En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 39 min 39 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 1 heure 58 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 2 heures 21 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 3 heures 17 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 7 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 21 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 6 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 4 heures 21 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 7 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 7 heures 28 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 21 heures 53 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Un futur explosif

Droite, l'accident industriel : quel avenir pour les Républicains après la claque ?

Publié le 28 avril 2017
François Fillon sera finalement arrivé troisième au premier tour de l’élection présidentielle avec 19,91% des suffrages et l'avenir est plus qu'incertain pour la droite. Au delà des affaires, cet échec s'explique par l’ambiguïté idéologique et stratégique du candidat.
Guillaume Bernard, docteur et habilité à diriger des recherches en histoire des institutions et des idées politiques, est maître de conférences à l'ICES (Institut Catholique d'Études Supérieures).Il enseigne ou a enseigné dans divers autres...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Bernard, docteur et habilité à diriger des recherches en histoire des institutions et des idées politiques, est maître de conférences à l'ICES (Institut Catholique d'Études Supérieures).Il enseigne ou a enseigné dans divers autres...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Fillon sera finalement arrivé troisième au premier tour de l’élection présidentielle avec 19,91% des suffrages et l'avenir est plus qu'incertain pour la droite. Au delà des affaires, cet échec s'explique par l’ambiguïté idéologique et stratégique du candidat.

Atlantico : Selon vous, que peut faire la droite pour échapper à l'explosion du parti ? Au vu des résultats du premier tour que paye-t-elle au-delà des affaires de François Fillon ?

Guillaume Bernard : Il faut avant tout identifier les raisons de l'échec. En l'occurrence, il me semble que François Fillon a d'une certaine manière fait la même erreur que Marine Le Pen pendant cette campagne, c’est-à-dire qu'ils ont fait une campagne de second tour au premier. Marine Le Pen parce qu'elle n'a pas suffisamment exploité les sujets sur lesquels elle apparaissait comme étant la plus crédible (immigration, sécurité…) et a cherché à jouer sa campagne sur des questions économiques et européennes. 

 

François Fillon, lui, l'a emporté lors de la primaire de la droite avec une identité conservatrice (qu'elle soit fausse ou réelle). Or, il n'a cessé tout au long de la campagne de chercher à endiguer Emmanuel Macron en offrant une grande place au centre-droit et en particulier à l'UDI. Ce qui, sans aucun doute, a démobilisé une partie de ses électeurs qui ne lui ont finalement pas été fidèles. En fait, François Fillon a dorloté si j'ose dire la partie de l'électorat de droite modérée qui l'a finalement "trahie" et est passée chez Emmanuel Macron. Donc il faut essayer d'identifier les raisons de ce score (qui est médiocre) et la principale raison selon moi, c'est l'ambiguïté idéologique et stratégique de François Fillon. Il est désigné contre la ligne Juppé et il a pourtant cherché à satisfaire les revendications des juppéistes. C'est la ligne de fracture qui passe au sein de la droite et qui à mon sens risque dans les années à venir de faire que la recomposition à droite sera inévitable. Ils n'ont clairement pas assumé la droitisation de leur électorat. 

 

Quels sont ces fractures idéologiques ? La droite n'a-t-elle pas su penser le monde dans lequel nous vivons ?

En fait je crois que la leçon incontestable de ce premier tour est que les partis qui ont gouverné sous la cinquième République (le PS d'un côté et le parti néo-gaulliste de l'autre) sont des partis qui ont cherché à réunir des options philosophiques distinctes. Ca a fonctionné jusqu’à présent car on avait une cristallisation du clivage grâce notamment à l'élection présidentielle et au phénomène majoritaire qui suivait lors des législatives. Or là, avec l'émergence du Front National, ça a complètement perturbé ce fonctionnement. Ce qui fait que les divergences idéologiques au sein de la droite sont apparues plus clairement que jamais. 

Il y a trois types de fractures au sein de la droite : une fracture sociologique, idéologique et stratégique. 

