En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 2 heures 18 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 3 heures 50 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 5 heures 24 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 11 heures 7 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 11 heures 51 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 14 heures 21 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 16 heures 7 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 3 heures 9 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 4 heures 28 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 6 heures 41 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 8 heures 31 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 11 heures 24 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 16 heures 20 min
Prévention

Rencontre annuelle de l'UOIF : le rapport sénatorial qu’il faut avoir lu pour comprendre les dangeureuses ambiguités du mouvement islamique

Publié le 21 avril 2017
L'Union des organisations islamiques de France tient son congrès annuel ce weekend, qui se rebaptise "Musulmans de France", en prétendant jouer l’apaisement. Une organisation régulièrement mise en cause pour son action de déstabilisation de la République, promouvant un islam communautariste de tous les dangers.
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Union des organisations islamiques de France tient son congrès annuel ce weekend, qui se rebaptise "Musulmans de France", en prétendant jouer l’apaisement. Une organisation régulièrement mise en cause pour son action de déstabilisation de la République, promouvant un islam communautariste de tous les dangers.

L'Union des organisations islamiques de France organise ce week-end son congrès annuel au Bourget. On dit que l’organisation qui défend depuis toujours l’islam politique, sinon l’islamisme versus Frères musulmans, entend jouer l’apaisement. Elle y officialisera ainsi un nouveau nom : "Musulmans de France". Un nom qui ne cache pas l’ambition de cette organisation, celle de se tailler un costume de parti unique des musulmans de France, tout en créant l’illusion de devenir fréquentable, à se défendre aujourd’hui de tout lien avec les Frères musulmans. Son président, Amar Lasfar, se défend de vouloir ainsi redorer l'image dégradée de l'organisation, affirmant que « la constitution française est notre constitution, que le droit français est notre droit" (En quête de respectabilité, l'UOIF "joue l'apaisement", L’Express.fr,14/04/2017). S’interroger sur cette affirmation n’est-ce pas déjà céder à l’esprit de défaite face à la montée d’un communautarisme de plus en plus fermé, sous influence salafiste sinon de l’islam politique qui souffle dans le sens de la radicalisation, à quoi cette organisation est loin d’être étrangère.

L’UOIF, une organisation qui a banalisé les pires discours de l’islam salafiste et communautariste.

Comment laisser l’UOIF d’aujourd’hui prétendre n’avoir aucun lien avec la confrérie des Frères musulmans dont l’idéologie a été depuis sa création en 1983 la ligne directrice, rejetant les lois laïques de la République, invitant les pires prêcheurs de l’islamisme : du Syrien Mohamed Rateb Al-Nabulsi, du Marocain Abouzaïd Al-Mokri et du Saoudien Abdallah Salah Sana'an, au côté de l'islamologue suisse Tariq Ramadan et son frère Hani Ramadan qui vient d’être expulsé de France, parce que, selon le ministre de l’intérieur « faisant peser une menace grave sur l’ordre public sur le sol français (…) Les forces de l’ordre sont pleinement mobilisées et continueront de lutter sans relâche contre l’extrémisme et la radicalisation ». En septembre 2002, il avait fait scandale en défendant dans une tribune publiée dans Le Monde l’application de la charia et la lapidation des femmes adultères. Il avait ensuite été licencié de son poste d’enseignant de français par le gouvernement genevois pour propos « contraires aux valeurs démocratiques et aux objectifs de l’école publique ».Il faisait partie des invités lors du 31 è congrès de l’organisation en 2014, ce n’est pas si loin. La démographe Michèle Tribalat avait suivi son intervention retransmise en direct sur UOIF-tv. Elle expliquait au journal le Figaro (Choses entendues lors du 31ème congrès de l'UOIF,le Figaro, 23/04/2014) : « Malheureusement, l'antisémitisme a occupé une place de choix avec l'intervention de Hani Ramadan (le frère de Tariq), directeur du Centre islamique de Genève et présenté comme un «invité de marque» sous les applaudissements du public.

Tout en France, et dans le monde, est fait pour contrarier les musulmans. « Qu'il s'agisse de la France, de la situation en Egypte, de la guerre en Syrie, de l'Irak, du Rwanda, de la Centrafrique, tout provient d'une main qui agit dans l'ombre. Et quelle est cette main? La barbarie sioniste, dixit. Tout le malheur provient des juifs qui n'ont qu'une idée en tête, concrétiser le rêve du grand Israël. » Non seulement ce prêcheur islamiste y a défendu le salafisme mais aussi s’est livré à un antisémitisme débridé, qui n’a amené à aucune déclaration de désaveu les dirigeants de cette organisation. Michèle Tribalat rapportait encore les propos de Nouria Addou, invitée la même année de l’UOIF, qui « a fustigé le comportement du Président de la République, qui a eu une compagne et des enfants qu'il a quittés pour une nouvelle compagne, qu'il a quittée à nouveau pour un flirt, comportement d'après elle typique d'une société qui privilégie le plaisir à l'attachement. » Quel obscurantisme ! Combien de temps accepterons-nous que des organisations fassent la promotion d’une vision de la famille où la femme est un sous-individu de droit, que le voile intégral entend enterrer vivante ! Une organisation qui rejette sans ambiguïté depuis des années les valeurs de la modernité démocratique. Il était temps de s’apercevoir des dangers que font peser certains par leur idéologie sur notre société en expulsant Hani Ramadan. Tariq Ramadan ne vaut pas mieux derrière ses airs de ne pas y toucher, il a été l’initiateur d’un « moratoire sur la lapidation », faux-nez de l’islamisme radical, qui est un des animateurs d’une opération permanente de déstabilisation de notre République.

Un société mise en danger par la montée de l’islam radical

Selon l’étude publiée par l’Institut Montaigne, sous le titre « Un islam français est possible », 28% des musulmans interrogés considèrent la Charia comme supérieure aux lois de la République. Dans une note, la Direction centrale de la sécurité publique (DSCP) datée de fin 2016, alerte sur « le développement de l’emprise religieuse dans les quartiers » évoquant de véritables « stratégies locales » menées entres autres, par les salafistes, avec des « pressions exercées sur les familles et notamment les femmes », avec une politique de « conquête des instances de représentation des quartiers », tout cela sous le signe d’un retour à un « islam des origines ». Daniel Dugléry, maire LR de Montluçon, est un des maires qui témoignent de cette évolution qui évoque un « climat changeant » : « Je constate depuis peu que le communautarisme gagne du terrain en ville. Les commerces sont rachetés un à un, et une ambiance délétère s’installe, qui pousse certains riverains à partir et à céder leurs biens, rachetés à vil prix. C’est un vrai système qui s’est mis en place » déplore-t-il. François Pupponi, député-maire socialiste de Sarcelles, confirme ces évolutions « insidieuses ». Selon lui, « les salafistes infiltrent les milieux culturels », il en veut pour preuve concrète qu’ils ont récemment « essayé de prendre le pouvoir à la MJC de Sarcelles ». Le dernier rapport d’information qui vient d’être rendu par le Sénat sur la prévention de la radicalisation n’est pas moins inquiétant. Il souligne un double enjeu pour les collectivités : « contribuer à la prévention de la radicalisation violente, certes, mais aussi lutter contre un communautarisme hostile à la République qui en constitue le terreau ». On ne pourra pas dire que l’on ne savait pas !

On commence à voir ce qui se trame derrière ces organisations qui militent en faveur d’un communautarisme mortifère, qui cherche l’affrontement, en utilisant un discours de victimisation à outrance, de l’UOIF au Parti des Indigènes de la République qui milite pour des « camps décoloniaux », dont les organisateurs expliquent sur internet qu’ils sont « réservés uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d’Etat en contexte français » autant dire interdit aux blancs, au Collectif contre l’islamophobie en France, organisation qui ne cesse de faire des procès aux intellectuels français qui osent critiquer l’islam politique et le rôle que joue, dans sa promotion, tout un réseau qui passe par les quartiers dans lesquels une allumette pourrait déclencher le pire. Combien de contrôle de femmes portant le voile intégral, interdit par la loi du 11 octobre 2010 qui proscrit la dissimulation du visage dans l’espace public, ont dégénéré en émeutes, avec le soutien de bandes et de population de quartiers ghettoïsés. Il faut stopper ces organisations qui font passer la laïcité républicaine pour un instrument de chasse aux musulmans, quand elle garantit les convictions de tous, de croire comme de ne pas croire, et protège précisément la liberté de nos concitoyens de confession musulmane de pouvoir vivre leur religion en pleine concordance avec les valeurs et principes de notre République.

Des voies d’eau inquiétantes venues d’une frange intellectuelle, médiatique et institutionnelle de notre société

Mais force est de constater aussi, que toute une frange de notre société, intellectuelle, médiatique et institutionnelle, participe de créer ici des voies d’eau. D’Emmanuel Todd, qui dénonce ceux qui ont été Charlie après les attentats de janvier 2015, comme malades d’un racisme inavoué, au sociologue Raphaël Liogier, qui fait le procès permanent d’une société française accusée de stigmatiser les musulmans, déjà invité au congrès de l’UOIF, onpeut s’interroger d’autres prises de position. La Commission nationale consultative des droits de l’homme, si elle montre dans son dernier rapport sur la Lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, que l’indice de tolérance des Français au regard de la diversité de notre société n’a jamais été aussi bon, reprend malheureusement à son compte le concept d’« Islamophobie », sachant parfaitement l’usage qu’en font les associations citées plus haut comme bélier idéologique contre la République, afin d’interdire toute critique d’un courant de l’islam qui vise à imposer le religieux contre le politique et donc, contre nos libertés. « Islamophobie », un concept juridique qui sert à condamner dans les pays musulmans pour délit de blasphème ! Il reprend aussi le concept d’ « intersectionnalité » dans la lutte contre les discriminations, d’influence anglo-saxonne, qui vise à encourager la montée des affirmations identitaires pour les faire converger dans une demande de réparation généralisée qui amène tout droit au multiculturalisme, qui signerait la généralisation du communautarisme, la segmentation de notre société avec tous les risques d’affrontement que cela peut contenir et la fin de l’égalité républicaine, et donc, de la laïcité.

