En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

06.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

07.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

03.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Ultimes mystères
Affaire Benalla : le témoin-clé Chokri Wakrim met en cause des membres de l’Elysée sur la question de la disparition des coffres-forts
il y a 20 min 13 sec
pépites > Politique
L'heure du bilan
69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022
il y a 3 heures 31 min
light > Culture
"Always look on the bright side of life"
Mort de Terry Jones, membre des Monty Python et réalisateur de "La Vie de Brian"
il y a 7 heures 43 min
pépites > Politique
Bataille de chiffres
L'Association des maires de France souhaite obtenir une modification de la "circulaire Castaner" pour les municipales
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Santé
Industrie pharmaceutique

Autorisation de médicaments : les consommateurs ont droit à la transparence

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Social
Surtout que Martinez ne se fâche pas !

CGT : Cancer Généralisé du Travail

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Social
Réforme

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Environnement
Révolution ?

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Politique
Souvenirs, souvenirs

Nicolas Sarkozy présente ses voeux, c’est l’occasion de se repencher sur son mandat ou le dernier mandat présidentiel "tranquille"

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Environnement
Davos 2020

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

il y a 14 heures 16 min
pépites > International
Soupçons
Piratage du téléphone de Jeff Bezos par l'Arabie saoudite : des experts de l'ONU réclament une enquête
il y a 2 heures 44 min
pépite vidéo > International
Tension
Incident entre Emmanuel Macron et des policiers israéliens au cœur de la Vieille Ville de Jérusalem
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" de Arnaud Viard : l'amour, la tendresse et la nostalgie en partage...

il y a 8 heures 36 min
pépite vidéo > Europe
Vigilance
Les images impressionnantes de la tempête Gloria dans les Pyrénées-Orientales et en Espagne
il y a 9 heures 42 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

L’affaire des "médecins empoisonneurs" : quand Staline inventait des complots imaginaires contre les Juifs

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Economie
Larmes de crocodile

Inégalités : et le choeur des pleureuses milliardaires repris à Davos

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Social
France

Les cercles vicieux du modèle social français

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Europe
Concurrence européenne

Post-Brexit : entre un Singapour britannique et un cavalier solitaire allemand, quel destin pour l’économie française ?

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

A trop célébrer l’attractivité française, on en oublie les effets pervers

il y a 13 heures 59 min
pépites > People
Retraite
Après 50 ans de carrière, le couturier Jean Paul Gaultier dit adieu aux défilés haute couture
il y a 1 jour 4 heures
Bonnes feuilles

"Mes atouts physiques, je les garde pour moi et ceux qui me sont chers" : le témoignage de Samira, voilée mais "fashion-victim"

Publié le 22 avril 2017
Avec Anne Nivat
La France. La connaît-t-on ? Comment la raconter ? Anne Nivat, reporter de guerre, familière des lointains conflits en terres irakienne, afghane ou tchétchène, porte pour la première fois son regard sur l’Hexagone. Pour cette immersion dans six villes de France, à l’heure où les journalistes sont parfois taxés d’arrogance, la reporter de terrain se place à hauteur de ces femmes et de ces hommes côtoyés durant des semaines, chez qui elle a vécu. Extrait de "Dans quelle France on vit" d'Anne Nivat, aux Editions Fayard (1/2).
Anne Nivat est reporter de guerre et écrivain française.Elle s'est spécialisée depuis dix ans dans des zones sensibles (Tchétchénie, Irak, Afghanistan…), parfois sans autorisation. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne Nivat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne Nivat est reporter de guerre et écrivain française.Elle s'est spécialisée depuis dix ans dans des zones sensibles (Tchétchénie, Irak, Afghanistan…), parfois sans autorisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France. La connaît-t-on ? Comment la raconter ? Anne Nivat, reporter de guerre, familière des lointains conflits en terres irakienne, afghane ou tchétchène, porte pour la première fois son regard sur l’Hexagone. Pour cette immersion dans six villes de France, à l’heure où les journalistes sont parfois taxés d’arrogance, la reporter de terrain se place à hauteur de ces femmes et de ces hommes côtoyés durant des semaines, chez qui elle a vécu. Extrait de "Dans quelle France on vit" d'Anne Nivat, aux Editions Fayard (1/2).
Avec Anne Nivat

Samira m’a donné rendez-vous à la cafétéria de Cora, décidément un lieu de rencontre prisé. J’arrive en avance et me poste dans un angle qui me permettra de la voir arriver. Peu de monde en cette heure encore matinale et je repère immédiatement la jeune femme au port de reine et au large sourire, vêtue d’une tunique vert émeraude assortie à la couleur de son foulard. De fines lunettes de soleil Dior rehaussent l’éclat de son teint pâle et ses grands yeux marron.

