En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 56 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 11 heures 2 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 57 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 29 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 15 heures 10 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 15 heures 26 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 58 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 11 heures 13 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 54 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 12 heures 9 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 15 heures 20 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 33 min
info atlantico
© JOEL SAGET, ERIC FEFERBERG / AFP
© JOEL SAGET, ERIC FEFERBERG / AFP
Complications à venir

Vers un 3e tour social ? Seuls 18% des Français affirment qu’ils appuieront a priori les réformes déployées par le gagnant de la présidentielle, qu'il s'agisse d'Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen

Publié le 05 mai 2017
Dans ce sondage exclusif Harris Interactive pour Atlantico et RMC, 28% des Français envisageant de voter Emmanuel Macron au 2d tour appuieront ses réformes contre 43% dans le cas de Marine Le Pen et de ses électeurs.
Jean-Daniel Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans ce sondage exclusif Harris Interactive pour Atlantico et RMC, 28% des Français envisageant de voter Emmanuel Macron au 2d tour appuieront ses réformes contre 43% dans le cas de Marine Le Pen et de ses électeurs.

Atlantico : Quels sont les principaux enseignements que l'on peut tirer de ce sondage ? 

Jean-Daniel Lévy Près de deux tiers des Français se déclarent favorables à l’entrée de l’Etat au capital d’entreprises en difficulté comme Whirlpool. Cette opinion est partagée à la fois par ceux qui expriment une intention de vote en faveur d’Emmanuel Macron au second tour (61% à y être favorables), comme par ceux qui choisissent Marine Le Pen (68%).

Cliquez sur les images pour agrandir.

Quelle que soit l’issue du second tour, les Français attendent du nouveau Président(e) qu’il préserve le dialogue social en consultant les organisations syndicales avant toute chose, au risque que les réformes prennent plus de temps à être déployées (63% souhaitent une consultation préalable, 37% pourraient la sacrifier pour accélérer le rythme des réformes). Sur ce sujet, les électeurs d’Emmanuel Macron souhaitent majoritairement qu’il consulte les syndicats s’il est élu (65%). A l’inverse, les électeurs de Marine Le Pen se montrent partagés, et une courte majorité souhaite un déploiement rapide des réformes en cas de victoire de leur candidate (56%), quitte à ne pas consulter les organisations syndicales.

 

Enfin, l’un et l’autre des candidats ne disposent que d’une faible base de soutien unanime et inconditionné envers leurs réformes : 18% des Français affirment qu’ils appuieront, a priori, les réformes déployées par l’un ou l’autre des candidats. Les électeurs d’Emmanuel Macron se montrent mesurés quant au soutien apporté à leur candidat : 2 de ses électeurs sur 3 affirment qu’ils n’appuieront ses réformes, si c’est le cas, qu’après les avoir étudiées au cas par cas. Les électeurs de Marine Le Pen, en cas de victoire de leur candidate, sont seulement 43% à soutenir ses réformes sans condition. Notons que Marine Le Pen suscite un peu plus de défiance, 28% des Français affirmant, aujourd’hui, qu’ils s’opposeront à chacune de ses réformes, et 72% affirmant pouvoir les appuyer, de façon systématique ou ponctuelle.

 

Que nous apprend vraiment ce sondage sur la capacité qu'aura le prochain gouvernement à engager des réformes ? Qui sont les Français qui y croient vraiment ? Un 3e tour social est-il en vue ? 

Ce qui est absolument certain, c’est que le prochain président de la République, quel qu’il soit, ne pourra pas considérer qu’il bénéficie d’une forme de blanc-seing de la part de la population, qui manifeste une véritable interrogation. A ce titre, le vote à l’égard d’Emmanuel Macron est un vote qui mêle sa personnalité et une partie de son projet ; toutefois, les électeurs disent qu’ils souhaitent qu’il puisse y avoir, à l’issue du vote, une concertation. Ceci n’est pas nouveau car auparavant, alors que les conditions du vote étaient différentes, le vote à l’égard de François Hollande montrait bien qu’il y avait une volonté déjà de concertation avec les organisations syndicales. Lorsqu’avait été mis en place l’ANI (Accord sur la compétitivité et la sécurisation de l’emploi), les électeurs avaient considéré cette réforme, si ce n’est comme appréciable, du moins pas aussi critiquable qu’une autre réforme menée par la suite, la loi Travail. Cette dernière n’est pas passée justement par ce temps d’échange avec les organisations syndicales.

