En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 2 min 47 sec
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 1 heure 36 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 3 heures 5 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 20 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 3 heures 43 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 4 heures 4 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 4 heures 37 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 5 heures 1 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 30 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 24 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 32 min 52 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 2 heures 55 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 3 heures 16 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 3 heures 39 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 19 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 4 heures 40 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 27 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 6 heures 7 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Les énergies renouvelables flattent notre bonne conscience écologique... mais sont-elles vraiment la solution miracle ?

Publié le 01 mai 2017
L’électricité est un bien de première nécessité. Quelle nouvelle forme de service public faut-il mettre en place pour donner à tous les Français accès à une électricité stable et bon marché dans la durée ? C’est à cette question que ce livre tente de répondre. Extrait de "La France dans le noir", d'Hervé Machenaud, aux Editions Manitoba (1/2).
Hervé Machenaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Machenaud, X Ponts et IEP Paris, a mené toute sa carrière professionnelle au cœur des questions industrielles liées à l’énergie, tant en France qu’à l’étranger. Il réside actuellement en Chine où il a participé durant plus de trente ans au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’électricité est un bien de première nécessité. Quelle nouvelle forme de service public faut-il mettre en place pour donner à tous les Français accès à une électricité stable et bon marché dans la durée ? C’est à cette question que ce livre tente de répondre. Extrait de "La France dans le noir", d'Hervé Machenaud, aux Editions Manitoba (1/2).

Pour tout un chacun, la supériorité des énergies renouvelables est une donnée immédiate de la conscience. Elles sont propres, ne brûlent pas de combustible fossile, n’émettent pas de CO2, et, de ce fait, ne contribuent pas au réchauffement climatique. Elles ont incontestablement beaucoup de qualités. Malheureusement le vent souffle où il veut… et quand il veut ! Ainsi en est-il du soleil qui brille où et quand il veut. Et justement, ils ne veulent pas forcément quand on en a besoin.

Le maximum de la demande d’électricité, en Europe, c’est un soir de février. Les hautes pressions sibériennes couvrent l’Europe, il fait très froid, il n’y a ni vent ni soleil. Il faut alors faire fonctionner tous les moyens que la bonne conscience écologique de nos concitoyens réprouve : le nucléaire, le charbon et le gaz (en plus de l’hydraulique qui ne peut évidemment pas à elle seule couvrir tous ces besoins). Ces moyens doivent rester disponibles en permanence, toute l’année, pour ce jour précis où les ENR n’apportent rien et où eux sont vitaux pour alimenter les lieux socialement sensibles, hôpitaux et crèches mais aussi le chauffage, l’éclairage et la cuisine. Qu’en fait-on quand il y a du vent ou du soleil ? Rien, on les met à l’arrêt. Mais dans une large mesure, les centrales, en particulier nucléaires, coûtent aussi cher à l’arrêt qu’en fonctionnement. Résultat, comme elles sont là, à ne rien faire, et qu’il vaut mieux vendre à perte que de ne pas vendre, les prix de marché de l’électricité baissent, et baissent à proportion du développement de l’éolien et du solaire.

Le merveilleux paradoxe est que l’on accepte de payer très cher une électricité qui est inutile puisqu’elle ne permet pas de répondre à la demande de pointe (la demande maximale du soir de février) et que l’on veut payer de moins en moins cher celle qui est indispensable.

Au plus fort de la fièvre provoquée mi-janvier 2017 par la perspective d’un épisode de froid dont on découvre qu’il va recouvrir toute l’Europe, alors que chaque jour des dizaines d’articles de presse se répandent dans la description des risques de coupures et des mesures de rationnement qui devront être prises, alors que le gouvernement s’alarme et réunit une cellule de crise, que tous les yeux sont rivés sur la disponibilité du parc nucléaire, il est significatif du poids de la pensée dominante que personne n’ait osé poser la question : « Mais où sont les éoliennes ? » Sinon une toute petite voix, celle d’un « spécialiste du secteur » cité par Frédéric de Monicault dans Le Figaro du 12 janvier, et qui, par crainte d’être en butte au « politiquement correct », a préféré garder l’anonymat : « Au risque d’être provoquant, on se doit de dire qu’en cette période hivernale la production des éoliennes est quasi nulle et celle des installations solaires pas beaucoup plus élevée. La volonté de verdir le parc de production français est sûrement respectable mais notons immédiatement ses limites : au moment où la France a le plus besoin d’électricité, elle reste tributaire de ses équipements énergétiques traditionnels. » On est en droit de se demander ce qui est respectable, au bénéfice de qui, et à quel coût ? Le spécialiste ne le dit pas. Ce qu’il ne dit pas non plus, c’est que la production nucléaire étant limitée non seulement pour des raisons techniques mais maintenant aussi par la loi, il a fallu remettre en service en catastrophe des installations au fuel et au charbon que la logique économique avait conduit à fermer prématurément.

Extrait de La France dans le noir, d'Hervé Machenaud, aux Editions Manitoba

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires