En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 2 heures 53 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 3 heures 47 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 4 heures 33 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 5 heures 31 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 7 heures 46 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 8 heures 33 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 10 heures 24 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 11 heures 2 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 12 heures 25 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 3 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 4 heures 9 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 4 heures 47 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 9 heures 5 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 11 heures 48 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 12 heures 26 min
© Pixabay
© Pixabay
Entrepreneur

Pourquoi les mauvais managers causent du tort bien au-delà de leur entreprise

Publié le 18 avril 2017
Gérer une société est loin d'être une tâche triviale ; si l'optimisation de la production est une part importante du travail d'un chef d'entreprise, une bonne cohésion entre employés et employeur l'est tout autant.
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérer une société est loin d'être une tâche triviale ; si l'optimisation de la production est une part importante du travail d'un chef d'entreprise, une bonne cohésion entre employés et employeur l'est tout autant.

Selon une étude du Nation Bureau of Economic Research, l'utilisation de technique de management influerait grandement l'essor d'une entreprise, en améliorant notamment sa productivité. Quelles peuvent être les conséquences sur l'économie d'un pays d'une mauvaise gestion managériale ? Avez-vous des exemples de pays qui le montrent ?

Xavier Camby : Je trouve très amusant qu'une étude soit nécessaire pour affirmer ce que l'anthropologie et le bon sens observent depuis toujours. Que le management soit essentiel, des milliers d'années de comportements humains en attestent. Malgré de très dangereuses et toxiques utopies, qui proposent d'éliminer les managers, aucune civilisation, aucune organisation sociale, aucune entreprise un peu pérennes n'ont su vivre sans avoir en leur sein des organisateurs du travail en commun, des modérateurs gérant les relations interpersonnelles, des animateurs créant de la motivation, des visionnaires donnant du sens. Bref, des managers. C'est avec le taylorisme et la rationalisation des tâches productives que le manager occidental s'est vu institué, malgré lui, unique et dernier responsable d'une performance toujours croissante. C'est idiot et au détriment de ses autres fonctions, plus essentielles. On a donc "oublié", pendant presqu'un siècle, de les former au management, c'est à dire à la gestion du travail des autres, se contentant de choisir un bon exécutant pour l'instituer manager. Mal à l'aise vis-vis de ses anciens collègues, se sentant parfois un imposteur, devenu hésitant ou indécis parce que soumis à une pression qu'il n'a pas appris à gérer, ce manager-ne-sachant-pas-manager risque de commettre de nombreuses maladresses et de démotiver sans retour son équipe, en plus d'être un facteur d'inutiles et destructeurs conflits (avec lui-même, avec sa hiérarchie ou avec ses collaborateurs, avec ses collègues...),

Cette pathétique inculture managériale s'est en fait développée partout dans les pays à économie de type occidental, pendant le siècle dernier. Et on peut voir dans les comportements nouveaux (étroitement dénommés Y ou Z) une vraie révolution contre toute hiérarchie illégitime et impérieuse, au bénéfice de comportements collaboratifs et contributifs.

La France est hélas, malgré une productivité importante, un des champions du monde du mismanagement, en entreprise comme dans les administrations. C'est à dire que les coûts cachés y explosent : sabotages variés, absentéisme ou présentéisme, conflits, stress, surmenages et accidents psychiques divers consomment en fait toute la valeur ajoutée (et même parfois plus) qu'on est censé y créer !

Concrètement, un salarié mal motivé ou démotivé, face à la pression continue d'un manager dépassé, faites d'injonctions, de chantages voire de menaces n'aura d'autres recours que de s'arrêter, avant que n'arrive le burn-out. La destruction de valeurs humaine, sanitaire, sociale, culturelle, économique... est telle qu'elle ne peut être compensée ! Pas même par un résultat financier positif... Ainsi, malgré une belle productivité, la France s'enfonce chaque jour davantage dans un marasme économique et social, faute de managers sachant manager !

Quelle est la part de culture et de formation professionnelle dans l'efficacité globale d'un manager d'un pays ? 

Restons un peu sur l'exemple de la France. Plusieurs facteurs concourent à cette pandémie de mismanagement. Le premier n'est pas le moins toxique : conditionné par 20 ans d'études (rationalisantes mais pas très irrationnelles en fait), il ne peut y exister de réussite qu'individuelle ! Après ce lavage de cerveau "scolaire" de 2 décades, fait de succès exclusivement solitaires, tous ignorent la travail collectif ou la décision consensuelle. Et face à une objection, même intelligente, tous pensent en choeur : tu as tort puisque j'ai raison ! Du chef d'équipe au Board des grandes compagnies cotées, je retrouve ce conditionnement excluant la décision collective authentique (malgré de nombreux simulacres). Beaucoup de pays (germanophones ou du nord de l'Europe, par exemple) fondent leurs prouesses économiques sur cette intelligence collaborative, en s'interdisant les puérils conflits d'égos.

Pays d'ingénieurs brillants mais peut-être un peu psycho-rigides, la France managériale souffre encore d'une pathétique croyance : la hiérarchie, le management et la décision seraient des sciences exactes. Toute causalité s'analyse et toute conséquence est prédictive ! Du grand chef au petit manager, beaucoup s'époumonent alors en injonctions rationnelles (à leurs yeux) et péremptoires (c'est à dire démotivantes). Quitte à avoir émotionnellement tort (c'est à dire créer des résistances ou des conflits) ils consomment toute leur belle énergie à vouloir imposer d'avoir leur pensée unique, faisant fi de toute éventuelle objection. C'est vain : les seules décisions vraiment motivantes sont partagées.

Une autre croyance destructive en France se fonde dans l'habitude de considérer la formation initiale, acquise avant 25 ans, comme définitive et suffisante, pour 40 ans d'exercices professionnels. Contrairement à l'immense majorité des pays développés, où la formation professionnelle est authentiquement continue, cette idée favorise l'imposture autant que l'émergence de réseaux d'anciens, ligues de soutien pour managers refusant d'évoluer...

Alors oui, une culture nationale ou ses excès peuvent engendrer une contre-culture managériale, très dommageable aux salariés qui la subissent. Mais très heureusement, le paradigme change à grande vitesse : ceux qui inventent vraiment l'avenir productif de la France se sont aussi formés ailleurs, y apprenant d'autres modes de pensées et d'autres façons de faire, plus humaines et plus fécondes !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 18/04/2017 - 16:48
Malheureusement ça n'est pas
Malheureusement ça n'est pas prêt de changer...! Car le problème est chez nous cet état Colbertiste qui se mêle de tout ce qui ne le regarde pas, Et qui laisse filer le régalien. Toutes les entreprises du CAC40 sont dirigées par d'anciens fonctionnaires pantoufleurs....... Les rapports avec les administrations sont tellement complexes que le CA croit qu'en choisissant un énarque ou un polytechniciens à la vertu du carnet d'adresses des anciens de promo....
....Aujourd'hui ce calcul est complètement foireux car à l'export ça ne fonctionne pas et toutes ces entreprises se cassent la gueule car elles sont dirigées par des cons qui n'ont pas vu venir le 21ème siècle......
JeanBart
- 18/04/2017 - 12:38
Plein de choses justes
et quelques suprises : d'une part, 20 ans font 2 décennies. 2 décades font 20 jours (c'est toujours agaçant qu'un article de cette qualité recèle ce type d'erreurs). D'autre part, si l'on a emotionnellement raison, mais rationnellement tort, on ne fait pas avancer le schmilblick. Pire, on donne à tout le monde le sentiment d'avoir été dupé. Plus que des managers, la France a besoin de chefs sachant cheffer.