En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

05.

Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

07.

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 25 min 10 sec
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 14 heures 22 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 14 heures 56 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 16 heures 47 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 17 heures 56 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 19 heures 6 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 43 min 54 sec
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 14 heures 28 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 15 heures 35 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 17 heures 20 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 18 heures 41 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 19 heures 57 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 23 heures 13 min
info atlantico
© JOEL SAGET, ERIC FEFERBERG / AFP
© JOEL SAGET, ERIC FEFERBERG / AFP
Complications à venir

Vers un 3e tour social ? Seuls 18% des Français affirment qu’ils appuieront a priori les réformes déployées par le gagnant de la présidentielle, qu'il s'agisse d'Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen

Publié le 05 mai 2017
Dans ce sondage exclusif Harris Interactive pour Atlantico et RMC, 28% des Français envisageant de voter Emmanuel Macron au 2d tour appuieront ses réformes contre 43% dans le cas de Marine Le Pen et de ses électeurs.
Jean-Daniel Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans ce sondage exclusif Harris Interactive pour Atlantico et RMC, 28% des Français envisageant de voter Emmanuel Macron au 2d tour appuieront ses réformes contre 43% dans le cas de Marine Le Pen et de ses électeurs.

Atlantico : Quels sont les principaux enseignements que l'on peut tirer de ce sondage ? 

Jean-Daniel Lévy Près de deux tiers des Français se déclarent favorables à l’entrée de l’Etat au capital d’entreprises en difficulté comme Whirlpool. Cette opinion est partagée à la fois par ceux qui expriment une intention de vote en faveur d’Emmanuel Macron au second tour (61% à y être favorables), comme par ceux qui choisissent Marine Le Pen (68%).

Cliquez sur les images pour agrandir.

Quelle que soit l’issue du second tour, les Français attendent du nouveau Président(e) qu’il préserve le dialogue social en consultant les organisations syndicales avant toute chose, au risque que les réformes prennent plus de temps à être déployées (63% souhaitent une consultation préalable, 37% pourraient la sacrifier pour accélérer le rythme des réformes). Sur ce sujet, les électeurs d’Emmanuel Macron souhaitent majoritairement qu’il consulte les syndicats s’il est élu (65%). A l’inverse, les électeurs de Marine Le Pen se montrent partagés, et une courte majorité souhaite un déploiement rapide des réformes en cas de victoire de leur candidate (56%), quitte à ne pas consulter les organisations syndicales.

 

Enfin, l’un et l’autre des candidats ne disposent que d’une faible base de soutien unanime et inconditionné envers leurs réformes : 18% des Français affirment qu’ils appuieront, a priori, les réformes déployées par l’un ou l’autre des candidats. Les électeurs d’Emmanuel Macron se montrent mesurés quant au soutien apporté à leur candidat : 2 de ses électeurs sur 3 affirment qu’ils n’appuieront ses réformes, si c’est le cas, qu’après les avoir étudiées au cas par cas. Les électeurs de Marine Le Pen, en cas de victoire de leur candidate, sont seulement 43% à soutenir ses réformes sans condition. Notons que Marine Le Pen suscite un peu plus de défiance, 28% des Français affirmant, aujourd’hui, qu’ils s’opposeront à chacune de ses réformes, et 72% affirmant pouvoir les appuyer, de façon systématique ou ponctuelle.

 

Que nous apprend vraiment ce sondage sur la capacité qu'aura le prochain gouvernement à engager des réformes ? Qui sont les Français qui y croient vraiment ? Un 3e tour social est-il en vue ? 

Ce qui est absolument certain, c’est que le prochain président de la République, quel qu’il soit, ne pourra pas considérer qu’il bénéficie d’une forme de blanc-seing de la part de la population, qui manifeste une véritable interrogation. A ce titre, le vote à l’égard d’Emmanuel Macron est un vote qui mêle sa personnalité et une partie de son projet ; toutefois, les électeurs disent qu’ils souhaitent qu’il puisse y avoir, à l’issue du vote, une concertation. Ceci n’est pas nouveau car auparavant, alors que les conditions du vote étaient différentes, le vote à l’égard de François Hollande montrait bien qu’il y avait une volonté déjà de concertation avec les organisations syndicales. Lorsqu’avait été mis en place l’ANI (Accord sur la compétitivité et la sécurisation de l’emploi), les électeurs avaient considéré cette réforme, si ce n’est comme appréciable, du moins pas aussi critiquable qu’une autre réforme menée par la suite, la loi Travail. Cette dernière n’est pas passée justement par ce temps d’échange avec les organisations syndicales.

