En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

07.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Coronavirus
Virus en Chine : l’OMS prolonge sa réunion d’urgence d’une journée, les transports publics suspendus à Wuhan
il y a 5 heures 32 min
pépites > International
Soupçons
Piratage du téléphone de Jeff Bezos par l'Arabie saoudite : des experts de l'ONU réclament une enquête
il y a 8 heures 47 min
pépite vidéo > International
Tension
Incident entre Emmanuel Macron et des policiers israéliens au cœur de la Vieille Ville de Jérusalem
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" de Arnaud Viard : l'amour, la tendresse et la nostalgie en partage...

il y a 14 heures 39 min
pépite vidéo > Europe
Vigilance
Les images impressionnantes de la tempête Gloria dans les Pyrénées-Orientales et en Espagne
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

L’affaire des "médecins empoisonneurs" : quand Staline inventait des complots imaginaires contre les Juifs

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Economie
Larmes de crocodile

Inégalités : et le choeur des pleureuses milliardaires repris à Davos

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Social
France

Les cercles vicieux du modèle social français

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Europe
Concurrence européenne

Post-Brexit : entre un Singapour britannique et un cavalier solitaire allemand, quel destin pour l’économie française ?

il y a 19 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

A trop célébrer l’attractivité française, on en oublie les effets pervers

il y a 20 heures 2 min
pépites > Justice
Ultimes mystères
Affaire Benalla : le témoin-clé Chokri Wakrim met en cause des membres de l’Elysée sur la question de la disparition des coffres-forts
il y a 6 heures 23 min
pépites > Politique
L'heure du bilan
69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022
il y a 9 heures 34 min
light > Culture
"Always look on the bright side of life"
Mort de Terry Jones, membre des Monty Python et réalisateur de "La Vie de Brian"
il y a 13 heures 47 min
pépites > Politique
Bataille de chiffres
L'Association des maires de France souhaite obtenir une modification de la "circulaire Castaner" pour les municipales
il y a 15 heures 9 min
décryptage > Santé
Industrie pharmaceutique

Autorisation de médicaments : les consommateurs ont droit à la transparence

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Social
Surtout que Martinez ne se fâche pas !

CGT : Cancer Généralisé du Travail

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Social
Réforme

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Environnement
Révolution ?

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Politique
Souvenirs, souvenirs

Nicolas Sarkozy présente ses voeux, c’est l’occasion de se repencher sur son mandat ou le dernier mandat présidentiel "tranquille"

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Environnement
Davos 2020

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

il y a 20 heures 19 min
© Flickr/wjmarnoch
© Flickr/wjmarnoch
ToutanMakron

Emmanuel Macron et ses dangereux oublis sur les enjeux réels de notre économie

Publié le 12 mai 2017
Cette campagne se termine finalement sans que nombreuses questions économiques aient été sérieusement traitées. Et si Macron porte son lot de responsabilité, ses adversaires n'ont pas fait mieux que le nouveau président de la République.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette campagne se termine finalement sans que nombreuses questions économiques aient été sérieusement traitées. Et si Macron porte son lot de responsabilité, ses adversaires n'ont pas fait mieux que le nouveau président de la République.

"Il n’existe que deux sortes de gens, ceux qui acceptent les dogmes et en ont conscience, et ceux qui acceptent les dogmes et n’en ont pas conscience (…) Les arbres n’ont pas de dogmes. Les navets sont extraordinairement larges d’esprit", G.K. Chesterton.

A l’heure où j’écris ces lignes, Emmanuel Macron, le Gaius Baltar de la politique française, un homme seul, sort d’une pyramide en verre, et d’une façon pas du tout mégalo notre nouveau pharaon s’adresse à la foule (et plus encore aux scribes de la presse aux ordres). Toutanmacron est arrivé. Long sera son règne, prospères seront ses ralliés. Le décor est très bien. Toute référence à Mitterrand et à la franc-maconnerie ne serait pas fortuite. Dame Brigitte n’est pas loin non plus, avec sa famille, et on se dit que ce soir Philippe Murray aurait encore eu du pain sur la planche. Alors l’hymne à la joie retentit, à fond la caisse. Le message est clair, du moins pour ceux qui ont fait allemand première langue (un choix payant par les temps monétaires qui courent). Mais il y a là encore un message caché : l’hymne à la joie, c’est aussi, pour les gens de ma génération et de sa génération, la musique qui s’enchenche quand Hans Gruber et ses acolytes parviennent à réaliser le casse du siècle, le casse de la tour Nakatomi, dans Die Hard I ("Une journée en enfer", de John Mc Tiernan). Façon de dire : après avoir cassé un mariage, et après avoir cassé le PS, moi, Macron 1er, qui n’avait jamais rien géré de très sérieux jusqu’ici, j’ai maintenant un accès total au coffre-fort. Il va y avoir de la casse sociale, en attendant Beethoven pour la première fois nous casse les oreilles. 