Le sondage met en lumière la perplexité des Français quant à la capacité du prochain gouvernement à pouvoir engager des réformes. De plus, ils ne souhaitent pas être face à un président de la République qui mène des réformes tambour battant sans prendre le temps de la concertation. Même au sein de l’électorat du 1er tour d’Emmanuel Macron, il n’y a pas une adhésion complète à son projet ; ses électeurs indiquent, globalement, qu’il est nécessaire qu’il prenne le temps de la concertation syndicale, quitte à ce que la mise en œuvre des réformes prenne plus de temps.

Que signifie pour Emmanuel Macron la réponse sur l'adhésion de son électorat à l'entrée de l'Etat au capital des entreprises en difficulté ? 

Cela signifie qu’il y a une véritable demande de puissance publique, ce qui semble paradoxal au regard du projet du candidat d’ "En Marche !". Face à des entreprises en difficultés, quand on considère qu’il s’agit d’enjeux stratégiques, les Français pensent que l’Etat doit être un acteur de premier plan. Cet acteur-là doit éventuellement contrer ce qui apparaît comme l’un des points négatifs de la construction européenne, c’est-à-dire la mise en concurrence entre des travailleurs en fonction de la norme sociale, et non pas en fonction de leur productivité ou de leurs capacités à pouvoir bien faire.

Pour l’instant, les choses sont encore plutôt floues concernant la méthode que souhaite employer Emmanuel Macron. Ce qui est certain, c’est qu’il a dit qu’il souhaitait accorder un rôle aux organisations syndicales dans la mise en œuvre de ses réformes. L’articulation exacte du rôle des syndicats pourrait peut-être permettre à Emmanuel Macron de construire cette modalité d’intervention. Les Français disent oui à une inscription plus forte de l’Etat dans le cas de Whirpool ; mais peut-être que si cela venait à se généraliser à un nombre important d’entreprises, il n’est pas inenvisageable que les Français changent d’avis dans la mesure où cela pourrait avoir une incidence sur leurs impôts.

Emmanuel Macron apparaît comme un président social-libéral mais y-a-t-il, paradoxalement, une adhésion à cette ligne économique et sociale chez les électeurs ?

Les Français ne sont pas devenus libéraux du jour au lendemain ; ils sont restés sur une position où l’Etat et la solidarité doivent jouer, avec la nécessité pour la puissance publique de jouer un rôle important. La possibilité de pouvoir agir est plutôt bien appréciée ; à l’inverse, tout ce qui donne l’impression que l’on dérégule à tout va l’est moins. Emmanuel Macron indique à son électorat qu’il est prêt à mettre en œuvre une action capable de redynamiser l’industrie française, bien que cela appelle à des formes de protection qui ne sont pas tellement bien incarnées par le candidat d’ "En Marche !". 

Peut-on dire qu'Emmanuel Macron a été choisi par les Français parce qu'il était différent des politiques traditionnels, mais sans qu'ils aient réfléchi à la nature de cette différence ? 

Ils y ont réfléchi, on ne peut pas leur faire ce procès-là. Par contre, ce que l’on peut dire, c’est que les Français ont choisi un responsable politique qui faisait bouger les lignes, et pas forcément un responsable politique avec lequel ils étaient tout à fait d’accord avec le projet. Tout l’enjeu pour Emmanuel Macron réside dans le fait de donner envie aux Français d’adhérer, non pas à sa seule personne, mais au projet qu’il porte à proprement parler. Il a pu montrer qu’il est possible de réussir, de faire quelque chose à l’instar de sa loi sur les bus. Mais l’opinion a tout de même besoin d’être davantage convaincue quant à son projet pour la France. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (44)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 02/05/2017 - 21:21
@pourquoipas
Très mauvais exemple, seuls les "bourgeois"
avaient le droit de vote, c'était déjà une sorte de suffrage censitaire..... Qui serait assez con pour donner le pouvoir au peuple........
Alors cherchez encore....!!!
Pourquoi-pas31
- 02/05/2017 - 21:09
Un exemple dans le monde
@Paulquiroulenamassepasmousse, s'il vous plait
Prenez le temps de regarder et ecouter ce qui suit, c'est très long, 1h30 mais tellement bien decrit et vous verrez que pendant 200 ans les grecs (anciens) ont eu leur destin en main.
«L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»
https://www.youtube.com/embed/TLjq25_ayWM?rel=0
Peut etre a la suite de cette video saurez vous ou Macron nous emmmene.


ISABLEUE
- 02/05/2017 - 15:59
après les 49.3 de valls
on aura les ordonnances de macron
Vaste programme.

Les français sont des veaux s'ils élisent macron.