En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Pour l'exemple
Pourquoi l'humiliation de Manuel Valls par En Marche contraint le parti du président à se transformer en nouveau PS
Publié le 12 mai 2017
Manuel Valls est une épine dans le pied et un exemple à donner pour En Marche !. Le mouvement aurait tout intérêt à ne pas voir affluer tout le Parti socialiste à ses portes afin de prendre sa place aux législatives.
Virginie Martin est une professeure-chercheure à Kedge Business School et politologue française. Elle est présidente du Think Tank Different, laboratoire politique créé en 2012, et est l'auteur de Ce monde qui nous échappe : pour un universalisme...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin est une professeure-chercheure à Kedge Business School et politologue française. Elle est présidente du Think Tank Different, laboratoire politique créé en 2012, et est l'auteur de Ce monde qui nous échappe : pour un universalisme...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Manuel Valls est une épine dans le pied et un exemple à donner pour En Marche !. Le mouvement aurait tout intérêt à ne pas voir affluer tout le Parti socialiste à ses portes afin de prendre sa place aux législatives.

Atlantico : Le refus d'En Marche ! pour le moment, d'avaliser le ralliement de Valls, qui fut malgré tout le Premier ministre de François Hollande pourrait-il signifier que la stratégie est bien aujourd'hui d'affaiblir le Parti Socialiste dans la perspective des législatives, en bloquant toute possibilité de sortie ? 

Virginie Martin : Quelque part, la réponse est dans la question. Bien entendu qu'il y a la stratégie des législatives, et il faut affaiblir le PS et les Républicains de l'autre. Il faut avoir le plus possible pour la présidentielles en marche. Il faut avoir le plus grand nombre de députés. Je crois aussi, au-delà de ça, il y a la volonté d'apparaitre comme cohérent et droit dans leurs bottes. Est-ce qu'on peut leur en vouloir de ne pas récupérer les voitures balais du politique ? Ils en ont déjà récupérer beaucoup. Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée. Par exemple, François de Rugy a tout de suite retourné sa veste. Il a trahi les primaires. Mais finalement, il n'était pas si important. Valls joue le jeu des primaires jusqu'au bout. Il dit qu'il ne tuera pas Hamon. Mais il est dans une ambiguïté dans l'après primaire. Il ne soutient pas vraiment Hamon pendant la présidentielle, et puis là, on pourrait se demander si Hamon avait fait 15 ou 20% si Valls aurait la fait la même chose. Il y a une espèce d'opportunisme, qui est trop visible. Et comme le dit Delevoye, il y a déjà des gens qui sont investis. Et Valls, de sa position surplombante de Premier ministre, arriverait et tout le monde devrait se pousser ? Ce ne serait pas très bien pour En Marche de faire ça tout de suite. Ils doivent marquer le coup, et leur indépendance. 

Plus globalement, la stratégie d'affaiblissement du PS par En Marche ne vise-t-elle pas simplement à installer purement et simplement En marche sur le PS, tout en modifiant "par le haut" sa ligne politique ?

Je ne sais pas si on peut dire ça. On peut affaiblir le PS en tant qu'organisation partisane. On peut faire infléchir sa ligne politique vers la gauche ou la droite. On peut tout faire en termes de partis politiques et de rapports de forces. Il y a une chose qu'on ne peut pas faire : tuer les idées qui sont socialiste, écologiste, de gauche, qui sont encore portés par Hamon, Aubry, Taubira etc. Celles-ci renaîtront toujours quelque part. Maintenant, si la volonté d'En Marche, avec la complicité d'Hollande et de Cambadélis, c'est de faire un grand "truc" de gauche, il va falloir qu'En Marche dise où il se situe politiquement. Avec un programme En Marche plutôt libéral de droite, quel va être la ligne du PS ? Cela fait des années que je répète que le parti socialiste doit faire son " aggiornamento". C'est évident. Mais doit-il être complètement abordé par En Marche ? Dans ce cas-là, ce n'est plus le PS qui s'infléchit. C'est En Marche qui absorbe. C'est différent. Ça laisse la place à un nouveau parti de gauche, entre En Marche et le parti de Mélenchon. 

Quels sont les autres avantages politiques que Emmanuel Macron pourrait tirer de cette fin de non-recevoir adressée à Manuel Valls, notamment vis à vis de l’électorat de droite ? Après ce geste d'autorité, Emmanuel Macron pourrait-il finalement accepté de "prendre" un Manuel Valls considérablement affaibli ?

Il ne faut pas qu'il paraisse trop en attente de la proposition de Manuel Valls. Après, s'il compte lui donner un rôle, il ne faut qu'il le ridiculise. Mais ils sont sur une ligne qui me semble être la bonne. C’est-à-dire expliquer qu'il y a un pôle central d'En Marche, constitué de ceux qui ont rejoint le parti dès le début, sur lequel sont venus se greffer ceux qui sont venus plus tard. Donc En Marche à raison : ils ont une dynamique présidentielle pour eux, et ils ont une ligne. Les gens les ont élus sur le renouvellement. Là, il y a des tractations politiciennes qui sont en train d'être faite. S'ils rentrent là-dedans, ils sont foutus. Après, Manuel Valls et Emmanuel Macron sont à peu près compatibles sur les questions économiques. Le sont-ils également sur des questions républicaines ou de laïcité ? On ne le sait pas, car on ne connait pas assez bien la ligne politique d'En Marche pour tout dire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
06.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mperrindarloz
- 13/05/2017 - 15:05
Vive le correcteur orthographique!
Il serait bon qu'Atlantico utilise un correcteur orthographique pour ses articles, voire pour les commentaires des internautes : la lecture du journal n'en serait que plus agréable. Merci.
ikaris
- 11/05/2017 - 21:47
Vallas n'aura pas de candidats "en Marche" face à lui !
on est donc dans la comédie de pure forme ! C'est bien ce que je disais : l'arbre Valls cache la forêt des ralliements et de toute façon c'est du flanc !
kuruzawa
- 11/05/2017 - 16:09
éviter de se faire saboter!
EM est prudent:au regard des fait d'armes de Vals,il est plus sage de le refuser de le laisser se livrer à ses sabotages habituels,la main sur le coeur,tout imbu de sa "loyauté":on a bien vu ce que ça donne!D'autant qu'il y a toute l'armada qui suit pour se trouver un job.Le PS est exangue et les reliquats s'éparpillent en groupuscules:il suffit de les laisser s'atomiser entre eux.Vals et consorts,ce sont des sources de conflits et de contestations permanentes,à coup sur.Ils se la joueront frondeurs,arguant de leurs "sensibilités" blablabla.EM a plutot intéret à aller piocher sur la droite,s'il veut etre plus raccord avec l'ensemble de la population