En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 3 min 8 sec
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 57 min 51 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 36 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 54 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 12 heures 4 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 16 heures 7 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 18 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 19 heures 21 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 21 heures 19 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 43 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 12 min 4 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 38 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 52 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 51 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 19 heures 10 sec
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 20 heures 22 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 56 min
© REUTERS / Neil Hall
© REUTERS / Neil Hall
Retournement ?

Brexit : le moment du remords est-il arrivé dans l'opinion publique britannique ?

Publié le 05 mai 2017
La publication d'un premier sondage en défaveur du Brexit dans le Times sucite beaucoup d'espoir dans le camp des vaincus au Royaume-Uni. C'est le signe d'un second tour décisif lors du quel ils souhaitent renverser la tendance.
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La publication d'un premier sondage en défaveur du Brexit dans le Times sucite beaucoup d'espoir dans le camp des vaincus au Royaume-Uni. C'est le signe d'un second tour décisif lors du quel ils souhaitent renverser la tendance.

Dans un sondage réalisé par Yougov pour le Times, 45% des citoyens britanniques indiquent être défavorables au Brexit, contre 43% qui y sont encore favorables. Dans un contexte d'élections législatives, quel est l'état de l'opinion au Royaume Uni ?

Bruno Bernard : Les sondages post élections ou référendums ne veulent pas dire grand-chose mais ils font les gros titres. De plus la configuration dans laquelle il a été réalisé est différente avec des élections législatives prévues pour le 8 Juin suite à l’annonce surprise de Theresa May du 18 avril. Le problème avec la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne est qu’elle va être le résultat d’une négociation qui s’annonce rude et qu’il est à l’heure actuelle totalement impossible de savoir quelle forme cette sortie va prendre. L’idée de "hard Brexit", qui n’est que la sortie pure et simple du Royaume de l’Union sans exceptions, peut faire inquiéter mais comment imaginer le Premier ministre britannique entamer une négociation en assouplissant d’entrée sa position, il ne lui resterait alors pas beaucoup d’atouts dans sa manche. Inquiétude, incertitude, tous les ingrédients sont réunis pour que l’opinion publique doute et pourtant les élections à venir s’annoncent comme triomphales pour le Premier ministre en place et ce n’est pas le retour en politique de Tony Blair qui devrait y changer quelque chose.

Ne peut-on pas voir un risque de confusion entre la portée référendaire du Brexit, et les prochaines élections ? En quoi ces deux questions pourraient elles semer le trouble chez les électeurs ?

Il existerait une possibilité de confusion entre ces deux questions si un parti politique menait une campagne indiquant qu’il reviendrait sur le résultat du référendum de 2016 et s’opposerait à la sortie du pays de l’Union. Toutefois ce n’est pas le cas, même les adversaires les plus acharnés du Brexit que sont les Libéraux Démocrates en ont accepté le principe et font campagne en se présentant comme le seul parti capable d’empêcher une vague conservatrice à la Chambre des Communes à Westminster. 

Pour Theresa May, quels sont les principaux enjeux du scrutin ?  

Ils sont au nombre de trois :

Renforcer son autorité politique sur le pays et son parti. Une victoire large sera le signe que le peuple britannique lui aura confié le mandat nécessaire pour mener le pays vers la sortie de l’Union européenne.

Reprendre des sièges aux nationalistes écossais afin d’éloigner la perspective d’un second référendum d’indépendance.

Installer le Parti conservateur au pouvoir pour une décennie car le Parti travailliste semble aujourd’hui incapable d’offrir une alternative crédible sous la direction de Jeremy Corbyn et ne semble pas en mesure d’en fournir une avant plusieurs années. En cela il n’est pas très éloigné des problèmes du Parti socialiste français.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tananarive
- 03/05/2017 - 10:09
Brexit.
Rien n'a commencé et pour le moment il n'y a aucune mesures restrictives prises envers l'Angleterre, et seul la chute de la Livre prédit ce qui va se passer.
Anouman
- 02/05/2017 - 20:35
Brexit
Ce qui prouve bien qu'à force de marketing anti-brexit on finit par faire changer une partie de l'électorat, sans doute les moins décidés. Parce que pour le moment ils n'ont pas à s'en plaindre.
ikaris
- 02/05/2017 - 14:09
D'où parles tu camarade ?
Les sondages n'existent pas, seul le vote fait fois et il a déjà eu lieu. Il sera répété pour les législatives mais dans tous les cas avec une option aussi divisée il me semble pertinent de dire que l'européisme a du plomb dans l'aile et qu'à minima il s'agit d'annuler de nombreux transferts de souveraineté ... donc les européistes qui veulent nous enivrer avec leur verre à moitié plein feraient bien de se poser les vraies questions. Ceci dit je ne vois pas pourquoi on interviewe un Hidalgo boy sur le sujet !