En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 heures 1 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 10 heures 39 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 11 heures 28 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 12 heures 5 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 12 heures 43 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 13 heures 20 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 15 heures 16 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 9 heures 5 sec
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 10 heures 52 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 11 heures 49 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 12 heures 22 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 12 heures 57 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 14 heures 47 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 14 heures 56 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 15 heures 18 min
Bling Bling

Le Pen/Mélenchon : Europe, entreprises, impôts... le match des programmes de rupture

Publié le 11 avril 2017
Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont chacun un programme pour la France. Quelles sont leurs différences, ou points communs, sur les questions économiques?
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont chacun un programme pour la France. Quelles sont leurs différences, ou points communs, sur les questions économiques?

Atlantico: Quelle est pour chacun d'eux la place de l'entreprise dans la France qu'ils envisagent? 

Gilles Saint-Paul: Les deux programmes ont une philosophie assez différente. Pour Jean-Luc Mélenchon, l’ennemi c’est l’entreprise et les « riches ». Pour Marine Le Pen, l’ennemi c’est l’étranger. Ainsi, le premier envisage un durcissement de la réglementation du travail et de la fiscalité sur le capital, tandis que la seconde promeut le nationalisme économique : préférence nationale pour les appels d’offres, remise en cause de la directive sur les travailleurs détachés, etc.

Après avoir soutenu la ligne de Philippot pour un état fort pendant des années, Le Pen évoque de plus en plus les PME dans ses interventions; reviendrait-elle à une ligne économique libérale comme son père par le passé?

La stratégie de conquête du pouvoir de Marine le Pen tente de ménager la chèvre et le chou afin de constituer une coalition suffisamment vaste lui permettant de l’emporter. Elle s’adresse aussi bien à des salariés modestes qu’à des petits patrons brimés par les réglementations et la fiscalité. Ainsi, elle ne revient pas sur les 35 heures mais propose de réintroduire la défiscalisation des heures supplémentaires. Elle s’engage à retirer la loi El Khomri tout en proposant des allégements de charges et un taux d’IS réduit pour les PME. Cette ligne économique n’est pas libérale au sens où elle ne se traduit ni par une hausse de la concurrence et des libertés économiques, ni par une réduction des dépenses publiques. A long terme, la pression fiscale ne baissera pas et les mesures protectionnistes pèseront sur la compétitivité. 

Les deux candidats sont résolument anti-européens, mais peuvent-ils mettre en pratique leurs propositions: renégocier les traités européens, sortir de la zone Euro?

Tout dépendra de la volonté de nos partenaires européens de renégocier les traités. La France est au cœur de l’UE et peut menacer crédiblement de la faire imploser. Les exigences de la France seront donc prises au sérieux.

Prenons par exemple les objectifs de M. Mélenchon. Il est probable qu’il parvienne à négocier des clauses d’exception pour la France en ce qui concerne la libéralisation des services publics et la directive sur les travailleurs détachés. En ce qui concerne l’assouplissement du pacte de stabilité, il aurait mauvaise grâce à jouer les don Quichotte, parce qu’en réalité la France s’est toujours débrouillée pour le violer et remettre à plus tard la mise en œuvre d’un programme d’ajustement fiscal. En ce qui concerne la modification des statuts de la BCE, en revanche, il se heurtera à une fin de non-recevoir de la part de Berlin, d’autant que les Allemands ont avalé assez de couleuvres avec les entorses de Mario Draghi aux principes qui régissent la BCE (OMT, etc). Quant aux mesures qu’il propose comme représailles au cas où l’UE refuserait ses exigences (plan « B ») elles sont illégales au regard des traités et ne pourraient être mises en œuvre que si la France quittait l’Union Europeénne. Il est plus probable que M. Mélenchon se satisferait du compromis esquissé plus haut, d’autant que le Front de Gauche n’a aucune chance d’obtenir une majorité absolue au Parlement.

En ce qui concerne les propositions de Marine le Pen sur la place de la France dans l’Europe, elles sont étonnamment vagues et se bornent à «  une négociation » suivie d’un « référendum sur notre appartenance à l’Union européenne. » «  L’objectif est de parvenir à un projet européen respectueux de l’indépendance de la France ». La possibilité de sortir de l’UE, ou même de la zone Euro, n’est donc pas mentionnée explicitement, bien que le but de « restituer à la France sa souveraineté monétaire » le soit. On ne peut que s’étonner du contraste entre ce langage ambigu et l’insistance de Mme Le Pen à parler d’une possible sortie de l’Europe au cours des débats, au risque d’effrayer une partie de son électorat naturel : petits patrons, épargnants… Dans ces conditions, on ne peut que spéculer sur la suite des évenements si Marine Le Pen était élue. Il y aurait sans doute un référendum à l’automne, mais sur quelle base ? Une sortie brutale de l’UE, ou un traitement de faveur comme celui qu’ont connu les Britanniques ?  En tout état de cause, si elle est élue, les marchés s’agiteront et elle devra prendre des décisions extrêmement rapides, afin d’éviter une envolée des spreads et une dynamique explosive de la dette comme celle que les Grecs ont connu.

Leurs politiques auraient-elles les mêmes effets selon vous dans ce domaine? 

Les politiques sur l’Europe ne peuvent pas être analysées indépendamment des autres propositions. Le programme du FN repose, pour faire court, sur un capitalisme d’Etat à la Poutine. Il n’est pas très favorable à la croissance ni à la réduction des déficits mais n’est pas dénué de viabilité économique. Dans ce contexte ce sont les propositions sur l’Europe qui inquiètent, parce qu’elles pourraient conduire à une fuite des capitaux, les détenteurs de dette craignant que leurs avoirs libellés en euros soient dépréciés du jour au lendemain suite à une redénomination en francs. Le programme du Front de Gauche, lui, est plus réaliste sur l’Europe mais devrait conduire à un arrêt brutal de l’activité économique et à un exil des riches et des entrepreneurs. Ce sera donc la politique structurelle du gouvernement, plutôt que sa posture sur l’Europe, qui conduira dans ce cas à une fuite des capitaux. Cette dernière mènera sans doute le gouvernement à imposer rapidement des contrôles de capitaux en violation des traités européens, et donc à se radicaliser par rapport à nos partenaires au-delà de ce qui était prévu initialement dans le volet correspondant de son programme.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 12/04/2017 - 02:18
Le Pen/Mélenchon = Cauchemar absolu à éviter!!!
Combien de français voteront avec leur pieds au second tour si c'était le cas?!!!
Jardinier
- 11/04/2017 - 17:54
Trois choses à retenir dans cet article:
"Les deux programmes ont une philosophie assez différente" (il suffit de les lire pour le voir). Le programme économique de MLP "n’est pas dénué de viabilité économique" (merci). Et "La France est au cœur de l’UE et peut menacer crédiblement de la faire imploser. Les exigences de la France seront donc prises au sérieux." (la renégociation est donc possible, re-merci).
Anguerrand
- 11/04/2017 - 15:45
Les deux ont un programme ruineux
MLP hurle contre les capitalistes avides, mais si jamais elle veut mettre en œuvre son programme économique, elle sera obligé de faire de la dette et vers qui elle ira chercher les capitaux ...vers ces affreux capitalistes. Vous avez un prêt en €, vous devrez le rembourser en francs dévalués , idem pour vos économies ils perdront le montant de cette devaluation soit entre 30 et 40% . Le franc est la pire silution pour la France qui a aussi son énorme dette libellée en € et devra la rembourser en petits francs. Champion Le FN pour ruiner les français !