En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 4 heures 55 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 19 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 33 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 10 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 9 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 12 heures 53 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 24 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 13 heures 48 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 23 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 7 heures 44 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 9 heures 45 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 10 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 12 heures 48 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 9 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 23 min
© AFP
© AFP
Analyse

Vote plaisir à gauche : comment les électeurs de la gauche récompensent la pugnacité de Jean-Luc Mélenchon

Publié le 07 avril 2017
Pour la première fois depuis un mois François Fillon n’est pas la personnalité la plus citée cette semaine. Emmanuel Macron le dépasse de deux points (17%). Toutefois, le candidat des Républicains demeure la deuxième personnalité la plus citée (15%). Jean-Luc Mélenchon poursuit sa percée avec 5 points de plus que la semaine précédente (13%). Benoît Hamon et Marine Le Pen sont tous les deux mentionnés à 8%.
Jean-Daniel Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la première fois depuis un mois François Fillon n’est pas la personnalité la plus citée cette semaine. Emmanuel Macron le dépasse de deux points (17%). Toutefois, le candidat des Républicains demeure la deuxième personnalité la plus citée (15%). Jean-Luc Mélenchon poursuit sa percée avec 5 points de plus que la semaine précédente (13%). Benoît Hamon et Marine Le Pen sont tous les deux mentionnés à 8%.

Sondage réalisé par Harris Interactive pour Compol2017. Réponses analysées par Proxem.

La conviction et la pugnacité reconnues de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon est mentionné spontanément par 13% des personnes interrogées, principalement par ses proches (26% déclarant voter pour lui). Le candidat est également cité par ceux indiquant voter Emmanuel Macron à 20%, François Fillon à 16% et, notons-le, à 8% chez ceux souhaitant voter pour Marine Le Pen en 2017.

Le candidat comme personnalité est majoritairement bien perçu par les personnes interrogées. Tout d’abord pour ses qualités de « tribun » :

« Prestance », « Excellent orateur » (personnes déclarant voter François Fillon), « Il a un vrai talent pour capter l’attention des foules. » (personne indiquant voter Marine Le Pen).

Bien que, dans les verbatim une certaine admiration peut être perçue, un « ego surdimensionné » est aussi attribué au candidat. Au-delà, de la personnalité ses idées sont également commentées positivement :

« Pugnacité de Mélenchon ; fidélité à ses idées », « Ses idées sont bonnes dans l’ensemble, un peu radicales pour certaines d’entre elles (l’Europe par exemple). » (Personnes déclarant voter Emmanuel Macron), « Il relève le niveau. Humaniste, universaliste et sage. Il a fait preuve encore une fois d’une extraordinaire pédagogie et exprime clairement son projet pour la France. » (Personne indiquant voter Jean-Luc Mélenchon)

Plus particulièrement, sa remontée dans les sondages est largement commentée par les personnes interrogées et est jugée plutôt positivement pour le candidat :

« Jean-Luc Mélenchon monte dans les sondages. Il représente dorénavant la gauche française. », « Mérité », « Bonne campagne » (personnes déclarant voter Emmanuel Macron), « La chute de Hamon en faveur de Mélenchon ; Mélenchon représente beaucoup mieux les valeurs de la Gauche. » (personne exprimant voter François Fillon), « Il le mérite » (personne formulant l’intention de voter Marine Le Pen).

Les personnes indiquant voter pour Jean-Luc Mélenchon perçoivent très positivement la tendance de leur candidat dans les sondages : « Espoir », « Bonne nouvelle ».

Cette remontée dans les sondages est à mettre en parallèle avec la baisse des intentions de vote exprimées en faveur de Benoît Hamon. Jean-Luc Mélenchon est mentionné par les Français déclarant voter en faveur de Benoît Hamon (18%) et, à 17%, par des sympathisants du PS. Ces deux candidats sont très souvent comparés, et notamment à propos de leurs dynamiques respectives dans les sondages qui placent désormais Jean-Luc Mélenchon devant Benoît Hamon.

Les personnes déclarant voter pour Benoît Hamon expriment leur « Surprise » de cette tendance :

            « Inattendu », « La surprise de ces élections ? », « Etonnant »

Cependant, ce changement de tendance n’est pas jugé de manière négative chez les électeurs de Benoît Hamon et chez les sympathisants PS.

« Mélenchon assez nettement devant Hamon dans les sondages. Il a plus de conviction, de ténacité, Hamon manque de charisme, et ne réussit pas à rassembler. », « Mélenchon progresse, Hamon chute ; Dommage, mais Mélenchon fera bien sûr un meilleur Président que Le Pen, Fillon ou Macron. »

Certains sympathisants du PS expriment une hésitation et un potentiel choix vers Jean-Luc Mélenchon : « Peut-être, peut-être que je pourrais changer d’avis, on ne sait jamais », « Hésite ».

Toutefois, les personnes indiquant vouloir voter pour Benoît Hamon déplorent la séparation entre les deux candidats :

« Mélenchon devrait s’associer avec Hamon. »

Le non-rassemblement de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon est également commenté par les personnes déclarant voter pour les autres candidats :

« Hamon qui s’entête ; il devrait se retirer pour Mélenchon pour aider la gauche à être au second tour. », « Mélenchon pompe Hamon. », « Cela ne m’a pas étonné, les deux candidats ont le même programme (il y en a un de trop !). Or Mélenchon a beaucoup de charisme et une forte personnalité alors que Hamon me semble être inconsistant, sans aucun charisme… », « Pas besoin qu’ils s’unissent… L’unité se fait sans eux sur Mélenchon. » (personnes indiquant voter pour Emmanuel Macon)

Benoît Hamon apprécié sur le fond par ceux le repérant, critiqué sur la forme

Tout comme la semaine précédente Benoît Hamon est très peu commenté (seulement 8%). Il est principalement mentionné par ceux qui expriment avoir l’intention de voter pour lui (21%), ou par les sympathisants PS à 14%. Chez ces derniers la tonalité des verbatim est plutôt positive, notamment pour quelques mesures citées :

« Hamon qui demande le salaire à ses électeurs ; veut se rapprocher du peuple », « Hamon pour l’aide aux handicapés ».

Cependant, Benoît Hamon est principalement perçu négativement, concernant le dépassement par Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, ou encore le soutien de Manuel Valls à Emmanuel Macron. Ainsi, il est très majoritairement cité en lien avec d’autres personnalités, même chez les personnes souhaitant voter pour lui :

« Hamon : déconfiture ; Ne fait pas le poids », « La proposition de ralliement de Hamon après avoir été lâché par Valls ; Assez pitoyable, ça me laisse définitivement amer sur ce qu’est devenu le PS. Il n’a plus la tête sur les épaules le jeunot. »   (Personnes disant voter pour Mélenchon). « Hamon est complètement « écrasé » par Mélenchon, servi par sa personnalité … » (personne déclarant voter Fillon)

Les personnes déclarant voter pour François Fillon se moquent de l’appel au ralliement de Benoît Hamon avec Mélenchon :

« Plaisanterie », « Mélenchon ne se ralliera pas à Hamon. Il a raison pas les mêmes programmes. »

Les ralliements à Emmanuel Macron signe d’une dynamique positive

 Emmanuel Macron est le candidat le plus cité cette semaine à 17%, dont à 29% par des personnes indiquant voter pour lui, à 23% pour Benoît Hamon, 13% pour Marine Le Pen, et enfin à 12% pour Jean-Luc Mélenchon. Ce sont les personnes déclarant voter pour François Fillon qui en font le plus mention (33%). Les ralliements à la candidature d’Emmanuel Macron lui sont le plus associés. Ces soutiens sont perçus positivement par les personnes exprimant voter pour Emmanuel Macron, et ne nuisent pas au candidat :