Toute cette campagne n’a été qu’un concours de beauté, au sens keynésien du terme : un jeu sans fin d’anticipations sur les anticipations, une grande devinette sur les préférences collectives, un poker menteur qui se termine dans le néant conceptuel et le bazar aux législatives. Un télévangéliste anormal succède à un président normal. Une fois de plus, c’est la victoire des phrases creuses et convenues, des bons sentiments, des bons élèves, d’Homo Festivus, de l’ordre monétaire allemand, et du saupoudrage généralisé, avec 6 grandes priorités, 15 axes, 9 chantiers urgents, etc. Abondance d’objectifs donc, mais Toutanmakron, qui ne commettait jamais d’impasses lorsqu’il préparait l’ENA, a juste oublié cette fois de nous présenter un programme, une majorité possible, et des excuses (pour les cinq dernières années). Il dit maintenant qu’il va commencer son règne en s’attaquant à la moralisation de la vie politique : qu’il n’hésite pas par exemple à interdire à un haut fonctionnaire de monnayer son carnet d’adresses pour se faire 6 fois plus d’argent que Penelope en 12 fois moins de temps. 

Mais le grand et puissant Macron n’est pas le seul à avoir commis quelques oublis fâcheux au cours de cette campagne 2017. Du haut de sa pyramide, des années d’amnésie nous contemplent.  

Le Pen a oublié au cours du débat de l’entre-deux-tours que son intérêt stratégique était la crédibilité. Au lieu de signaler à ses détracteurs que la Suisse et la Suède n’ont pas l’euro et s’en portent très bien à tout point de vue, de même que le Danemark, la Pologne et le Royaume-Uni, au lieu de noter que les taux d’intérêt sont très bas dans tous ces pays et l’épargne des ménages pas du tout menacé, Le Pen a battu les records d’agressivité et d’amateurisme jusqu’ici détenus par Ségolène Royal. Avec 34% (un score qu’il lui était possible d’escompter dès le 1er tour il y a encore quelques mois, avant sa campagne ratée et ses débats massacrés), dans une configuration pourtant exceptionnellement favorable (un candidat de droite attaqué de toutes parts, des années d’attentats et de chômage, etc.), même les frontistes les plus butés font peut-être finir par comprendre qu’ils n’y arriveront jamais, que depuis le début tout leur travail ne sert qu’à faire gagner leurs pires ennemis, et à rendre les institutions européennes presque sympathiques (une sacrée performance !). 

Fillon a oublié de se défendre, dans un premier temps (ce qui n’aurait pas été le cas avec Sarkozy). Avant cela, il a oublié de regarder l’évolution des taux d’intérêt (comme Dennis Kessler et quelques autres sur la place de Paris depuis 25 ans), ce qui lui aurait permit de dire un peu moins de bêtises sur l’urgence de la baisse des déficits (la France est très mal gérée et pas du tout gouvernée, soit ; elle n’est pas en faillite). Du coup, son programme aurait été un peu plus équilibré, le gaullisme et le séguinisme un peu moins oubliés. En 1958 on réforme, certes, mais on dévalue, comme sous Poincaré. Supprimer un demi-million de fonctionnaires en gardant la même stratégie BCE, voilà qui pouvait légitimement apparaître comme un peu rude à l’électeur médian, avant même les histoires de Penelope. 

Mélenchon a oublié la modestie, le fair-play, mais aussi un axe intéressant de son discours qui est passé de plus en plus au second plan (au profit des fadaises sur la 6e république dont les Français se moquent et des imbécilités pacifistes anti-OTAN). Il était le seul à dire quelques vérités monétaires (sinon monétaristes) depuis quelques années dans le théâtre de la politique française : le seul à proposer de faire acheter plus de vieilles dettes par la BCE, de transformer ces titres en dettes perpétuelles dans le bilan de la banque centrale. Je n’ai pas bien compris s’il propose ensuite de les y annuler progressivement en échange d’une remise à plat des règles du jeu budgétaires, auquel cas il se rapprocherait d’un auteur assez peu suspect de sympathies mélenchonistes (Gerard Thoris, singé par Wyplosz), ou s’il propose de libérer une bonne fois l’humanité de ce fardeau à la Sisyphe (comme dans l’article 24 du Compendium de la doctrine sociale de l’Eglise, une institution peu suspecte là aussi de dérives mélenchonistes), toujours est-il que notre prudent sénateur n’est pas allé aussi loin que Jésus ou que Milton Friedman, et il paye peut-être aujourd’hui le prix de sa modération excessive. Au fond, ce camarade a toujours été un bourgeois prudent, et c’est ce qui le perdra.     

De l’audace, par contre, Toutanmacron n’en manque pas. Mais est-ce si important ? Pendant que nous avions tous les yeux rivés sur la campagne hexagonale, nous avons oublié de regarder les affaires sérieuses. La BCE continue de gérer le continent, de zombifier les banques (TLTRO), d’agir dans un manque dément de transparence et de repères analytiques, et pour la 6e année de suite la "cible" d’inflation est ratée vers le bas. Échec et mat de la japonisation rampante (ou de la momification vivante si vous préférez) . Dans un autre domaine, et d’une façon beaucoup plus constructive, quelques esprits encore plus mégalos que Macron travaillent à façonner le monde de demain, bien loin de Paris. Elon Musk vient de réussir un nouveau lancement et une nouvelle récupération du 1er étage de son lanceur, une étape cruciale vers Mars. Lui ne propose pas comme axe principal pour les 5 prochaines années la baisse des charges de 2 points compensée par une hausse de 1,7 de CSG (la politique constante de TOUS les gouvernements français depuis 25 ans), lui fait de l’innovation non pas dans des slides mais dans la réalité. Il mérite un hymne à la joie retentissant, tandis que notre campagne 2017 mérite de sombrer dans l’oubli par son provincialisme crasse et ses acteurs de seconde zone qui ont oublié le meilleur de leurs textes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

07.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/05/2017 - 08:08
@EDAC44 nous sommes d'accord et cet article 123
du traité de Lisbonne, imposé par Sarko-le-tricheur, est un transfert de pouvoir du peuple aux banques privées totalement anti-démocratique! la dette n'est pas un problème en elle-même car, comme l'écrit Anguerrand, elle est sa propre création monétaire, mais, lorsque le poids des intérêts de cette dette a dépassé le seuil fatal qu'ont dépassé tous les pays sudistes, alors, cet argent (près de 50 milliards pour la France!!!!...) ne sert plus à de l'investissement pour les générations futures, mais à payer les erreurs du passé gauchiste (sens large) de ces pays. Ces dépenses exorbitantes ne servent plus à l'investissement productif d'avenir, mais au fonctionnariat du passé et au clientélisme LRPS des collectivités locales et clientélisme social des lois ALLUR-Dufflot...l'article 123 fait donc partie des articles à réformer d'urgence, avec Schengen, Mare-Nostrum, la directive travailleurs détachés, la CEDH etc...et une loi européenne doit remplacer cet article 123, effectuant un reset des dettes pour tous les pays, et accordant aux banques privées le droit de prêter aux collectivités locales à la seule condition qu'il se consacre aux investissements d'avenir...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 10/05/2017 - 14:24
Encore un très grand économiste .....
...du style de Pickpocketti...ou Minc.alors, notre Very Mucherie.
Ces gens là se gargarisent de théories économiques vaseuses, et n'ont jamais créé le moindre emploi, pire quand on leur donne une belle entreprise en pleine forme ils la rendent exsangue. Ça ne les empêche pourtant pas de donner des leçons d'économie au monde entier, et de
faire preuve d'une prétention très parisienne: ".............tandis que notre campagne 2017 mérite de sombrer dans l’oubli par son provincialisme crasse et ses acteurs de seconde zone qui ont oublié le meilleur de leurs textes"........ Super preuve d'intelligence, cette vision rétrograde de la province........... Il est vrai que les nuits débouts dont il doit-être avec Mélanchouille un ardent défenseur n'ont pas marché en province, trop cons ces bouseux !!!!
edac44
- 10/05/2017 - 10:33
Faut vous le dire comment ? suite ...
Mais le gros problème dans tout cela, il est avant tout démocratique... En effet, de tous temps, c'est celui qui créé la monnaie qui détient le pouvoir. Et ce ne sont plus les états qui le détiennent, mais les banques privées. Et cette tragédie est scellée dans l'article 123 du traité de Lisbonne. (on comprend maintenant pourquoi il le fallait ce traité).

Nos gouvernements sont donc totalement sous le joug des banques qui détiennent légalement le pouvoir de créer et détruire la monnaie qui régie nos faits et gestes...

Revenons-en aux grecs. Les banques privées ont donc prêté à outrance, sachant que les risques seraient pris en charges par d'autres états. Et c'est ce qui s'est produit car la France et l'Allemagne se sont endettés pour racheter la dette grecque. (qui c'est qui commande, c'est la banque).

Comment sortir de ce système qui nous mène vers l'abîme ? Tout d'abord en prenant conscience de cette folie. Il ne sert à rien de blablater pendant des heures sur le net ou ailleurs. Tant que les états, c'est-à-dire les peuples n'auront pas repris le pouvoir de la création monétaire, rien ne changera.