En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 8 heures 46 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 9 heures 47 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 15 heures 24 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 15 heures 55 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 16 heures 29 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 16 heures 46 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 9 heures 6 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 10 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 12 heures 48 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 13 heures 10 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 16 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 17 heures 33 sec
© SEBASTIEN BOZON / AFP
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Boussole

Pourquoi les inégalités visibles ET invisibles ont bien été la clé du premier tour de la présidentielle

Publié le 28 avril 2017
La carte des votes par département a révélé une France coupée en deux, scindée par une ligne est / ouest. Cette dernière symbolise les nouvelles fractures qui divisent le pays, et explique la dynamique d’Emmanuel Macron.
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La carte des votes par département a révélé une France coupée en deux, scindée par une ligne est / ouest. Cette dernière symbolise les nouvelles fractures qui divisent le pays, et explique la dynamique d’Emmanuel Macron.

Atlantico : La carte de vote de ce 1er tour par départements révèle une forte opposition territoriale des choix politiques. Quels sont les principaux enseignements à en tirer ?

Laurent Chalard : Il saute aux yeux à l’analyse de la carte de la répartition géographique des candidats arrivés en tête par département au 1° tour de l’élection présidentielle de 2017 qu’il existe deux France, séparées par une ligne imaginaire qui relierait Le Havre à Marseille, opposant d’un côté, une France de l’Est, qui accorde préférentiellement ses suffrages à Marine Le Pen du Front National, à, d’un autre côté, une France de l’Ouest, où Emmanuel Macron d’En Marche l’emporte.

Pour tout géographe, cette carte fait immédiatement penser à l'opposition historique, le long de cette même ligne, entre une France industrielle et urbaine à l'est et une France agricole et rurale à l’ouest. Or, comme nous l’avions montré dans un article de la revue Population & Avenir paru en 2011[1], nous assistons à un processus de retournement des dynamiques territoriales hexagonales, la croissance de l’emploi étant désormais plus forte à l’ouest qu’à l’est de cette ligne depuis les années 2000. En effet, les anciennes régions de tradition industrielle de l’est ont fortement souffert de la désindustrialisation, qui a touché prioritairement les industries traditionnelles (textile, métallurgie, automobile) alors que l'ouest, historiquement moins industrialisé, a moins été touché par ce processus tout en bénéficiant de l’installation d’industries de nouvelle génération (par exemple, l’aéronautique) et de la tertiarisation de l’emploi.

En conséquence, il s’ensuit qu’assez logiquement, dans la France déclinante, grande perdante de la mondialisation, la candidate de l’extrême-droite fasse ses meilleurs scores (à l’exception des métropoles), alors que dans la France qui se porte mieux, le candidat au discours le plus optimiste vis-à-vis de la mondialisation, en l’occurrence Emmanuel Macron, soit plébiscité.

Peut-on expliquer le fort vote "macroniste" dans l'Ouest par le biais d'une présence moins forte des inégalités, plus dans un sens historique qu'actuel ? En quoi la stratification sociale y est différente de l'est ? Quels sont les enjeux relatifs à l'immigration qui peuvent également avoir un impact ?

Effectivement, du fait d’un héritage industriel moins important et plus récent (il remonte aux Trente Glorieuses), la stratification sociale à l’ouest de la ligne Le Havre – Marseille est, en règle générale, moins forte qu’à l’est, avec des oppositions sensiblement moins marquées entre les « riches », peu nombreux à l’ouest du fait de la faiblesse des grandes entreprises capitalistes, et les « pauvres », eux aussi moins nombreux car l’emploi progresse et le chômage est plus faible. Ce contexte de moindres inégalités de revenus rend le modèle économique dominant plus attractif que dans les territoires de l’est où elles sont flagrantes, favorisant le vote pour le candidat perçu comme « optimiste ».

Cependant, un autre facteur peut aussi expliquer le moindre succès des idées d’extrême-droite à l’ouest de la ligne Le Havre-Marseille, qui est la faible présence de l’immigration extra-européenne dans cette partie de la France, faisant passer les questions identitaire et culturelle au second plan dans un contexte où le niveau de vie des classes populaires est meilleur qu’à l’est. En effet, il convient de garder en tête que le vote populiste est le produit d’une combinaison de facteurs (le degré de corruption locale joue aussi un rôle).

Quelle est la spécificité du vote "Emmanuel Macron" ? Sur la base de cette carte, quelles sont les indications à retenir sur son électorat ?

L’analyse de la carte du vote pour Emmanuel Macron au 1° tour de l’élection présidentielle de 2017 montre qu’il n’existe pas un « vote Macron », mais que, dans les faits, il agrège deux profils de vote, qui répondent à des logiques géographiques différentes.

D’un côté, ce qui est assez remarquable lorsque l’on compare la carte du vote Emmanuel Macron en 2017 avec celle du vote François Bayrou en 2007, c’est la forte corrélation entre les deux concernant les principales zones de force (piémont ouest-pyrénéen : « fief » de François Bayrou, Grand Ouest, Massif Central, ainsi qu’accessoirement en Côte d’Or et en Savoie), témoignant de l’existence d’une géographie spécifique du vote « centriste » en France, qui, sans surprise avec ce que nous avons dit précédemment, est dominant à l’ouest de la ligne Le Havre-Marseille. C’est un vote de classes moyennes qui se classent plutôt au centre-droit dans le grand ouest et au centre-gauche dans le Massif Central.

D’un autre côté, la seconde grande logique géographique correspond au survote pour Emmanuel Macron dans les grandes métropoles, suivant le modèle mis-en-avant par le géographe Christophe Guilluy, de territoires gagnants de la mondialisation, qui plébiscitent le candidat faisant l’apologie du modèle économique dominant actuellement. Dans ces territoires, le vote pour Emmanuel Macron est essentiellement le fait de personnes très diplômées, qui gagnent relativement bien leur vie, bénéficiant pleinement de la mondialisation.

A l’arrivée, c'est l'agrégation de ces deux votes, le « vote centriste » et le « vote des métropoles », qui a permis à Emmanuel Macron de se retrouver au second tour de l’élection présidentielle. En effet, si son socle électoral ne s’était appuyé qu’exclusivement sur le vote des gagnants des métropoles, ce dernier n'aurait pas été suffisant pour le qualifier, puisqu’il a dû le partager avec le candidat de la droite, François Fillon. Emmanuel Macron a donc une dette certaine vis-à-vis de l’électorat centriste, dont celui de François Bayrou. Espérons, une fois sa victoire acquise au second tour, qu’il se rappellera qu’il n’est pas juste le candidat des élites des grandes métropoles, mais, avant tout, le candidat d’un « centre » français qui ne demande qu’à exister !

[1] CHALARD Laurent, DUMONT Gérard-François (2011). « L’armature urbaine de l’emploi en France. Un basculement géographique ». Population & Avenir. N°704. Septembre-octobre 2011. Pages 4-7 et 20.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
SD..
- 25/04/2017 - 08:05
Et le match....
...va continuer à la rentrée avec les 1ères réformes!!!!