En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Cirage
Pourquoi manager son patron est le meilleur moyen de consolider sa carrière
Publié le 09 mai 2017
Etre un lèche-botte peut avoir du bon pour celui qui compte progresser au sein de son entreprise, une étude de MacKinsey vient même de le montrer ! Mais seulement si cela passe par un souci de sincérité et qu'il y a au départ une compréhension approfondie de la relation employé-patron.
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etre un lèche-botte peut avoir du bon pour celui qui compte progresser au sein de son entreprise, une étude de MacKinsey vient même de le montrer ! Mais seulement si cela passe par un souci de sincérité et qu'il y a au départ une compréhension approfondie de la relation employé-patron.

Etre ce qu'on appelle vulgairement un "lèche-cul" n'est pas nécessairement un défaut en entreprise, cela peut même beaucoup aider affirme une étude de MacKinsey. En quoi est-ce que "mobiliser son patron" - comme l'exprime l'étude - peut en effet être une bonne chose ?

Xavier Camby : L'étude que vous évoquez est très intéressante, à plus d'un titre. Elle souligne tout d'abord les dommageables défauts d'une vision seulement rationnelle et pyramidale de ces organisations que nous appelons des entreprises, irriguées des seules cascades d'un pouvoir descendant, où le travail en commun serait aussi une compétition-élimination, en vue d'arriver tout seul au sommet ! Cette idée hélas fréquente constitue un grave déni de réalité : dans toutes les entreprises qui créent une authentique valeur ajoutée (humaine, sociale, culturelle, ludique, économique, financière...), l'organisation humaine bien réelle se fonde clairement sur l'intelligence collaborative, au sein de communautés disparates et efficaces, qu'aucun organigramme pyramidal ne saura jamais représenter. 

Cette étude met encore en évidence l'ignorance crasse de la nature essentielle d'une entreprise : créée par l'homme, elle est intrinsèquement et demeure invariablement, pendant toute son existence, une communauté humaine, matrice d'un Bien Commun, qu'ensuite on peut partager, selon chaque contribution. Les interactions personnelles au sein de cette communauté ne peuvent donc être régies par des systèmes inhumains (de castes par exemple), sans que ces clivages ne provoquent de très graves dommages en terme de performances et de création de valeur.

Il est très inquiétant enfin de voir des experts, consultants de ce cabinet international de conseil, découvrir le management multi-directionnel, notamment ascendant et horizontal ! Pour notre part, il y a des années que nous enseignons comment manager-son-manager et à développer l'indispensable intelligence collaborative avec ses pairs. Mais sans doute ignorent-ils le vrai métier de manager, n'ayant rien entrepris ni jamais dirigés d'équipes nombreuses ? Les deux étymologies possibles de ce mot en donnent le sens exact. La première vient du mot français ménager. Celui qui donc manage ménage ses ressources et aménage le travail de tous. La seconde viendrait de l'italien -manu agere- et des activités équestres. Celui-ci guide et enseigne cheval et cavalier, sans rapport de dominance, en les menant par la main. Manager son manager, collaborer avec ses pairs, les mobiliser ensemble pour le bénéfice de tous, et premièrement de sa propre équipe, voici en effet la meilleure des stratégies professionnelles, celle qui créera rapidement le plus de richesse.

Quelles sont les limites de cette stratégie ?

La seule vraie limite à cette organisation de son influence professionnelle consisterait en un défaut de sincérité et de loyauté. Si vous entreprenez de saisir votre patron ou de mobiliser vos collègues pour votre unique intérêt, par seul arrivisme ou par bête égocentrisme, il y a de fortes chances que vos stratagèmes échouent rapidement. Et vos propres collaborateurs vous en feront clairement le reproche, si vous les interrogez. Ou se défieront ensuite de vous, si vous omettez de le faire. Les opportunistes et les arrivistes s'isolent toujours davantage, de part leur déloyauté même. Leur échec est donc inéluctable au sein de l'entreprise comme dans leur équipe. Car il n'y existe en effet de succès réel, pérenne et rentable que collectif ! En revanche, si c'est véritablement au bénéfice de tous (sans donc le proclamer) que vous intervenez, cette active intelligence collaborative renforcera considérablement votre autorité, verticale comme horizontale.
 

Quel équilibre faut-il trouver à votre avis dans la relation entre patron et salarié ?

Cet équilibre naît précisément de l'intelligence collaborative. Un manager (ou un collègue) peut résolument décider de m'aider dans mon travail, à m'en faciliter ou m'en simplifier l'exécution. Pour ce faire, il m'écoute, me forme et me soutient. En retour, par simple et humaine symétrie, je vais entreprendre la réciproque autant que je le peux, pour qu'il atteigne ses objectifs. Ce simple principe de collaboration, très loin donc de tout conflit, de prédation ou compétition-élimination, de toute fausse relation de dominance, d'un rapport biaisé de maître à esclave ou encore des égarements idéologiques et obsolètes à base de lutte des classes ou de la fausse supériorité (auto-déclarée) d'une caste, nous permettra, à tous les deux, d'engendrer ensemble le meilleur résultat possible et de créer la meilleure valeur ajoutée, avec la moindre consommation d'énergie. Cette organisation du travail, toute simple, procède d'un management élégant, économe et de bon sens, auxquels le plus grand nombre aspire. L'engouement pour les start-up comme pour la recherche de méthodes alternatives de management, la mode de la bienveillance au travail et les comportements professionnels des Y, en attestent avec assez de force. Ce n'est pas DisneyWorld, mais bien plutôt une révolution mondiale, douce et pacifique, qui transforme positivement et sans retour les relations laborieuses. La prise de conscience de la réalité et de l'importance productive des interactions positives, à 360° au sein d'une entreprise, par les experts de la consultance rationaliste autant qu'exorbitante, me semble une très bonne nouvelle : il y a très bon espoir de prochains changements positifs, jusque dans les entreprises jurassiques les plus autistes !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires