En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 3 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 29 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 8 heures 39 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 11 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 12 heures 5 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 13 heures 49 sec
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 16 heures 55 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 2 heures 17 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 6 heures 57 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 9 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 11 heures 50 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 12 heures 26 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 14 heures 4 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 14 heures 51 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 17 heures 11 min
© REUTERS/Kai Pfaffenbach
© REUTERS/Kai Pfaffenbach
Cache-Cache

Et Trump relança l'interventionnisme américain : mais au fait dans quels partis sont aujourd’hui les néoconservateurs français prêts à la suivre ?

Publié le 14 avril 2017
Paradoxalement, le retour de l'interventionnisme américain pourrait satisfaire certains partis et personnalités qui ne portent pas le Président Trump dans leur cœur. En matière de politique internationale, les néoconservateurs français ne sont pas ceux qu'on croit !
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paradoxalement, le retour de l'interventionnisme américain pourrait satisfaire certains partis et personnalités qui ne portent pas le Président Trump dans leur cœur. En matière de politique internationale, les néoconservateurs français ne sont pas ceux qu'on croit !

Atlantico : Les frappes surprises de l'armée américaine en Syrie dans la nuit du 7 avril ont marqué un revirement important dans la politique internationale de Trump. Mais comment le monde politique français accueille-t-il ce changement de cap ?

Florent Parmentier : En effet, les frappes américaines marquent un changement notable dans l'action internationale de Donald Trump. Il faut remarquer que le président américain avait fait part, dans le cadre de sa campagne,  de sa volonté de ne pas poursuivre les politiques  jugées aventuriste de ses prédécesseurs, et particulièrement celles menées par Hillary Clinton. L'idée de « rendre la puissance à l'Amérique » (Make America Great Again), selon le slogan du président, passait par un encouragement aux idées d'inspiration isolationniste. Ce qui lui a d’ailleurs valu, dans un premier temps, une certaine popularité en Russie. 

De ce point de vue, il est donc vrai que les frappes américaines ont véritablement constitué une surprise pour les observateurs internationaux. Le Président américain montre ainsi que les États-Unis sont capables de prendre une initiative au sujet d'un pays dont la Russie a montré  qu’elle était directement concernée. Cette action montre que les spéculations autour d'un alignement de la politique de Donald Trump sur celle de Vladimir Poutine étaient sans doute prématurées, compte tenu de la résistance de l'appareil d'État américain aux nouvelles orientations voulues à Donald Trump. 

Alors que Vladimir Poutine apparaît aujourd'hui presque comme le véritable « 12e homme » de la campagne présidentielle française, l'intervention américaine prend le monde politique français de revers. Les plus atlantistes ont jusqu’à présent rejeté de manière véhémente la personnalité même de Donald Trump et ce qu'il représente. Dans le même temps, les partisans d'un éloignement de l'Union européenne ont souligné le caractère volontiers populiste de l’ancien candidat républicain. 

 

 Aujourd'hui, qui en France est tenté de s'aligner sur les positions néoconservatrices américaines en terme d'interventionnisme ? Pour quelles raisons ? Et existe-t-il des candidats "néocons" dans cette campagne présidentielle ?

Brièvement, on peut définir le néoconservatisme comme une doctrine d'intervention dont le but consiste à opérer des changements de régime dans des pays considérés comme hostiles aux intérêts américains. Cette idéologie s'est développée pendant la guerre froide, naissant de la critique de la politique de détente, et a connu un regain d'intérêt après la Guerre froide dans le moment unipolaire américain. Il faut aussi constater que le néoconservatisme ne se limite pas à une frange du parti républicain lisant le Weekly Standard de Rupert Murdoch, puisqu’il compte également de nombreux partisans parmi les rangs démocrates. 

