En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 2 heures 6 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 3 heures 52 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 6 heures 4 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 6 heures 45 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 8 heures 29 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 8 heures 58 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 9 heures 56 sec
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 9 heures 2 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 3 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 5 heures 24 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 6 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 7 heures 27 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 8 heures 58 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 9 heures 26 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 21 heures 10 min
© Charles Platiau / Reuters
© Charles Platiau / Reuters
Politique étrangère

Hervé Gaymard : "Nous ne pouvons pas nous résigner à que la France soit ce grand corps blessé que le monde entier regarde tâtonner dans l’ombre"

Publié le 14 avril 2017
Dans son dernier livre, La Ligne De Force, Hervé Gaymard évoque la nécessité pour la France de renouer avec une politique étrangère forte et la place de notre pays dans le monde;
Hervé Gaymard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Gaymard est député UMP de la 2e circonscription de Savoie, et président du conseil général de la Savoie. Il a été Ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie dans le gouvernement Raffarin III.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son dernier livre, La Ligne De Force, Hervé Gaymard évoque la nécessité pour la France de renouer avec une politique étrangère forte et la place de notre pays dans le monde;

Atlantico : Vous avez appelé votre dernier ouvrage "La Ligne de Force" en référence à la politique étrangère à adopter dans les domaines stratégiques, diplomatiques, économique… A quoi correspond cette ligne et à quels enjeux doit-elle répondre ?

Hervé Gaymard : Pour certains pays, la politique étrangère n'a pas une grande importance. Pour la France en revanche, la politique étrangère est une projection indispensable, miroir de notre identité et de notre cohésion. La France ne se résume pas à l’Hexagone, même escorté par les départements et territoires d'outre-mer, ni à son poids objectif dans le monde. C’est aussi une idée, un message, un projet.

Aujourd'hui, le malaise français que traduisent notre quête identitaire, la perte de repères, la montée du communautarisme, le chômage de masse, nous rend aphone en Europe et dans le monde. Nous sommes « ce grand corps blessé que le monde entier regarde tâtonner dans l’ombre » pour reprendre l’expression de Malraux en 1958. La France d’aujourd’hui est décolorée.

C'est pourquoi j'ai écrit cet essai. Parce qu'il me semble que nous devons retrouver cette ligne de force. Sans elle la France n'est pas tout à fait la France. 

Nous devons d'abord nous reprendre.  Renouer avec un discours à la Nation française, pour lutter contre le communautarisme et promouvoir l’égalité des chances. Mettre l’école au centre des priorités. Prendre à bras le corps la lutte contre le chômage en libérant l’économie. Sans cette cohésion interne, la France ne retrouvera pas ses couleurs. 

La France ne doit pas renoncer au monde, car le monde ne nous attend pas, même s’il a besoin d’une France incarnée. Nous ne devons pas perdre de vue nos fondamentaux traditionnels, les trois A : l'Allemagne –donc l’Europe, l'Algérie et l'Afrique.

Le couple franco-allemand n’existe plus, car il ne marche plus au même rythme. La France a décroché. C’est le résultat de plus d’une décennie de relâchement. Ce n’est pas fatal. C’est pourquoi cette élection présidentielle est majeure. La France doit se reprendre, pour reconstruire avec les Allemands et tous ceux qui nous suivront, un nouveau projet européen qui protège et construise l’avenir. Le Brexit renforce cette nécessité. 

S'agissant de l'Algérie, 55 ans après la fin de la guerre, les feux ne sont toujours pas éteints. Il faut sortir de cette impasse puisque la France a mal à l'Algérie et l'Algérie a mal à la France. Nous ne pourrons rien construire dans le siècle qui vient s'il n'y a pas une normalisation des relations entre les deux pays.  

Enfin l'Afrique. C'est le continent du siècle qui vient, d’une nouvelle croissance à imaginer et à construire. Et c’est l’avenir de la francophonie. Il fallait bien sûr intervenir au Mali, comme en Centrafrique. Mais la France devrait être l’aiguillon d’une politique africaine européenne ambitieuse. Le projet d’électrification porté par Jean Louis Borloo va dans ce sens. 

Notre politique étrangère ne se résume bien évidemment pas à ces trois A. Nous devons être des « faiseurs de paix », en pensant par nous-mêmes, et ne pas être les suiveurs d’une politique néoconservatrice dont nous avons vu les limites.  Vis-à-vis des pays émergents, nos politiques économique, culturelle, scientifique, d’attractivité de notre enseignement supérieur doivent être renforcées.

 

Quel bilan faites-vous concernant politique étrangère du quinquennat de François Hollande ? Notamment sur son rapport à l’utilisation de la force armée ? (L'opération Serval au Mali, l’opération Sangaris en Centrafrique, et une tentative d’intervention en Syrie.)

J’ai du mal à caractériser globalement cette politique étrangère. Il y a eu, pour sûr, une politique militaire courageuse et décisive en Afrique. Qui s’inscrit d’ailleurs dans la lignée de 50 ans d'interventions militaires extérieures de la France, dont j’ai fait le bilan pour la commission des Affaires Etrangères de l’Assemblée Nationale.

Au Moyen-Orient, notamment sur le dossier syrien, nous avons été suiveurs, autant dans l’emphase que dans le retrait. C’est pourtant une partie du monde qui nous est proche, dans laquelle notre voix portait, malgré des erreurs de parcours comme la fin pitoyable de nos Mandats en Syrie ou au Liban en 1945-1946, et l’intervention de Suez en 1956. Le Général de Gaulle avait su incarner une politique arabe de la France, en étant intransigeant sur le droit à Israël de vivre dans des frontières sûres et reconnues, en demeurant la puissance protectrice des chrétiens d’Orient.  Ses successeurs ont marché dans ses pas. Et la décision de Jacques Chirac de ne pas suivre les américains dans leur folle aventure de 2003 – en grande partie à l’origine du chaos actuel – en restera la dernière incarnation lisible. Depuis c’est ce grand silence, qui désole tous les amis de la France. 

Pour le reste, Laurent Fabius a eu raison d'insister sur la dimension économique de la politique étrangère, y compris avec une politique active d’attractivité touristique. En revanche en matière de politique culturelle, la poursuite des réductions de crédit qui affecte notamment les Instituts Français et les bourses aux étudiants étrangers, est dramatique. C’est d’autant plus stupide que les montants en jeu ne sont pas importants. La France doit investir massivement dans ce que les anglo-saxons appellent le "soft power". 

Le désengagement des Etats-Unis vis-à-vis de l'OTAN est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle pour vous ? 

Que faire avec l’administration Trump ? Personne ne le sait. Ce qui est clair c'est que depuis plus d'un demi-siècle, la France avait anticipé cette éventualité en se dotant de l'arme nucléaire. 

Je vous rappelle qu'à l'époque, quand la France a décidé d'y recourir, cela ne faisait pas l'unanimité puisque Charles de Gaulle a eu beaucoup de mal à faire adopter les premières lois de programmation militaire. Et cela a été l'objet de beaucoup d'attaques et d'incompréhensions de nos alliés européens ainsi qu'aux Etats-Unis. Du moins jusqu’à la présidence Nixon. N’oublions jamais qu’il nous a permis d’accéder plus rapidement à la bombe H. Les Américains avaient enfin compris que la dissuasion nucléaire française était utile à l’Alliance, comme le rappelle Henry Kissinger.

La politique d’indépendance nationale de de Gaulle –autonomie de la pensée, maîtrise des outils, libre choix des décisions – rendait inévitable le retrait de l’organisation militaire intégrée de l’OTAN, sans quitter bien sûr l’Alliance Atlantique. Le retour de la France dans le commandement militaire en 2008, alors vivement critiqué, à tort, ne consistait pas en un retour à la situation antérieure à 1966. La France garde évidemment la maîtrise de ses armes nucléaires, de son espace aérien, il n’y a pas de bases de l'OTAN sur son territoire, et elle reste libre d'intervenir (ou pas) dans une opération militaire. Mais hélas, la perception qui a prévalu a été celle d’une forme de « réalignement », ce qui nuit à la portée de la voix de la France dans le monde.  On peut également déplorer que la France ne se soit pas donner les moyens d’être davantage influente dans les instances de l’OTAN.

Ceci étant dit, les orientations de l’administration Trump peuvent faire prendre conscience à beaucoup de pays européens qu’ils devront augmenter leurs budgets militaires, car le parapluie stratégique américain ne sera pas éternel dans sa configuration actuelle. Avec l’objectif de 2 % du PIB, c’est d’ailleurs ce que préconise l’OTAN de longue date.