Le sondage met en lumière la perplexité des Français quant à la capacité du prochain gouvernement à pouvoir engager des réformes. De plus, ils ne souhaitent pas être face à un président de la République qui mène des réformes tambour battant sans prendre le temps de la concertation. Même au sein de l’électorat du 1er tour d’Emmanuel Macron, il n’y a pas une adhésion complète à son projet ; ses électeurs indiquent, globalement, qu’il est nécessaire qu’il prenne le temps de la concertation syndicale, quitte à ce que la mise en œuvre des réformes prenne plus de temps.

Que signifie pour Emmanuel Macron la réponse sur l'adhésion de son électorat à l'entrée de l'Etat au capital des entreprises en difficulté ? 

Cela signifie qu’il y a une véritable demande de puissance publique, ce qui semble paradoxal au regard du projet du candidat d’ "En Marche !". Face à des entreprises en difficultés, quand on considère qu’il s’agit d’enjeux stratégiques, les Français pensent que l’Etat doit être un acteur de premier plan. Cet acteur-là doit éventuellement contrer ce qui apparaît comme l’un des points négatifs de la construction européenne, c’est-à-dire la mise en concurrence entre des travailleurs en fonction de la norme sociale, et non pas en fonction de leur productivité ou de leurs capacités à pouvoir bien faire.

Pour l’instant, les choses sont encore plutôt floues concernant la méthode que souhaite employer Emmanuel Macron. Ce qui est certain, c’est qu’il a dit qu’il souhaitait accorder un rôle aux organisations syndicales dans la mise en œuvre de ses réformes. L’articulation exacte du rôle des syndicats pourrait peut-être permettre à Emmanuel Macron de construire cette modalité d’intervention. Les Français disent oui à une inscription plus forte de l’Etat dans le cas de Whirpool ; mais peut-être que si cela venait à se généraliser à un nombre important d’entreprises, il n’est pas inenvisageable que les Français changent d’avis dans la mesure où cela pourrait avoir une incidence sur leurs impôts.

Emmanuel Macron apparaît comme un président social-libéral mais y-a-t-il, paradoxalement, une adhésion à cette ligne économique et sociale chez les électeurs ?

Les Français ne sont pas devenus libéraux du jour au lendemain ; ils sont restés sur une position où l’Etat et la solidarité doivent jouer, avec la nécessité pour la puissance publique de jouer un rôle important. La possibilité de pouvoir agir est plutôt bien appréciée ; à l’inverse, tout ce qui donne l’impression que l’on dérégule à tout va l’est moins. Emmanuel Macron indique à son électorat qu’il est prêt à mettre en œuvre une action capable de redynamiser l’industrie française, bien que cela appelle à des formes de protection qui ne sont pas tellement bien incarnées par le candidat d’ "En Marche !". 

Peut-on dire qu'Emmanuel Macron a été choisi par les Français parce qu'il était différent des politiques traditionnels, mais sans qu'ils aient réfléchi à la nature de cette différence ? 

Ils y ont réfléchi, on ne peut pas leur faire ce procès-là. Par contre, ce que l’on peut dire, c’est que les Français ont choisi un responsable politique qui faisait bouger les lignes, et pas forcément un responsable politique avec lequel ils étaient tout à fait d’accord avec le projet. Tout l’enjeu pour Emmanuel Macron réside dans le fait de donner envie aux Français d’adhérer, non pas à sa seule personne, mais au projet qu’il porte à proprement parler. Il a pu montrer qu’il est possible de réussir, de faire quelque chose à l’instar de sa loi sur les bus. Mais l’opinion a tout de même besoin d’être davantage convaincue quant à son projet pour la France. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (44)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 02/05/2017 - 21:21
@pourquoipas
Très mauvais exemple, seuls les "bourgeois"
avaient le droit de vote, c'était déjà une sorte de suffrage censitaire..... Qui serait assez con pour donner le pouvoir au peuple........
Alors cherchez encore....!!!
Pourquoi-pas31
- 02/05/2017 - 21:09
Un exemple dans le monde
@Paulquiroulenamassepasmousse, s'il vous plait
Prenez le temps de regarder et ecouter ce qui suit, c'est très long, 1h30 mais tellement bien decrit et vous verrez que pendant 200 ans les grecs (anciens) ont eu leur destin en main.
«L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»
https://www.youtube.com/embed/TLjq25_ayWM?rel=0
Peut etre a la suite de cette video saurez vous ou Macron nous emmmene.


ISABLEUE
- 02/05/2017 - 15:59
après les 49.3 de valls
on aura les ordonnances de macron
Vaste programme.

Les français sont des veaux s'ils élisent macron.