Le dernier rapport de l’Observatoire national de la laïcité, qui appelle médias et élus à la prudence à se détacher du "culte de l'immédiateté" et du "clash" dans un contexte de "sensibilité toujours très forte" autour du fait religieux en période pré-électorale, faisant état d'une "crainte de voir la laïcité se redéfinir par de nouvelles lois pensées uniquement pour l'islam" n’est pas, non plus, très aidant, au lieu de dénoncer la dérive communautariste actuelle avec la montée des périls que nous venons de souligner. Dalil Boubakeur, le recteur de la mosquée de Paris, ex-président du Conseil Français du Culte Musulman, peut ainsi, allègrement, faire le procès de la France comme un pays qui stigmatise les musulmans, lors de la présentation récente de la charte de l’imam, qui interpelle encore notre République en faveur d’accommodements déraisonnables.

On finira ce constat par une bien curieuse démarche de l’Express.fr qui, sous le titre « En quête de respectabilité, l'UOIF "joue l'apaisement", à propos du congrès de l’UOIF, interview un certain Vincent Geisser, présenté comme spécialiste de l’islam, qui est surtout connu pour ses prises de position polémiques en faveur de l'islam radical (L'"Islam light" selon Vincent Geisser, par Caroline Fourest, Le Monde 19.06.2009) « En fait de "contribution scientifique", explique-t-elle, « l'essentiel des travaux de Vincent Geisser consiste à stigmatiser toute personne critique envers l'intégrisme musulman comme étant "islamophobe", tout en répandant des clichés sur les musulmans laïques sur les sites islamistes ». Il explique ainsi dans cette interview, à qui veut l’entendre, que l’organisation aurait changé et ne serait pas organiquement liée aux Frères musulmans : "Elle est historiquement proche des Frères musulmans, corrige Vincent Geisser, chercheur au CNRS et à l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman. Mais face aux injonctions des autorités et à l'épreuve du terrorisme, il y a un recentrage politique, idéologique et théologique, une réflexion sur leurs fondements politiques et doctrinaux, ils jouent davantage le jeu du légalisme." En cherchant un peu dans nos souvenirs, on s’apercevra que ce dit chercheur a surtout participé, comme militant d’extrême gauche, aux meetings organisés en banlieue avec son ami Tariq Ramadan. Il est l’un des invités de ce congrès de l’UOIF pour y parler laïcité…

Réagir face à cette montée de tous les dangers

Le temps n’est plus à tomber dans ces approximations, c’est celui de tous les dangers face à la montée de ce communautarisme explosif pour notre vivre-ensemble et notre paix sociale, sans oublier des attentats qui, un peu partout, se multiplient. Il serait grand temps que l’on écoute ceux qui s’interrogent à propos de certaines organisations quant à leur légalité, alors qu’elles participent activement à la montée de revendications identitaires à caractère religieux et de tensions dans nos quartiers, encouragent la division, un climat de violence symbolique qui pousse à la violence tout court, alimentent l’islam politique, antichambre de la radicalisation. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 16/04/2017 - 10:35
Fillonistes sincères
Il reste sept jours aux fillonistes sincères, pour regarder cette vidéo. Si vous la découvrez seulement après avoir vôté, vous risquez de vous sentir ''vralment trés, très cons ! ''=== https://www.dailymotion.com/video/xdukht_fillon-inaugure-la-mosquee-d-argent_news
Jean-Benoist
- 16/04/2017 - 07:23
Notre pays est en danger depuis bien longtemps
Et nous avons refusé de le voir soys pretexte de tolérance. .
Stop a l'invasion et au remplacement. ..
Il faut que nos politiques reagissent maintenant et fermement
ELIED
- 15/04/2017 - 23:23
Tout à fait
D'accord avec l'article. Je ne comprends pas comment on a pu se laisser embobiner de pareille façon, alors que de nombreuses voix s'élèvent depuis plus de 4o ans pour dénoncer le phénomène.Ils n'ont même pas besoin de combattre, il leur suffit de pratiquer l'invasion silencieuse dans laquelle ils sont passés maîtres: c'est paraît-il une qualité qui ferait partie des "gênes" arabes, comme m'a raconté un ami qui a fait la guerre d'Algérie dans les années 50-60.