En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

07.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

01.

Les hommes n'existent plus

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 29 min 27 sec
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 2 heures 22 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 18 heures 58 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 19 heures 35 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 20 heures 49 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 21 heures 35 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 23 heures 36 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 49 min 43 sec
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 2 heures 3 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 2 heures 45 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 3 heures 20 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 19 heures 14 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 20 heures 1 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 21 heures 17 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 22 heures 57 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 23 heures 50 min
© PASCAL GUYOT / AFP
© PASCAL GUYOT / AFP
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron, ce "Dom Juan asexué", qui séduit, utilise... puis jette

Publié le 08 avril 2017
Avec Anne Fulda
Depuis qu'il est enfant, Emmanuel Macron – ce candidat aux allures de Petit Prince virtuel – a toujours été désigné et reconnu comme le meilleur. Il a trouvé dans le regard des autres, et plus spécifiquement de ses aînés, l'admiration, l'encouragement, la bienveillance. Et il y a maintenant le regard des Français, qu'il entend séduire avec la même détermination, en bousculant les convenances et en leur déclarant qu'il les aime...Extrait de "Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait" d'Anne Fulda, aux Editions Plon (1/2).
Anne Fulda
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne Fulda est grand reporter et responsable de la rubrique Portraits au Figaro. Elle a publiéUn président très entouré (Grasset) et François Baroin, le faux discret (JC Lattès).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis qu'il est enfant, Emmanuel Macron – ce candidat aux allures de Petit Prince virtuel – a toujours été désigné et reconnu comme le meilleur. Il a trouvé dans le regard des autres, et plus spécifiquement de ses aînés, l'admiration, l'encouragement, la bienveillance. Et il y a maintenant le regard des Français, qu'il entend séduire avec la même détermination, en bousculant les convenances et en leur déclarant qu'il les aime...Extrait de "Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait" d'Anne Fulda, aux Editions Plon (1/2).
Avec Anne Fulda

Ce travers ne date pas d’hier  : depuis qu’il est petit, Macron veut toujours convaincre, plaire, « retourner » ceux qui, a  priori, ne l’aiment pas. Comme cette professeur de piano qui lui avait fait rater son concours au conservatoire d’Amiens et avec laquelle il avait expressément demandé de repasser l’année suivante. Pour, cette fois, réussir l’épreuve.

Le besoin d’être admiré, de recueillir l’assentiment de ceux qu’il côtoie, et plus particulièrement de ses aînés, de ceux qui détiennent un pouvoir qu’il n’a pas le pouvoir du savoir. Le pouvoir intellectuel, puis économique et politique. Il veut tous les conquérir, les embrasser. Pour être reconnu, adulé, admiré. Pour obtenir cette petite dose d’adrénaline que l’on trouve, en politique mais aussi en banque d’affaires – « reconnaît-il, il y a des moments de conquête, de chasse, mais différents de ceux de la politique ». En fait, Emmanuel Macron est comme un Dom Juan asexué. Ou, plus exactement, un Dom Juan aux yeux duquel la conquête, la séduction ne sont pas sexuées, ni liées à l’accumulation de conquêtes féminines, mais correspondent plutôt à une sorte de réassurance narcissique perpétuelle. À un besoin pathologique de séduire. De convaincre. De renouveler sans cesse les commencements exaltants. C’est le sentiment qu’exprime Dom Juan, pour qui «les inclinations naissantes, après tout, ont des charmes inexplicables, et tout le plaisir de l’amour est dans le changement».

À se demander si Emmanuel Macron ne fait pas tout pour retrouver, toujours et encore, le regard de Manette, sa grand-mère adorée. Ce regard qui l’a porté, l’a approuvé, et émancipé.

Un regard qu’au fil des ans l’étudiant retrouvera chez des personnes souvent plus âgées que lui. Des aînés, des « sachants », des puissants. Les seuls qu’il reconnaît. Les seuls qui le reconnaissent aussi, apprécient sa culture, son intelligence, son esprit de synthèse, sa maturité... sans tomber dans le rapport inévitable de compétition, de rivalité, qui peut exister chez ses contemporains, ceux de son âge qui, au fond, ne l’intéressent pas vraiment, car pas de la même planète.

La liste des aînés subjugués par «le petit Macron» –  avant d’avoir, parfois, l’impression de  « s’être fait détrousser comme des petites vieilles » – est longue. Et s’est constituée tôt.

Avec, d’abord, toute une kyrielle de professeurs enamourés. À La Providence, où cet élève singulier qui semble déjà tout savoir charme ses profs auxquels il s’adresse d’égal à égal et avec lesquels il discute après les cours. Il est tellement doué et apprécié, «Manu », que l’un de ses anciens enseignants, Léonard Ternoy, professeur de lettres interrogé par Vanity Fair en février 2017, raconte que sa fille a souffert de son admiration pour Emmanuel. «Elle avait un an de plus. Elle préparait son bac français et je parlais à table du  jeune Macron si exceptionnel», raconte-t-il à Claude Askolovitch. Sans revenir, évidemment, sur le charme exercé sur sa prof de théâtre..., ce n’est que le début d’une longue série, les prémices d’un éternel recommencement.