« Logique et compréhensif », « Normal », « Bienvenue dans le chaudron magique d’Emmanuel Macron, j’espère que la soupe sera bonne. », « Il essaie de rassembler face au FN c’est bien et humain. », « Le traître n’est pas Valls mais c’est Hamon et ses frondeurs. », « Macron a rencontré Estrosi, « trahison » crient Fillon et sa bande, c’est un acte républicain que la droite supporte mal. », « Le traître n’est pas Valls mais c’est Hamon et ses frondeurs ».

Au contraire, les personnes déclarant voter pour les autres candidats perçoivent négativement ces ralliements. Celui de Manuel Valls a beaucoup été commenté, notamment par les personnes déclarant voter Benoît Hamon : « Aucune parole ! personnage calculateur, ambitieux, pitoyable ! ». De manière générale ce ralliement a été mal perçu :

« Traitre à son parti alors qu’il avait signé la charte Valls baisse dans mon estime », « Le ralliement de Valls à Macron ; Honte au PS, mais gros espoir de rejet de Macron par une partie importante des électeurs » (personnes exprimant voter pour François Fillon), « Un traître menteur et il a été notre Premier ministre » (personne indiquant voter pour Marine Le Pen).

Enfin, notons que la rencontre entre Emmanuel Macron et Christian Estrosi a été jugé par les personnes souhaitant voter pour François Fillon comme : « Pas rassurant », « Pas cool », « Mal venu en pleine campagne. Estrosi aurait dû décliner l’offre, quel opportuniste celui-là ! »

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 12/04/2017 - 03:36
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (2)
Pantin, sans expérience, disant ce que d'autres puissances l'enjoignent à dire?

Dont acte, il a 39 ans, c'est vrai, et sans doute donc moins d'expérience que des hommes et femmes politiques rompus aux joutes électorales...

Il suit une ligne cognitiviste, ce qui pour tout pédagogue, est particulièrement parlant.
Il faut des constats, argumentés, intellectualisés, et de ces constats, découlent des solutions.
Cela s'appelle du pragmatisme. 
Il ne prétend pas que toutes ces solutions seront un succès. 
Il explique le droit à l'échec (pour lui comme pour tout le monde en promettant le droit au chômage pour tous).
Mais on tente, on essaie, parfois cela marchera, parfois non.
Mais, bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien justement d'entendre quelqu'un qui peut ne pas être totalement sûr de lui et dire : «on va faire ensemble».
Cela permettra à chacun, individuellement, de se sentir meilleur, en ayant le sentiment légitime d'avoir participé à l'élévation de la société dans son ensemble.
Là où tous les politiques depuis plus de 40 ans expliquent à longueur de temps sur Les plateaux télé savoir exactement ce qu'il faut faire, et qu'une fois élus, ils semblent d'un coup avoir tout oublié...
bd
- 12/04/2017 - 03:35
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (1)
Parce qu’Emmanuel Macron peut être d'accord avec des gens de droite et de gauche, il n'aurait pas d'idée?

Nous souffrons tous depuis des années de voir des lois élaborées sous un gouvernement être détricotées par le suivant.
"En Marche!" n'est pas comme les autres.
Le rôle d'un Président dans un pays mature est, en effet, de trouver le dénominateur commun entre des personnes et des positions différentes, pour avancer, pour que le pays, en tant que nation, avance.

Est-ce que les politiques qui divisent, qui pointent du doigt l'autre, sont plus claires pour l'électorat?
Il est temps de comprendre que ceux qui jouent à diviser, à opposer, sont des apprentis sorciers.
bd
- 12/04/2017 - 03:34
Le Pen/Mélenchon = Cauchemar absolu à éviter!!!
Entre une France poutinienne et une France à le Chavez, bien des Français voteraient avec leurs pieds et choisiraient l'exil.