Et cela pose la question de la politique européenne de défense, vieux serpent de mer rhétorique, considérée par beaucoup de nos alliés comme incompatible avec l’OTAN…

Vous évoquez la nécessité pour la France d'augmenter son budget de défense. Ne pensez-vous pas que la question se pose aussi au niveau européen ? Les intérêts des pays de l'Union convergent-ils suffisamment pour envisager la création d'une armée Européenne ? 

Je pense qu'une armée européenne est une vue de l'esprit. Puisque la guerre relève de la souveraineté nationale. Il ne faut pas se raconter d'histoire, jamais nous n'aurons une armée européenne intégrée comme nous pouvions le penser en 1952 avec le projet de communauté européenne de défense (qui était d'ailleurs un projet français et un échec français). 

En revanche, il faut une coopération entre les états-majors. C'est quelque chose qui est déjà engagé mais il faut aller davantage dans ce sens. 

Ensuite il faut une interopérabilité des chaînes de commandement avec la capacité de mobiliser des contingents, notamment dans le cadre d'opérations militaires à l'étranger. 

Enfin il faut, me semble-t-il, faire un effort important pour les industries européennes d'armement. Aujourd'hui, on a cinq pays qui ont des industries d'armement importantes, la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne. Entre ces pays (sans exclure les autres), il y a un certain nombre de grands projets à lancer. Je pense notamment à l'Avion Combat Futur qui remplacera la génération des Rafales. Ce sera dans 30 ou 40 ans mais c'est dès maintenant que les décisions se prennent. Est-ce que chaque pays européen aura les moyens de développer seul ces avions ou doit-on avoir un projet européen pour éviter d'être prisonnier d'un futur avion américain ? C'est une question qui se posera dans les années qui viennent. 

Quel regard portez-vous sur le réarmement de l'Allemagne qui a notamment déclaré ne pas vouloir de cette Europe de la défense ? 

L'Allemagne a décidé de faire un effort supplémentaire pour sa défense et c'est une bonne chose. Compte tenu de ses capacités budgétaires importantes, liées à sa bonne situation économique, on ne doute pas qu'elle va s'engager dans une politique active.

Mais l'autre sujet, au-delà des efforts budgétaires, est de savoir quelle va être la doctrine d'emploi de ces forces sur les théâtres d'opérations extérieurs. L'Allemagne, depuis la seconde guerre mondiale, n’intervient pas à l’étranger. Les contingents allemands qui ont pu intervenir en Afghanistan n'étaient que dans des fonctions de support et pas dans une fonction de combat, avec de très nombreuses réserves et interdictions. L'Allemagne voudra-t-elle davantage intervenir militairement ? C’est une question ouverte. Et un champ de dialogue important avec la France et ses autres alliés.

Concernant la Russie, doit-on selon vous poser la question des frontières avec L'Ukraine ? L'Europe et les Etats-Unis n'ont-ils pas commis une erreur en revenant sur leur promesse de ne pas étendre l'OTAN sur les anciens territoires du pacte de Varsovie ? 

La diabolisation autant que la sanctification de la Russie sont des attitudes stupides. Je vais enfoncer une porte ouverte : la Russie est un grand pays, une grande civilisation, qui a depuis toujours une politique mondiale, au Moyen-Orient depuis le 18eme siècle. Il y a eu 11 guerres entre la Russie impériale et l'empire Ottoman !  Il défend ses intérêts, mais doit respecter le droit international auquel il souscrit.

Rouvrir le dossier des frontières me semble périlleux. Mais il faut parler avec les Russes. D’autant que je ne pense pas, quelles que soient les gesticulations auxquelles on assiste, que l’avenir de la Russie soit à l’Est et en Asie.Et s’agissant de l’Ukraine, j’ai toujours pensé que la perspective de son adhésion à l’OTAN était une erreur. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 09/04/2017 - 16:11
Merci M Gaymard de rappeler l'inanité
D'une "armée européenne". Ceux qui ne comprennent pas n'ont qu'à penser à une Éducation nationale européenne ou un code civil européen ou une nation européenne. Cette dernière n'existe pas d'où l'impossibilité d'avoir une armée. Ou bien celle d'un Empire avec une nation dominante...mais ceci n'intéresse plus les Français ni qui que ce soit.