En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

02.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

03.

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

06.

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

07.

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Nouvelle requête
Affaire Adama Traoré : une contre-expertise indépendante a été demandée par sa famille
il y a 10 min 18 sec
pépite vidéo > Europe
Anniversaire
Il y a 67 ans, la reine Elizabeth II était couronnée
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Economie
Conséquences du Covid-19

De l’inutilité des prédictions économiques actuelles

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Politique
Enfin la vérité

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

il y a 3 heures 24 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Après le Coronavirus, les criquets ?

il y a 3 heures 51 min
décryptage > Santé
Symptômes persistants ?

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

il y a 4 heures 26 min
décryptage > International
Alt-right

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

il y a 5 heures 9 min
décryptage > International
Emeutes

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

il y a 5 heures 24 min
light > Insolite
Concentration
La ville japonaise de Yamato souhaite interdire l’utilisation des smartphones en marchant
il y a 17 heures 33 min
pépites > Santé
Bien-être psychologique
Ehpad : les conditions de visites vont être à nouveau assouplies dès le vendredi 5 juin
il y a 19 heures 29 min
pépite vidéo > International
Loi et ordre
Emeutes après la mort de George Floyd : Donald Trump se rend à l’église vandalisée de Washington
il y a 36 min 37 sec
décryptage > Santé
Organisation dynamique

L’obésité de notre système de santé face à l’agilité de ses acteurs

il y a 2 heures 24 min
décryptage > International
Parti de la loi et de l'ordre

Une tragédie américaine

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Politique
Bas les masques

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Société
Impact du confinement

Pourquoi les couples et les célibataires ont des styles de vie encore plus différents post-Coronavirus

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Société
Similitudes ?

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Politique
Stratégie risquée ?

Alliance LREM / LR : le baiser de la mort... mais pour qui ?

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Automobile, aéronautique, tourisme : tous ces secteurs menacés l’étaient bien avant la catastrophe sanitaire

il y a 5 heures 47 min
pépites > Economie
Impact économique
Déconfinement : la crainte du chômage est désormais plus forte que celle du Covid-19 chez les Français
il y a 18 heures 5 min
pépites > Politique
Cavalier seul
Elections municipales : Cédric Villani maintient sa candidature pour le second tour à Paris
il y a 19 heures 54 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Eco

Débat présidentiel : derrière l'affrontement, des propositions économiques juste esquissées

Publié le 04 mai 2017
Entre une Marine Le Pen passéiste et un Macron incomplet, le débat économique a été caricatural et peu à même d'éclairer les Français. Pourtant, bien des sujets auraient demandé de plus amples éclaircissements...
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est "Ce que doit faire le (prochain) président", paru aux éditions Albin Michel en janvier...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est "Ce que doit faire le (prochain) président", paru aux éditions Albin Michel en janvier...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre une Marine Le Pen passéiste et un Macron incomplet, le débat économique a été caricatural et peu à même d'éclairer les Français. Pourtant, bien des sujets auraient demandé de plus amples éclaircissements...

Le débat de l’entre-deux tours aura été une vraie déception en ce qui concerne le débat d’idées. Quel dommage que les programmes économiques n’aient pas été abordés de manière plus approfondie ! A 10 jours de la passation de pouvoirs, qui n’aurait pas souhaité connaitre plus de chiffres, plus de détails sur l’agenda de mise en place des réformes et sur leurs modalités ? 

Plutôt que de proposer de reconstruire, de réformer en profondeur (afin d’alléger le fardeau des entreprises et des ménages et par là même de relancer l’emploi et la croissance), la proposition de Marine Le Pen est de maintenir coûte que coûte un modèle qui a vécu, quel qu’en soit le prix. Y compris si le prix, c’est le repli sur soi et le risque de la faillite de nos finances publiques.

