En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© REUTERS / Neil Hall
Retournement ?
Brexit : le moment du remords est-il arrivé dans l'opinion publique britannique ?
Publié le 05 mai 2017
La publication d'un premier sondage en défaveur du Brexit dans le Times sucite beaucoup d'espoir dans le camp des vaincus au Royaume-Uni. C'est le signe d'un second tour décisif lors du quel ils souhaitent renverser la tendance.
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La publication d'un premier sondage en défaveur du Brexit dans le Times sucite beaucoup d'espoir dans le camp des vaincus au Royaume-Uni. C'est le signe d'un second tour décisif lors du quel ils souhaitent renverser la tendance.

Dans un sondage réalisé par Yougov pour le Times, 45% des citoyens britanniques indiquent être défavorables au Brexit, contre 43% qui y sont encore favorables. Dans un contexte d'élections législatives, quel est l'état de l'opinion au Royaume Uni ?

Bruno Bernard : Les sondages post élections ou référendums ne veulent pas dire grand-chose mais ils font les gros titres. De plus la configuration dans laquelle il a été réalisé est différente avec des élections législatives prévues pour le 8 Juin suite à l’annonce surprise de Theresa May du 18 avril. Le problème avec la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne est qu’elle va être le résultat d’une négociation qui s’annonce rude et qu’il est à l’heure actuelle totalement impossible de savoir quelle forme cette sortie va prendre. L’idée de "hard Brexit", qui n’est que la sortie pure et simple du Royaume de l’Union sans exceptions, peut faire inquiéter mais comment imaginer le Premier ministre britannique entamer une négociation en assouplissant d’entrée sa position, il ne lui resterait alors pas beaucoup d’atouts dans sa manche. Inquiétude, incertitude, tous les ingrédients sont réunis pour que l’opinion publique doute et pourtant les élections à venir s’annoncent comme triomphales pour le Premier ministre en place et ce n’est pas le retour en politique de Tony Blair qui devrait y changer quelque chose.

Ne peut-on pas voir un risque de confusion entre la portée référendaire du Brexit, et les prochaines élections ? En quoi ces deux questions pourraient elles semer le trouble chez les électeurs ?

Il existerait une possibilité de confusion entre ces deux questions si un parti politique menait une campagne indiquant qu’il reviendrait sur le résultat du référendum de 2016 et s’opposerait à la sortie du pays de l’Union. Toutefois ce n’est pas le cas, même les adversaires les plus acharnés du Brexit que sont les Libéraux Démocrates en ont accepté le principe et font campagne en se présentant comme le seul parti capable d’empêcher une vague conservatrice à la Chambre des Communes à Westminster. 

Pour Theresa May, quels sont les principaux enjeux du scrutin ?  

Ils sont au nombre de trois :

Renforcer son autorité politique sur le pays et son parti. Une victoire large sera le signe que le peuple britannique lui aura confié le mandat nécessaire pour mener le pays vers la sortie de l’Union européenne.

Reprendre des sièges aux nationalistes écossais afin d’éloigner la perspective d’un second référendum d’indépendance.

Installer le Parti conservateur au pouvoir pour une décennie car le Parti travailliste semble aujourd’hui incapable d’offrir une alternative crédible sous la direction de Jeremy Corbyn et ne semble pas en mesure d’en fournir une avant plusieurs années. En cela il n’est pas très éloigné des problèmes du Parti socialiste français.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
05.
"Vous pesez autant qu'un épagneul breton" : la charge d'un élu RN contre Ian Brossat
06.
La métropole du Grand Paris prépare la transhumance des urbains vers les campagnes
07.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tananarive
- 03/05/2017 - 10:09
Brexit.
Rien n'a commencé et pour le moment il n'y a aucune mesures restrictives prises envers l'Angleterre, et seul la chute de la Livre prédit ce qui va se passer.
Anouman
- 02/05/2017 - 20:35
Brexit
Ce qui prouve bien qu'à force de marketing anti-brexit on finit par faire changer une partie de l'électorat, sans doute les moins décidés. Parce que pour le moment ils n'ont pas à s'en plaindre.
ikaris
- 02/05/2017 - 14:09
D'où parles tu camarade ?
Les sondages n'existent pas, seul le vote fait fois et il a déjà eu lieu. Il sera répété pour les législatives mais dans tous les cas avec une option aussi divisée il me semble pertinent de dire que l'européisme a du plomb dans l'aile et qu'à minima il s'agit d'annuler de nombreux transferts de souveraineté ... donc les européistes qui veulent nous enivrer avec leur verre à moitié plein feraient bien de se poser les vraies questions. Ceci dit je ne vois pas pourquoi on interviewe un Hidalgo boy sur le sujet !