En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 5 min 10 sec
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 11 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 5 heures 59 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 6 heures 37 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 6 heures 56 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 5 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 heures 8 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 2 heures 45 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 4 heures 35 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 5 heures 13 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 6 heures 39 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 16 heures 53 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 17 heures 53 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 22 heures 43 min
Tribune

Présidentielle : voilà pourquoi la France n'a plus de temps à perdre

Publié le 19 avril 2017
Femme d'entreprise, nouvelle en politique, Virginie Calmels est la Première adjointe au Maire de Bordeaux. Elle a fondé DroiteLib', un mouvement libéral et humaniste qui « refuse de voir la droite comme le refuge de tous les conservatismes ». A moins d'une semaine du premier tour et alors qu’elle réunit ce mercredi Alain Juppé et François Fillon chez Deezer, c’est sur Atlantico qu’elle donne sa vision de la politique, du rôle de l'Etat et les raisons de son soutien au candidat des Républicains.
Virginie Calmels
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Calmels est la première vice-Présidente des Républicains, première adjointe au maire de Bordeaux et Présidente de DroiteLib. Elle est issue du monde de l'entreprise. Elle a notamment été 10 ans la Directrice Générale d'Endemol.Url du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Femme d'entreprise, nouvelle en politique, Virginie Calmels est la Première adjointe au Maire de Bordeaux. Elle a fondé DroiteLib', un mouvement libéral et humaniste qui « refuse de voir la droite comme le refuge de tous les conservatismes ». A moins d'une semaine du premier tour et alors qu’elle réunit ce mercredi Alain Juppé et François Fillon chez Deezer, c’est sur Atlantico qu’elle donne sa vision de la politique, du rôle de l'Etat et les raisons de son soutien au candidat des Républicains.

La politique devrait être d’abord une affaire de convictions. Or les logiques partisanes empêchent trop souvent de dépasser les postures et de s’interroger avec sincérité sur ce que l’on juge réellement souhaitable ou néfaste pour son pays.

Cette aspiration à un dépassement des clivages - aussi salutaire soit-elle - ne doit pas nous conduire à nier les oppositions les plus fondamentales. Toutes les idées ne se valent pas. Elles correspondent à des visions radicalement différentes de la vie en société. Et la recherche d’un consensus absolu, "ce procédé par lequel on abandonne nos opinions, principes et valeurs au profit de quelque chose auquel personne ne croit et donc auquel personne ne s'oppose", fait beaucoup de mal au débat public. Il dénature la politique pour en faire un domaine de spécialistes, voire même de techniciens simplement chargés d’assurer l’entretien du système. Pourtant, dans un pays qui compte 6 millions de chômeurs et près de 9 millions de pauvres, il serait fou de se satisfaire de la préservation du statu quo. Les clivages sont dès lors essentiels à l’amélioration de l’ordre des choses et parmi eux, le principal est à mes yeux celui qui s’intéresse à la place de l’Etat dans nos vies, qui revendique l’opposition entre les étatistes de tous les partis et des libéraux trop longtemps absents du jeu politique.

Au cours des dernières décennies, force est en effet de constater que personne n’a réussi à porter une alternative à la vision socialiste qui érige l’Etat comme solution à tous les maux. A DroiteLib’, nous pensons au contraire que l’Etat est bien plus souvent le problème que la solution : engagé bien au-delà de ses missions régaliennes, il a voulu brider les libertés économiques et individuelles ; nier la distinction entre socialisme et solidarité ; défendre la préservation des rentes plutôt qu’une concurrence saine et équitable ; faire croire, enfin, qu’il traitait les gens de manière égale alors qu’il s’efforçait de les rendre égaux.

Face à ce constat, la droite à laquelle nous revendiquons d’appartenir ne doit pas être le refuge de tous les conservatismes et de la protection des rentes. Dès lors nous souhaitons favoriser le déploiement de l’économie collaborative, en autorisant par exemple les petites activités entre particuliers jusqu’à 6.000 euros par an sans charge sociale et fiscale, qu’il s’agisse de cours particuliers, de travaux de jardinage, de service à la personne ou encore de transports de particuliers (sur le modèle de Heetch). DroiteLib’ propose tout simplement de déverrouiller un système sclérosé. Un système dans lequel on a voulu brider l’individu en définissant à sa place ce qui est bon ou mauvais pour lui. En somme, nous préférons systématiquement faire confiance au choix des Français plutôt que de chercher à préserver des intérêts acquis ou à faire croire à des lendemains qui chantent. C’est la matrice qui fonde l’essentiel de nos propositions et qui guidera, dans les prochains mois, notre participation au débat public.

Mais pour l’heure, il s’agit de faire un choix pour l’élection présidentielle française. Après une analyse objective des programmes, sans que personne n’atteigne une correspondance parfaite avec nos positions et si l’on trouve bel et bien des idées originales chez plusieurs candidats, c’est François Fillon qui répond le mieux à nos préoccupations. De l’autonomie des établissements scolaires en passant par l’assouplissement des réglementations et la réduction significative de l’intervention publique, il a su percevoir l’exigence de libérer le pays de ses chaines.

Surtout, François Fillon a conscience - plus que ses concurrents - de la nécessité du redressement des finances publiques et d’un véritable cadrage budgétaire : comme l’explique très justement l’économiste Pascal Salin dans une interview au Figaro il y a quelques jours, il est aujourd’hui le seul à prendre en compte la nécessité d’une réduction de la dépense publique et d’une fiscalité qui pèse lourdement sur la compétitivité des entreprises. Difficile à mener, impopulaire à bien des égards, cette politique est pourtant indispensable dans un pays où les dépenses publiques atteignent 57% du produit intérieur brut, où la dette poursuit sa progression à des niveaux records et où la reconduction systématique de déficits chiffrés chaque année en dizaines de milliards d’euros est devenue la norme. La France ne bénéficiera pas ad vitam aeternam de la troublante politique de taux d’intérêt nuls et négatifs pratiquée par la Banque centrale européenne. Dès lors, soyons lucides : l’économie française ne pourra pas se relever si les prélèvements obligatoires demeurent parmi les plus hauts et les plus complexes des pays de l’OCDE (44,5 % du PIB), si le taux de l’impôt sur les sociétés n’est pas ramené dans la moyenne européenne et si l’on ne fait pas de la baisse directe et massive des charges sociales et patronales une réalité dès le vote du premier budget de la nouvelle majorité.

A mes yeux et après le quinquennat que nous venons de vivre, la France n’a plus de temps à perdre. Tout projet qui peut contribuer à réduire le poids de l’Etat dans l’économie doit être privilégié à ceux qui restent dans le flou, ou, pire encore, à ceux qui nient l’environnement international dans lequel la France évolue, un environnement international qui permet pourtant à des millions de Français d’innover, de concevoir et d’exporter quotidiennement. Le projet de François Fillon permettra a minima de recentrer la puissance publique autour des missions qu’elle est la seule à pouvoir assurer et de rompre des tabous - du poids de la fonction publique à l’avenir de notre système de protection sociale - dont on a trop longtemps refusé d’admettre les failles.

Plus que le choix d’un homme "avec ses faiblesses, ses passions, ses imprudences", l’élection présidentielle est le choix d’un projet, qui, demain, engagera la France. Il l’a dit : François Fillon ne nous demande pas de l’aimer mais de le soutenir. Non pas pour lui mais bel et bien pour les réformes qu’il porte. Il s’agit avant tout d’un choix de raison ; une raison qui fait trop souvent défaut dans un monde politique où les passions et les chimères sont des armes mortelles.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 19/04/2017 - 14:36
V. Calmels apporte un point de vue interessant qui ...
devrait enrichir la droite. Les libéraux au seing des républicains n'étant pas si nombreux. Son mentor A. Juppé ne l'étant pas du tout. Au contraire.
tananarive
- 19/04/2017 - 14:22
La droite, une gauche bis.
Le problème de la droite c'est qu'elle fait une politique de gauche et qu'elle a peur de ce que vont dire les gens de gauche. Si elle veut réussir il faut qu'elle fasse ce qu'elle n'a jamais fait, une politique libérale, le fonctionnaire n'a plus de pouvoir de nuisance, il doit être au service de la France et pas au service des intérêts de quelques uns. Il faut arrêter avec cette justice sociale qui n'est qu'une politique de fraude électorale, un Français qui s'enrichit profite à tous par l'argent qu'il dépense et pas par les taxes et impôts qu'on lui prend avec au passage la ponction des percepteurs.
cloette
- 19/04/2017 - 14:15
FIllon â la stature
C'est incontestable . Mais son projet est il Le bon ? N'étant pas "économiste" , je n'en sais rien