En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 19 min 53 sec
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 22 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 19 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 19 heures 58 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 21 heures 20 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 22 heures 24 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 24 min 7 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 2 heures 34 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 16 heures 40 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 19 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 21 heures 17 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 22 heures 2 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 22 heures 16 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 22 heures 30 min
© NICOLAS ASFOURI / AFP
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Jeu d'échec

Chine - Etats-Unis, rencontre au sommet : qui de Xi Jiping ou de Donald Trump se jouera-t-il le plus de l'autre ?

Publié le 06 avril 2017
Le Président chinois Xi Jinping se rend ce jeudi 6 avril en Flordie pour rencontrer son homologue américain. Une rencontre importante aux enjeux multiples pour les deux hommes dont les désaccords sont d'ores et déjà affichés.
Jean-François Di Meglio est président de l'institut de recherche Asia Centre.Ancien élève de l'École normale supérieure et de l'Université de Pékin, il enseigne par ailleurs à l'IEP Lyon, à l'Ecole Centrale Paris, à HEC ParisTech, à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Di Meglio
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Di Meglio est président de l'institut de recherche Asia Centre.Ancien élève de l'École normale supérieure et de l'Université de Pékin, il enseigne par ailleurs à l'IEP Lyon, à l'Ecole Centrale Paris, à HEC ParisTech, à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président chinois Xi Jinping se rend ce jeudi 6 avril en Flordie pour rencontrer son homologue américain. Une rencontre importante aux enjeux multiples pour les deux hommes dont les désaccords sont d'ores et déjà affichés.

Jeudi 6 avril, Xi Jinping se rend en Floride pour rencontrer Donald Trump pour un sommet sur les relations bilatérales entre la Chine et les Etats-Unis. Dans quel état d'esprit les deux dirigeants se rencontrent-ils ? Quels seront les points de frictions dans les différentes négociations ?

Jean François Di Meglio : Pour commencer, restons modestes et ne prétendons pas lire dans les pensées et les états d'esprit ou ce qui en tient lieu,  

Ce qui est sur c'est que ces états d'esprit sont aux antipodes de ce qui est parfois caricature comme deux dogmatisme antinomiques. Bien au contraire, il faut se représenter cette rencontre sans doute comme du vrai "business international». Les deux sont, s'agissant de l'intérieur et de l'extérieur pour Donald Trump, pour ce qui est de la politique extérieure surtout concernant Xi, des "réalistes" et des pragmatiques. Sinon la rencontré n'aurait pas lieu et des bordées d'invectives auraient plu depuis novembre, redoublées en janvier après le fameux coup de fil de Taipei et l'investiture.

Le pragmatisme américain, inspiré ou pas par le "deal-making spirit" de Trump, s'est incarne dans la volte-face sur Taiwan en particulier, et se retrouvera certainement sur les sujets révisant les promesses pré-électorales d’arrêt de l'immigration.

Le pragmatisme a la chinoise aura été, non seulement vis-à-vis des US mais aussi de l'Europe après le 11 décembre et le refus d'octroyer a la Chine le statut d'économie de marché, de minimiser les ripostes et de voir comment on pouvait "dealer" avec cette nouvelle situation, en faisant naturellement plus que sauver la face.

La Chine, devant les hésitations qui affaiblissent un Donald Trump encore mal aguerri et mal équipe d'une administration partiellement stabilisée et sûrement pas a sa botte, a un avantage certain dans ce "début de partie".

Aussi est-il probable que, sans être gommes, les points de friction possibles ("ligne de partage des eaux pacifiques", tant sur une ligne nord-sud avec l'affirmation chinoise en mer de Chine du sud, que sur une ligne est-ouest, avec la volonté affichée de la Chine de s'équiper pour patrouiller au-delà du premier arc d'îles et l'opération ambiguë mais très osée de séduction envers les Philippines) passeront comme il se doit au second plan et qu'il s'agira sur ces sujets de mieux comprendre ce qui se passe dans la tête du partenaire.

En revanche les sujets commerciaux et monétaires, exacerbés par Donald Trump de nouveau même s'il y a peu de scénarios révolutionnaires seront des points de friction sans doute plus abordables.

Le Président américain a pu faire preuve depuis qu'il a accédé à la Maison Blanche de manque de cohérence, notamment sur la question de l'indépendance de Taïwan... Mais plus généralement, Xi Jinping pourrait-il profiter de certaines faiblesses de Donald Trump, de ses imprécisions et parfois incohérences ? Comment décrire la position chinoise dans le rapport de force qui existe entre les deux ?

Capable de rétablir des maintenant un équilibre gère par un nouveau G2 a la place du chaos multipolaire qu'elle dénonce souvent mais dont elle profite aussi, la Chine n'est sûrement pas pressé de tirer avantage de ces (trop) apparentes faiblesses américaines. Ceci la contraindrait à s'occuper plus vite que son propre agenda ne le permet des affaires du monde et de tomber sous le risque du "co-gestionnaire" : coût, responsabilité, dépense d'énergie, de temps et de ressources.

Le nouveau rapport de forces ne jouera, toutes choses étant égales par ailleurs, que dans le temps. Mais assurément, le sommet va projeter une image de la Chine plus forte que jamais.

On ne peut exclure que le timing plus précoce qu'anticipe de cette "invitation" (quasi-privée, en tout cas dans le cadre informel) soit une petite ruse aussi de l'administration Trump (et de lui-même) pour pousser gentiment la Chine a accélérer le rythme de son implication globale, a sortir de ses ambiguïtés et contradictions (sur la Syrie, sur la Corée du Nord, mais aussi sur le Pakistan et d'autres points chauds), de façon, sinon a la "fatiguer" en tout cas a la disperser tactiquement sur le ton : "parlons maintenant entre grands, je vais vous montrer en quoi ça consiste" ....

Au-delà des problématiques comme la Corée du Nord ou de la position américaine sur la mer de Chine, à quoi pourrait aboutir la demande de Donald Trump sur les excédents commerciaux chinois ?

Les deux sujets géopolitiques ne seront probablement pas abordés sous l'angle de l'affrontement mais dans un esprit de solution : missiles nord-coréens et défenses d'origine américaine en Corée, "aplatissement" des provocations de Trump sur la possible nucléarisation de l'Asie, compromis temporaire a trouver, fut ce de façade sur la mer de Chine du sud. Cela dit, si début d'entente il y a, des dommages collatéraux, y compris pour certains alliés des US, pourraient survenir. Cette rencontre peut ne pas réjouir Taipei ou d'autres centres politiques de la région.

Quand aux sujets commerciaux, la Chine (par anticipation ?) a pris soin d'afficher un déficit commercial global en février, même si avec les US, l'excédent n'en est du coup que plus criant. Mais la transition économique chinoise, et aussi le glissement habilement gère des investissements chinois en produits financiers, moins lourds en dollars depuis quelques mois, sont la pour pointer des solutions auxquelles Trump aura peu de choses à opposer mais qui ne sont la que pour calmer ses excès de langage. Le problème est en Amérique, pas en Chine, et Xi n'aura aucun mal, lui qui semble avoir une influence même sur le cours de sa devise et les équilibres entrant et sortant des investissements chinois et étrangers, a paraître le plus vertueux de l'affaire, comme il s'est permis d'en endosser le costume a Davos.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pig
- 06/04/2017 - 10:29
Il y a trop de fautes dans cette retranscription
Il y a trop de fautes dans cette retranscription