En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Entre pyromanes…

Un policier en flammes ? C'est un "poulet grillé" pour la CGT (Publicis)

Publié le 04 mai 2017
La pensée profonde de la centrale syndicale c'est : on ne fait pas d'omelette sans casser du flic. Une attitude hautement virile et révolutionnaire.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La pensée profonde de la centrale syndicale c'est : on ne fait pas d'omelette sans casser du flic. Une attitude hautement virile et révolutionnaire.

Ça fait quoi comme bruit un flic qui brûle ? Ça hurle de douleur. Ça fait quoi comme bruit un tweet qui dit que ce flic est un "poulet grillé" ? Aucun, ou presque. Il faut aller sur la presse dite de droite (Le Point, Le Figaro) pour en trouver mention. La presse de gauche ne souffle mot : elle estime sans doute qu'il n'y a pas lieu de faire un plat d'une plaisanterie de potache…

Le flic en question a reçu en plein visage un cocktail Molotov lancé par un des manifestants "antifascistes" qui s'étaient placés en tête du cortège de la CGT pour le 1er mai. La scène a été photographiée et filmée. Et c'est passé à la télé. Ce qui n'a pas plus du tout à la branche Publicis de la CGT. D'où son tweet immonde. 

Outrés, les syndicats de policiers ont assailli le ministre de l'Intérieur de leurs protestations. Sous leur pression, Matthias Fekl a demandé à Philippe Martinez, le patron de la CGT, de désavouer les auteurs du "poulet grillé". Sous la pression du ministre, Martinez, qui s'était tu initialement, a fini par lâcher que ce genre de propos n'était pas conforme "aux valeurs de la CGT". A-t-il fait dissoudre la branche Publicis de son syndicat ? A-t-il exigé l'exclusion immédiate de l'auteur du tweet ? 

Mais vous n'y pensez pas ! Philippe Martinez avait déjà fait beaucoup au prix d'un effort surhumain. Il ne faut quand même pas lui en demander trop. Car un "poulet grillé" n'a pas les vertus scandaleuses d'une banane agitée sur le passage de Christiane Taubira. Ou d'une déclaration raciste, antisémite d'un frontiste imbécile. Ça, ça fait du bruit ! 

Il est bon maintenant de s'intéresser aux "valeurs" de la CGT. On sait bien que ses militants ne s'inspirent pas, pour s'exprimer, des poèmes de Baudelaire ou d'Apollinaire. Pour leurs éléments de langage, il faudrait plutôt chercher du côté de Bigard… Les "valeurs" de la CGT s'étaient déjà montrées sous leur vrai jour, il y a quelques temps, avec une affiche répugnante où l'on voyait un policier marchant dans le sang d'un manifestant. Et c'est également la branche Publicis de la CGT qui était à la manœuvre. Et il avait dit quoi à l'époque, le patron de la CGT ? 

Mais tout est bien qui finit bien. La CGT Publicis a en effet retiré son tweet. En expliquant qu'il avait été rédigé à un moment où, elle, pure et innocente, ignorait la gravité des blessures du policier. Ce dernier a été brûlé au troisième degré. Et s'il ne l'avait été qu'au premier, ou au deuxième ? Un poulet mal grillé, en quelque sorte : la CGT Publicis aurait alors en bonne logique maintenu son tweet. Comme quoi, avec le syndicat de Philippe Martinez, une petite saloperie en cache toujours une autre. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 06/05/2017 - 07:18
suite
les français se révoltent enfin !
essentimo
- 06/05/2017 - 07:17
J'espère quela prochaine fois
qu'un policier sera accusé de violences
Pourquoi-pas31
- 04/05/2017 - 21:25
Il est question ni plus ni moins
qu'une incitation au meurtre faite par la CGT (Publicis). La justice devrait se saisir de cette affaire.