atout précieux
Semper Fi
- 13/05/2017 - 01:45
@deneziere
100% d'accord. Le pb majeur du FN est que son ADN est à droite mais que pour des raisons électoralistes il a fait un programme de gauche. A s'obstiner ainsi il risque de tout perdre puisque son électorat traditionnellement de droite va se tourner vers une formation (DLF ?) globalement libérale-conservatrice, et que son électorat venu de la gauche va revenir à celui qui incarne ses racines : Mélenchon. Notons que ce caractère schizophrène est aussi présent chez LR, dont une partie à vocation à rejoindre les libéraux-conservateurs du FN, et l'autre partie à rejoindre les socio-démocrates de Macron. Enfin, le PS (enfin ce qu'il en reste) est voué au même traitement coincé entre JLM et Macron. Vivement que cette recomposition se fasse afin que l'on y voit plus clair.