En face d’elle, sur le sujet du chômage, Emmanuel Macron a reconnu qu’il faudra alléger le code du travail et permettre aux branches ou aux entreprises de négocier au plus proche du terrain pour s’affranchir des règles les plus rigides, notamment sur le temps de travail. La solution de Marine Le Pen  est de revenir intégralement sur la loi El Khomri, de refuser la flexibilité et de… taxer les entreprises qui délocalisent 

Sur le sujet des impôts et des dépenses publiques, Emmanuel Macron affiche 60 milliards d’euros d’économies et 30 milliards de baisses d’impôts (6 points charges sociales en moins, une baisse de l’IS de 33,3 à 25% et la fameuse suppression de la taxe d’habitation pour 80% des Français) mais il oublie de parler de ses hausses de dépenses et de ses hausses d’impôts qui risquent bien d’être équivalentes. 

De son coté, Marine Le Pen reconnait plus ou moins 100 milliards environ de dépenses en plus (augmentation des APL, des minimas sociaux, prime pour les petites retraites et les bas salaires…) qu’elle justifie de cette phrase : "Je rends l’argent aux Français, c’est leur argent" mais sans expliquer comment elle financerait ces dépenses supplémentaires, dette ou impôts en plus ? Mystère. 

Sur l’assurance maladie, les mesures de part et d’autre sont faibles. D’ailleurs, les candidats ne semblent pas maitriser vraiment le sujet. Marine Le Pen se contente de vouloir augmenter le  numerus clausus et de baisser les prix des médicaments. Sauf qu’en même temps elle propose de taxer à 30% l’importation des produits pharmaceutiques… dont 80%, selon Emmanuel Macron, sont fabriqués à l’étranger. Emmanuel Macron veut mettre en place "trois contrats types" de complémentaires santé pour que tous les citoyens puissent comparer les contrats et propose une meilleure prévention… Rien sur les 14 milliards de coût de gestion de notre système d’assurance santé à deux étages, rien non plus sur la réforme de l’hôpital.  Dommage.

Sur les retraites, c’est surtout au niveau des calendriers que les candidats ne sont pas clairs. Ce qui est clair en revanche, c’est que Marine Le Pen propose le retour à la retraite à 60 ans avec 40 annuités et ce, au cours de la durée du quinquennat. Elle reconnait un coût annuel de 17 milliards d’euros mais n’en explique pas le financement. Le candidat d’En marche, lui, propose un système de retraites unique par point pour sortir de l’incohérence des 37 régimes de retraites différents. Il reste flou sur les modalités de mise en place et dit ne pas changer ni les cotisations, ni les modes de calcul pendant 5 ans. 

En matière de politique d’éducation, Emmanuel Macron veut concentrer les moyens sur l’école primaire, diviser le nombre d’élèves par classe à 12 élèves, embaucher 12 000 professeurs et développer l’apprentissage. Il propose aussi de faire en sorte que les entreprises soit plus présentes dans les écoles. Cela reste somme toute assez classique : pas de "free schools", pas de forfait éducation par élève, pas de décentralisation de la gestion de l’Education au niveau local… Mais cela est déjà mieux que  Marine Le Pen qui critique l’Education nationale mais ne propose aucune réforme structurelle : elle se contente de vouloir refonder l’autorité du maitre, le respect du maitre, le principe de laïcité dans les universités. 

En matière d’immigration, l’opposition de Marine Le Pen à la directive travailleurs détachés manque sa cible. Ecarter son application ne résoudrait rien et conduirait au retour à la concurrence sauvage et non régulée. La question des travailleurs détachés renvoie en réalité à la question du temps de travail faible en France à temps plein (1660 heures en moyenne par an contre 2000 heures en Roumaine), à la lutte contre la fraude et à l’incitation au retour à l’emploi. 

Comme on pouvait s’y attendre après les volte-face embrouillées de ces derniers jours, il n’est pas facile de comprendre le programme de Marine Le Pen concernant l’Europe. Il y aurait deux référendums, l’un en septembre, donc immédiat, pour demander aux Français de pouvoir tout de suite s’affranchir des décisions indésirables (directives etc…) de Bruxelles, après quoi six mois de négociations s’ouvriraient, puis un second référendum en fonction des résultats de ce dernier.

