En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 6 heures 48 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 13 heures 39 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 14 heures 5 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 14 heures 13 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 14 heures 57 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 10 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 12 heures 15 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 13 heures 26 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 14 heures 14 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 14 heures 44 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 6 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 10 heures
© PATRICK KOVARIK / AFP
© PATRICK KOVARIK / AFP
Déni

Pourquoi les solutions d'Emmanuel Macron contre le chômage révèlent sa compréhension lacunaire des problèmes d'emploi en France

Publié le 14 avril 2017
Dans l'Emission politique du vendredi 6 avril, Emmanuel Macron donne sa vision du marché de l'emploi, visiblement imperméable à la macroéconomie et semble reposer l'ensemble de sa pensée sur la responsabilité individuelle.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans l'Emission politique du vendredi 6 avril, Emmanuel Macron donne sa vision du marché de l'emploi, visiblement imperméable à la macroéconomie et semble reposer l'ensemble de sa pensée sur la responsabilité individuelle.

Atlantico : Lors de l'émission politique de ce jeudi 6 avril, le candidat Emmanuel Macron a pu réagir à de nombreuses reprises aux questions d'autres intervenants sur la question du chômage et des licenciements. A cette occasion, Emmanuel Macron a mis l'accent sur la question de la formation, et sur sa volonté de voir les français "entreprendre" davantage. En mettant à ce point l'accent sur la responsabilité individuelle, Emmanuel Macron ne rate-t-il pas la réalité du marché de l'emploi actuel ?

Mathieu Mucherie : Macron est imperméable à la macroéconomie. En macroéconomie, une fois que la banque centrale s’est exprimée, on connait pratiquement le taux de chômage pour l’année prochaine. C’est ce que disait Krugman (qu’on ne peut pas suspecter d’être monétariste !!) il y a 20 ans, et c’est pire de nos jours bien entendu du fait des pouvoirs croissants de la FED, de la BCE et des autres : si vous voulez savoir où va aller le taux de chômage, regardez ce que fait Draghi et, comme il n’est pas Dieu, laissez un peu de place à d’autres facteurs (réglementation, aspects budgétaires et fiscaux,… ) qui influeront un peu sur les chiffres après la virgule. Ce n’est pas de la théorie, c’est très concret. Les pays qui disposent d’une politique monétaire accommodante ou adaptée à leur cycle, avec une banque centrale aux petits soins, enregistrent un taux de chômage compris entre 3% (Suisse et Japon, les deux champions du Quantitative Easing) et 6% (Allemagne, Suède, Royaume-Uni), avec les USA entre ces deux blocs. C’est aussi grosso modo les chiffres que l’on trouve en Corée, en Israël, à Taiwan, en Australie, etc. Les pays qui ont abandonné leur politique monétaire à d’autres s’en sortent moins bien, par ordre décroissant de proximité à l’ancre monétaire et à l’optimalité monétaire : la France (10%), Italie (13%), l’Espagne (18%), la Grèce (22%)…

Il n’est pas le seul à être imperméable à la macro. Je vous ai souvent parlé ici de Fillon qui croit que les déficits d’aujourd’hui font les hausses de taux d’intérêt de demain, comme si l’expérience japonaise n’était d’aucune utilité, et comme si les années 30 relevaient du Pléistocène. Les grands patrons font la même chose, tout le temps. L’autre jour, un de ceux qui gèrent des centaines de milliards d’euros (ça fait peur) a dit (et il en était fier) que réclamer des gains de productivité de 1,5%/an était bien le minimum pour l’Etat et pour la France, vu qu’une telle ambition pour son entreprise serait considérée comme archi-médiocre. Il ne se rend pas compte de ce qu’il dit. Il oublie que, dans sa boite, pratiquement tout le monde est bac+5, polyglotte et mobile. Le français statistique, celui de la réalité macro, a fortiori celui qui est au chômage, est bac-2, peu mobile. La France n’est pas une entreprise, pas même une collection d’entreprises. Sur 67 millions de gens dans ce pays, 49 millions ne travaillent pas dans une entreprise du secteur privé, marchand et lucratif. Et ce qui fonctionne à petite échelle ne fonctionne pas toujours à grande échelle, par exemple on ne peut pas tous être (par définition) « compétitifs ».    

 

Que peut révéler une telle vision du monde du candidat 'En Marche !" ? Quelles sont les autres réalités qui pourraient lui échapper en partant de tels postulats ? 

Peu de réalités lui échappent, c’est un malin : c’est d’ailleurs ce que je lui reproche, il est très bon pour la détection des réalités, là où nous aurions besoin d’un Président visionnaire capable de forger les réalités de demain, capable de tenter les rapports de force que cela implique. Les seules réalités qui lui échappent sont sociales, parce qu’il n’a jamais fréquenté que des diplômés, et territoriales, parce qu’il n’a jamais été élu ; mais le plus grave, ce n’est pas ça.    

Il sait bien qu’une réduction forte et pérenne du chômage en France supposerait un train de réformes si ambitieux qu’il ne pourrait pas se faire sans une forte dévaluation préalable (comme avec De Gaulle / Rueff), pour lisser l’effort. Mais c’est un politique. Ce qui implique une croyance très cynique : les électeurs ne comprennent pas et ne comprendront jamais les aspects monétaires. Forcer la BCE à ne pas casser le prochain cycle c’est se heurter aux centristes, aux allemands, c’est prendre des risques avec peu d’alliés ; alors qu’un nouveau numéro sur l’ISF, sur le RSI, sur le RSA, sur l’IS, sur l’IR, c’est nettement plus rentable électoralement. Tous les politiques mainstream le savent depuis Schröder au moins : les réformes, il faut en parler, mais ne pas les faire, car sans accompagnement monétaire les réformes vous écartent du pouvoir pour une décennie au moins. Alors il faut en parler et s’agiter un peu, libéraliser quelques trajets de bus, mais ne surtout rien faire sur le fond, et miser plutôt sur les nouveaux médias, sur une bonne agence de com’, sur le look (Trudeau), et sur quelques marqueurs microéconomiques facilement lisibles pour Madame Michu (l’impôt à la source, la réforme de la taxe d’habitation, le service citoyen de 30 jours, etc.).     

 

Quel est le danger, pour les chômeurs eux-mêmes, d'une telle vision et de l'application d'un programme qui en découle ?

De nombreuses catégories sociales vont souffrir avec Macron président. D’abord, tous les gens raisonnables, réalistes, rationnels, s’il en reste. Tous ces gens vont voir ce pays se transformer pendant 5 ans en une grosse Belgique, le sens de l’humour en moins : car il faudra bien aller chercher des voix à droite et à gauche, Macro ne pourra pas gouverner qu’avec des ordonnances, et le 49.3 est un fusil à un coup. Un vaste bazar, fort peu propice aux réformes structurelles ambitieuses. Si vous avez aimé la quarantaine de députés frondeurs des années Hollande, vous allez adorer les 200 députés « dragués » du mandat Macron, sans parler des soixante députés frontistes, des trente députés melanchonnistes, etc. Le concours de clientélisme commence en juin ; les guichets (qui étaient déjà nombreux dans ce pays !) vont bientôt se multiplier. 

Ensuite, les chômeurs. Au début, ils seront un peu moins nombreux, grâce au QE des années 2015-2019. La démographie et diverses mesures occupationnelles joueront aussi un rôle, sans parler de tous ces emplois de vigiles que l’on crée en dépit du climat de sécurité qui règne après les années Hollande. Ceci dit, les chômeurs vont morfler, parce que dans la logique du Commandante Macron ils n’ont pas le bon goût de créer leur propre boite. Ce n’est pas vraiment la France qui gagne et que l’on a envie d’exposer à Las Vegas, en plus ils ne votent pas Macron, ils n’ont jamais été considérés par la droite et par les syndicats (qui ne défendent que les insiders). Ces tire-au-flanc qui n’habitent pas dans les centres-villes, qui ne mangent pas bio, qui n’ont même pas fait l’ENA et qui osent refuser deux offres issues des gens très compétents de pôle emploi, ça suffit. On va les réduire, on va tordre leur courbe, enfin on va essayer, car aussitôt que la BCE terminera son QE ou remontera ses taux, vers 2020 peut-être, toute cette microéconomie de bazar à base de tripatouillage des heures d’ouverture le dimanche fera pschiiit, et en 2022 les frustrations feront un retour en force. Un nouveau mandat pour rien, et ensuite le gouffre.     

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 12/04/2017 - 02:32
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (2)
Pantin, sans expérience, disant ce que d'autres puissances l'enjoignent à dire?

Dont acte, il a 39 ans, c'est vrai, et sans doute donc moins d'expérience que des hommes et femmes politiques rompus aux joutes électorales...

Il suit une ligne cognitiviste, ce qui pour tout pédagogue, est particulièrement parlant.
Il faut des constats, argumentés, intellectualisés, et de ces constats, découlent des solutions.
Cela s'appelle du pragmatisme. 
Il ne prétend pas que toutes ces solutions seront un succès. 
Il explique le droit à l'échec (pour lui comme pour tout le monde en promettant le droit au chômage pour tous).
Mais on tente, on essaie, parfois cela marchera, parfois non.
Mais, bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien justement d'entendre quelqu'un qui peut ne pas être totalement sûr de lui et dire : «on va faire ensemble».
Cela permettra à chacun, individuellement, de se sentir meilleur, en ayant le sentiment légitime d'avoir participé à l'élévation de la société dans son ensemble.
Là où tous les politiques depuis plus de 40 ans expliquent à longueur de temps sur Les plateaux télé savoir exactement ce qu'il faut faire, et qu'une fois élus, ils semblent d'un coup avoir tout oublié...
bd
- 12/04/2017 - 02:32
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (1)
Parce qu’Emmanuel Macron peut être d'accord avec des gens de droite et de gauche, il n'aurait pas d'idée?

Nous souffrons tous depuis des années de voir des lois élaborées sous un gouvernement être détricotées par le suivant.
"En Marche!" n'est pas comme les autres.
Le rôle d'un Président dans un pays mature est, en effet, de trouver le dénominateur commun entre des personnes et des positions différentes, pour avancer, pour que le pays, en tant que nation, avance.

Est-ce que les politiques qui divisent, qui pointent du doigt l'autre, sont plus claires pour l'électorat?
Il est temps de comprendre que ceux qui jouent à diviser, à opposer, sont des apprentis sorciers.
cerimo
- 11/04/2017 - 21:09
peut être...faut pas le dire
pourquoi il y a t'il autant d'emploie non pourvu chercher ?