En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

ça vient d'être publié
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 54 min 38 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 1 heure 16 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 8 heures 26 min
pépites > Media
Justice
Discours de la Convention de la droite diffusé sur LCI : Eric Zemmour sera jugé à la fin du mois de janvier
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 9 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 45 min
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 14 heures 13 min
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 18 heures 10 min
pépite vidéo > International
Images impressionnantes
Nouvelle-Zélande : lourd bilan après l'éruption du volcan de White Island
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 1 heure 21 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 9 heures 15 min
pépites > Sport
Drapeau neutre
Exclusion de la Russie des compétitions sportives : Vladimir Poutine dénonce une décision politique
il y a 10 heures 52 min
pépites > Social
Mobilisation en baisse
Retraites : 339.000 personnes ont défilé dans toute la France en ce mardi 10 décembre, 885.000 selon les syndicats
il y a 13 heures 39 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 14 heures 53 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 17 heures 57 min
light > France
Réseaux sociaux
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été l'événement le plus commenté de l'année sur Twitter
il y a 18 heures 32 min
pépites > Social
Syndicats vs gouvernement
"Mardi noir" à la veille de la présentation du projet de réformes des retraites
il y a 20 heures 8 min
© PATRICK KOVARIK / AFP
© PATRICK KOVARIK / AFP
Déni

Pourquoi les solutions d'Emmanuel Macron contre le chômage révèlent sa compréhension lacunaire des problèmes d'emploi en France

Publié le 14 avril 2017
Dans l'Emission politique du vendredi 6 avril, Emmanuel Macron donne sa vision du marché de l'emploi, visiblement imperméable à la macroéconomie et semble reposer l'ensemble de sa pensée sur la responsabilité individuelle.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans l'Emission politique du vendredi 6 avril, Emmanuel Macron donne sa vision du marché de l'emploi, visiblement imperméable à la macroéconomie et semble reposer l'ensemble de sa pensée sur la responsabilité individuelle.

Atlantico : Lors de l'émission politique de ce jeudi 6 avril, le candidat Emmanuel Macron a pu réagir à de nombreuses reprises aux questions d'autres intervenants sur la question du chômage et des licenciements. A cette occasion, Emmanuel Macron a mis l'accent sur la question de la formation, et sur sa volonté de voir les français "entreprendre" davantage. En mettant à ce point l'accent sur la responsabilité individuelle, Emmanuel Macron ne rate-t-il pas la réalité du marché de l'emploi actuel ?

Mathieu Mucherie : Macron est imperméable à la macroéconomie. En macroéconomie, une fois que la banque centrale s’est exprimée, on connait pratiquement le taux de chômage pour l’année prochaine. C’est ce que disait Krugman (qu’on ne peut pas suspecter d’être monétariste !!) il y a 20 ans, et c’est pire de nos jours bien entendu du fait des pouvoirs croissants de la FED, de la BCE et des autres : si vous voulez savoir où va aller le taux de chômage, regardez ce que fait Draghi et, comme il n’est pas Dieu, laissez un peu de place à d’autres facteurs (réglementation, aspects budgétaires et fiscaux,… ) qui influeront un peu sur les chiffres après la virgule. Ce n’est pas de la théorie, c’est très concret. Les pays qui disposent d’une politique monétaire accommodante ou adaptée à leur cycle, avec une banque centrale aux petits soins, enregistrent un taux de chômage compris entre 3% (Suisse et Japon, les deux champions du Quantitative Easing) et 6% (Allemagne, Suède, Royaume-Uni), avec les USA entre ces deux blocs. C’est aussi grosso modo les chiffres que l’on trouve en Corée, en Israël, à Taiwan, en Australie, etc. Les pays qui ont abandonné leur politique monétaire à d’autres s’en sortent moins bien, par ordre décroissant de proximité à l’ancre monétaire et à l’optimalité monétaire : la France (10%), Italie (13%), l’Espagne (18%), la Grèce (22%)…

Il n’est pas le seul à être imperméable à la macro. Je vous ai souvent parlé ici de Fillon qui croit que les déficits d’aujourd’hui font les hausses de taux d’intérêt de demain, comme si l’expérience japonaise n’était d’aucune utilité, et comme si les années 30 relevaient du Pléistocène. Les grands patrons font la même chose, tout le temps. L’autre jour, un de ceux qui gèrent des centaines de milliards d’euros (ça fait peur) a dit (et il en était fier) que réclamer des gains de productivité de 1,5%/an était bien le minimum pour l’Etat et pour la France, vu qu’une telle ambition pour son entreprise serait considérée comme archi-médiocre. Il ne se rend pas compte de ce qu’il dit. Il oublie que, dans sa boite, pratiquement tout le monde est bac+5, polyglotte et mobile. Le français statistique, celui de la réalité macro, a fortiori celui qui est au chômage, est bac-2, peu mobile. La France n’est pas une entreprise, pas même une collection d’entreprises. Sur 67 millions de gens dans ce pays, 49 millions ne travaillent pas dans une entreprise du secteur privé, marchand et lucratif. Et ce qui fonctionne à petite échelle ne fonctionne pas toujours à grande échelle, par exemple on ne peut pas tous être (par définition) « compétitifs ».    

 

Que peut révéler une telle vision du monde du candidat 'En Marche !" ? Quelles sont les autres réalités qui pourraient lui échapper en partant de tels postulats ? 

Peu de réalités lui échappent, c’est un malin : c’est d’ailleurs ce que je lui reproche, il est très bon pour la détection des réalités, là où nous aurions besoin d’un Président visionnaire capable de forger les réalités de demain, capable de tenter les rapports de force que cela implique. Les seules réalités qui lui échappent sont sociales, parce qu’il n’a jamais fréquenté que des diplômés, et territoriales, parce qu’il n’a jamais été élu ; mais le plus grave, ce n’est pas ça.    

Il sait bien qu’une réduction forte et pérenne du chômage en France supposerait un train de réformes si ambitieux qu’il ne pourrait pas se faire sans une forte dévaluation préalable (comme avec De Gaulle / Rueff), pour lisser l’effort. Mais c’est un politique. Ce qui implique une croyance très cynique : les électeurs ne comprennent pas et ne comprendront jamais les aspects monétaires. Forcer la BCE à ne pas casser le prochain cycle c’est se heurter aux centristes, aux allemands, c’est prendre des risques avec peu d’alliés ; alors qu’un nouveau numéro sur l’ISF, sur le RSI, sur le RSA, sur l’IS, sur l’IR, c’est nettement plus rentable électoralement. Tous les politiques mainstream le savent depuis Schröder au moins : les réformes, il faut en parler, mais ne pas les faire, car sans accompagnement monétaire les réformes vous écartent du pouvoir pour une décennie au moins. Alors il faut en parler et s’agiter un peu, libéraliser quelques trajets de bus, mais ne surtout rien faire sur le fond, et miser plutôt sur les nouveaux médias, sur une bonne agence de com’, sur le look (Trudeau), et sur quelques marqueurs microéconomiques facilement lisibles pour Madame Michu (l’impôt à la source, la réforme de la taxe d’habitation, le service citoyen de 30 jours, etc.).     

 

Quel est le danger, pour les chômeurs eux-mêmes, d'une telle vision et de l'application d'un programme qui en découle ?

De nombreuses catégories sociales vont souffrir avec Macron président. D’abord, tous les gens raisonnables, réalistes, rationnels, s’il en reste. Tous ces gens vont voir ce pays se transformer pendant 5 ans en une grosse Belgique, le sens de l’humour en moins : car il faudra bien aller chercher des voix à droite et à gauche, Macro ne pourra pas gouverner qu’avec des ordonnances, et le 49.3 est un fusil à un coup. Un vaste bazar, fort peu propice aux réformes structurelles ambitieuses. Si vous avez aimé la quarantaine de députés frondeurs des années Hollande, vous allez adorer les 200 députés « dragués » du mandat Macron, sans parler des soixante députés frontistes, des trente députés melanchonnistes, etc. Le concours de clientélisme commence en juin ; les guichets (qui étaient déjà nombreux dans ce pays !) vont bientôt se multiplier. 

Ensuite, les chômeurs. Au début, ils seront un peu moins nombreux, grâce au QE des années 2015-2019. La démographie et diverses mesures occupationnelles joueront aussi un rôle, sans parler de tous ces emplois de vigiles que l’on crée en dépit du climat de sécurité qui règne après les années Hollande. Ceci dit, les chômeurs vont morfler, parce que dans la logique du Commandante Macron ils n’ont pas le bon goût de créer leur propre boite. Ce n’est pas vraiment la France qui gagne et que l’on a envie d’exposer à Las Vegas, en plus ils ne votent pas Macron, ils n’ont jamais été considérés par la droite et par les syndicats (qui ne défendent que les insiders). Ces tire-au-flanc qui n’habitent pas dans les centres-villes, qui ne mangent pas bio, qui n’ont même pas fait l’ENA et qui osent refuser deux offres issues des gens très compétents de pôle emploi, ça suffit. On va les réduire, on va tordre leur courbe, enfin on va essayer, car aussitôt que la BCE terminera son QE ou remontera ses taux, vers 2020 peut-être, toute cette microéconomie de bazar à base de tripatouillage des heures d’ouverture le dimanche fera pschiiit, et en 2022 les frustrations feront un retour en force. Un nouveau mandat pour rien, et ensuite le gouffre.     

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 12/04/2017 - 02:32
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (2)
Pantin, sans expérience, disant ce que d'autres puissances l'enjoignent à dire?

Dont acte, il a 39 ans, c'est vrai, et sans doute donc moins d'expérience que des hommes et femmes politiques rompus aux joutes électorales...

Il suit une ligne cognitiviste, ce qui pour tout pédagogue, est particulièrement parlant.
Il faut des constats, argumentés, intellectualisés, et de ces constats, découlent des solutions.
Cela s'appelle du pragmatisme. 
Il ne prétend pas que toutes ces solutions seront un succès. 
Il explique le droit à l'échec (pour lui comme pour tout le monde en promettant le droit au chômage pour tous).
Mais on tente, on essaie, parfois cela marchera, parfois non.
Mais, bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien justement d'entendre quelqu'un qui peut ne pas être totalement sûr de lui et dire : «on va faire ensemble».
Cela permettra à chacun, individuellement, de se sentir meilleur, en ayant le sentiment légitime d'avoir participé à l'élévation de la société dans son ensemble.
Là où tous les politiques depuis plus de 40 ans expliquent à longueur de temps sur Les plateaux télé savoir exactement ce qu'il faut faire, et qu'une fois élus, ils semblent d'un coup avoir tout oublié...
bd
- 12/04/2017 - 02:32
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (1)
Parce qu’Emmanuel Macron peut être d'accord avec des gens de droite et de gauche, il n'aurait pas d'idée?

Nous souffrons tous depuis des années de voir des lois élaborées sous un gouvernement être détricotées par le suivant.
"En Marche!" n'est pas comme les autres.
Le rôle d'un Président dans un pays mature est, en effet, de trouver le dénominateur commun entre des personnes et des positions différentes, pour avancer, pour que le pays, en tant que nation, avance.

Est-ce que les politiques qui divisent, qui pointent du doigt l'autre, sont plus claires pour l'électorat?
Il est temps de comprendre que ceux qui jouent à diviser, à opposer, sont des apprentis sorciers.
cerimo
- 11/04/2017 - 21:09
peut être...faut pas le dire
pourquoi il y a t'il autant d'emploie non pourvu chercher ?