En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Tribune
Ces questions que le parcours de l'auteur de l'attentat des Champs-Elysées devrait nous faire nous poser sur la prison en France
Publié le 01 mai 2017
Pour la sécurité des Français, la priorité réside aujourd'hui dans une réflexion sur le rôle de la prison et dans une redéfinition des moyens réels en personnel de réinsertion.
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la sécurité des Français, la priorité réside aujourd'hui dans une réflexion sur le rôle de la prison et dans une redéfinition des moyens réels en personnel de réinsertion.

Le 20 avril au soir, un Gardien de la Paix a été sauvagement assassiné sur l’avenue des Champs- Elysées à Paris. Aussitôt dans ces temps troublés, on a conclu à un attentat islamiste.

Loin de moi l’idée de me substituer aux enquêteurs pour savoir qui il était et ce qu’il pensait, je souhaiterais faire réfléchir au fait que l’auteur de ce crime ait passé 14 ans en prison et qu’il avait 39 ans !

Qu'est-ce qui a donc été fait avec cet individu pendant toutes ces années de condamnations diverses et de présence dans les geôles de la République ? Car que disent les politiques et les médias à la population ? On va trouver les criminels, on va les punir, les mettre en prison et vous pouvez donc dormir tranquilles. Ensuite, lorsqu’il y a récidive, que le délinquant devient même un criminel, les mêmes nous expliquent qu’il nous faut construire de nouvelles prisons car ainsi, tous ceux qui doivent y aller auront de la place et on ne sera pas obligés de les en sortir prématurément. A l’occasion on assure au peuple que la politique pénale sera intransigeante et que les peines seront sévères. Force restera à la loi !

Postures hiératiques, discours musclés, mesures draconiennes annoncées, tout est fait pour rassurer la population. Il est impératif de dire enfin aux Français que, loin de les protéger, les pratiques actuelles fragilisent la sécurité des personnes. La vérité, elle est facile à comprendre, ceux que l’on envoie en prison en ressortent, tous, un jour ou l’autre. La prison ne protège donc la population que si l’on peut s’assurer que du travail positif a été réalisé en prison pour préparer leur réinsertion dans la société. Or depuis des années, et, en ce qui me concerne, depuis vingt ans, je ne cesse de dire que c’est l’inverse qui se passe, à savoir que la plupart du temps, puisque rien n’a été fait en prison pour réparer, réformer, la majorité des détenus sort dans un plus mauvais état que lors de leur entrée. Le problème n’est donc pas de multiplier les peines de prison et les places dans les centres de détention, mais de mettre l’accent sur la réinsertion, c’est-à-dire la préparation de la sortie, puisque, je ne répéterai jamais assez, tout le monde sort un jour de prison ! Les hommes d’entreprise, qui ont connu la prison, regroupés hier dans le groupe Mialet, travaillant aujourd’hui avec Pierre Botton dans "Ensemble contre la récidive", ont tous dit la même chose, ils ont connu l’incarcération et ont vu ce qui s’y passait mais on ne veut pas les entendre. Il est de bon ton de parler des conditions physiques de la détention, des rats comme des barbelés, de la nourriture comme de la télévision considérée par les commentateurs comme un luxe merveilleux, mais tout cela est d’importance négligeable, ce n’est pas l’essentiel, même si cette précarité odieuse a des influences psychologiques notables. Non, il faut absolument se pencher en priorité sur le programme de travail du détenu pour préparer sa réinsertion dans la société et donc repérer les cas qui relèvent d’un traitement psychiatrique lourd des autres.

Pour quelqu’un qui a passé à 39 ans 14 années en incarcération, il est clair que c’est un danger pour la société s’il n’a pas purgé sa peine dans des conditions de soins correspondant à ceux d’un institut psychiatrique. Certes, la prison coûte moins cher qu’un asile, mais il n’est pas bon pour la société de mettre en prison des personnes qui doivent d’abord être soignées ! La prison ne peut pas, ne doit pas, devenir l’annexe des asiles réservés aux nécessiteux, ce qu’elle a fini par devenir au cours du temps avec la lâcheté des sourds. Nous avons tous parlé, nous nous sommes engagés, et ce n’était pas facile pour nous de revenir sur ces années douloureuses, ni pour nous, ni pour nos familles, mais c’est cette surdité des politiques et des médias qui a conduit un soir un illuminé récidiviste à tirer sur des policiers en en tuant un. Qu’il se réclame de Daesch ou pas, c’est d’abord pour nous tous un habitué des cellules dont on n’a pas mesuré la radicalisation durant 14 ans ! Et pour nous qui avons habité entre ces murs nous n’en sommes pas étonnés. Arrêtez donc de mentir aux Français, vous ne les protégez pas en incarcérant n’importe comment, vous les protègerez en changeant les conditions physiques et psychologiques des prisons et en préparant les retours des condamnés dans la société.

Tous les professionnels de la prison, et en particulier ceux, admirables, des services de réinsertion et de probation le diront : il y a un grand nombre de délinquants qui ne demandent qu’à se réinsérer dans la société et pour lesquels la prison est, au contraire, un moment d’écartement d’avec leurs proches qui est contraire à l’objectif. Pour ceux-là, le ressort psychologique qui va les remettre dans le droit chemin est l’affection de leurs proches et leur capacité à communiquer avec eux. Il faut donc réfléchir aux conditions d’incarcération qui vont le permettre et c’est tout l’effort de Pierre Botton et de son association depuis dix ans. Tout ceci suppose aussi contacts avec éducateurs, apprentissages, accès à la culture, tout ce qui est positif pour la sortie doit pouvoir rentrer dans la prison et présenter le "dehors" comme désirable. Pour d’autres, en fait une minorité, la société est un mal qu’il faut combattre et la multiplication des années d’isolement augmente leur dangerosité, les conduisant peu à peu à la folie, y compris islamique. Pour la plupart ils relèvent de la psychiatrie et ne pas vouloir en convenir pour des raisons budgétaires est absurde. Pour la protection des Français aujourd’hui, la priorité ne peut pas être un programme de construction de prisons, même si la rénovation de notre appareil carcéral est une réelle nécessité, c’est le rôle de la prison sur lequel il faut réfléchir et les moyens réels en personnel de réinsertion qu’il faut redéfinir. Renforcer les services de réinsertion et de probation, constituer des véritables entités psychiatriques dans les centres de détention, voilà les véritables enjeux pour l’avenir. Assez de démagogie honteuse ! Il y a suffisamment de personnes compétentes, anciens détenus, visiteurs de prisons, observateurs de prisons, services administratifs pour qu’enfin la voix de la raison se fasse entendre et que l’on arrête les postures et les coups de menton inefficaces et mensongers.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
07.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
06.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires