En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© REUTERS/Chris Wattie
Borgne
Et pour tous ceux qui voient en Emmanuel Macron un Justin Trudeau à la française, voici de quoi il s’agit vraiment
Publié le 14 avril 2017
Pour Jean-Paul Delevoye, un des principaux soutien au candidat d' "En Marche !", les Français attendent un Justin Trudeau de 40 ans. Jeune, beau, moderne, libéral, progressiste... Emmanuel Macron aurait tout pour devenir le parfait Justin Trudeau français. Mais derrière la comparaison se cache une réalité moins flatteuse, celle d'un pays qui malgré les apparences n'est pas le paradis occidental que l'on décrit souvent.
Sociologue, enseignant, essayiste et chroniqueur québécois. Mathieu Bock-Côté a publié en 2016 Le multiculturalisme comme religion politique, aux éditions du Cerf.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Bock-Côté
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sociologue, enseignant, essayiste et chroniqueur québécois. Mathieu Bock-Côté a publié en 2016 Le multiculturalisme comme religion politique, aux éditions du Cerf.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour Jean-Paul Delevoye, un des principaux soutien au candidat d' "En Marche !", les Français attendent un Justin Trudeau de 40 ans. Jeune, beau, moderne, libéral, progressiste... Emmanuel Macron aurait tout pour devenir le parfait Justin Trudeau français. Mais derrière la comparaison se cache une réalité moins flatteuse, celle d'un pays qui malgré les apparences n'est pas le paradis occidental que l'on décrit souvent.

Atlantico : Jean-Paul Delevoye, président du Comité d'investiture d'En Marche ! a déclaré qu'il fallait un Justin Trudeau en France. Sous-entendant qu'Emmanuel Macron était la personne désignée pour l'incarner. La comparaison est tentante : jeunes, libéraux, "dynamiques", progressistes : Macron est-il vraiment le Trudeau français ?

Matthieu Bock-Côté : Tout dépend de ce qu’on entend par-là. Justin Trudeau est d’abord le fils de son père, Pierre Elliot Trudeau, un premier ministre qui a marqué en profondeur l’histoire politique récente du Canada, à la manière d’un roi-philosophe ayant transformé de part en part l’identité canadienne – pour le pire, à mon avis ! Autrement dit, il est arrivé en politique en disposant déjà d’un nom de famille prestigieux, à tout le moins au Canada anglais où on vénère encore son père, justement.
 

Cela dit, son élection est le fruit d’une conjoncture politique très improbable. On ne le sait pas à l’étranger, mais trois semaines avant sa victoire électorale de l’automne 2015, personne ne l’imaginait devenir premier ministre. Il avait l’air d’un dandy égaré en politique, d’un comédien plus à sa place dans le monde du showbiz. Rares étaient ceux aussi qui reconnaissaient à Justin Trudeau la formation intellectuelle nécessaire pour devenir premier ministre. Il n’était pas le favori des élections.

Justin Trudeau, avant d’être porteur d’une politique, est l’incarnation de l’esprit de l’époque : il y adhère sans la moins la moindre nuance et il le fait avec le charme d’un acteur de cinéma qui sait séduire les foules. Il incarne aussi ce que certains appellent l’idéal canadien, ou même, le rêve canadien : un pays sans histoire, sans culture fondatrice, se présentant comme le laboratoire de la diversité heureuse, et censé représenter la prochaine étape dans l’histoire de l’émancipation humaine. Il est permis, naturellement, de croire que ce rêve correspond bien peu à la réalité.

Retour à Macron. Je comprends la comparaison avec Trudeau, mais elle a ses limites. Il incarne lui aussi la jeunesse, bien qu’il soit plus proche de la finance que du showbiz. Il incarne aussi ce qu’on pourrait appeler les élites mondialisées, qui ne prennent pas au sérieux l’insécurité culturelle des peuples – en fait, elles la méprisent- et qui s’imaginent toujours que la demande d’identité est en fait le symptôme d’une crispation identitaire et autoritaire. Cela dit, il me semble infiniment mieux formé que Justin Trudeau pour exercer des responsabilités politiques supérieures.

Il n’en demeure pas moins que les deux sont chouchoutés par le système médiatique qui fantasme à travers eux à une vie politique délivrée du conservatisme. Les deux sont présentés comme des modernes heureux de l’être, les deux comprennent parfaitement les codes de la communication contemporaine, les deux font rêver ceux qui veulent encore croire à la mondialisation heureuse.

 

Justin Trudeau bénéficie d'une image souvent très positive dans les médias de l'Hexagone. Mais qu'est-ce que donnerait la mise en application d'une politique à la Trudeau en France ?

Les médias français auraient intérêt à s’intéresser à Justin Trudeau au-delà de l’image qu’en propose le marketing publicitaire canadien! Car le trudeauisme représente plus qu’une modernité publicitaire décomplexée : il s’agit aussi d’une philosophie politique. Au cœur du trudeauisme, on trouve le multiculturalisme et une définition de la société complètement dénationalisée de la communauté politique, appelée à se soumettre intégralement au mythe diversitaire. C’est ce qu’on pourrait appeler l’idéologie canadienne. Dans le Canada de Trudeau, on normalise le niqab, on chante les «accommodements raisonnables», on refuse toute perspective critique sur les mouvements migratoires.

Si Macron devenait un clone français de Trudeau, vous assisteriez donc à la multiplication des débats sociétaux à l’image de ceux qui ont caractérisé la présidence de François Hollande et toujours, votre président ferait preuve du progressisme le plus ostentatoire. Emmanuel Macron a beau dire ce qu’il veut, il semble adhérer à l’idéologie diversitaire qui alimente le multiculturalisme, même si le mot ne semble pas lui plaire. Son discours de Marseille était assez affligeant, pour le dire d’un euphémisme. Et comment aurait-il pu dire, de la même manière, qu’il n’y a pas de culture française?

Mais il ne semble pas y avoir chez lui le même zèle en la matière que chez Justin Trudeau. Je suis à peu près convaincu, toutefois, qu’une telle politique contribuerait à exacerber la réaction conservatrice de cette part de la France, probablement majoritaire, qui se sent heurtée par la déstabilisation des repères anthropologiques et identitaires qui fondent et caractérisent la nation française.

Justin Trudeau est à Arras lundi 10 avril pour convaincre les Français de ratifier le CETA. Alors que de nombreux candidats à l'élection présidentielle se disent opposés à la ratification de ce traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, qu'en est-il de la perception de ce traité au Canada ? Est-il perçu comme un "accord progressiste", comme l'affirme Justin Trudeau ?

La question suscite assez peu de débats chez nous: la politique étrangère ne passionne pas le Canada, qui se perçoit comme une superpuissance morale. Les Canadiens aiment sermonner le monde mais ils jettent sur lui un regard qui a peu à voir avec une conception traditionnelle de la politique étrangère. Il y a un préjugé favorable au libre-échange dans la vie publique canadienne et rares sont ceux qui remettent en question ses vertus. On ne trouve pas vraiment d’opposants dans la classe politique au libre-échangisme généralisé : en fait, on redoute la tentation protectionniste qui semble s’emparer des États-Unis comme de l’Europe. Le libre-échange est vu comme progressiste parce qu’il pousse à l’unification du monde par le commerce et par le droit, alors que le protectionnisme a mauvaise presse parce qu’il réhabilite la pertinence des nations et plus encore, de la souveraineté nationale. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
05.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
06.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
07.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 12/04/2017 - 01:55
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (2)
Pantin, sans expérience, disant ce que d'autres puissances l'enjoignent à dire?

Dont acte, il a 39 ans, c'est vrai, et sans doute donc moins d'expérience que des hommes et femmes politiques rompus aux joutes électorales...

Il suit une ligne cognitiviste, ce qui pour tout pédagogue, est particulièrement parlant.
Il faut des constats, argumentés, intellectualisés, et de ces constats, découlent des solutions.
Cela s'appelle du pragmatisme. 
Il ne prétend pas que toutes ces solutions seront un succès. 
Il explique le droit à l'échec (pour lui comme pour tout le monde en promettant le droit au chômage pour tous).
Mais on tente, on essaie, parfois cela marchera, parfois non.
Mais, bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien justement d'entendre quelqu'un qui peut ne pas être totalement sûr de lui et dire : «on va faire ensemble».
Cela permettra à chacun, individuellement, de se sentir meilleur, en ayant le sentiment légitime d'avoir participé à l'élévation de la société dans son ensemble.
Là où tous les politiques depuis plus de 40 ans expliquent à longueur de temps sur Les plateaux télé savoir exactement ce qu'il faut faire, et qu'une fois élus, ils semblent d'un coup avoir tout oublié...
bd
- 12/04/2017 - 01:55
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (1)
Parce qu’Emmanuel Macron peut être d'accord avec des gens de droite et de gauche, il n'aurait pas d'idée?

Nous souffrons tous depuis des années de voir des lois élaborées sous un gouvernement être détricotées par le suivant.
"En Marche!" n'est pas comme les autres.
Le rôle d'un Président dans un pays mature est, en effet, de trouver le dénominateur commun entre des personnes et des positions différentes, pour avancer, pour que le pays, en tant que nation, avance.

Est-ce que les politiques qui divisent, qui pointent du doigt l'autre, sont plus claires pour l'électorat?
Il est temps de comprendre que ceux qui jouent à diviser, à opposer, sont des apprentis sorciers.
MMG
- 11/04/2017 - 13:32
Le multiculturalisme en marche forcée
N'est ce pas Trudeau qui a autorisé les femmes policiers à porter le voile et interdit toute critique de l'islam sous risque de sanction pénale ? Qui rêve de la même société en France ?