A l'extérieur des Etats-Unis, c'est moins la primauté américaine qui est défendue que l'idée selon laquelle les valeurs occidentales sont supérieures à toute autre forme de valeurs, et doivent primer sur toute autre considération. Il faut toutefois noter que l'application de ces valeurs peut tout à fait s'avérer n'être qu'une politique à géométrie variable en fonction des intérêts américains. La politique américaine au Moyen-Orient  n'en n'est que l'exemple le plus  fameux. Ce courant néoconservateur  s'appuie en France sur des inconditionnels l'atlantisme ainsi que sur des vétérans et des héritiers des luttes antitotalitaires et des mouvements des droits de l’Homme des années 1970. 

On peut donc avancer qu’en France le néoconservatisme peut se caractériser par une volonté de renverser le régime syrien de Bachar el-Assad, en espérant le voir remplacer par des partisans d'une transition démocratique dans le pays. De ce point de vue,  certains candidats semblent en phase avec les conclusions proposées par les néoconservateurs : Emmanuel Macron appele à des représailles contre le régime d'Assad, tandis que Benoît Hamon a rendu directement responsable Bachar el-Assad des frappes américaines qui font suite à la question de l'attaque chimique. Le néoconservatisme s’exprime également chez une partie des partisans des Républicains, mais François Fillon s’en trouve aujourd’hui éloigné. 

 

A l'opposée, dans quelle position se trouvent ceux qui regardaient de plus en plus vers Poutine après cette intervention qui marque la fin d'une période d'apaisement américano-russe ?

Par contraste à ces partisans d’une intervention française aux côtés des États-Unis, position portée par une partie du Quai d'Orsay, d'autres candidats à la présidentielle se montrent volontiers  plus critiques vis-à-vis de l'intervention américaine. François Fillon souhaite par exemple rappeler qu'il convient de ménager les intérêts de la Russie et de l'Iran dans la région. Marine Le Pen, fervent soutien de Donald Trump et de Vladimir Poutine, se trouve aujourd'hui prise en porte-à-faux. En effet, comment se fait-il que Donald Trump, qui ne souhaitait pas faire des Etats-unis le gendarme  du monde, puisse se retrouver aujourd'hui à la tête d'une armée belligérante en  Syrie ? Quant à Jean-Luc Mélenchon, il critique l'attitude suiviste de François Hollande et d’Angela Merkel vis-à-vis de l’incursion américaine dans le conflit. Pour leur part enfin, le candidat souverainiste Nicolas Dupont-Aignan dit souhaiter attendre la preuve de l'implication réelle de Bachar el-Assad dans l’utilisation des armes chimiques, tandis que Nathalie Arthaud condamne l'opération impérialiste des États-Unis. 

Toutefois, de même qu’il était prématuré de considérer que le rapprochement russo-américain était inéluctable, on peut tout aussi bien affirmer aujourd'hui que leur éloignement n'est pas nécessairement durable et définitif. En effet, la Russie a pu elle-même trouver dans Bachar el-Assad un partenaire important, mais parfois difficilement contrôlable. Et rien ne dit, en outre, que la montée des tensions à laquelle nous risquons d'assister ne viendra pas se conclure par un accord sur des domaines relativement consensuels et néanmoins importants comme celui du désarmement nucléaire. 

On le voit donc, ces frappes américaines en Syrie font l'objet de controverses importantes parmi les candidats, plus encore peut-être que parmi la presse. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hmrmon
- 10/04/2017 - 23:20
Bombardement en Syrie.
N'est-ce pas ce même Trump qui avait quasiment traiter Merkel de folle pour avoir, sous le coup de l'émotion, laissé entrer un million de Musulmans!
tapio
- 09/04/2017 - 13:30
Ce qui frappe (hum ...) le plus, dans la réaction de Trump
c'est qu'il a pris sa décision, de son propre aveu, sur un réflexe d'horreur devant une photo d'enfant mort. Voilà une idée pour les mexicains : qu'ils cherchent dans leur archives un petit cadavre présentable, un petit Aylanito, et qu'ils le publient sur internet à côté d'un morceau de frontière Mexique-USA, et c'est gagné, Trump va abandonner son mur. C'est comme ça que ça marche à notre époque, avec Trump comme avec les autres.