D'abord sociologique, c’est-à-dire la droite d'en haut et la droite d'en bas. Le parfait exemple se trouve dans la Manif pour tous.  Il y a la base qui se mobilise indépendamment de la quasi-totalité des ténors de la droite. 

Idéologique ensuite, entre les libéraux d'un côté et les conservateurs de l'autre. (Quand je parle de  libéralisme, c'est au sens philosophique du terme, au sens sociétal). Fillon a bien essayé de les unir mais ça ne peut pas tenir indéfiniment. 

 

Enfin stratégique. C’est-à-dire que l'essentiel des ténors de la droite  veulent le Front Républicain, quelques hommes politiques d'importance eux, veulent le ni ni et tout une partie de l'électorat est prête à trouver un accord avec le Front National. Cette distorsion entre la direction du parti et l'électorat ne peut que pousser inévitablement à un éparpillement du parti. Il y aura évidemment des électeurs de François Fillon qui iront voter Marine Le Pen. On ignore encore dans quelle proportion mais cette divergence va être lourde de conséquence. 

On a donc, à l'issue de ce scrutin, une tripolarisation qui s'impose : Un bloc de gauche qui s'assume socialiste (Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon), un bloc libéral modéré (avec Emmanuel Macron et une partie de François Fillon) et puis un bloc de droite (composé de NPA du FN et d'un peu de François Fillon). La fracture passe au sein de la droite et au sein de la gauche beaucoup plus qu'entre la droite et la gauche. 

La droite doit-elle exploser pour mieux se reconstruire selon vous ?

J'essaye d'analyser. En répondant oui, je sortirai de mon rôle d'analyste et j'apparaitrai comme étant partisan d'une solution. Mais oui je considère que la réorganisation du spectre politique doit se faire selon des clivages doctrinaux clairs. Il faut une clarification idéologique pour que les électeurs aient confiance  dans leurs élus. Ce qui explique l'énorme échec de Benoit Hamon et celui (plus relatif) de François Fillon c'est qu'ils étaient tous les deux en train d'essayer de marier de positions contradictoires. 

Pour Benoit Hamon, c'est le mariage entre le revenu universel et le fait d'être favorable à la construction européenne (qui est quelque chose  plutôt d'obédience libérale). Ça ne passe pas. Pareil pour François Fillon qui défend des positions économiques libérales et qui est conservateur socialement et culturellement. Il y a des incompatibilités entre ces deux propositions qui font que ça n'a pas fait recette. Alors qu'Emmanuel Macron lui, en apparaissant et de droite et de gauche, a réussi l'unification idéologique du libéralisme économique et culturelle. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cavalier26
- 26/04/2017 - 00:38
C'est trop facile
C'est trop facile d'accuser seulement Fillon. Avec plus d'énergie de la part des autres ténors pour le soutenir, sans le fossoyeur de la droite Dupont la joie, il serait passé haut la main, même avec les soit-disant affaires, dont on verra certainement l'issue dans 5 ou 6 ans vu la lenteur de la justice, après élimination, (avant cette élimination la justice était très rapide dans ces affaires) Puis les Fenech et ses semblables n'ont rien arrangés. Une droite la plus c... du monde on peut bien le dire
BOCE64
- 26/04/2017 - 00:26
1983 " la rigueur"
C'est là que la droite a commencé à se faire avoir par la gauche au niveau de son discours , la gauche n'a JAMAIS reconnue OUVERTEMENT et IDEOLOGIQUEMENT l'économie de marché tout comme 1989 la chute du mur de Berlin représentant la fin du Socialisme !
Depuis le PS survie sur cette ambiguïté grâce aux médias qui ne posent JAMAIS les questions qui fâchent ! ...
J'ai tjrs dis à mon député que le PREMIER combat politique de la droite était les Médias ! cela n'a tjrs pas changé ...
BOCE64
- 26/04/2017 - 00:11
nargaht
Entièrement en accord avec toi !