En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© BRT
Tribune
Jean-Frédéric Poisson : "Emmanuel Macron en visite à l'usine Whirlpool, ne nous laissons pas berner"
Publié le 26 avril 2017
Alors que le candidat d'En Marche doit se rendre à l'usine Whirlpool, le député et président du PCD mets en garde contre le positionnement d'Emmanuel Macron, cette tentation du "tout libéral et du tout marchand".
Jean-Frédéric Poisson est député des Yvelines et président du Parti Chrétien-Démocrate.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Frédéric Poisson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Frédéric Poisson est député des Yvelines et président du Parti Chrétien-Démocrate.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le candidat d'En Marche doit se rendre à l'usine Whirlpool, le député et président du PCD mets en garde contre le positionnement d'Emmanuel Macron, cette tentation du "tout libéral et du tout marchand".

Emmanuel Macron se rend demain à l’usine Whirlpool d’Amiens, promise à une fermeture en mai de l’année prochaine pour être délocalisée en Pologne. Cette « affaire » est emblématique de l’échec de François Hollande et d’Emmanuel Macron en matière économique et européenne. Quelle que soit la nouvelle pirouette par laquelle il s’en sortira lors de son coup de communication sur place, j’en appelle à ce que les Français – et particulièrement les plus précaires – ne soient pas dupes. Alors qu’ils attendent plus de protection de la part de l’Etat, ils auront, avec Emmanuel Macron élu président de la République, plus de dérégulation et moins de protection. Cette inquiétude, cette angoisse même pour certains d’être sacrifiés sur l’autel du « marché » les taraudent déjà. C’est ce qu’indique le vote massif pour Jean-Luc Mélenchon et Marien Le Pen dimanche dernier.

Dans cette campagne présidentielle, déplorable à de nombreux titres, les véritables enjeux autour de la question de l’économie et du social n’ont quasiment jamais été évoqués. Les responsables politiques français doivent prendre conscience de l’ampleur du défi que la France aura à affronter dans les prochaines années en ce qui concerne la question de la répartition des richesses, et donc de celle de la création de cette richesse et simultanément de celle du travail.

« Rien n’a été fait dans le dernier quinquennat pour que l’Etat protège davantage les Français. […] Cette attente doit être prise en compte »

Rien n’a été fait dans le dernier quinquennat pour que l’Etat protège davantage les Français. Or, en bon successeur de François Hollande, aucune des propositions d’Emmanuel Macron ne répond à cette attente. Bien au contraire, la société d’ultra-mobilité qu’il appelle de ses vœux donne une importance démesurée à la logique économique. Elle réduit les Français à devenir des déracinés économiques, et par là même, des variables d’ajustement soumis aux lois du marché et surtout de la consommation. Son projet est celui d’un privilégié s’adressant aux privilégiés ; pour les autres, le modèle d’ultra-mobilité de Macron n’est rien d’autre qu’ultra-instabilité. La dérégulation généralisée de la société française est, dit-il, une question de liberté. Mais quelle serait cette liberté qui nous soumettrait aux aléas d'un système sur lequel on perdrait tout contrôle et dont la seule loi serait, j’insiste, celle d’un marché sur lequel aucune influence ne serait en réalité possible bien que la course à l’accès à tout dans l’instant devienne l’alpha et l’oméga de l’épanouissement individuel ? Dans ce système, les travailleurs, et spécialement les précaires et les plus fragiles, seraient traités comme de simples ressources interchangeables.

« La société d’ultra-mobilité que Macron appelle de ses vœux réduit les Français à une forme de variable d’ajustement économique. »

Au moment où nous devons choisir entre deux visions radicalement opposées pour la France, j’invite les Français à prendre en compte dans leur discernement cette tentation du tout libéral et du tout marchand sur laquelle repose le programme d’Emmanuel Macron. Je refuse que la logique financière domine celle des échanges humains.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
04.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
05.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
06.
Derrière la réforme de l’assurance chômage, une révolution dont le gouvernement ne veut pas assumer le nom ?
07.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 27/04/2017 - 08:02
Le libertaire est l'essentiel à rejeter
Et je ne suis pas catho. Maintenant les franc-macs libéraux et humanistes du portefeuille pensent ce qu'ils veulent !
Jemdemande
- 27/04/2017 - 04:18
Propositions ??
Bon, ne nous laissons pas aveugler par le bling bling Macron. Ok. Reçu 5 sur 5. (Et vous n'avez pas tort...). Maintenant, que nous proposez-vous au bout du compte, Monsieur Poisson ? Voter le Pen ???
Aïe aïe aïe........
Pourquoi-pas31
- 26/04/2017 - 21:06
prochaine vente : chantier de l'atlantique
Fincantieri, chantier italien prend 48% des parts et une banque italienne prend 10% des parts. le reste reste français, entre l'etat et DCNS. L'Italie a un nouveau chantier. La France n'a plus de chantier naval. Dossier dans les mains de Macron depuis longtemps.