En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Macron skie français

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 6 min 17 sec
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 25 min 24 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 47 min 17 sec
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 1 heure 1 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 1 heure 44 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 4 heures 12 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 4 heures 25 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Racisme : la police au banc des accusés ?

il y a 4 heures 30 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 16 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 43 min 53 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 49 min 58 sec
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 1 heure 21 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 4 heures 2 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Covid-19 : les bons réflexes à avoir en cas de symptômes

il y a 4 heures 30 min
© JOEL SAGET / AFP
Dominique Jamet
© JOEL SAGET / AFP
Dominique Jamet
"Parti... sans laisser d'adresse"

Dominique Jamet : "Nicolas Dupont-Aignan salit définitivement son image, sa réputation, et ajoute à une faute morale certaine une probable erreur politique"

Publié le 05 mai 2017
Vice-président de Debout la France, Dominique Jamet a démissionné de ses fonctions aussitôt après que Nicolas Dupont-Aignan a fait connaître son ralliement à la candidature de Marine Le Pen. Il en explique les raisons.
Dominique Jamet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Jamet est journaliste et écrivain français.Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais.Parmi eux : Un traître (Flammarion, 2008), Le Roi est mort, vive la République (Balland, 2009) et Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vice-président de Debout la France, Dominique Jamet a démissionné de ses fonctions aussitôt après que Nicolas Dupont-Aignan a fait connaître son ralliement à la candidature de Marine Le Pen. Il en explique les raisons.

Il était une fois un parti. Un tout petit parti, une particule élémentaire, si j’ose dire. Mais ce parti et son fondateur s’enorgueillissaient à bon droit d’avoir ramassé le drapeau que la mort de Philippe Séguin, rentré sous terre, et le renoncement de Jean-Pierre Chevènement, rentré dans le rang, avaient abandonné à la poussière. Au-delà de ces deux prestigieux parrains, ce parti se présentait comme dépositaire de la vraie croix de Lorraine, garant et gardien de la fidélité aux principes qui avaient guidé la vie et l’action du général de Gaulle. Gaulliste, donc, en un temps où les indignes héritiers du brevet l’avaient laissé tomber en désuétude, républicain, patriote sans être nationaliste, humaniste, farouchement attaché à l’ordre et au progrès, à l’autorité de l’Etat et aux libertés individuelles, à la grandeur de la France et à la justice sociale, ce parti pour qui la défense de l’indépendance nationale aliénée par les deux syndicats d’intérêts qui alternaient au pouvoir et conduisaient allègrement notre pays à la ruine devait prévaloir sur les distinctions périmées entre la droite et la gauche, se voulait également accueillant aux "républicains des deux rives". Ce parti tenait à distance et combattait simultanément avec la même ardeur  le "système", désastreux, et les extrêmes, dangereux.

Ce parti, c’était Debout la République (Debout la France depuis octobre 2015),  et son fondateur Nicolas Dupont-Aignan, député-maire de Yerres, qui avait spectaculairement claqué la porte de l’UMP en 2008 lorsque Nicolas Sarkozy, François Fillon, Alain Juppé et les autres avaient décidé de bafouer le verdict qu’avait prononcé le peuple lors du référendum de 2005.

J’ai adhéré à Debout la République en 2012. J’avais été séduit par le courage de Nicolas Dupont-Aignan, par l’image d’intégrité, de loyauté, de sincérité qu’il donnait, par son discours, par ses prises de position où je me reconnaissais, par l’évidence de son patriotisme, par l’exigence d’une démarche qui tranchait sur le fond marécageux de la politique politicienne. Je l’étais aussi par le dévouement, le désintéressement, l’implication totale des cadres, des militants, des adhérents d’un mouvement dont il était clair comme le jour qu’ils faisaient  passer leurs convictions avant toute ambition personnelle.

"Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul", c’est la devise, c’est le panache de Cyrano. Nous avons illustré cette devise, nous avons eu ce panache cinq années durant. Nous avons traversé le désert sous le regard condescendant des grands médias  et des "grands partis", indifférents  aux insinuations malveillantes, aux railleries, au scepticisme que suscite immanquablement une entreprise généreuse et folle chez tous ceux – le plus grand nombre – qui ne respectent que la force, l’argent, le pouvoir. Moins de 2% pour Nicolas Dupont-Aignan à la présidentielle de 2012, moins de 4% aux européennes de 2014, moins de 4% aux régionales de 2015…Dieu, que le chemin était long, difficile, jalonné d’obstacles. Dieu, que la pente était raide, mais c’était une pente qui allait dans le sens de la montée. Nous la gravissions allègrement, sans savoir si et quand nous atteindrions les sommets.

Arrive l’élection présidentielle de 2017. Le 23 avril, Debout la France, à travers son candidat, Nicolas Dupont-Aignan, réalise enfin sa première percée. 1.700.000 suffrages exprimés, près de 5% des  votants. Plus d’un million de nouveaux venus rejoignent nos couleurs, en dépit de l’habitude et de la propagande du fallacieux "vote utile". L’indépendance de notre parti, la rectitude du parcours de son président, l’affirmation réitérée de sa probité, de sa totale liberté vis-à-vis des médias et des "grands partis", son refus d’un "système" qui prend l’eau et d’extrêmes qui prennent date laissent présager une nouvelle étape, un nouveau progrès lors des législatives qui vont suivre dans la foulée et qui doivent consacrer avec le bien-fondé de nos idées l’enracinement de notre formation. Le scrutin du 23 avril a qualifié deux candidats à nos yeux et suivant nos critères également rédhibitoires. Nous ne pouvons, si nous sommes logiques et conséquents, que les renvoyer dos à dos.

Et c’est au moment même où il atteint enfin le seuil de notoriété, le seuil de popularité, le seul de crédibilité qui justifient et récompensent son effort et l’effort collectif des siens, que Nicolas Dupont-Aignan, allant au bout de la dérive lente et inexorable qui a insensiblement rapproché ses propositions, ses thèmes et ses thèses de ceux du Front national qu’il déclarait pourtant il y a quelques semaines encore incompatible avec ses valeurs, après des tractations souterraines menées tambour battant dans l’opacité la plus totale, constamment et impudemment niées par lui, annonce brutalement, cinq jours après le premier tour, son rapprochement, puis son soutien, puis son alliance, puis un accord de gouvernement avec Marine Le Pen, qu’il salit définitivement son image, sa réputation, qu’il ajoute à une faute morale certaine ce qui est probablement une erreur politique puisque le plat de lentilles contre lequel il a troqué son indépendance a toutes les chances de rester virtuel.

Ce qui devait arriver est arrivé. En faisant le choix d’amarrer son esquif au vaisseau qui porte le pavillon noir de Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan n’avait pas prévu la mutinerie et la désertion de la plus grande partie de son équipage, à commencer par ceux qui l’avaient suivi depuis des années aussi bien dans les grands calmes, dans les grands vents que dans la tempête. Et que dire de ces humbles soutiens, de tous ces militants, des petites villes, des provinces, des maires qui avaient accordé leur parrainage, des militants qui s’apprêtaient à remettre le sac au dos pour partir en campagne. Tout ça pour ça ! Ce n’est pas ce qu’ils attendaient, ce n’est pas ce que nous attendions de celui à qui nous avons eu le tort et la naïveté, en dépit de quelques signes précurseurs, de faire aveuglément confiance.

Les impatients qui, dans son intérêt et dans le leur, - parmi eux beaucoup sont jeunes et n’ont donc pas le temps d’attendre - l’ont convaincu de venir avec ses maigres bataillons grossir les rangs de la grande armée lepéniste et de vendre son âme pour une promesse qui n’engage à rien et l’appât de quelques circonscriptions, vont lui répéter que lorsque le train passe il ne faut pas laisser passer sa chance et que toute occasion, même la plus déshonorante, est à saisir. Ils semblent ne pas avoir compris que le tout n’est pas de monter en marche dans le train. Encore faut-il savoir qui le conduit et où il mène.

La ligne que Nicolas Dupont-Aignan avait définie et suivie est restée longtemps une ligne droite. Quoi qu’il arrive le 7 mai et après le 7 mai, c’est désormais une ligne brisée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mingus
- 01/05/2017 - 15:37
Les Français sont capables de penser ? Par eux-mêmes ?
Non ! Ils se tournent vers l'état, même pour se moucher le nez !!
Paulquiroulenamassepasmousse
- 01/05/2017 - 14:37
Ducon-Aignan..... Nouveau Le
Ducon-Aignan..... Nouveau Le Pen à jouïr !
Louna
- 01/05/2017 - 13:51
Respectez les électeurs de Marine
Monsieur Jamet un peu de retenue dans vos propos. NDA "salit son image". Pourquoi salit ? Le FN est-il selon vous une fosse à purin ? Veuillez respecter les 21% de Français qui ont voté pour elle. Je n'étais pas Marine mais plus j'entends les donneurs de leçon médias, show biz, politiciens has been sortis de la naphtaline et traîtres de tous bords encenser Macron, candidat imposé dans une élection manipulée et truquée, je m'intéresse un peu plus à cette candidate. Sommes-nous dans une démocratie ou une dictature ? Les Français sont capables de penser par eux-mêmes sans qu'on leur tienne la main lorsqu'ils mettront leur bulletin dans l'urne.