Samira, 27  ans, dernière de sept enfants, a grandi dans un bourg de 6  000 habitants où les familles d’origine marocaine n’étaient qu’une poignée. Elle dit avoir passé une enfance heureuse et ordinaire, ses deux parents étaient employés chez le géant laitier Lactalis. En famille, les coutumes et les rites français tels la dinde de Noël et les œufs de Pâques étaient respectés et appréciés. « Grâce à mes parents, je ne me suis pas sentie différente », insiste-t-elle. C’est seulement en quittant le cocon familial à 21 ans que la jeune fille prend conscience de sa condition. Pourtant, elle ne se sent que « musulmane d’identité », non pratiquante. Vendeuse chez Décathlon et dans d’autres enseignes de sport des villes avoisinantes, Samira a déjà ressenti des préjugés envers les Maghrébins, qu’elle qualifie pudiquement d’« irrespect », mais pas au point –  elle insiste  – que cela l’ait jamais empêchée de trouver du travail. « Toutes ces barrières que j’ai pu faire tomber avec un sourire ! », lancet-elle gaiement. Il faut dire que le sien est particulièrement désarmant.

C’est dans la ville du Mans que la jeune femme va devenir pratiquante. À l’occasion d’un ramadan, elle se rend avec une copine dans une des mosquées de la ville pour poser des questions sur la façon de prier. Les barbus orientent les deux jeunes femmes vers l’épouse de l’un d’eux. « C’était la première fois que je rencontrais des femmes en jilbâb , et même en niqâb ! Ça me faisait bizarre ! se souvient Samira. Le lendemain, à son tour, Samira décide de se voiler la tête. Je lui en demande les raisons. « Je vais essayer d’expliquer : j’avais toujours été entourée, mais je me sentais quand même seule. Je sers à quoi ? Je fais quoi ? Voilà les questions qui me taraudaient. Il me manquait de la sincérité. Avec cette brusque irruption de la douceur, l’islam a donné un sens à ma vie, je me suis sentie apaisée. » Ses parents s’en étonnent – dans la famille, seule sa sœur aînée est voilée. Tout comme ses amis laïcs, ils croient que c’est une tocade.

Samira préfère rire des remarques désobligeantes, parfois méchantes, ou, tout simplement, purement racistes (du style « rentrez chez vous en Arabie saoudite ! – inutile de préciser que Samira est française) entendues dans son sillage quand elle revêt le jilbâb. Remarques qu’elle tente de désamorcer à sa façon, par le sourire. « Les gens sont tellement étonnés de me voir sourire ! Ils en sont même choqués ! Ça les déstabilise ! Et puis, faut pas croire, en privé, nous, les musulmanes croyantes, on est toutes des fashion victims ! » Dans l’espace privé, Samira ne rechigne pas à porter un décolleté ou une minijupe, mais, en public, elle n’a pas envie d’être « reluquée » : « Mes atouts physiques, je les garde pour moi et ceux qui me sont chers. » Rien à voir avec une quelconque « soumission », prévient-elle. Et de poursuivre dans une veine que ne renieraient pas certaines féministes antivoile : « Voir partout des femmes nues, ce n’est pas dégradant pour la femme ? Les femmes sont constamment utilisées comme des objets sexuels et ne sont pas appréciées à leur juste valeur. » Selon Samira, le voile contribuerait à contrer tout cela. « De quel droit vous vous permettez de parler à notre place et affirmez que nous ne sommes pas libres ? » aimerait-elle demander à toutes celles [et à tous ceux] qui l’affirment sans douter.

À leur retraite, les parents de Samira sont revenus vivre à la Madeleine. Parfois, entre deux contrats, leur fille habite chez eux où elle découvre les joies de la vie au quartier. L’accueil chaleureux des voisins, la bienveillance, le respect, le sens de l’hospitalité, de la solidarité l’impressionnent. J’ai, pour ma part, toujours rencontré ces qualités dans les pays musulmans où j’ai séjourné ; elles sont à l’opposé des idées reçues sur les quartiers en France. En revanche, Samira n’est pas habituée à voir toute une partie de la population « zoner », traîner au quartier, et encore moins aux cris et aux disputes. Les moteurs de voitures ou de motos gonflées à bloc pétaradant pour de rapides courses-poursuites avec la police l’horripilent, encore plus quand c’est pour meubler le désœuvrement de leurs propriétaires. Et puis ces trafics de drogues que l’on devine sans réellement les voir la désespèrent.

Si Samira tient à son voile et prend du plaisir à le porter, elle n’a aucune difficulté à l’ôter pour aller travailler. Réaliste, la jeune femme sait que dans le contexte actuel, mieux vaut travailler que rester inactive. « Je suis française, je sais faire la part des choses. Si je refusais d’enlever mon voile, je ne travaillerais pas ou me débrouillerais pour travailler chez moi », affirme-t-elle. Assistante scolaire dans une école maternelle publique, Samira respecte la loi. Elle se voile au sortir de l’établissement, parce qu’elle assume son choix et en est fière. Ce voile l’aide à vivre.

« À Pôle emploi où je m’étais rendue une fois voilée, la conseillère s’est étonnée de ma nature joyeuse : “Vous respirez la joie de vivre !”, m’a-t-elle dit. Pour cette femme – je ne la blâme pas, femme voilée égale femme triste. Il est grand temps de sortir de ces idées reçues ! » Le sourire de Samira s’estompera uniquement quand nous aborderons le sujet du terrorisme. Ne lui parlez pas des « valeurs de la République » toujours brandies, selon elle, dans le mauvais sens : « La France tue, elle bombarde des civils et l’a fait en Afghanistan et au Moyen-Orient ! Ce n’est pas pour autant que je ne suis pas française ! Qui va oser définir à partir de quoi, à partir de quand, on est français ? Faut arrêter d’appuyer, d’enfoncer le clou. On parle que de ça. Non, c’est vrai, on dirait qu’ils veulent mettre l’animosité dans les cœurs… »

Extrait de "Dans quelle France on vit" d'Anne Nivat, aux Editions Fayard 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
France, Anne Nivat, voile, femme, islam
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

06.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

07.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

03.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 21/05/2018 - 19:22
Paulquiroulenamasse etc
D'accord avec votre post .Vous dites dans dix ans, c'est là où en effet les choses apparaitront aux myopes, mais dans 20 ans, les carrément mal -voyants verront aussi . Ceci dit ces femmes voilées ne sont pas malheureuses, le problème n'est pas là, c'est nous qui risquons de devenir malheureux . On est en train de nous changer le peuple .
Paulquiroulenamassepasmousse
- 22/04/2017 - 23:35
Mme Nivat nous la fait "bobo
Mme Nivat nous la fait "bobo condescendante".................Femme voilée souriante et heureuse de vivre en France probablement sans travailler gràce à ses 8 enfants et aux allocations familiales.........Jamais ce "grand reporter" n'aurait perdu son temps à écouter une française de souche, usée par le travail en usine, et élevant seule et sans allocs ses deux enfants.......C'est trop sordide, et surtout pas assez exotique pour une bobo du 11 ème arrondissement..........Cette attitude irresponsable sera jugée par l'histoire comme ayant participé à I l'avènement en France de la soumission si bien décrite par Houllebeque......Rendez-vous dans dix ans Mme Nivat .......on relira les meilleurs passages de votre bouquin, mais ça ne fera plus rire personne. Si ça se passe comme je le pense vous serez voilée.................sinon vous risquez d'être tondue...!
BABOUCHENOIRE
- 22/04/2017 - 19:48
Pourquoi Madame Nivat n'a-t-elle pas donner rendez vous à une
nudiste, elle aurait eu les mêmes réponses et explications qu'avec cette jeune et charmante islamisante.