À Sciences-Po, antichambre de l’ENA où il est entré après son échec à Normale – s’inscrivant en parallèle en philo à Nanterre  –, son professeur, l’historien François Dosse, auteur d’une biographie sur Paul Ricœur, le repère vite. «Il intervenait très brillamment et facilement [...] et avait notamment la capacité de faire la synthèse entre les différents enseignements », dit-il . C’est lui qui lui présente le philosophe Paul Ricœur, à l’époque en quête d’un étudiant capable de classer ses archives. Une rencontre fondatrice, selon Macron, qui en parle avec les termes exaltés du disciple au maître : «Nous ne nous sommes plus quittés. Je lui dois quelque chose d’immense  : la confiance. J’avais 21 ans, je ne savais rien et un homme de plus de 80 ans, monument de la philosophie, acceptait que je le relise, répondait à mes arguments et me jugeait digne d’avoir avec lui un dialogue intellectuel permanent», explique-t-il dans une interview à L’Obs . Et d’ajouter : «Quand je suis avec vous, me disait-il, j’ai l’impression d’être avec un contemporain. C’est inoubliable.» Inoubliable et révélateur de l’effet qu’a souvent provoqué Emmanuel Macron, avec son physique et son enthousiasme juvéniles, sur des personnes plus âgées que lui. Est-ce l’impression de remonter le temps, de parler avec un petit jeune comme si celui-ci était de la même génération?

Celui que Julien Dray surnomma en riant «le dragueur de vieux» a, visiblement, un talent particulier pour charmer ses aînés. Emmanuel, témoigne un ami de l’ENA, «s’est toujours appuyé sur des gens de générations au-dessus. Il se produit quelque chose du registre de la cure de jouvence pour eux. Ils aiment être courtisés par un jeune ambitieux. C’est un processus de séduction assez impressionnant. Emmanuel a besoin qu’autour de lui l’œil frétille, s’allume. Lui séduit, utilise puis jette. Il a d’ailleurs très peu d’amis en dehors de Marc Ferracci». Que ce soit volontaire ou non, naturel ou calculé, Emmanuel a indéniablement «un truc extra, qui fait crac boum hue », comme chantait Dutronc. Il possède l’incroyable capacité de donner l’impression d’être proche de son interlocuteur. Il nimbe toutes ses relations professionnelles d’une chaleur, d’une attention à l’autre bien peu communes dans les sphères du pouvoir.

À l’ENA, à Strasbourg – où il fait partie d’une bande issue de la désormais fameuse promotion Senghor, qui rassemble de futurs espoirs de gauche et de droite comme Boris Vallaud, plus tard secrétaire général adjoint de l’Élysée de François Hollande, Sébastien Veil, le petit-fils de  Simone Veil, dont la future femme, Sybille, également à l’ENA, travaillera pour Nicolas Sarkozy, Sébastien Proto, qui œuvrera également pour Sarko à l’Élysée et est aujourd’hui banquier chez Rothschild, Mathias Vicherat...  –, il avait ainsi coutume de claquer la bise sans compter et de serrer la main à tout-va. À la concierge, aux appariteurs, à tout le monde, « comme s’il était en campagne ». Il s’exclamait même «Bonjour ma poule !» rappellent certains... en précisant que c’était une proximité de façade.

À l’époque, le jeune homme aimait plaisanter mais faisait tout de même sentir que, à vingt-cinq ans, sa vie était ailleurs. Qu’il avait des responsabilités, des beaux-enfants, des petits-enfants, même. Tout en donnant des cours de théâtre! Il ne restait jamais le week-end sur place et gardait toujours une espèce de distance envers sa bande de copains, plutôt amateurs de blagues potaches et de soirées entre karaoké et Académie de la bière. Preuve qu’ils n’étaient pas dupes, un jour, ses camarades de promo piratèrent sa boîte mail et envoyèrent un message signé de lui avec comme texte : «Chers tous, vous me voyez tous les matins, je vous fais la bise, je vous souris mais, au fond de moi, je vous méprise profondément.» Macron avait ri... jaune.

Extrait de "Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait" d'Anne Fulda, aux Editions Plon

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (44)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe quilici
- 04/05/2017 - 18:11
réponse a cloette
En parlant de manipulation je suis mort de rire quand vous évoquez MELENCHON il n y a pas pire que lui ce vieux briscard coco trotskiste dictateur en puissance AU NOM DU PEUPLE on a déjà donné en millions de morts Merci
doray jacqueline
- 03/05/2017 - 16:04
Ce couple est inquiètant
tout semble manipulé, formaté, se tenir sans arrêt par la main ou s'embrassant dés l'apparition d'une caméra comme s'ils étaient passés par un relookage, elle s'essayant à faire vingt ans de moins avec un sourire blanche dents sur chaque photo, ses tenues haute couture prêtées gracieusement, tout semble de la com. Quant au poste qu'elle occupera à l'Elysée c'est sûrement elle qui l'a concocté car pas de danger de s'éloigner de son jeune époux et puis il l'a , dit lui-même avoir besoin de ses conseils. Quelle belle équipe dirigeante nous allons avoir et en plus tout le gouvernement socialiste au grand complet à quémander un poste. Cinq ans de perdus encore mais Hollande a gagné il a réussi à placer son candidat, belle manoeuvre.
bd
- 17/04/2017 - 19:10
Anne Fulda = Elle-même Manipulatrice & narcissique!
Les triades noires appartiennent à un groupe: Celui de l'empathie atrophiée ou inexistante.
L'empathie naturelle est régulée L'Ocytocine (la fameuse "hormone du bonheur").
Elle joue un rôle essentiel dans la sociabilité, l’empathie, les comportements parentaux, la confiance et d'autres déterminants comportementaux qui contribuent à construire une société stable.
Une déficience sur cette hormone ou ses récepteurs indique des problèmes sur les comportements prosociaux (sociopathes, triade noire, psychopathes, machiavéliques, narcissiques, et/ou manipulateurs).
Les PN ont donc un problème lié aux récepteurs de l'Ocytocine.
Le moyen de détection est l'analyse génétique du marqueur Rs53576.
Les recherches ont des résultats probabilistes et le niveau de déterminisme génétique varie donc selon chaque marqueur.
EMMANUEL MACRON, avec son caractère bienveillant, EST TOUT LE CONTRAIRE D'UN NARCISSIQUE!