On ne sait pas à quelle étape du processus se place la revendication relative aux deux monnaies, ni d’ailleurs comment elles interagissent. Il est exact comme l’a souligné Emmanuel Macron que l’écu n’a jamais existé comme monnaie de paiement, mais seulement comme monnaie de compte et de façon totalement insatisfaisante. La coexistence des deux monnaies n’a en fait pas fonctionné et on imagine très mal qu’un commerçant règle ses fournisseurs étrangers en euros (monnaie commune) et ses salariés en monnaie non convertible sinon à des conditions dévaluées qui sont celles qu’il aura obtenues de ses clients français. De l’autre côté, l’appartenance à la monnaie commune, en tant que panier de monnaies, exigerait le respect par la France de règles identiques à celles d’aujourd’hui, en particulier sur l’interdiction de faire jouer la planche à billets. 

L’autre problème essentiel que le premier référendum – la non-reconnaissance des décisions de l’Europe, et la disparition des trois libertés, ne signifie pas une sortie de l’euro, mais bien d’emblée une sortie de l’Europe elle-même puisque son autorité et ses principes n’ont plus force de loi. La procédure est alors celle de l’article 50 du Traité, celle engagée par le Royaume-Uni – qui n’a d’ailleurs jamais adhéré à l’euro. Elle durera deux années, se présente de plus en plus mal, coûtera fort cher et risque de se terminer encore plus mal pour tous. Comme pour l’euro, on ne peut pas être un pied dans l’Europe et un pied dehors (et pendant les deux années de négociation le pays retrayant continue d’être lié par le Traité).

Tout occupé à la critique, trop facile, de la proposition Marine Le Pen sur l’Europe, Emmanuel Macron en a oublié de préciser ses propres intentions, alors qu’on sait qu’il propose une route qui n’est pas un chemin de roses, consistant à agrandir le rôle de l’Europe jusqu’au bord du fédéralisme (ministère des finances) avec un objectif d’harmonisation fiscale et sociale. Points sur lesquels il n’a pas répondu pendant le débat. Ce qui est certain c’est que tant que la France n’aura pas redressé ses finances publiques, cette feuille de route là restera largement utopique. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

02.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

03.

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

06.

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

07.

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 04/05/2017 - 23:36
Vous vous trompez, Agnès Verdie-Molinie!
Le schéma qui a vécu, c'est celui de Macron, celui des délocalisations, celui de la décroissance (1,1% à l'issue du quinquennat Macron-Hollande), celui du chômage...ne vous laissez pas enfumer par ceux qui tentent de vous faire croire que Macron est un perdreau de l'année! Car il est le pur produit du système qui a créé la dette, les déficits, les surplus de dépenses budgétaires que vous haïssez (fort justement)! Marine Le Pen incarne l'avenir, le sauvetage de l'Euro par son passage obligé en monnaie d'échange, la reconquête de la compétitivité des Nations européennes qui, seule, leur permettra de relocaliser et vaincre les déficits. Les opérations de vases communicants gauchistes (sens large) pour cacher la poussière des déficits sous le tapis des dettes, c'est le passé! La reconquête de la compétitivité française et de sa créativité, c'est Marine Le Pen! Et les déficits se résorberont d'eux-mêmes lorsque les patriotes auront inversé les courbes de décroissance gauchiste, c'est mathématique!...
Bobby Watson
- 04/05/2017 - 17:09
Ecoutez Rafik Smati, la nouvelle voix de la Droite
Reconstruisons la Droite autour de Rafik Smati, qui a crevé l'écran en s'engageant derrière Fillon !
Son bilan du second tour et de l'épouvantable débat d'hier soir est éclairant:
https://youtu.be/8CWRt7dO554